USA - Qui est Martin Iosefo, cet ailier septiste que les Bleus devront surveiller ?
Martin Iosefo est un vrai plus pour l'armada américaine.

Le Rugbynistère a besoin de votre soutien !

-70% de revenus pour le Rugbynistère avec l'arrivée du Covid-19. Aidez-nous à faire face à la crise !
Hawaïen d'origine, Iosefo s'est fait une place dans l'équipe américaine de rugby à XV alors qu'il évolue sur le circuit mondial à 7 depuis plusieurs saisons.

D'Hawaï au Japon, il n'y a qu'un pas. Et pourtant, Martin Iosefo en a parcouru du chemin pour arriver jusqu'à cette neuvième Coupe du monde en territoire nippon. Né sur l'Île d'Oahu, paradis des surfeurs, Iosefo a malgré tout préféré apprendre à jouer au rugby, puis au football américain, comme un grand nombre de ses confrères, à l'Université de Montana. Il faut dire que le colosse centre ou ailier (1m95 pour 107 kg) a très vite attiré les regards et s'est doté d'un corps taillé pour pratiquer ce genre de sports. Une arme qu'il utilise souvent, notamment pour coller de sacrés timbres à ses adversaires, le plaquage étant une de ses activités favorites. Néanmoins, ceux qui le connaissent savent que c'est également un excellent joueur de ballons. Et pour cause, il est le troisième meilleur franchisseur de l'équipe américaine (saison 2018-2019) et sait très bien faire jouer après lui. Sûrement l'un des éléments du circuit les meilleurs au contact. Tout ce qu'il faut pour le sevens !

Une saison XXL avec les Eagles

Le rugby à 7 de haut-niveau, il le découvre en 2014 à l'occasion d'un des tournois les plus prestigieux du circuit : le Dubaï Sevens, qui a comme tradition de lancer la nouvelle saison. Depuis, il enchaîne les étapes et les matchs avec cette équipe de rugby à 7 américaine dirigée par le sorcier Mike Friday.

Comment l'entraîneur des États-Unis Mike Friday a-t-il marqué l'histoire du rugby indien ?Comment l'entraîneur des États-Unis Mike Friday a-t-il marqué l'histoire du rugby indien ?Une pièce maîtresse qui rentre parfaitement dans ce genre d'équipe très homogène, composée de talents en tout genre. Des sprinteurs, des plaqueurs, des animateurs et...Iosefo, qui lui rentre un peu dans tous les profils. Ce n'est donc pas étonnant de voir qu'il fut l'un des joueurs les plus utilisés par le coach américain la saison dernière (53 matchs, sixième dans la hiérarchie). Martin Iosefo a participé à l'ensemble des tournois, excepté Singapour, et a grandement contribué à la saison époustouflante du rugby à 7 américain. Pour rappel, les Eagles sont passés tout prêt de remporter les World Rugby Sevens Series pour la première fois de leur histoire. Malheureusement pour eux, ils ont craqué dans la dernière ligne droite face aux Fidji à l'occasion du Paris Sevens, défaits en demi-finales par les joueurs du Pacifique (33-14). 

Rugby à 7 – Intouchables, les Fidjiens remportent le Paris Sevens et les World Series ! [VIDÉO]Rugby à 7 – Intouchables, les Fidjiens remportent le Paris Sevens et les World Series ! [VIDÉO]Pas de répit pour Martin

Le repos, Martin Iosefo ne semble pas le connaître. À peine remis d'une saison de rugby à 7 riche en émotions et surtout très intense quand on connaît la condition physique que demande ce sport, il a rejoint, accompagné de deux joueurs des USA à 7, Ben Pinkelman et le capitaine Madison Hughes, le contingent américain à XV pour préparer la Coupe du monde au Japon. Une belle surprise pour ces trois septistes qui n'ont pas évolué à XV de l'année. Ils ont malgré tout eu quelques matchs de préparation pour se montrer, mais finalement, seuls Ben Pinkelman et Martin Iosefo ont été retenus par le staff américain. 

Ce dernier s'était notamment illustré face au Canada le 8 septembre dernier en inscrivant un essai, celui de la gagne, après une solide percussion le long de la ligne de touche.

Crédit vidéo : USA Rugby.

Titulaire lors du premier match face à l'Angleterre, Iosefo a subi, tout comme ses coéquipiers, la déferlante anglaise qui, quand elle a su maîtriser le ballon, n'a pas laissé la moindre chance à son adversaire. Il a malgré tout tenté à plusieurs reprises de franchir le rideau blanc et a été à l'origine du dernier essai américain inscrit après la sirène par le centre Bryan Campbell. Deux appuis, trois défenseurs anglais battus et une passe dans l'intervalle pour son demi de mêlée remplaçant Ruben de Haas qui a ensuite franchi sur plusieurs mètres. Quelques cafouillages plus tard, les États-Unis ont terminé à dame, pour l'unique fois de la rencontre. Iosefo a ainsi montré que, même s'il n'était plus vraiment habitué à jouer au XV, ses qualités de septistes pouvaient lui servir pour faire la différence dans ses duels, qui l'opposeront à Yoann Huget et Alivereti Raka ce mercredi, puisqu'il sera titulaire à l'aile. Attention donc qu'après le typhon japonais, la vague d'Hawaï ne vienne pas semer le trouble dans la tête des Bleus. 

Pour affronter le XV de France, les Etats-Unis sortent la grosse artillerie !Pour affronter le XV de France, les Etats-Unis sortent la grosse artillerie !

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • Jak3192
    56911 points
  • il y a 10 mois

Faut il avoir peur de perdre des américains ?

Ya un côté farce.

  • Ahma
    93805 points
  • il y a 10 mois

Qui est Martin Iosefo ? Cet ailier septiste que les Bleus devront surveiller.

"Terminé à damne" ? Que diable a-t-il voulu dire par là ?

@Amis à Laporte

C'est corrigé, merci 🙂

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
Vidéos
News
News