INDE. L'aventure extraordinaire d'un jeune Français, de la création d'un club de rugby à l'aide aux enfants défavorisés
Sébastien Rémoué dans son élément en Inde.
Découvrez la belle aventure de Sébastien Rémoué dans ce nouvel opus du Rugbynistère des affaires étrangères.

Sébastien Remoué est un ingénieur tout juste diplômé de 23 ans. L'ovalie ? Il s'y intéresse en 2003 lors de la Coupe du monde, mais ce n'est que trois ans plus tard qu'il chausse les crampons pour la première fois, "parce que cette idée faisait un peu peur à mes parents". À l'école de rugby du Racing Club de France, club qu'il supporte encore aujourd'hui, il découvre les joies de la première ligne avant de se consacrer à ses études. La suite ? Le rugby qui le rattrape en universitaire avec l'INSA de Rouen, des entraînements avec Quevilly, jusqu'à ce déclic et la découverte de l'arbitrage : "pendant un an et demi, je jouais le jeudi avec l'équipe de l'INSA et j'arbitrais le week-end pour le Comité Normandie." Mais ça, c'était avant de partir en Inde... Il nous raconte sa formidable aventure.

Salut Sébastien ! Tout d'abord, tu peux nous dire comment t'es tu retrouvé en Inde ?

C'était du pur hasard ! Lors d'une conférence dans mon école, j'ai rencontré la directrice technique de l'entreprise Fluidyn (une PME qui développe des logiciels de mécanique et des logiciels de simulation environnementale). Elle cherchait un stagiaire pour 6 mois comme ingénieur projet en mécanique des fluides, soit à Saint-Denis, soit à Bangalore, surnommée la Silicon Valley de l'Inde. J'ai posé ma candidature en disant que je cherchais un stage de fin d'étude dans ce domaine et une expérience à l'étranger, et me voilà parti en Inde pour un peu plus de 5 mois dans le sud du pays ! Je suis revenu début septembre.

Pas trop compliquée l'acclimation ? Raconte nous un peu ta vie là-bas.

L'acclimatation a été assez rapide, malgré le choc à l'arrivée ! Rien que la température et surtout, pour l'anecdote, dans mon logement, j'ai été accueilli à 4h du matin par des cafards surpris par la lumière. Au niveau de la vie quotidienne, malgré le peu de confort de mon logement, la nourriture très épicée et les nombreuses coupure de courant, je me suis vraiment senti bien. Les gens étaient très accueillants et mes collègues étaient très attentifs à mon bien-être

C'est grâce à l'un d'entre eux que j'ai pu rencontrer l'association Khelo Rugby dès mon premier week-end sur place, ainsi qu'un groupe d'expatriés qui joue au Touch Rugby, avec lesquels je suis allé jouer presque tous les week-ends pendant mon séjour.

Que peux-tu nous dire sur cette association et ses activités ? Et toi, concrètement, qu'y faisais-tu ?

A la base, tout vient du club de Calcutta, Jungle Crows, actuel vice-champion d'Inde de rugby. Il accueillait des jeunes garçons défavorisés et il a décidé d'étendre son impact en allant s'insérer directement au sein des communautés défavorisées. Il intervenait dans les écoles publiques, proposait au jeunes enfants - garçons ou filles - des activités de développement. Le tout, orienté autour du rugby même si des ateliers variés sont organisés pour l'apprentissage du monde ou de l'hygiène, qui est un problème crucial en Inde.

C'est ainsi qu'est né Khelo Rugby, qui a été ensuite exporté dans quelques autres villes, grâce aux anciens jeunes qui se sont investis à leur tours, dont Zaffar, Deep et Waquar qui se sont installés à Bangalore et qui ont emmené ce projet avec eux. Ils ont créé quelques communautés dans Bangalore avec l'aide de Décathlon et d'expatriés. Par exemple, tous les dimanches, les jeunes de la communauté de Sarjapur (un district de Bangalore) s'entraînent au Décathlon du coin, qui met un petit terrain en synthétique à leur disposition.


J'ai donc rencontré Zaffar, Deep et Waquar dès mon premier week-end à Bangalore parce qu'ils organisaient un tournoi de rugby flag pour les jeunes des communautés Khelo Rugby de Bangalore. Ils cherchaient des volontaires pour arbitrer les matchs organisés : c'était vraiment sympa, même si la chaleur était vraiment éprouvante ! Je suis aussi allé quelques fois aider pour coacher la communauté de Sarjapur le dimanche matin quand il y avait besoin. Je me suis beaucoup engagé pour faire connaitre l'association, trouver des expats motivés pour aider et aussi, parce que c'est important, chercher des sponsors !

La suite page 2, avec la création d'un club et un point sur la situation du rugby local

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • Kadova
    31045 points
  • il y a 3 ans

Bravo a ce jeune homme d'avoir su allier vie professionelle et passion, et en plus, trouver le moyen de la faire partager. Et bravo aussi pour continuer a les soutenir une fois rentre en France.

Super article! Bon courage pour la suite!

  • sha1966
    54599 points
  • il y a 3 ans

merci pour ce reportage !! bon courage !!

Bravo belle initiative bon curage pour la suite.

  • dusqual
    31397 points
  • il y a 3 ans

super de voir ca!!!
bravo sebastien d etre allé aux bout des choses a bangalore et de continuer le mouvement en rentrant. franchement chapeau.

Merci Clément !

Plus d'infos ici ! https://khelokhelo.com/category/khelo-coaching/india/bangalore/

Derniers articles

News
Vidéos
News
News
Vidéos
News
News
News
News
News
News