VIDÉO. Terrains synthétiques : l'enquête choc d'Envoyé Spécial sur leurs conséquences sur la santé
Le reportage choc sur les terrains synthétiques.

Le Rugbynistère a besoin de votre soutien !

-70% de revenus pour le Rugbynistère avec l'arrivée du Covid-19. Aidez-nous à faire face à la crise !
On a tous joué au moins une fois sur des terrains synthétiques, avec de la fausse herbe et ces fameuses petites billes noires issues de vieux pneus broyés.

"Entre les brins d'herbe des terrains de sport synthétiques, des petites billes noires issues de vieux pneus broyés, qui contiennent des substances considérées comme toxiques. Quelles conséquences sur la santé ?" C'est le synopsis de Gazon suspect, le nouveau reportage d'Envoyé Spécial diffusé ce jeudi sur France 2. L'émission s'est posée la question : ces terrains sont-ils sans danger pour les joueurs ?

En France, on recense plus de 3000 terrains synthétiques. Et chaque terrain nécessite... 20 000 pneus par terrain ! Or, les pneus contiennent des matières cancérigènes. Et les conséquences sont graves. Les caméras de France 2 sont allées jusqu'aux Etats-Unis, à la rencontre de l'ancienne internationale de football Amy Griffin, devenue coach. Elle mène un combat contre ces terrains, et a recensé 253 sportifs atteints de cancer. "Ce qui saute aux yeux, c'est le nombre de gardiens de but dans cette liste [60%, ndlr]. C'est très inquiétant." Au football, les gardiens sont les joueurs - ou joueuses - qui passent le plus de temps au sol et se jettent sur ces gazons synthétiques. Soit les caractéristiques de n'importe quel rugbyman...

Pour Amy, si les gardiens sont autant touchés par ces canders, c'est parce qu'ils sont le plus exposés aux billes de pneus. "Nos enfants jouent sur des déchets." En tout, 90 études scientifiques ont été menées pour prouver que ces terrains ne sont pas dangereux, mais aucune étude sur le long terme n'a été effectuée.

Envoyé Spécial est allé en Allemagne et au Pays-Bas pour en savoir un peu plus...

Crédit vidéo : France 2

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Et pas du tout adapté pour le ventriglisse...

Ce qui est sur et avéré, c'est qu'les billes des terrains synthé sont hautement nocives sur le bon fonctionnement des machines à laver !
C'est du vécu.

  • spir
    17561 points
  • il y a 2 ans

Si je comprends bien, à chaque fois que tu tombes ou plonges, litéralement..
... tu sniffes cette poudre !!! Ca fait peur, ouais ! 🙁

(y pourraient pas remplacer cette poudre noire par de la coco ? t'imagines le jeu de mouvement et la cascade d'essais ?)

@spir

moi j'y vois du lobbying de ceux qui préconisent le jeu debout

"En tout, 90 études scientifiques ont été menées pour prouver que ces terrains ne sont pas dangereux".
Est-ce qu'une seule étude montre qu'il y a un danger, sachant qu'il sera toujours impossible de montrer que le danger n'existe pas?

Jouer sur les émotions est tellement facile, pas un jour sans un article ou une émission dans le genre 'on vous cache tout et vous allez mourir dans d'atroces souffrances'...

  • spir
    17561 points
  • il y a 2 ans
@potemkine09

C'est comme toutes les études sur les médocs, qui sont financées ouvertement ou en sous-mains par le gros business pĥarmaceutique international [*]

[*] que les anglophones appellent "big pharma"

@potemkine09

Il faut savoir que la majorité des études réalisées prouvant que les terrains ne sont pas dangereux ont été réalisées à la demande de ceux qui fabriquent ces synthétiques.
C'est un peu comme quand Monsanto commande des études qui prouvent que leurs engrais chimiques sont sans danger, on peut avoir quelques doutes sur la démarche.

@Team Viscères

Ah oui, c'est un complot, on nous cache tout on nous dit rien!

L'important dans une étude scientifique est sa méthodologie et l'analyse de ses résultats. Si des résultats sont écartés parce qu'ils ne plaisent pas, ce n'est plus une étude scientifique, c'est une arnaque.
Si elle ne plait pas au financeur, celui-ci peut faire en sorte qu'elle ne soit pas publiée, il prendrait un gros gros risque en essayant de la fausser: une étude scientifique sérieuse est publiée dans une revue avec comité de lecture et ouverte à commentaires. Une étude biaisée passe rarement cette épreuve.

@potemkine09

Que dire de l'étude du Pr Séralini sur le roundup alors..? la seule faite en secret (c'est dire ! ),reconnue dans un 1er temps comme faite dans les règles,et ensuite détruit ainsi que son auteur (avant que des scientifiques du monde entier ne le défendent) par toute une clique de scientifique travaillant main dans la main pour Monsanto...

@potemkine09

https://www.20minutes.fr/planete/2145031-20171004-monsanto-papers-comment-lobbies-industriels-manipulent-science
http://sante.lefigaro.fr/article/pourquoi-les-etudes-financees-par-l-industrie-pharmaceutique-ont-de-meilleurs-resultats/

Dans la vie tout n'est pas blanc ou noir, il y a une position entre la théorie du complot et la crédulité absolue.

  • spir
    17561 points
  • il y a 2 ans
@Team Viscères

"théorie du complot" c'est une expression de mépris forgée par les journalistes payés par les pouvoirs dominants pour insulter les qq personnes qui pensent encore
😉

  • Ahma
    93809 points
  • il y a 2 ans
@spir

Le foisonnement de théories totalement délirantes, auxquelles des dizaines de millions de personnes adhèrent, est une réalité très concrète, pas une invention de journalistes.
Lesquels journalistes, bizarrement, oublient parfois qu'ils sont payés par le pouvoir pour donner la parole à des pseudos-scientifiques qui dénoncent les positions officielles...est-ce vraiment cohérent ?

@spir

Il y a des fois où cela s'applique totalement. Par exemple quand des gens pensent que la Terre est plate et que la Nasa nous ment à ce sujet, ou quand des gens pensent que tous les arbitres du monde complotent contre l'équipe de France.

@Team Viscères

La terre est une immense table basse.
D'où le malaise en soirée...

@potemkine09

Il n’y a eu aucune étude épidémiologique donc difficile de dire que les matériaux ne présentent aucun danger.
Et pour ceux qui s’intéressent un peu aux problèmes de santé publique, des niveaux de 1000 ppm pour les HAPs est tout juste aberrant. Les HAPs sont extrêmement carcinogènes et il y a de nombreuses études à ce sujet, simplement pas dans le contexte des terrains de sport

Mince, alors c’est la fin du Ashplash...

Si c'est lié avec le temps passé à se rouler par terre (en réclamant un penalty), la prévalence chez les joueurs de foot doit être très élevée et proche de 100% en Italie ????

Pour ajouter à la question : il y a plusieurs sortes de "synthétiques" car je pense qu'au Michelin il n'y a pas de résidus de pneus ( pourtant on sait faire et on a la matière)

@garcon63

Tout à fait possible. Aux Pays-Bas, les terrains de hockey sur gazon sont arrosés, je ne sais pas pourquoi mais il y a toujours une fine couched’eau

Plusieurs d'entres nous remettent en cause la validite scientifique de ce reportage et je pense que cela n'est pas correct.
Il manque certes un peu d'explications mais les HAPs sont de vraies belles saloperies connues depuis bien longtemps comme des composes cancerigenes et les taux limites mentionnes dans le reportage sont extremement eleves, 1000 mg/kg est tout simplement incroyable

  • Ahma
    93809 points
  • il y a 2 ans
@Le Haut Landais

Se méfier de ce type d'émission est un réflexe très sain : le degré de fiabilité des théories défendues et la compétence des intervenants y sont généralement très proches du néant. Il est extrêmement rare que les prétendus dangers sur lesquels les médias alertent soient avérés.
Potemkine a bien résumé les données de la question : la validité d'une étude doit être évaluée en elle-même, pas en fonction de l'identité de son financement. Les médias, eux, préfèrent toujours le sensationnalisme à la rigueur scientifique.

@Ahma

Remettre en cause ce qu'on nous montre à la télé est un réflexe très sain. Mais ce n'est pas non plus une raison pour ne pas remettre en cause une étude scientifique. Ce sont les mêmes mécanismes de lobbyisme et de prise de position politique/idéologique dans des domaines qui nécessitent un oeil neutre et distant.

  • Ahma
    93809 points
  • il y a 2 ans
@Team Viscères

Le lobbying s'exerce auprès des institutions, non des scientifiques.
Les chercheurs malhonnêtes sont très minoritaires, c'est pourquoi je disais dans un autre commentaire que dans les domaines d'étude pour lesquels il existe de nombreuses études concordantes, l'attitude de défiance envers les conclusions scientifiques ne se justifie pas.
Par contre, tu as raison sur le fait qu'il ne faut pas se contenter du résultat d'une étude pour sauter directement à des conclusions définitives : c'est justement ce que font les médias, suivis hélas de la majorité du public, quand ils mettent en exergue le résultat d'une unique étude pour nous dire " attention, ceci est extrêmement dangereux ", alors que des dizaines d'autres études ont montré le contraire.

@Ahma

Les études biaisées ne le sont pas que par malhonnêteté. Ce ne sont pas que des chercheurs qui publient un truc bidon (ce qui est très risqué, à moins d'être couvert par une très grosse boite et un très gros chèque tu as plus à perdre qu'à gagner). Mais tu as des études orientées qui si elles restent correct scientifiquement parlant visent volontairement à côté. Par exemple sur les effets des substances chimiques en tout genre, tu finances une étude sur les effets à court terme ou sur certaines conséquences seulement. Les chercheurs vont faire leur taf correctement et livrer leur conclusion. Sauf qu'une fois l'étude publiée, elle tombe dans les mains de spécialistes de la comm' qui vont la mettre en avant en oubliant de préciser qu'elle ne concerne qu'un domaine restreint. Devant un comité de scientifiques, ces études ont peu de poids. Correctement relayées, elles ont du poids sur le grand public. Et surtout elles sont difficilement attaquables. Une étude scientifique c'est comme un sondage, cela n'a pas besoin d'être trafiqué pour donner un résultat "arrangeant", il suffit juste de l'orienter correctement. Et tout comme les sondages, ce qui a le plus d'impact c'est l'utilisation médiatique et non pas les critères de réalisation.

Tu as utilisé l'exemple de Séralini plus loin et il illustre exactement cela. Son étude est extrêmement polémique et a divisé la communauté scientifique. Elle a été publiée après validation par des scientifiques "indépendants" (terme extrêmement délicat), dénoncée par une partie de la communauté scientifique, retirée par la revue qui l'avait publié puis republiée par une autre revue 2 ans plus tard.
Entre-temps sont survenus les Monsanto Papers dans lesquels ont a pu découvrir pas mal d'éléments gênants. Le rédacteur en chef en place lors de la publication et de la rétractation de l'étude est devenu consultant de Monsanto le même mois que la publication de l'article pour un montant 400$ de l'heure. L'éditeur adjoint de la revue est un ancien de Monsanto. Monsanto a contacté de nombreux scientifiques lors de la publication de l'étude afin de les inciter à écrire à la revue pour décrédibiliser l'étude, en leur demandant de passer directement par le rédacteur en chef.
Il y a un consensus d'une grande partie du monde scientifique pour dire que les conclusions de l'étude étaient biaisés. Il y a aussi un consensus pour dire que si l'étude était inconclusive, elle n'était pas frauduleuse et c'est la raison pour laquelle elle a été republiée : les données sont justes et une grande partie de la communauté scientifique souhaite qu'elles ne disparaissent pas. Mais le coeur de cette affaire n'est pas la science, c'est la médiatisation et le lobbying. L'étude Séralini a été largement reprise médiatiquement parce qu'elle correspondait exactement à ce qu'attendait les médias et la puissance du lobbying de Monsanto est bien réel et visait à rayer de la carte une étude (enfin surtout les données qui peuvent être reprises pour d'autres études) qui les emmerdait et faire un exemple.

  • Ahma
    93809 points
  • il y a 2 ans
@Team Viscères

Tout ceci est sans doute vrai dans l'ensemble, mais tu noteras que dans certains domaines l'influence des multinationales sur l'opinion publique est pratiquement nulle : le sentiment des Français sur les OGM est à l'exact opposé de ce que les grandes entreprises du secteur souhaiteraient.
Et les médias ne sont pas toujours à leur service, puisque sur cette question comme sur d'autres ce sont justement eux qui façonnent en grande partie ladite opinion publique.

  • Ahma
    93809 points
  • il y a 2 ans
@Ahma

Je précise qu'il s'agit d'une réflexion d'ordre général, comme je le disais au Haut Landais, je ne sais à peu près rien des terrains synthétiques et de l'état des connaissances sur la question.

  • spir
    17561 points
  • il y a 2 ans
@Ahma

C'est faux : s'il y a confusion du type juge et partie, l'étude doit être dénoncée et ce n'est même pas la peine de plonger dans son contenu ou sa méthode : on sait ce qu'on va trouver à 95%. Et d'ailleurs les tricheries ne peuvent être toutes découvertes, sans compter qu'elles sont parfois inconscientes, par des gens de bonne foi (mais néanmoins se sachant payés par le business).
Il y a justement, et c'est ça qui est drôle, des "méta-études" qui comparent systématiquement des séries d'études indépendantes ou achetées (c'est le terme)... dans les domaines où il existe encore de la recherche "libre. Je vous laisse deviner les résultats.
Pire, dans les domaines où la recherche a un enjeu de business, les instances officielles (par ex les organismes d'état décideurs en médecine) sont infiltrées par des agents des industries correspondantes (et qui vont y retourner à la fin de leur mandat. Les journaux et autres publications de ces domaines sont également contrôlées. Les documents d'information officiels sont rédigés par des agents de l'industrie. Et même de soi-disant études ou articles scientifiques publiés dans les journaux les plus prestigieux, "à comité de lecture", publiés sous le nom de chercheurs renommés sont en fait aussi rédigés par de tels agents.
Informez-vous.

  • Ahma
    93809 points
  • il y a 2 ans
@spir

Il me paraît invraisemblable que l'on puisse revendiquer ouvertement une telle absurdité : condamner des études par avance du simple fait de l'identité de leurs auteurs, en refusant de tenir compte de leur validité intrinsèque.
C'est précisément le rôle des méta-analyses : permettre à des équipes de chercheurs exempts de conflits d'intérêt de passer en revue une série d'études, d'en apprécier la méthodologie et d'en tirer des conclusions statistiques globales beaucoup plus solides, et non sujettes à caution.
Le reste de ton " argumentation "...j'essaie de ne pas tomber dans le travers d'accuser les gens de faire dans la théorie du complot, mais là, tu ne fais qu'aligner les accusations gratuites.
Parce qu'au-delà des collusions possibles entre l'industrie et certains membres d'institutions publiques, il reste la réalité de la science, et le discours " les scientifiques sont tous vendus " est parfaitement puéril. L'histoire de la science moderne nous apprend que quand une position fait l'objet d'un large consensus parmi les scientifiques du domaine concerné, sa véracité est toujours confirmée par le temps.

  • spir
    17561 points
  • il y a 2 ans
@Ahma

Procès pour malfaçon entre, disons Bouyghes et des acheteurs (peut-être l'Etat, d'ailleurs). Un cabinet d'experts "indépendant" est nommé pour évaluer le travail du point de vue professionnel et des normes. Après le procès gagné par qui-tu-devines, un des 3 journalistes qui font encore du journalisme en France découvre que la société d'experts est contrôlée ou financée en sous-main par Bouyghes.
Rien d'anormal à cela, son travail d'expertise doit être évalué pour lui-même.

  • Ahma
    93809 points
  • il y a 2 ans
@spir

Ton histoire n'a pas le moindre rapport avec la recherche scientifique.

  • Ahma
    93809 points
  • il y a 2 ans
@Ahma

J'ajoute que les fraudes les plus grossières découvertes ces dernières décennies étaient précisément le fait de ces fameux chercheurs " indépendants ", et dont les résultats trafiqués ont été pourtant très largement mis en avant par les médias et ont parfois profondément influencé l'opinion publique. Ainsi, les escroqueries de Wakefield ou Séralini continueront à nuire bien longtemps après avoir été découvertes.

@Ahma

Je suis tout à fait d’accord sur la validité d’un travail scientifique, tout comme l’attrait du sensationalisme pour les médias mais il me semble que peu de gens sur ce site ne comprenne la dangerosité des HAPs

  • Ahma
    93809 points
  • il y a 2 ans
@Le Haut Landais

Sur cette question spécifiquement, je n'ai pas d'informations. Je ne sais pas si les études parues à ce jour sont suffisantes pour écarter tout soupçon: y en a-t-il eu suffisamment, sont-elles assez solides, ont-elles creusé tous les aspects de la question ? Je ne me fie pas à telle ou telle intervention médiatique pour conclure à l'existence d'un danger, cela ne signifie pas non plus que j'aie la certitude qu'il n'existe pas. Si c'était le cas, ce serait un des rares exemples où les médias seraient tombés juste par hasard.

@Ahma

C’est bien ce que j’ai dit dans plusieurs postes à propos de cette émission. Les HAPs sont une véritable merde et les taux autorisés dans les pneus sont extrêmement hauts et j’ai la formation nécessaire pour dire qu’il y a certainement beaucoup plus de rai vu de faux dans ce reportage

A suivre car au début de leur apparition je me souviens qu'on nous certifiait qu'il n'y avait aucun danger. Maintenant avec l'évolution de la recherche à voir

Avant de condamner et de tirer à balles sur les terrains synthétiques, attendons d'en savoir plus !

Je trouve important de s'intéresser à pariel sujet, d'autant que les terrains synthétiques sont de plus en plus tendances (notamment parce-que moins chers à l'entretien et plus résistants à une météo capricieuses)mais il est quand même vrai que l'on ne sait pas qu'elle est la composition exacte d'un pneu (secret industriel oblige) Donc il est bien venu d'avoir des informations sur le sujet afin qu'il y est un débat argumenté. Par contre je ne vois ce que vient faire Élise Lucet comme argument contradictoire.

  • Loyam
    37059 points
  • il y a 2 ans

Déjà, rien que le mot Synthétique signifie un aspect pas forcément naturel.
Ensuite, il est certain que les morceaux de caoutchouc ne le sont pas plus. Et dans la mesure, où si nous écoutons chaque organisme, tout est cancérigène, sauf la co****ie, par conséquent, il y a de quoi faire une émission avec un titre bien accrocheur, même si l'émission est limite dans les explications. Cqfd.

honnetement...vu la ligne editoriale d'envoye special depuis l'arrivee de Lucet....ce reportage dont le sujet meritait mieux est a prendre avec des pincettes comme d'hab avec elle....je demande quand meme a voir une enquete basee sur des faits scientifiques reels, par une enquete a charge dont elle raffole pour faire le buzz et exister.
C'est bien dommage car cela meritait une vraie enquete serieuse et etayee scientifiquement. Non seulement sur la potentielle polution aerienne mais aussi sur les blessures des membres inferieurs.
Sans compter que l'on ne parle que du foot.

Et dire qu'en région parisienne, la casi-totalité des clubs évoluent désormais sur synthétique... !

@Jean Lemou 56

C'est vrai, et tu as de superbes pizzas auc coudes et aux genoux...

on s'en sortira jamais : sur le gazon naturel, ce sont les engrais qui sont toxiques.

@Grand Sachem aux sages commentaires

La solution de rechange mise en place par le groupe allemand me semble une alternative interessante meme si certaines personnes sont allergiques au caoutchou

@Le Haut Landais

Zont qu'à jouer en capote.

Derniers articles

Arbitrage
News
Vidéos
Vidéos
News
News
News
News
News
Vidéos
Vidéos