VIDEO. Le protocole commotion cérébrale modifié
George Smith victime d'une commotion cérébrale face aux Lions.

Le Rugbynistère a besoin de votre soutien !

-70% de revenus pour le Rugbynistère avec l'arrivée du Covid-19. Aidez-nous à faire face à la crise !
Après un an de mise en place et d'enquêtes, le protocole de commotion cérébrale va subir plusieurs changements. Explications.
Après un an de mise à l'épreuve, le protocole « commotion cérébrale » va subir quelques changements. Pour rappel, ce protocole oblige un joueur suspecté de commotion à quitter le terrain pendant cinq minutes pour répondre à une série de questions. A partir des réponses données, un médecin indépendant déclare le joueur apte ou invalide à retourner sur le terrain. Un protocole facile à détourner selon Rory Lamont, qui dénonçait il y a peu des triches. Surtout, « l'affaire George Smith » a sans aucun doute précipité cette évolution. Face aux Lions, Smith avait été victime d'un impressionnant choc tête contre tête. Titubant, le Wallaby n'avait pu se rendre seul sur le banc mais... était par la suite revenu sur le terrain comme si de rien n'était :



Le Dr. Simon Kemp, médecin en chef de la RFU (la Fédération anglaise) et membre du groupe de travail de l'IRB concernant le protocole, a annoncé les changements en marge de l'ouverture officielle de l'Aviva Premiership, comme le rapporte espn :

O / Le nom change. Désormais, le Protocole de Commotion Cérébrale s'appellera Protocole de Suspicion de Commotion Cérébrale.

O / Un joueur clairement désorienté, non stable à l'arrêt et ne pouvant marcher seul plus de cinq mètres sera immédiatement exclu. Même chose si une perte de conscience est « seulement » suspectée.

O / Si le joueur passe le test sans encombre mais que le médecin considère qu'il ne doit pas retourner sur le terrain, il est en droit de le lui interdire.

D'après Kemp, la commotion est « la blessure la plus difficile à reconnaître. Nous voulons insister pour dire que le protocole n'est que la première étape du suivi d'un joueur. ». Cette annonce fait aussi suite au premier cas d'Encéphalopathie traumatique chronique due au rugby et observé en Ecosse. Pour rappel, cette maladie résulte de commotions à répétition. Aux Etats-Unis, des anciens joueurs de football américain, victimes de cette maladie, avaient attaqué en justice la NFL, obtenant 765 millions de $ de dommages et intérêts, soit plus de 582 millions d'euros.
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • Kadova
    31045 points
  • il y a 6 ans

Je suis aussi d'accord sur ces changements.
Je me souviens du quart 2007 ou Betsen apres deux chocs a la tete successifs etait reste assis et ne voulait pas sortir, mais les docs avaient reussi a le convaincre apres de longues minutes. La, au moins, pas de discussion, meme si ca fait mal au coeur, dehors.
On les aime, nos guerriers, mais le risque est trop grand.

Une bonne chose de faite. Ce sont des coups à ne surtout pas prendre à la rigolade.

si c'est pour la santé des joueurs c'est normal de renforcer le protocole.

D'accord avec Sapiens sapiens!! On aime savoir que nos joueurs soient des guerriers mais si on pouvait prendre soin de leur santé c'est qd même pas trop mal... après tout, ils nous soignent (presque) tous les weekends à grand coups d'offloads et de courses balle en main empreinte d'évitement et de soutiens... euh pardon non c'st dans RC2 ... mais qd même prtégeons nos joueurs!!!

très bonne décision!
Il ne faut pas que le Top 14 devienne "On achève bien les chevaux".
Même si le supporter que je suis aime saluer le courage d'un joueur qui reviendrait sur le terrain, il est bien qu'une autorité supérieure et indépendante agisse fasse que la compétition ne devienne pas une arène de gladiateur.

Ouais faut pas prendre de risques et pas rigoler avec ça...c'est normal.

Derniers articles

Ecrit par vous !
News
News
Transferts
News
News
News
News
News
News
News
News