VIDEO. Portrait - Mohamed Boughanmi, un colosse qui vient de loin
Mohamed Boughanmi en larmes lorsqu'il évoque sa convocation en équipe de France.
Aujourd’hui épanoui à la Rochelle, le solide pilier a été convoqué parmi les 32 joueurs pour préparer le Tournoi des 6 nations. Itinéraire d’une carrière contrastée.

Plutôt figurant qu’acteur à Toulon, à l’image de son apparition dans le film de Maïwen « Mon Roi ». Mohamed Boughanmi a su rebondir après une année où il a mangé son pain noir sur les bords de la Rade. Avec seulement une titularisation au compteur, le joueur n’entrait clairement pas dans les plans de Bernard Laporte. Son avenir rugbystique semblait alors compromis, jusqu’au coup de fil d’un certain Patrice Collazo.

Arrivé cet été à La Rochelle, le joueur de 25 ans a su s’imposer chez les Maritimes avec 14 matchs joués depuis le début de la saison. Des prestations qui ont même convaincu Guy Novès de le retenir en équipe de France pour préparer le prochain Tournoi des 6 nations. Un virement de bord brutal dans sa carrière, qui pousse certains à s’interroger sur les causes de sa non-prolongation de contrat à Toulon. Du côté du Var, on a la réponse puisque jeudi matin dans les colonnes de l’Équipe, un membre anonyme du RCT n’a pas été tendre à son encontre :  « Il ne se donnait pas les moyens », « c’est un mariole. Il ne veut pas se faire mal. »

Quoi qu’il en soit, cette époque semble bien loin pour « Momo » Boughanmi, qui lui, préfère savourer sa convocation chez les bleus comme il l’a confié au Midol : « Je suis fier d'avoir l'occasion de porter les couleurs de la France ». S’il a pu laisser l’image d’un talent gâché à certains endroits, il semble aujourd’hui plus déterminé que jamais à travailler pour rester en équipe de France « Je ne vais rien lâcher, pour moi c'est une nouvelle aventure. »Crédit vidéo : Facebook Stade Rochelais

Quand on regarde dans le retroviseur, Mohamed Boughanmi vient de loin. D’abord du côté du Stade Français, où en 2009, il commence en Espoirs avant que la porte du monde professionnel ne se ferme brutalement. Il décide alors, de se relancer à Bobigny en Fédérale 1, où il restera deux ans. En parallèle, il travaille dans le restaurant de ses frères, à mille lieux de se projeter sur sa future carrière... Fort de bonnes performances, le club de Béziers repère le colosse (1m93, 127kg) et parvient à le convaincre de signer pour deux saisons du côté du stade de la Méditerranée. La suite on la connaît, une année à Toulon et des débuts prometteurs à La Rochelle. Une trajectoire qui a mis du temps à se dessiner, mais qui laisse entrevoir de belles perspectives d’avenir, c’est tout le mal qu’on lui souhaite.

Quand on vous disait un peu plus haut que Mohamed Boughanmi avait tourné dans un film, ce n’est pas une blague. Lors de son passage à Toulon et de sa période de rééducation au centre de Cap Breton, la réalisatrice Maïwenn (Polisse) repère son imposante carrure et décide de lui attribuer un petit rôle dans son dernier film : Mon roi. Son personnage ? Un sportif en salle de sport et en piscine de rééducation. Et même si le joueur n’apparaît qu’une poignée de secondes à l’écran, il a été marqué par cette aventure originale, comme il l’a confié à Var-Matin : « J’ai beaucoup de respect pour Maïwenn, à travers ce film, j’ai vraiment vécu une super-expérience ».


Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Super mec, ça fait plaisir à voir tant d'émotions d'être sélectionné.
Continue de bosser!! On veut te voir sur le terrain !

  • Pianto
    28043 points
  • il y a 2 ans

... et puis ça fait un peu "tu vois le mec que t'as pas calculé Bernard ? il est meilleur que ceux que tu faisais jouer..."

"Un "mariole", "il veut pas se faire mal".. J'ai du mal à croire qu'on parle du même joueur.
Enfin bon, il s'agit de la critique constructive et courageuse d'un "membre anonyme du RCT" alors CQFD.

Je pense surtout que ce garçon il marche fort à l'affectif et qu'il n'a pas dû se sentir à sa place là-bas. Coach Collazo n'a pas la même approche, et certainement qu'entre gros, on se comprend!

@San Atonio

ça prouve le courage de certaines personnes. Puis pour l'avoir vu jouer euhhhhh c'est comme Atonio, je pense que celui qui se le prend sur le rable est plus susceptible de se blesser que l'inverse. Même la vidéo FB montre une cohésion forte entre les 2 avants donc ça peut-être très intéressant pour les mêlées. S'il les font tourner sur le même poste ça devrait être drôle de voir la tronche des gonzes d'en face. "Ah l'ours Atonio sort, enfin un peu de répit ! Oh c'est quoi cette masse qui le remplace !! Et merde...." 🙂

@San Atonio

Il est aussi possible qu'il se soit rendu compte qu'il ne se donnait pas assez pour réussir et que Collazo voyant son potentiel inexploité a su lui faire comprendre que c'était maintenant ou jamais

C'est beau à voir son émotion même Collazo est ému, belle histoire et elle est pas finit pour lui s'il continu à progresser.

Bon bah ça promet en plus l'histoire est cool, mis à part ses choix capillaires (c'est ça qui m'est revenu quand j'ai pensé au film et en regardant dans Google image).
Hey pour peu qu'il fasse une grande carrière avec des rebondissements médiatiques divers heureux et malheureux on tient un film 😊.

On a beau critiquer notre sytème rugbyistique français (qui a ses défauts et ses qualités), nous sommes un des seuls (avec l'Angleterre) pays où une histoire comme cellle-ci est possible.
Cette histoire serait impossible dans un model celte ou de l'hémisphère sud : si tu ne perces pas en province (l'équivalent de si tu ne perces pas à Clermont, à Toulon, à Toulouse, au Racing ou à Montpellier), tu n'as pas ou peut d'occasions de rebondir. En France, les chemins menant au haut niveau sont multiples et beaucoup plus de joueurs ont ainsi leurs chances. Je pense également à l'histoire de Lucas Pointud qui a quelques similitudes avec celle-ci.
Prenons les exemples de Rory Grice, de James Hart ou de Talalelei Gray : aucun d'entre eux n'a percé dans le championnat majeur (Super Rugby et Pro12), ils n'en restent pas moins de très bons joueurs capables de faire une grosse carrière grâce à notre model rugbystique. James Hart aurait "dû" finir amateur et maintenant les irlandais veulent le faire revenir avec pourquoi pas l'opportunité d'accéder au XV du Trèfle à terme.

Alors on trouvera toujours des contres-exemples (Niyi Adeolokun), mais qui n'restent pas moins rares.

  • sorgina
    49976 points
  • il y a 2 ans

Atonio et Boughanmi ça va pousser fort,

@sorgina

en mêlée comme en pas mêlée.

Ils prennent pas des pincettes à Toulon. C'est brut de décoffrage. Faut dire qu'ils en connaissent un rayon sur les marioles.
On espère le meilleur pour ce n°3 des piliers droits, qui ne devrait pas avoir de temps de jeu, mais sait-on jamais. Il est déjà dans le groupe, c'est déjà un signe fort quand on vient de si loin..

Aaaaah les gens du ércété, toujours dans la retenue...

  • vevere
    45203 points
  • il y a 2 ans
@Marc Lièvre Entremont

"Culture sudiste" oblige 😊

D'un autre côté, le joueur lui-même ne dit pas autre chose sur son début de carrière pro : dilettante, mariole,...

Cette émotion est belle à voir. Rafraîchissant de voir à quel point un joueur est fier de représenter son pays.
Même si les sports professionnels s'enferment de plus en plus dans carcans, content qu'il reste une infime chance aux parcours atypiques.
Bonne chance à lui pour suite.

Derniers articles

Vidéos
Vidéos
Amateur
News
News
News
Vidéos
News
News
News
News