Kung Fu Panda a testé le Warrior Adventure pour le Rugby No Limit
Kung Fu Panda était au Rugby No Limit.

Le Rugbynistère a besoin de votre soutien !

-70% de revenus pour le Rugbynistère avec l'arrivée du Covid-19. Aidez-nous à faire face à la crise !
Le Rugby No Limit, c'était début juillet à côté de Toulouse. Retour sur un moment fort de l'événement !

Il était attendu… Dans la présentation de l’équipe “Hémisphère Suuuuze”,la pression du parcours de Warrior adventure reposait sur les épaules de Kung Fu Panda, qui a optimisé sa préparation pour performer sur cette épreuve qu’il connait bien. Son équipe a fini à la première place sur le Warrior Adventure… Explications après avoir vu sa performance :

Lolo, tu as pu tester le parcours Warrior Adventure au No Limit le weekend dernier, tes impressions ?

Je suis fan de ce jeu et j’ai adoré pouvoir y participer. Je pense personnellement m’être plus entraîné pour le Parcours Ninja que pour le tournoi de rugby, surtout avec la reprise de l’émission Ninja Warrior une semaine avant le tournoi qui est tombée comme un glaçon dans la gentiane.

On t'a vu très à l'aise sur le parcours, qu'as tu pensé de la difficulté ?

Le parcours était à mon avis ni trop facile ni trop difficile, ce qui le rendait assez accessible. Chaque section présentait cependant des pièges qu’il valait mieux avoir analysés avant de commencer, comme par exemple l’épreuve des anneaux qui devenait quasiment impossible si l’anneau suivant n’était pas attrapé du premier coup. La pluie a rendu également le parcours plus difficile.

Quel conseil tu pourrais donner aux prochains candidats ?

Tout simplement s’entraîner. Soit directement dans la salle Ninja Warrior qui existe à Toulouse, soit seul en mettant l’accent sur l’équilibre, le gainage et les tractions. Regarder quelques vidéos de Bruce Lee peut aider également.

La pression était très importante sur tes épaules vu que tous les médias te présentaient comme le favori. Comment “Kung fu panda” ou “Sangoku” pour les intimes a-t-il fait pour y résister ?

J’ai repensé à l’enseignement de mon ancien maître Shi Miaofeng, moine shaolin de la 36ème génération, sur la maîtrise de soi et de l’énergie vitale. Ça m’aide dans les moments où je dois rester concentré. La boisson gentianée consommée tout au long de la journée à la buvette du stade n’y est peut-être pas pour rien non plus.

Que réponds-tu aux rumeurs de dopage ? Des personnes t'ont vu manger de l'herbe au campement. Herbe que tu aurais qualifiée de "puissante" !

(Rires) Oui c’est vrai que j’en ai consommé avant l’épreuve. Des produits dopants, nous en avons tout autour de nous dans la nature en accès libre. Certains pensent que l’herbe et les plantes sauvages que l’on trouve dans les champs ne sont bonnes que pour les ruminants, mais ce n’est pas le cas. Il suffit de savoir les identifier comme le faisaient nos ancêtres.

En plus de ta performance sur le parcours, tu as été aperçu en plein duel avec un autre Sangoku lors de la soirée du No Limit. On ne l’a plus vu après, qu’as-tu fait de lui ?

Goku n’a pas disparu, nous avons simplement fusionné. Nous voulions voir ce que donnerait la célèbre “Fuuuusion!” entre Sangoku et Super Suzaiyan (précédemment issu de la fusion entre Super Suuuuze et un Saiyan), et je dois dire que nous n’avons pas été déçus. Une superbe soirée en sa compagnie et des autres super héros, que j’espère bien retrouver l’an prochain pour de nouveaux duels !

Merci Lolo de nous avoir accordé ton précieux temps. On te laisse repartir dans la forêt chinoise pour préparer la prochaine édition du No Limit.

Merci à vous, et que Bouddha veille sur le Rugbynistère.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
Cet article ne contient aucun commentaire, soyez le premier à en poster un !

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
News
News