Ecrit par vous !
RUGBY. 6 NATIONS. Ce France-Ecosse avait tout d’une tragicomédie
RUGBY. 6 NATIONS. Ce France-Ecosse avait tout d’une tragicomédie.
Ce France-Ecosse dans le cadre de la 3e journée du Tournoi des 6 Nations avait tout d’une tragicomédie. Retraçons ensemble le scénario fou !
  • 1ème minute : Coup d’envoi des Écossais par Stuart Hogg. Jelonch récupère, et prend 30 mètres d’élan pour se crasher sur un mur sans airbag. Comme il louche un peu, il pensait percuter un seul défenseur. L’Ecossais Gilchrist plante son épaule dans la tronche de Jelonch. Le ton est donné.
  • 4ème minute : le jeu à la française revient. Un jeu à la Munster 2006, à la Rochelle 2022 : tu envoies tes tanks les uns après les autres avec un jeu à une passe. Baille, Willemse, Aldritt, Marchand, tous nos blindés chargent le mur d’Hadrien qui fissure petit à petit. Ntamack n’a aucun sentiment pour ses gros et pique la vedette en marquant en coin après ce gros travail d’avants.
  • 6ème minute : Coup d’envoi des Écossais. Jelonch récupère et reprend 30 mètres d’élan pour se re-crasher sur un mur sans airbag. L’écossais Gilchrist re-plante son épaule dans la tronche de Jelonch. Cette fois, l’arbitre siffle. Il est en effet interdit de déboiter un type deux fois dans la tête consécutivement. L’Ecossais prend un carton rouge.
  • X7me minute + 2 : Jelonch doit faire une interro surprise
    « Alors, donc aujourd’hui c’est sur la génétique »
    « Ah merde ! J’ai pas révisé !»
  • 8ème minute : La pression française permet de récupérer un ballon dans les 22m écossais. Dupont déplace immédiatement le ballon sur l’aile gauche où Fickou et Ntamack se sont écartés pour prendre l’espace et libérer Dumortier sur son aile. Essai français, 12-0. On reconnait là le plus pur style du rugby de dépossession : coup de pied de pression > Contre-ruck > Récupération > Déplacement sur l’autre aile > Essai > Enflammade > Transformation ratée.
  • 11ème minute : Momo Haouas est un peu vexé de s’être fait piquer la vedette lors d’un France-Ecosse. C’est quand même son moment ! Il plonge alors bouclettes en avants dans la tête de White. L’arbitre est désolé pour Momo mais lui met un nouveau carton rouge. Momo feinte d’être offusqué : « Quoi ? A moi ? Moi ? Mais monsieur c’est une offense que vous me faites, je suis innocent ! »

    Le poste de pilier droit semble donc être le poste de prédilection pour des cartons rouges en France. Par acquis de conscience, si j’étais Galthié, je jouerai sans pilier droit la semaine prochaine. Et puis ça nous fera une tranche de rigolade au moment de l’entrée en mêlée à 2 contre 3. Pour ce qui est de Mohamed Haouas, il nous aura donc fait un grand retour de 10 minutes. Les clermontois sont ravis de savoir qu’ils vont jouer au rugby à XIV l’année prochaine avec l’arrivée de Momo.

  • 17ème minute : Certains joueurs sont malhonnêtes. Ils font semblant d’avoir marqué et sautent de joie dans les bras des copains alors qu’ils avaient les trois pieds en touche ou commis un en-avant grossier. Cela fait partie de l’intox du rugby, dont le plus bel exemple est Blanco 1987.

    Le pilier écossais Fagerson n’est pas de ceux-là. Au contraire ! Alors que tout le monde est persuadé qu’il a marqué et que l’arbitre s’apprêtait à valider l’essai sans appel à la vidéo, voilà que cet imbécile de Fagerson peste, râle, et s’insulte lui-même en se tapant la tête. Evidemment l’arbitre a un petit doute maintenant et consulte les images pour refuser l’essai. Trop honnête ce Fagerson, le genre de type qui achète ses tickets de tram dans le tram ou respecte la limitation de vitesse à 80 sur une route de campagne de la Mayenne.
  • 20ème minute : Que serait le monde sans Finn Russell ?
    Cet homme est extraordinaire. Il joue sans complexes ni pectoraux, le sourire aux lèvres, que ce soit contre les Boks ou contre la Saussouze. On ne peut pas s’empêcher de l’aimer, au contraire de l’insupportable tripotée de numéros 10 anglo-saxons (Farrell, Sexton, Biggar). Cécile Grès tient le registre des naissances du rugby international et sait toujours nous dire quand un mec est papa. Mais quand il s’agit de Finn Russell, on a de quoi avoir peur. Russell papa ! Je l’imagine rigolard en train de jongler dans la cuisine avec deux pastèques et son bébé sous le regard mi-colère mi-dépit de sa femme. Un regard du genre : « il est complètement fêlé et j’ai quand même décidé de faire un gosse avec ce débile »
    Tiens, à peu près le même regard que Greg Townsend quand Russell se fait intercepter à la 20ème minute par Ramos. 19-0.
  • 22ème minute : Jelonch a décidemment envie de casser de la brique. Je pense qu’il a été éduqué à fendre des rondins de bois avec la tête. Alors que Van Ménerve était à deux doigts de marquer, Jelonch provoque un accident avec dommage corporel sur le bord de touche et évite l’essai écossais. Jelonch sort du terrain à 4 pattes avec un genou en moins et peu de souvenirs de l’année 2023.
  • 24ème minute : Turner se fait returner dans l’en-but français. C’est chaud sur la ligne française.
  • 26ème minute : Russell a toujours une qualité (ou un défaut) qui lui appartient : il n’a peur de rien. Même s’il a fait n’importe quoi pendant 20 minutes, il s’en fout, de toute façon il sait qu’il va boire une pinte de bière ce soir. Il orchestre bien l’attaque écossaise et amène du danger dans la défense française. Il sert dans l’intervalle You Jones qui passe devant Moi Fana médusé. La bataille du centre tourne en faveur des Scottish. Danty rigole devant sa télé : « Moi ze l’aurais défonffé ».
  • 29ème minute : J’ai compris la botte secrète de Penaud. Il s’immerge tout entier avant le match dans une caisse à savon pour pouvoir échapper plus facilement aux défenseurs
  • 30ème minute : Ntamack perpétue la tradition dite « Damien Traille » consistant à rater un drop par match pendant 50 sélections.
  • 35ème minute : déblayage dit Cros-codile.

    On remarque immédiatement la différence notable en défense entre Jelonch et Cros. Cros attend que les types aient pris 40m d’élan pour leur mettre un timbre à l’épaule. Cros monte à toute vitesse et fait tomber aux chevilles. La tronçonneuse et le sécateur. Je vois aussi quelques coupe-ongles sur le terrain mais je tairai leur nom.
  • 39ème minute : Dégagement de Ramos de 10 mètres. Jaminet rigole.
  • 41ème minute : la France invente l’essai pendant la mi-temps. L’arbitre n’est pas ouvert à cette évolution de la règle et refuse la marque.
  • Mi-temps : A la mi-temps Galthié engueule toute son équipe :
    « Merde quoi ! On a fait 1034 scénarios dans la semaine pas un qui imaginait que Momo allait prendre un carton rouge contre l’Ecosse ! C’était pourtant simple ! Fallait s’y attendre ! »
    « Moi ? Mais grand Dieu jamais ! C’est pas moi, je vous le jure ! »
  • 42ème minute : Dupont s’insurge et gueule contre l’arbitre pour un coup de coude de Shoeman dans sa gorge :
    « M. l’arbitre, il me semble tout de même qu’il serait raisonnable de votre part de considérer l’action de ce coude levé comme litigieuse contre ma personne, je vous invite humblement à revoir cette action en vidéo, si cela ne vous dérange pas trop, Monsieur l’arbitre que je respecte énormément ».
    Le fautif, Showman, rétorque que c’était pour juste pour le spectacle.
  • 49ème minute : You Jones dépasse la ligne d’en-but et se fait retourner par Dupont. Seulement, Dupont n’arrive pas à l’empêcher de marquer. Je suis très déçu. Cet homme est donc humain. 22-14.
  • 52ème minute : Russell s’amuse de la couverture en troisième rideau des Bleus. Dumortier et Penaud ont quelques problèmes avec leurs rétroviseurs et Ramos avec son pied droit. Au qui-quing game, les Ecossais sont supérieurs.
  • 53ème minute : Dupont fait une petite cuiller à Finn Russell qui trouve ça drôle. C’est vrai qu’une cuiller au rugby est plus acceptable qu’une fourchette, allez savoir pourquoi. Je suis ravi de revoir ce geste technique formidable qui me fait repenser à Fillol et Fritz en demi-finale de Top 16 en 2005… et à la tête des supporters toulousains.
  • 55ème minute : Dumortier estime que plonger dans le coin de l’en-but salirait son joli maillot blanc et décide de crocheter le dernier défenseur pour marquer. Raté ! Il se fait retourner et gâche une énorme action française. Oui mais il ne faut pas lui en vouloir, à chaque fois il se fait engueuler par sa maman quand il rentre tout crassou de l’entrainement et qu’il lâche le sac puant devant la machine à laver. Pour éviter toute salissure, il joue à l’aile et ne tombe jamais par terre. Il envisage d’ailleurs d’arrêter le sport et de se mettre au basket.
  • 62ème minute : Dupont pique un ballon dans les rucks. Je suis stupéfait, je ne comprends pas, je croyais que c’était interdit par le règlement ! Non ? Bah pourquoi personne ne l’a fait avant alors ?
    Dupont pris dans la nasse, c’est Tao qui s’apprête à jouer 9 pour sortir le ballon. On s’inquiète. Étonnamment, tout le monde le laisse faire. Je pense qu’il y avait un deal dans l’équipe pour laisser Tao en 9 une seule fois. Sinon, je ne comprends pas pourquoi personne autour ne lui a dit de bouger ses grosses fesses et de ne surtout plus jamais toucher à ce ballon.
    « Bon ok, Tao tu feras 9, mais une seule fois, hein ? Promis promis promis ? »
  • 67ème minute : l’Ecosse enfonce la mêlée française. Dintrans, Palmié, Garruet, et autres pousseurs de charrue éteignent immédiatement leur télévision et prennent soudain conscience du changement climatique.
  • 67ème minute + 30 secondes : Russell marque son essai en rigolant. Je le trouve beaucoup moins rigolo soudainement. En fait, ce mec est un crâneur. Oui, il a un air prétentieux et condescendant. 25-21.
  • 70ème minute : Aldritt est complètement transparent dans ce match. On ne l’a pas vu depuis la 10ème minute. Je vous avais dit qu’il était cramé.
  • 74ème minute : la France a enfin un ballon jouable dans les 30m mais craque et joue comme en 2014 : Bastareaud pète. Puis Papé pête. Puis Slimani fait un pick and go, suivi par Guirado et Alexandre Flanquart (oui, il a joué en équipe de France). Et puis au bout de 3 temps de jeu, Para arrête tout le monde, gueule pendant trois heures et on perd le ballon. Saint-André Chouine. Ça sent la fin de match galère tout ça.
  • 78ème minute : Grattage de Tao qui a eu les trois télés. Nouvelle chance pour les Français de marquer un essai du bonus.
  • 79ème minute : Fickou est élu homme du match. Il décide donc de faire quelque chose de bien et marque le dernier essai français, l’essai du bonus. La France s’impose 32 à 21 et Galthié nous fait croire que nous pouvons encore gagner le Tournoi. Toute l’Irlande rigole.
    Arrête arrête, ça va tourner sur insta !
  • Fin du match + 6h : Russell jongle en rigolant avec un poignard, une bouteille de Rhum et une torche en feu, debout sur le bar avec un caleçon sur la tête. Oui, je le répète, ce type est génial. Sa femme le quitte pour Lionel Beauxis.

Merci à Brieg Ker’Driscoll pour cet article ! Vous pouvez vous aussi nous soumettre des textes, pour ce faire, contactez-nous !

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • Rives31
    1243 points
  • il y a 11 mois

Enfin un article rugbynistérèsque, ça devient rare.
Suis quand même surpris que la présence insistante du toubib français sur la pelouse n’ai pas fait l’objet d’un commentaire avisé, y’avait matière pourtant !!!

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
News
News