PRO D2 – Soyaux-Angoulême : Zoom sur Théo Velten, nouveau talent du SA XV
Théo Velten (à droite), ailier en pleine ascension.
Pro D2
  • Matchs joués
  • Victoires
  • Classement
  • Points marqués
  • Points encaissés
À tout juste 20 ans, Théo Velten prend une place grandissante sur l'aile de Soyaux-Angoulême. Portrait.

7 septembre 2018, Soyaux-Angoulême reçoit Aurillac à Chanzy. Théo Velten, 19 ans (20 ans depuis le 17 septembre), est titulaire sur l'aile et fête sa première apparition de la saison chez les pros, sa onzième en PRO D2. Auteur d'un match plein (un essai, une passe décisive pour Adrien Ayestaran), il participe activement au succès des Charentais qui enchaînent deux semaines plus tard en s'imposant à Massy pour occuper la quatrième place du championnat après cinq journées. Également titularisé face aux Massicois, Théo Velten a lancé sa saison, celle qui peut lui permettre de prendre une importance clé dans le système du SA XV. ''On est content de ce premier bloc couronné par cette première victoire à l'extérieur. C'est plaisant mais on va vite voir si on est sur la bonne route car on va avoir deux grosses réceptions (Mont-de-Marsan et Vannes) et le déplacement à Brive''. Lancé dans le grand bain de la deuxième division l'an passé, sur la pelouse de Colomiers, à l'occasion de la cinquième journée, l'ailier du SA XV en garde un souvenir encore vivace. ''Je m'en souviens très bien de ce déplacement. Je ressentais beaucoup de plaisir d'être là et je réalisais ma chance de jouer à ce niveau mais je me suis mis beaucoup de pression. Les coachs m'ont parlé, les joueurs aussi mais j'étais fébrile. Tellement fébrile que j'ai commencé par un en-avant. Mais les trois-quarts sont venus me parler comme Quentin Pilet et Guillaume Lafforgue et ils m'ont encouragé, ça m'a rassuré. Le fait d'avoir ce soutien m'a mis sur de bons rails et j'étais finalement assez content de mon match''.

Le Pôle comme une claque

Avant de devenir un joueur du groupe senior angoumoisin, Théo Velten est d'abord un pur produit de la fusion charentaise. ''J'ai commencé le rugby en 2010 quand Soyaux et Angoulême ont fusionné. Avant je faisais du judo, c'est un prof de sport du collège qui était coach au SCA (NDLR : Sporting Club d'Angoulême) qui m'a emmené à l'entraînement et ça m'a plu''. Le judoka plonge donc dans le rugby à onze ans et se fait remarquer pour ses qualités. Il intègre le pôle Espoir de Tours en seconde et quitte le SA XV pour la région tourangelle. ''Angoulême n'était pas encore à ce niveau et c'était mieux de jouer en Cadets Gaudermen puis Alamercery donc j'ai évolué avec Touraine Plus quand j'étais au pôle''. Il progresse rapidement dans cette structure qui rassemblait alors les meilleurs espoirs du Grand Ouest. ''Le pôle ça m'a mis une claque, j'étais un peu fainéant sur les bords et on s'entraînait tous les jours. En plus, les grands nous montraient la voie comme Emerick Setiano (aujourd'hui à Toulon), Mathieu Tanguy (La Rochelle), Romain Laboudigue (Rennes)... Humainement, c'était énorme aussi. J'ai côtoyé des gars géniaux et on est toujours très proches. Arthur Coville par exemple est venu me voir au match contre Massy''.

À la sortie du pôle, Théo rejoint le centre de formation du CA Brive, pourtant convoité par le SA XV. Il s'explique, ''quand on sort de Tours, ils nous conseillaient de rejoindre un centre de formation (NDLR : celui de Soyaux-Angoulême n'était pas encore labellisé). J'ai fait un an à Brive puis j'ai rejoint Angoulême après avoir été en contact avec Yannick Osmond. J'étais emballé, je rentrais chez moi''. Le rapprochement est simple. Aux intersaisons lors de ses années au pôle, Théo s'entraîne sur le terrain annexe à celui des pros du SA XV. ''Jean-Luc Boyer me donnait des cours de jeu au pied et il connaissait Julien Laïrle et Renaud Gourdon qui entraînaient les trois-quarts, il leur a demandé si je pouvais aller avec eux. J'ai participé à quelques entraînements avec le groupe professionnel, principalement sur de la passe. Quand j'étais à Brive, j'ai ressenti le besoin de revenir chez moi, j'ai contacté Julien et finalement Yannick m'a appelé pour que je vienne à Angoulême''. Il arrive au centre la première année de sa labellisation.

Sélectionné en équipe de France U20 développement 

L'ailier retrouve ses terres, pari gagnant. Il est donc lancé en PRO D2 à Colomiers, découvre ensuite Chanzy, additionne les apparitions en 2017/2018 (dix au total), plante deux essais et se fait une place dans le paysage charentais. Théo affronte également l'Italie, la Géorgie (à deux reprises) et la Roumanie sous le maillot de l'équipe de France U20 développement. ''C'était une surprise d'être appelé car j'étais concentré sur le club mais c'était aussi un objectif personnel. J'étais allé en stage à Marcoussis avant l'Italie à la fin du mois de décembre. On a vécu de bons moments avec un groupe vraiment génial''

En une saison, il a rapidement démontré l'étendue de ses qualités, mêlant capacités athlétiques -vitesse, explosivité- et qualités rugbystiques. Victor Paquet, talonneur qui l'a côtoyé pendant un an à Soyaux-Angoulême (désormais à Rennes en Fédérale 1) le voit comme ''un jeune pétri de qualités''. Avant d'ajouter : ''Il a du gaz, se propose beaucoup pour aller chercher des ballons, toujours dans le bon tempo, souvent aux bons endroits. Quand il va prendre encore plus confiance en lui, il sera redouté. Théo est en train de s'imposer, il n'a jamais déçu et a certainement un bon avenir devant lui. En dehors du terrain, il est très respectueux et ne demande qu'à apprendre''.

Du haut de son mètre 70 (''seulement dans les bons jours sinon c'est 69'') pour presque 90 kilos, Théo a participé à la préparation estivale avec le groupe professionnel et c'est logiquement qu'il a été titularisé contre Aurillac puis à Massy. ''Je suis très content d'avoir rejouer en PRO D2 après avoir participé aux matchs amicaux et ça m'a fait très très plaisir de marquer contre Aurillac, même si on me le donne presque. Je ne dirais pas que c'est une obsession mais c'est vrai que si je pouvais marquer tout le temps je le ferais, c'est une pensée souvent, voire toujours présente en match''.

Crédit vidéo : Pro D2 - Officiel

Encore sous contrat espoir, celui qui est également étudiant en droit, a les cartes en main pour devenir un fer de lance du SA XV. Nul n'est prophète en son pays ? À lui de jouer.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • breiz93
    35819 points
  • il y a 9 mois

Un 3/4 de 1m69, parfois 1m70, dommage qu'il ne soit pas Breton, il me rappelle quelqu'un...

Encore un ancien judoka!!!
Merci Jigoro.

Derniers articles

Ecrit par vous !
News
Transferts
Vidéos
Transferts
News
News
News
News
News
Transferts
News