Nés et formés à l'étranger, mais JIFF : qui sont-ils et d'où viennent-ils ?
Nés et formés à l'étranger, mais JIFF : qui sont-ils et d'où viennent-ils ?
Ils sont 46 joueurs nés et formés à l'étranger à profiter malgré tout du précieux statut JIFF. Mais d'où viennent-ils ?

L’histoire avait fait beaucoup de bruit, révélant l’immense hypocrisie liée au JIFF, ou Joueur Issu des Filières de Formation. International français à 23 reprises, Scott Spedding n’a jamais pu obtenir le précieux sésame, devenu l’un des principaux critères des clubs au moment de recruter. Naturalisé français, membre des Bleus lors du Mondial 2015, Spedding était parti au combat. En vain. 

Car si le CNOSF avait validé sa demande, la FFR puis le Conseil d’Etat avait tranché en défaveur du Sud-Africain d’origine, forcé (faute de propositions) à prendre sa retraite à seulement 32 ans. Pour être JIFF, deux solutions :

Le Rugbynistère a besoin de votre soutien !

Cet article est financé par les adhérents, sans qui il n'aurait pas pu être publié. Vos adhésions nous ont permis de mobiliser plusieurs personnes pour cette publication. Vous pouvez y accéder et débloquer toutes les fonctionnalités des adhérents en nous soutenant !

Remerciez-vous !

Cet article représente pas mal de boulot. Il est financé grâce à votre soutien, et on a encore plein d’idées très Rrrrugby en attente ! Aidez-nous à renforcer l’équipe pour vous raconter d'autres belles histoires : abonnez-vous pour le prix d’une pinte !

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • ChatNoir
    5390 points
  • il y a 2 semaines

Le titre du dernier graphique est trompeur, il faudrait bien précisé qu'il s'agit de "JIFF" étrangers.

Sur le fond, il faudrait ajuster un peu le système des JIFFs en général, mais surtout l'aberration des joueurs de l'EdF non JIFFs.
Pour moi, ils devraient obtenir le statut à partir d'un nombre de sélection (genre 10 filtrer les sélections de test sur des tournées d'été).

  • RNP
    1227 points
  • il y a 2 semaines
@ChatNoir

C'est un problème de droit. Tu ne peux pas "discriminer" à l'embauche des salariés sur la base de leurs nationalités. Le seul critère acceptable juridiquement est cette notion de formation.

Sur le fond, il y a quelques dérives mais je pense néanmoins que le dispositif qui se durcit d'années en années est en train de faire ses preuves avec des clubs qui ont été contraints de revoir leurs modèles économiques et qui font une place de plus en plus importantes notamment aux jeunes joueurs.

@ChatNoir

Tu as raison @ChatNoir c'est modifié en ce sens ! Merci 😉

@ChatNoir

je suis d'accord avec toi que cela n'a pas de sens d'être international et non JIFF, il faut changer cela.

Pour le reste, les clubs qui profitent du dispositif ne comprennent pas l'intérêt de cette mesure sur le long terme. Leur réflexion est à très court terme, et c'est bien dommage. On critique souvent Toulon et ses stars mais en attendant c'est un club qui a pris le tournant de la formation "à la française" et ça lui réussit plutôt bien. Le vivier français est important et est apte à nourrir cette EDF.

Après on pourrait réfléchir autrement avec un nombre de joueurs "étrangers" max par équipe mais ce serait contraire au droit européen me semble-t-il (arrêt Bosman).

Ce qui parait par contre indispensable, plus que de faire des règles sévères en Top 14, ce serait plutôt en Pro D2 et National qu'il faut mettre des règles contraignantes sur le nombre d'étrangers. Les effectifs de Pro D2 sont largement peuplés de joueurs non sélectionnables, et on a pu voir que des jeunes joueurs JIFF s'étaient fait les dents à ce niveau là. Donc favoriser leur venue serait à mon sens une bonne idée.

Derniers articles

Transferts
News
News
News
News
News
Transferts
Ecrit par vous !
News
News
News
News