Les Fidji disposeraient de 20 millions d'euros pour créer une franchise en Super Rugby
Le Toulonnais Josua Tuisova pourrait bien repartir aux Fidji.
Un projet révolutionnaire visant à créer une franchise fidjienne en Super Rugby est en train de voir le jour.

World Rugby a récemment émis l'idée de changer la règle 8.1 de son règlement. Pour mémoire, elle permet à un joueur de représenter une équipe nationale après avoir vécu 36 mois consécutifs dans le pays correspondant. Une règle qui bénéficie principalement aux nations majeures de l'ovalie telle que la Nouvelle-Zélande, l'Australie, l'Angleterre, l'Irlande ou encore la France en leur permettant d'aligner de talentueux joueurs venus des iles du Pacifiques en toute légalité. C'est ainsi que Virimi Vakatawa a pu porter le maillot du XV de France, Waisake Naholo celui des All Blacks, Nathan Hugues représenter l'Angleterre, Speight et Kuridrani les Wallabies.
La règle sur l'éligibilité des étrangers en équipe nationale va-t-elle évoluer ?
Pour mettre fin à cet exode de joueurs vers l'Europe, les Fidji, qui comptent 165 représentants rien qu'en France, ambitionnent de créer une franchise pour évoluer en Super Rugby. Un projet tout ce qu'il y a de plus sérieux porté par Ben Ryan, l'ex-entraîneur de la sélection à 7 fidjienne championne olympique à Rio cet été. Sans parler des 23 millions d'euros que sont prêts à investir plusieurs grosses sociétés dont deux équipementiers reconnus. Soit plus que n'importe quelle équipe présente en Super Rugby à l'heure actuelle avec un stade de 20 000 places accessibles et à seulement quatre heures en avion des voisins néo-zélandais et australiens.

Dans les colonnes du Telegraph, le technicien anglais n'hésite pas à dire que cette franchise pourrait être la meilleure équipe du monde compte tenu des talents dont dispose l'île. À terme, Ryan voit même les Fidji remporter la Coupe du monde. L'exemple de l'Argentine, intégrée au Rugby Championship avec les Pumas et au Super Rugby via les Jaguares, va dans ce sens. S'il est trop tard pour la génération actuelle, qui n'a eu d'autre choix que de s'exiler pour avoir une carrière professionnelle, ce projet pourrait permettre aux jeunes fidjiens de vivre de leur passion sans être séparés de leurs proches et ce dès 2018. Si le succès est au rendez-vous, les Tonga pourraient imiter le voisin fidjien. Ce qui n'en serait que bénéfique pour le rugby mondial.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • Dich67
    20461 points
  • il y a 7 ans

Très bonne nouvelle. En espérant voir la même chose pour les Samoa et Tonga et une intégration futur dans le Rugby Championship

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
News
News