Ecrit par vous !
Jean Trillo : "les All Blacks se sont remis en question pour devenir l'équipe la plus créatrice de la planète"
Jean Trillo donne son avis sur la formation des jeunes joueurs en France et sur les Bleus.

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien
Rencontre avec Jean Trillo (28 sélections) à l'école de rugby de l'US Salles, dans une atmosphère rugbystique et éducative, où son petit fils s’entraîne en -8 ans.

Quand vous voyez votre petit-fils s’entrainer, qu’est ce que vous pensez de la formation française ?

Pour commencer, on retrouve une certaine culture dans ce club, un état d’esprit qui fait que les jeunes adhèrent. Pour moi c’est quelque chose de fondamental d’avoir cet héritage, cette culture qui nous fait défaut dans plein de secteurs sociologiques. C’est un atout pour les vertus éducatives dans une époque où l’on manque de liens vers la tradition sans pour autant contester le modernisme. Au niveau des exercices et des ateliers de jeu, il faut réfléchir sur ce que l’on attend des jeunes de l’école de rugby au travers de la politique de la fédération en matière de formation. On se rend compte que les stéréotypes des consignes fédérales ne sont pas forcément les bonnes et que le club peut aussi s’emparer d’un projet de jeu éducatif qui lui appartient. Pour moi, les jeunes ont besoin de jouer avec spontanéité.

Est-ce que vous auriez un conseil à donner à un jeune joueur qui voudrait évoluer au haut niveau ?

Quand on est un joueur de haut niveau, c’est qu’on a une caractéristique : la remise en question permanente. On ne va pas chercher à l’extérieur des motifs de se plaindre on ne va pas dire que c’est la faute de l’un ou de l’autre, on va essayer aller chercher en soi des choses pour être meilleur. C’est toute la différence entre le haut niveau et le reste. C’est une forme de vie.

Si vous aviez pu être professionnel, l’auriez vous fait ?

Je l’étais sans qu’il y ait le professionnalisme. J’étais professionnel dans ma façon d’aborder les choses. Je souhaitais passer ma vie à faire du rugby donc j’ai trouvé une façon de pouvoir réaliser cela. J’étais prof de gym donc j’avais du temps à côté pour m’entrainer. J’avais une volonté de vivre mon sport de cette façon. J'ai aménagé ma vie en fonction.

Y a-t-il un joueur actuel auquel vous vous identifiez ?

Non, d’une manière générale il y a les joueurs créatifs qui aujourd’hui demeurent assez rares, mais qui sont la référence à laquelle je pourrais m’identifier par rapport à mon expérience personnelle. En dehors de ça, c’est tellement différent que c’est difficile de comparer. Après, on assiste à un phénomène qui est important : les Néo-Zélandais, qui étaient très conformistes dans leur façon de jouer comparé aux critères d’aujourd’hui, sont à présent l’équipe les plus créatrice sur la planète. Ça montre que dans leur souci d’être la nation dominante du rugby mondial, ils en sont arrivés à une remise en questions qui les a amenés vers l’excellence.

En parlant des All Blacks, quelle nation aurait le plus de chances de prendre leur place de nation dominante à long terme selon vous ?

Actuellement il n’y a pas une grande équipe qui se dégage. Je ne vois pas grand monde à part l’Australie ou l’Afrique du sud qui ont une tradition d’élitisme qui pourrait peut-être rivaliser avec les Blacks. Je ne sais pas si l’Angleterre ou les Français pourraient un jour le faire.

Justement, que pensez vous du XV de France aujourd’hui ?

On a perdu notre identité, on a perdu cette caractéristique qui nous différenciait, qui nous permettait de nous recentrer derrière une unité de réflexion. On était Français, on avait des caractéristiques. Aujourd’hui, on a plus rien de tout ça, on est moins bons que les autres dans la discipline et dans certains secteurs où notre éducation ne nous a pas favorisé, donc on n’a pas cette identité différente. Il va falloir en trouver une, qu’on se dise qu’on est Français parce qu’on joue d’une certaine façon. C’est le challenge de Novès, on va voir ce que cela va donner. Mais le jeu actuel de l’équipe de France laisse entrevoir l'envie de retrouver l’identité du jeu français, ce qui est une orientation positive pour l’encadrement actuel.

Quel est votre meilleur souvenir de joueur ?

Mon premier match international : France-Afrique du sud à Johannesburg en 1967. Ce jour-là, tu atteins ton rêve et ta vie est finie car tu sais que tu n’auras plus d’autres satisfaction à la hauteur de l’émotion du moment. C’est un moment d’accomplissement difficile pour la vie d’un sportif car derrière, tout est fade. C’est un contexte particulier, un moment émotionnel d’une telle intensité que c’est impossible de retrouver ça dans le quotidien. Qu’est ce qui te pousse derrière à faire des efforts ? Il n’y a que les échecs qui te poussent encore.

Clément Cressiot
Clément Cressiot
Cet article est rédigé par Clément Cressiot, un grand merci pour sa contribution ! Vous pouvez proposer des textes de deux manières :
  • Racontez-nous la vie de votre club en devenant référent Rugbynistère pour votre équipe : cliquez ici.
  • Ecrivez sur le sujet de votre choix en devenant contributeur au Rugbynistère, pour ce faire contactez-nous !
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Merci pour ce partage !

Rester fidèle à soi-même tout en acceptant d"évoluer et de se remettre en question.
Quel beau projet !
Et je rejoins les autres commentateurs. Pourquoi ce n'est pas des gens comme Trillo qui sont aux manettes ?
Commentaire qu'on pourrait étendre à d'autres domaines que le rugby !
Merci pour cet interview.

  • m73
    10463 points
  • il y a 4 ans

Le soucis en France c'est qu'il n'y a pas de directives propres là ou en Angleterre ou en NZ le fédé demande des plans de jeu communs obligatoires en plus de ceux créés ou joués par les clubs. Du coup que ce soit en départemental, régional ou séléction, chaque joueur connaît la plupart des plans de jeu et de la logique, parce que ça viens d'en haut !

  • Pianto
    36981 points
  • il y a 4 ans

merci, belle interview.
J'adhère totalement aux deux autres commentaires.

Super interview, totalement d'accord sur de nombreux points, que ça soit l'importance du club à la remise en question.
Très pertinent aussi dans sa vision de voir et d'assimiler l'identité avec le projet de jeu. on voit qu'aujourd'hui la force de l'Angleterre et surtout de Jones c'est d'avoir mis l'accent sur les secteurs où les Anglais sont historiquement costauds, à savoir le combat, la puissance, les avants. Tout ça avec une génération d'arrières très talentueux. En France, on sent qu'un projet avec son identité propre est en train de naître. Mais pour le moment on cafouille un peu. Il ne faut pas qu'on s'arrête sur nos défaites. Si on devient parfaits dans notre style, on sera difficilement battus.

  • Khris
    19611 points
  • il y a 4 ans

J'adore cette interview, on manque de personnage comme lui à des postes clefs du rugby Français, et d'ailleurs pas seulement dans le rugby. Ça façon d'aborder l'identité et la remise en question me plaît énormément.

Derniers articles

Ecrit par vous !
News
News
Blog
News
Ecrit par vous !
News
News
Ecrit par vous !
News
News
News
News
Ecrit par vous !
News