Décès d'Anthony Martrette, l'homme qui a dénoncé un dopage massif dans le rugby
Anthony Martrette est décédé, à l'âge de 41 ans.

Le Rugbynistère a besoin de votre soutien !

-70% de revenus pour le Rugbynistère avec l'arrivée du Covid-19. Aidez-nous à faire face à la crise !
Ancien 3ème-ligne d'Aurillac - notamment - Anthony Martrette avait dénoncé la ''grande hypocrisie dans le rugby autour du dopage.''

"J'ai vite compris que pour passer un cap il me faudrait prendre de la masse musculaire. J'ai commencé à me doper à l'âge de 25 ans et j'ai continué jusqu'à 33 ans." Ancien 3ème-ligne de Perpignan, Bourgoin, Aurillac, Poitiers, Colomiers et Mazamet, Anthony Martrette avait fait de la lutte contre le dopage son principal combat, après avoir raccroché les crampons.

Décidant notamment de parler de son expérience dans le rugby professionnel dans un reportage choc diffusé sur France Télévisions.

VIDEO. L'enfer du décor, le reportage choc de Stade 2 sur le dopage dans le rugbyL'Equipe nous apprend une terrible nouvelle : Martrette est décédé, à l'âge de 41 ans. 

Le dopage est fréquent dans le rugby à haut niveau. La plupart des joueurs se chargent. Je l'ai vu dans la plupart des clubs où j'ai joué. J'assume ce que j'ai fait et je ne pense pas que ces cures aient eu un effet sur ma santé. Si j'ai voulu témoigner, c'est parce qu'il y a une grande hypocrisie dans le rugby autour du dopage. C'est aussi un moyen pour moi d'assumer. - Anthony Martrette dans L'Equipe

Le Rugbynistère tient à témoigner tout son soutien et ses plus sincères condoléances à la famille du défunt ainsi qu'à ses proches.

World Rugby dévoile les chiffres de son programme anti-dopage

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • ced
    100168 points
  • il y a 1 an

mais malgré ça on va continuer
continuer à faire comme si le problème n'existait pas évidemment alors qu'il faudrait faire tout le contraire si nous avions un minimum de respect pour nos gosses, pour nous, pour ce sport

  • Landru
    968 points
  • il y a 1 an

Serge Simon médecin ??????
Non un vétérinaire je dirais plutôt

C'est bien triste . Son témoignage était édifiant sur les pratiques dopantes dans notre sport . Qu'il repose en paix

Bien triste pour cet ex-joueur qui paye les pots cassés, mais sa mort n'a sans doute rien à voir avec le dopage.
A mon avis, bien des ex-dopés finiront leur vie bien tranquillement à plus de 70 piges.
C'est sans doute sujet à polémique ce que je vais écrire, mais le dopage est quelque chose de tellement généralisé dans le sport que je finis par me dire qu'il n'est peut-être pas si préjudiciable pour la santé, mis à part quelques cas d'anciens sportifs qui se dopaient et qui sont morts jeunes. Mais leur mort n'avait-elle pas un lien avec un fort état dépressif ? Les Vandenbroucke, les Pantani, ou Ph.Gaumont pour citer le vélo ont sans doute eu du mal à décrocher et sont passés d'une pratique dopante à une prise de drogue récurrente à la fin de leur carrière.
Plein de grands sportifs sont passés par là, M. Phelps notamment dont je n'ai jamais cru aux exploits. Il faut parvenir à quitter la vie dopée, c'est pas évident quand elle est planifiée depuis autant d'années.
Anthony Martrette a peut-être vécu ça.
Quoiqu'il en soit on peut décéder jeune en ayant eu une hygiène de vie parfaite.
La vie est tout simplement injuste.
Repose en paix cher Anthony.

@artillon

"A mon avis, bien des ex-dopés finiront leur vie bien tranquillement à plus de 70 piges."

Tu iras dire ça à Joost Van Der Westhuizen (paix à son âme) et à tous les Charcots encore de ce monde parmi les Boks champions du monde 95, pour ne citer qu'eux. Pour eux, c'est encore plusieurs années de douleur avant de crever comme des loques, amoindries et méconnaissables. Comme si la maladie leur enlevait au centuple tous ce qu'ils avaient gagné avec le dopage.

  • vevere
    50978 points
  • il y a 1 an
@artillon

"A mon avis, bien des ex-dopés finiront leur vie bien tranquillement à plus de 70 piges.
C'est sans doute sujet à polémique ce que je vais écrire, mais le dopage est quelque chose de tellement généralisé dans le sport que je finis par me dire qu'il n'est peut-être pas si préjudiciable pour la santé, mis à part quelques cas d'anciens sportifs qui se dopaient et qui sont morts jeunes."

C'est bien là qu'est le mal...

1- Ton "opinion" est largement partagée
2- Bravo pour "l'équité" sportive (tu as gagné une journée VIP au sein de l'Equipe Sky) 😂 😂 😂
3- Donc finalement, le rugby ne serait plus un sport mais un simple "spectacle" ou seul l'argent ferait la différence

Bref...

@vevere

Non, tu m'as pas compris.
Je déteste les tricheurs, ça me rend malade. Sky est une honte absolue.
Mais je doute juste que tous les tricheurs voient leur espérance de vie réduite à cause du dopage.
Parce que je suis en même temps très fataliste, je n'imagine pas forcément des Phelps ou des Froome mourir prématurément. Ils s'en sortiront certainement et vivront une vieillesse comme tout le monde.
La preuve avec Merckx dont tout le monde sait qu'il avait des pratiques dopantes. Mais pour Anquetil ou Fignon, malheureusement...
Tout dépend de la condition du bonhomme, et de la chance dont il disposera peut-être comme nous d'éviter cancers et autres maladies...

  • Ahma
    94024 points
  • il y a 1 an
@artillon

Je réponds plus haut à Silkerin quant aux rumeurs sur l'espérance de vie des footballeurs de NFL, il en va de même des chiffres qu'on cite fréquemment sur l'espérance de vie des anciens vainqueurs du Tour de France, qui serait de 55 ans. Or il est très facile et très rapide, en quelques minutes sur Wikipédia, de parcourir toute la liste de ces coureurs, avec leurs dates de naissance et éventuellement de décès. Et de constater que nombre d'entre eux ont vécu jusqu'à des âges très avancés, et que beaucoup d'autres sont bien vivants et très âgés.
J'ajoute que la notion même d'espérance de vie n'a aucun sens s'agissant d'une population aussi faible numériquement, et qu'on ne devrait donc pas l'utiliser si on comprend ce que cela signifie. Mais on peut, à défaut, calculer la durée de vie moyenne des coureurs décédés au cours d'une certaine période, par exemple les dix dernières années, et s'apercevoir qu'on est très très largement au-dessus des données habituellement mises en avant.

@Ahma

Bien joué glouton ! L'espérance de vie est une notion statistique très utilisée à destination du grand public mais que l'on emploie ou interprète à tort et à travers Et plus l'échantillon est réduit plus les biais sont nombreux et importants. Et toute proportion gardée, dans le cas du rugby et du dopage, dans l'incapacité de connaître le nombre de joueurs réellement dopés, la durée de vie moyenne des joueurs de rugby n'est pas un meilleur indicateur puisqu' elle intègre d'autres causes de mortalité que l'usage de produits dopants.

@artillon

Non pas que je souhaite que Phelps ou Froome meurent prématurément, mais la vie reste ce qu'elle est: une loterie injuste.

@artillon

L'EPO, la substance synonyme de dopage dans bien des cas par exemple à la particularite d'augmenter le nombre de globules rouge dans le sang. Donc d'epaissir le sang, ce qui favorise les risques cardio-vasculaires pour une personne saine. C'est un fait etabli, prendre ce produit accroit statistiquement le risque de decès. Comme le dit Team en dessous, une etude precise serait sans doute impossible à obtenir, mais oui, le dopage - sous certaines de ses formes, l'EPO est mon exemple icic - est dangereux pour la sante.

@artillon

Ce que je veux dire c'est qu'on attend encore que le dopage conduit à une mort prématuré, ou à une dégénérescence prématurée.
Il existe des cas au rugby (les Sudafs de 1995) mais même dans ce cas-là, pas de certitude scientifique.
C'est pour ces raisons-là que les sportifs continuent à utiliser ces substances (au-delà de la peur d'être sanctionné).
La preuve n'a pas encore été apporté concernant la dangerosité ou la nocivité concrète du dopage sur l'espérance de vie.

@artillon

Appuie sur ce bouton. Tu as 99% de chance de gagner 1M d'€. 1% de chance de mourir sur le coup. Est-ce que tu appuies? Une seule fois? C'est le principe du dopage. Contrairement à ce que tu dis je pense que les concernes savent très bien qu'ils prennent des risques pour leur sante, pour leur carrière. Mais en mettant en balance les risques vs les gains, beaucoup n'hesitent pas. Après tout, "ca n'arrive qu'aux autres".

@Silkerin

Je pense qu'ils le savent mais sans le comprendre réellement. À mon avis pour une majorité d'entre eux ce n'est pas un calcul cynique, juste un mélange de naïveté et d'insouciance. Ils sont jeunes, ils sont forts, il ne peut rien leur arriver d'affreux maintenant, et puis la fin de carrière c'est loin. On oublie souvent, mais les joueurs se lancent vers le monde pro à 17-18 ans. Ils sont immatures et surs de leurs choix, comme on l'a tous été à cet âge. C'est comme quand tu ne fous rien en cours alors qu'on te rabâche que c'est important pour ta vie professionnelle, ce n'est pas parce que tu as pesé le pour et le contre mais juste parce que ce futur lointain est trop abstrait.

C'est seulement une fois la carrière terminée qu'ils prennent conscience de la réalité des choses. Une carrière c'est à la fois long et très court, une fin de carrière à 35-36 ans ça représente aujourd'hui quasiment 20 ans consacrés au sport (plus de la moitié de ta vie à ce moment-là!) et en même temps cela laisse beaucoup plus à vivre derrière. C'est là qu'ils réalisent qu'il y a une vie en dehors du sport et de la performance et qu'ils pèsent réellement les conséquences de leurs choix. Cela joue fortement dans le fait que les joueurs n'en parlent qu'après la fin de la carrière, en dehors du fait qu'ils sont libérés du risque de suspension / fin de carrière. Ils ont un regard différent sur le milieu et ses pratiques justement parce que pour la première fois, ils se retrouvent à l'extérieur de ce milieu.

@artillon

Et nous n'aurons jamais d'étude pertinente sur le sujet puisqu'il faudrait déjà commencer par pouvoir recenser les sportifs dopés, les produits pris, la fréquence des prises, et pouvoir enlever de tout cela l'impact du sport en lui même (l'usure naturelle du corps sur-sollicité pendant une carrière pro, les blessures, l'impact des commotions pour les sports avec contact, etc.).
Entre l'omerta sur le dopage et la complexité de la chose, ce n'est pas près d'arriver.

Entre les commotions et le dopage generalise (oui il existe, le nier est malhonnete) peu de joueurs actuels feront de bons petits grands-pères. A titre de comparaison, l'esperance de vie pour les footballeurs americains - sujets aux commotions et dopage eux aussi - a ete estimee à... 47 ans..

  • Ahma
    94024 points
  • il y a 1 an
@Silkerin

Des chiffres totalement farfelus circulent malheureusement sur les espérances de vie de telle ou telle catégorie de sportifs, ce n'est pas rendre service à cette cause que de propager des informations erronées. La prise de conscience ne va pas sans un minimum de rigueur.

@Silkerin

Le dopage dans le rugby n'existe pas. C'est Serge Simon qui l'a dit et il est bien placé pour en parler parce que je ne sais pas si tu es au courant, il est médecin...

  • cahues
    120301 points
  • il y a 1 an

Devant la vérité, je me demande qui osera contredire cette confession.Parti trop Anthony !

De quoi est mort ce monsieur? Cela peut il être lié au dopage?

@Le Haut Landais

A priori il est decede suite à un malaise dans la soiree chez lui. Est-ce lie au dopage? Vu le profil ici, difficle de croire l'inverse en effet et j'ai cru voir que son père hesitait à demander une autopsie pour faire la lumière sur les causes reelles du decès.

@Silkerin

Merci pour ta réponse

Derniers articles

News
News
News
Transferts
News
News
News
News
News
News
News