VIDEO. L'enfer du décor, le reportage choc de Stade 2 sur le dopage dans le rugby
Stade 2 a enquêté sur le dopage dans le rugby.

Le Rugbynistère a besoin de votre soutien !

-70% de revenus pour le Rugbynistère avec l'arrivée du Covid-19. Aidez-nous à faire face à la crise !
En vidéo, découvrez le reportage choc sur le dopage dans le rugby, diffusé ce dimanche dans Stade 2.

"L'enfer du décor." Difficile de faire un titre de reportage plus accrocheur. C'est qu'en plus, le sujet s'y prête : le dopage dans le rugby. Ce dimanche, Stade 2 a diffusé l'enquête - réalisée sur plusieurs mois - par Thierry Vildary sur la pratique du dopage chez certains rugbymen de l’élite, mais aussi chez les jeunes. Un sujet tabou, mis sur le devant de la scène il y a trois ans lors des révélations de l'ancien international Laurent Bénézech. Et revenu sur le devant de la scène il y a quelques semaines, avec l'affaire des corticoïdes au sein du Racing 92.

FINALE TOP 14 2016. Des traces de corticoïdes dans les urines de Dan Carter, Joe Rokocoko et Juan Imhoff

Dans ce reportage vidéo, plusieurs joueurs et ex-joueurs ont accepté de témoigner pour la première fois sur leur propre expérience. Parmi eux, Anthony Martrette (ex-Bourgoin, Aurillac, Colomiers, Béziers...) qui a évolué douze ans au plus haut niveau. Lui avoue être tombé dans le dopage "après une première grosse blessure" afin de "reprendre la compétition le plus rapidement possible." D'où lui est venu cette pratique ? De ses propres coéquipiers, mais aussi des préparateurs physiques. Martrette d'avouer que ce système existe "dans tous les clubs."

Son témoignage est argumenté par l'évolution physique des joueurs. "Tout le monde est complice", poursuit-il. Quid des jeunes ? Stade 2 est allé à la rencontre de Rémi Jolivet, ancien grand espoir et dopé dès l'âge de 16 ans : "c'est de l'argent de poche mais il y a des choses qu'on trouve pour pas chères. Une fois qu'on sait où chercher et ce qui fonctionne..." A 22 ans, le nom de Rémi ne vous dit probablement rien, et pour cause : son corps - augmenté de 20 kilos pour un total de 120 et un temps de 12" au 100 m - n'a pas supporté les produits, qui lui ont causé une double hernie discale, lourde opération du dos à la clé.

Découvrez le reportage vidéo complet, où une arnaque à l'assurance maladie est également dévoilée : 

Crédit vidéo : FranceTV sport

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • Zejack
    16746 points
  • il y a 3 ans

Pour info, le film "MERCENAIRES" encore sur les écrans de ciné...

  • CEVEN
    170437 points
  • il y a 3 ans

Certains seraient inspirés de considérer les propos de Laurent Bénézech avec moins de haine et de condescendance (R.MAGELLAN, si tu nous lis)* que celles affichées quand le "milieu (bien pensant) de l'Ovalie", lui est tombé dessus avec une unanimité qui frisait l'indécence.

Il existe bel et bien un "accompagnement médicalisé" de la performance qui flirte avec la ligne jaune (ou blanche pour les amateurs de stimulants).

Même maladroitement, c'est bel et bien ce que souhaitait mettre en exergue L.Bénézech.
Lanceur d'alerte, vous avez dit !?!

* pour la fine bouche : www.lerugbynistere.fr/videos/video-insolite-romain-magellan-jt-special-charles-ollivon-oscar-midol-1012141243.php

  • AKA
    49012 points
  • il y a 3 ans

çà a mis du temps mais c' est arrivé, donc si je prends les derniers posts les 2 joueurs témoignant dans ce reportage sont des cons, il sont des rares à se doper et circulez il n' y a rien à voir. C' est pour çà que je dis plus bas que ce reportage n' est pas assez approfondit: que vont peser leurs témoignage devant l' omerta ambiante. N' est pas Carter et Cie qui veut...

  • straits
    19227 points
  • il y a 3 ans
@AKA

En parlant de derniers posts, je ne dis pas ça.
Je dis juste le contraire. Le dopage est présent, à tous les étages, et ne pourra que se généraliser avec la professionnalisation exacerbée.
Cela étant dit, comme ce reportage, c'est un constat. Les solutions me semblent difficiles à trouver car c'est une évolution générale de la société.
A ce titre, je suis pessimistes quant à la possibilité de faire marche arrière.
Aujourd'hui, j'ai arrêté d'essayer de dissuader les jeunes qui me demandent. Je les redirige vers un médecin qui au moins sera capable de leur tenir un discours honnête voire de les suivre régulièrement s'ils franchissent le pas.

  • AKA
    49012 points
  • il y a 3 ans
@straits

OK! Là je suis en phase avec toi et je suis aussi pessimiste que toi surtout quand je vois les réactions des responsables; par contre ce qui m' attriste c' est le fait que tu n' arrives plus à gérer tes jeunes...

  • straits
    19227 points
  • il y a 3 ans
@AKA

Il toujours été impossible de véritablement dissuader qq'un de se doper s'il a un but et qu'il est prêt à tout pour se donner les moyens de l'atteindre, le plus souvent l'argent mais parfois des raisons plus valables comme le dégoût de son corps, l'envie de plaire, la nécessité de réussir un concours...
J'ai arrêté de juger et de toute façon qui suis-je pour m'en donner le droit. Chacun est libre de faire des conneries (quand elles ne nuisent pas à autrui) et d'en assumer les conséquences quand il sait ce qu'il risque 🙁

  • straits
    19227 points
  • il y a 3 ans

Je vais aller un peu à l'encontre de tout le monde sur ce sujet comme d'habitude.

Je trouve que ce reportage s'il montre des choses intéressantes se montre néanmoins partial comme la plupart des sujets sur le dopage.

Soyons clair, si on continue dans ce professionnalisme pour le rugby, avec cette course à la vitesse et à la puissance, si on continue à importer des Nadolo et consorts, on ne pourra pas éviter le dopage. Comment convaincre un entraîneur soumis à la pression du résultat de ne pas utiliser de telles ressources par rapport à un jeune du cru et expliquer à ce jeune qu'il ne doit pas tendre physiquement vers ces modèles importés qui jouent à sa place ?
Dans ce contexte, le dopage va continuer à gagner du terrain car ce sera le seul moyen apparent pour un jeune de trouver une place dans une équipe professionnelle.
D'un autre côté, on médiatise, on injecte de l'argent, on veut du spectacle, du sensationnel: panem et circenses ! Et c'est notre société qui le réclame.

Cette culture de l'amélioration des performances est un phénomène qui va au-delà du rugby. Les plus grands dopés ne sont pas des sportifs. Le dopage de masse concerne principalement le monde du travail et sa surconsommation d'anxiolytiques et d'antidépresseurs qui plombe notre Secu…

Le problème est plus vaste: c'est celui d'une société qui réclame de la performance dans les sports, au travail voire même dans le sexe (un des 1ers produits pharmaceutiques vendu est le viagra et ses dérivés…).

Tout le monde est complice: médecin et employeurs, comme dans le sport. Il faut que la machine tourne et de plus en plus vite !!

Arrêtons d'être hypocrites, de demander le beurre et l'argent du beurre.
Si on veut des demi-dieux, soyons prêts à en payer le prix voire à le faire payer à d'autres.

Un autre point: ce reportage confond parfois un peu tout. Le problème du gamin n'est en rien du au dopage ou à des produits mais à la surcharge de travail et la musculation (ah.. Le squat à charges lourdes !). C'est dommage de balancer des contre-vérités pour faire du sensationnel 🙁

@straits

Pas mieux.

Faut être bete pour penser que les brûleurs de graisse que t'achète sur internet dans les boutiques de compléments alimentaires sont des dopants.
Ces produits ne sont que des produits markétings avec un beau packaging pour faire du pognon et n'a qu'un infime impact sur votre physique sauf si vous êtes extrêmement méticuleux sur l'alimentation etc, mais même La, à part vous faire perdre quelque Grammes de gras par mois (et encore) Ça vous fait pas grand chose.
Je pense que ce jeune qui témoigne mélange un peu tout (même si évidemment dans son discours il y a du très vrai!), Protéine créatine brûleurs de graisses ne sont absolument pas à mettre dans le même panier que les stéroïdes.

@crazyrugby

Il y a quelques temps, après avoir regardé un reportage sur Arte (Plus vite, plus haut, plus dopés) j'ai essayé de trouver des infos sur ce que prenaient les mecs sur des forums.
Un des produits était un bruleur de graisse (j'ai plus le nom, désolé), et le mec avait tellement d'effects secondaires qu'il déconseillait, in finé, aux autres d'en prendre.
Le soucis, et c'est bien dit par le jeune joueur, c'est que tout peut se cacher derrière des appelations foireuses comme bruleur de graisse ou booster; des produits sans effets comme les pires saloperies.

  • straits
    19227 points
  • il y a 3 ans
@crazyrugby

Tout à fait: le seul produit dopant pour brûler de la graisse c'est le clenbuterol et on ne le trouve que dans des inhalateurs ou chez le véto 🙂
Sinon, pour le reste, L-Carnitine et consorts sont des produits naturels, pour la plupart des acides aminés. Mais aucun n'est un produit miracle.
Et dans ces brûleurs, que va-t-on trouver ? de la caféine, du thé vert, du guarana etc... Vous en consommez tous les jours.
Soyons clairs: si vous le trouvez en vente libre en France: ce n'est pas dopant ! Que cela s'appelle créatine, DHEA ou autre.
Et je ne parle pas des protéines ou acides aminés que certains continuent à considérer comme des dopants. Obscurantisme, quant tu es là...

La Formation telle qu'envisagée en France est le 1er des pousse-au-crime....Le Joueur intégrant Sélections/Centre de Formation/Pole, il lui manque toujours 10 Kgs, c'est mm a peut prêt le seul message Personnel qu'on lui fait passer !!! Comment doit-il comprendre le message ? Cela signifie "Vas-y gaiement ! C'est pour ton bien !"...On commence par la poudre en libre service, on finit par la poudre de perlimpinpin....Le pire est qd-mm que le Jeu, la Formation "tels qu'envisagés" par FFR & consorts, nécessite en effet toujours plus de kilos.....La meilleure façon de lutter contre dopage au plus jeune age (et qu'on ne me raconte pas de Salades les compléments & cie sont le 1er des paliers mm si légaux) reste malgré tout d'appréhender le Rugby sur autre chose que le Strict défi physique....Si le tout Physique n'est plus la seule option Sélectionnante alors les momes s'en détourneront puisque ce ne sera plus LE critère qui ouvre portes à tous les Etages...........

  • Zejack
    16746 points
  • il y a 3 ans
@MARCFANXV

"Le Joueur intégrant Sélections/Centre de Formation/Pole, il lui manque toujours 10 Kgs,"

C'es exactement le discours tenu à F CROS, 3ème ligne du ST qui était capitaine des U20 en bleus à une époque.
"Pour jouer en 1, il te manque de la masse..."

@MARCFANXV

On le dit assez souvent ici (surtout les éducs), on privilégie aisément un beau bébé à un mec pétri de talent mais léger, donc effectivement, implicitement , le message est assez clair.

  • straits
    19227 points
  • il y a 3 ans
@MARCFANXV

100% d'accord

PS: Concernant le documentaire (très bon d'ailleurs), ça m'étonne toujours qu'on mette dans le même sac une personne positive au cannabis et d'autres avec des produits vraiment liés à la performance sportive.

Dans l'absolu, ok positif c'est positif, mais un mec qui consomme du cannabis et se fait gauler au contrôle, c'est quand même pas tout à fait la même chose que des mecs qui se chargent pour améliorer leur performance sur le terrain non?

@Glas.Wegian

Il est quand même précisé que seul 2 sur 3 des positifs sont suspendus, ce qui laisse penser que le joueur positif au cannabis à été laissé tranquille.

@Glas.Wegian

Oui, je me suis fait la meme reflexion, fumer un joint n'a rien à voir avec du dopage, ca décrédibilise un peu le reportage car de 3 sur 11, on passe à 2 sur 11, ce qui releve plutot de cas isoler dans le rugby amateur.

J'ai le souvenir d'amis proches qui dans d'autres sports (athlétisme, cyclisme...) ont freiné leurs ambitions sportives à des niveaux pourtant très éloignés du professionnalisme après s'être fait proposer des produits par leurs entraineurs.

Alors on ne me fera pas croire qu'un sport aussi exigeant que le rugby pro n'est pas concerné. En fait chaque sport ayant un potentiel débouché professionnel pour ceux qui le pratiquent est concerné. Quand on en est à entendre que les mecs à la pétanque prennent des bétabloquants...

On a voulu le sport professionnel, on l'a eu, et tout ses effets les plus pervers.

  • straits
    19227 points
  • il y a 3 ans
@Glas.Wegian

Idem, je rejoins ton analyse.
Argent, professionnalisme = dérives

En général, course à la performance = dérives.
Et parmi ces dérives, le dopage quel qu'il soit (stéroïdes ou corticoïdes pour le sport, antidépresseurs ou anxiolytique au boulot...)

Le Rugbynistère aussi sponsorise le dopage; à chaque bas de page, il est inscrit: "Charger plus de commentaires"...
Je menace d'interrompre mon abonnement si rien ne change !!!

Et bê... ce n'est pas en Nouvelle-Zélande que l'on verrait cela...
Quels tricheurs ces rugbymen français !!!

Les journalistes de télé et de presse écrite, ou les pompiers pyromanes.
Gagnant a tous les coups, leurs chaines investissent des millions voir des milliards pour retransmettre des épreuves sportives pour une meilleure « visibilité » de ton sport et surtout au nom de leurs pognons et du sacrosaint espace publicitaire, mais si tu veux être visible tu comprends il va falloir du spectacle du choc du sang, de la vitesse, du suspense, du drame.
Rappelle-toi, quand, dans leurs commentaires ils disent ce n’est pas un beau match il n’y a pas eu de spectacle, pas d’essai on s’ennuie ce soir et patati et patata, ou il n’y a pas beaucoup d’attaque dans le peloton on roule au train.
Ils sont à mes yeux les premiers poussent aux crimes.
Et pour finir ils viennent dans des reportages plein de pathos donner des leçons de morale et surtout encore gagner du pognon en enfonçant des portes ouverts.
Adessias

@longomaî

En parler, bien sûr haut et fort, mais dans une enquête fouillée, avec des faits étayés, des preuves des noms des lieux. Du journalisme d’investigation quoi, surement pas dans un reportage qui dis tous et rien qui dénonce un peu mais pas trop, surtout pour pas se mettre la ligue et la fédération à dos ni les gros présidents du top 14. C’est juste pour dire vous avez vu nous on en parle.
Mais pas de reportage qui dénonce la perversité du système qui autorise des joueurs blessés à jouer sous corticoïde, pas de reportage sur le manque de moyens pour assurer la lutte antidopage, etc..

Adessias

@longomaî

Alors, on laisse faire, on n'en parle pas et on continue à fermer les yeux ?
Dans le reportage, il y a l'histoire d'un môme de 17 ans ! Cela ne vous interpelle pas ?
Bien sûr qu'il y a une presse et une TV spectacle, mais il peut y avoir aussi une presse qui informe, non ?

  • straits
    19227 points
  • il y a 3 ans
@Blair Condor

L'histoire d'un môme qui confond tout et qui ne prouve rien.
On confond cause et conséquences.
La hernie est due à une volonté de prise de masse. Le dopage en est le moyen, et un moyen plus rapide c'est tout !

  • oZbeck
    26149 points
  • il y a 3 ans

Hé bé, si même en cadet les mecs se chargent comme des mulets ça fait peur!

  • straits
    19227 points
  • il y a 3 ans
@oZbeck

J'ai eu en salle un gamin qui préparait le concours de pompier de Paris.
Sa 1ère question a été: qu'est ce que je peux prendre pour pouvoir faire mes 20 tractions ? Ma réponse ? de l'entraînement.
Mes cela montre que cela touche tous les secteurs, hélas !

  • AKA
    49012 points
  • il y a 3 ans

Pas très fouillé comme reportage mais c' est un début de piste qui résume les problèmes actuels. Ce qui m' a le plus désolé hier c' est la réaction du président de Provale qui a été moins virulent à ce sujet qu' il en a été pour le "Boxing Day"...

@AKA

Robins est encore joueur... En Top14! Donc il peut pas tous se permettre.

  • AKA
    49012 points
  • il y a 3 ans
@Androsfortdufruit

Ben si,sinon que fait il là?

Reportage effectivement bien présenté et structuré. Cela montre qu'il y a bien des choses qui se passent mais que le silence est roi.
Que faudra t-il pour que cela explose ? Le décès d'un joueur ? 🙁

@virilmaiscorrect

En direct sur Canal + alors !! Les droits TV c'est important...

#camouinside

Est-ce qu'en dessous de 0 degré, la truffade est considérée comme dopante? J'ai peur d'être dopé à l'insu de mon plein gré

Et on va encore entendre les mêmes arguments : ce n'est pas vraiment du dopage, c'est juste pour se soigner ou pour passer un palier à la musculation.

@Grand Sachem aux sages commentaires

D'après Pierre de Coubertin, modifié son régime alimentaire pour être plus performant est du dopage. Dans un certain sens, il a raison...

  • straits
    19227 points
  • il y a 3 ans
@Vae Victis Brennos

Ben non...
Qui sommes nous pour en juger ?
Un gars qui après 45 ans prend des patchs de testostérone pour être encore capable d'être performant au lit est-il un délinquant dopé ?
Non ! Il est mal dans sa peau et peut être encore amoureux de sa femme.
Un mec qui fait de la pelade n'a-t-il pas le droit de prendre des corticoides ? Si, dans une société qui rejette celui qui est différent.
Alors le dopage...
J'ai encore du mal à placer le curseur parfois

@straits

Euh je crois que tu as pas compris : le dopage, c'est un en vu d'une performance SPORTIVE amélioré... Donc a moins qu'il fasse des compétition sportives avec Madame, c'est pas du dopage mais de la simple thérapie.

La notion de "dopage" est arrivée dans le sport afin de mettre une limite à la prise de produit pharmaceutique qui aurait nuit à la santé des joueurs.
C'est pour cela qu'un produit dopant n'est défini que dans le cadre du sport. Typiquement les EPO, ou pour reprendre ton exemple de testostérone, sont déjà naturellement produit par notre corps et peuvent être prescrire en cas de déficits physiologiques...

Coubertin parlais du régime alimentaire en vu d'améliorer ses performances sportives. Je ne pense pas qu'il était contre les régimes alimentaires induit par un dysfonctionnement physiologique de type allergique par exemple

  • straits
    19227 points
  • il y a 3 ans
@Vae Victis Brennos

Là où je ne te suis pas, c'est sur la définition du dopage !

En voici la définition:
- Fait d'administrer, d'inciter à l'usage, de faciliter l'utilisation, en vue d'une compétition sportive, de substances ou de procédés de nature à accroître artificiellement les capacités physiques d'une personne ou d'un animal ou à masquer leur emploi en vue d'un contrôle.
- Action de se doper avec des excitants : Le dopage avant un examen.
- Action d'augmenter l'activité économique au moyen de stimulants (crédits, détaxation, etc.).


Le dopage est l'augmentation des capacités naturelles et en théorie via des moyens non naturels.

Pour moi, pousser l'homme au delà de ses limites est du dopage.
La preuve, la prise d'amphétamines est considérée comme du dopage alors qu'elle améliore la volonté.

Donc dopage physique ou mental, c'est du dopage.
Certains sont décriés dans le sport au nom de la morale hypocrite, certains sont acceptés et encouragés au nom de la société et de son fonctionnement productiviste.

Maintenant pour revenir à Coubertin, modifier son régime alimentaire...
Un sportif qui fait du sport régulièrement ou à haut niveau est obligé de modifier son régime alimentaire, sinon il s'épuise. C'est physiologique et chimique: il brûle de l'énergie et casse des fibres musculaires.
Donc il doit se supplémenter en glucides et protéines pour avoir au moins une balance nitrogénée positive.
L'entraînement sans alimentation adaptée ne sert à rien sinon à te faire régresser.
Donc d'après Courbertin, en augmentant ses rations, il se dope ? En se supplémentant en protéines voire en acides aminés, il se dope ?
Je veux simplement montrer la dérive du discours même en sport !
On en arrive à des gens qui confondent tout et mettent dans le même panier stéroides et protéines en poudre !

  • straits
    19227 points
  • il y a 3 ans
@straits

Autre chose: la testostérone même en déficit chez l'homme ou la femme peut être prescrite en supplément mais t'empêchera de faire du sport car exogène...

  • straits
    19227 points
  • il y a 3 ans
@straits

Et enfin, si on pousse le discours extrémiste de certains lus ici, si la testostérone baisse à partir de 35 ans, c'est naturel , non ? Si les performances sexuelles baissent, c'est la logique, non ? Donc contrecarrer la nature, c'est du dopage, non ?

La science invente chaque jour des moyens de repousser les limites physiologiques de l'homme dans tous les domaines car nous le réclamons.
Et pour le sport aussi, devant notre télé nous le réclamons à grands coups d'abonnements, de redevances ou de forums.
Alors stop à la schizophrénie !

@straits

Nan mais attend : il faut remettre la citation dans son contexte : on est au début du siècle, les Jo viennent d'être créé, mais c'est un système totalement amateur où les épreuves olympiques sont tir à la corde et course en sac
De plus, il ne s'agit pas d'une règle mais d'un idéal chimérique.
Les produits dopants ont était interdit dans le sport non pas au nom d'une "morale hypocrite" mais au nom du respect de la santé. En particulier par la prise excessive d'EPO par exemple
http://www.lemonde.fr/sport/article/2006/09/29/dopage-le-danger-de-mort_818227_3242.html

et on peut effectivement considéré que les produits pharmaceutiques sont dopants... Mais on s'en fout puisqu'on est plus dans le cadre du sport et d'une performances extraordinaires.

Si j'ai bien compris ton idée, c'est de de dire "la limite pharmacie/dopage est tellement flou, qu'il faut légaliser le dopage dans le sport", ce à quoi je répond non car les promotions ne sont pas les même que dans la "vrai" vie

PS : pourquoi de la testostérone injecté n'aurait pas les même effets que la testostérone endogène ? C'est la même molécule...

  • straits
    19227 points
  • il y a 3 ans
@Vae Victis Brennos

Pour le dernier point, suivant ton traitement, avec du Sustanon notamment qui est un blend de plusieurs testo à libération courte à prolongée, on aura des taux anormaux et fluctuant suivant la semaine pour atteindre finalement le taux de testo libre souhaité.
Testo endogènes et exogènes ont le même effet. Mais si tu mesures les taux de testo libre d'un homme de 45 ans avant injection et après injection, tu ne passes pas au contrôle même si le but est défendable (et pas sur que tu aies une AUT pour ça...).

Les produits dopants bien encadrés ne sont pas tous dangereux en tout cas pas plus que les benzodiazépine notamment ou d'autres molécules (stamines...). Comme tous les produits c'est leur abus, leur détournement ou l'absence de suivi qui est dangereux.

L'alcool, le tabac et autres sont des poisons plus violents que bien des corticoïdes ou même stéroïdes. Des dizaines de milliers de cancéreux ou atteints du sida sont sous oxandrolone.

Et je ne m'en fous pas de savoir que la moitié du pays est sous benzo qui est un "dopant" moral autrement plus dangereux même si légal et distribué dans les pharmacies.

Mon idée n'est pas de légaliser le dopage, j'ai simplement constaté que nous sommes tous dopés et qu'il faut tous freiner ensemble, sportifs compris.
Je ne sais pas qui pourra appuyer sur la pédale.
En attendant, je préconise de mieux encadrer et prévenir.
Mieux prévenir des dangers réels du dopage. Et si on veut y aller, les protocoles les plus surs, les moins violents...
Mieux encadrer avec un vrai suivi, la prise en charge des résultats d'analyse etc...
Un mec qui veut se doper le fera. S'il est lâché dans la nature, il fera des conneries, se bousillera le cœur, le foie et j'en passe avec les saloperies les plus fortes et les moins chères.
Je ne pousserai jamais qq'un au dopage.
Mais accompagner un dopé vers des protocoles moins destructeurs et un sevrage est possible.

P.S: j'ai pas compris le paragraphes sur les "promotions"

@straits

Je pense que dans le cadre du sport, encadrer les sportifs sur le plan dopage me semble totalement impossible.
premièrement car la neutralité des médecins serait plus que douteuse (dès qu'il y'a de l'argent en jeu...)
Et surtout parce que les sportifs ne serait même pas motivité pour cela : or sans la collaboration du patient, rien n'est possible.

Il y'aura toujours des types prêt à risquer leurs vie pour une victoire, pour de l'argent. Au quel cas, le sport de haut niveau deviendrai espèce de combat de gladiateur où celui qui gagnera serra celui qui aura suffisamment mis ça vie en danger, une dérive tout à fait inacceptable

De plus, les sportifs se "dopant" avec des compléments alimentaires, des protéines sèches ou truc dans le genre mais qui qui sont considéré par l'agent de lutte anti-dopage comme non délétère pour la santé...

PS : C'est quoi une AUT ?

  • straits
    19227 points
  • il y a 3 ans
@Vae Victis Brennos

AUT: autorisation médicale.

Et c'est quoi cette histoire de se doper avec des protéines sèches (c'est quoi une protéine sèche...) ou des compléments ?

Et détrompe toi, tu peux faire en sorte qu'un candidat au dopage se dirige vers des produits moins nocifs et ce avec l'aide du corps médical. Je l'ai fait et avec succès.
En fait, les forums de bodybuilding (et les salles de muscu) sont pleins de ces jeunes qui demandent conseil. Ils commencent par vouloir savoir ce qui marche le mieux. On finit par leur conseiller ce qui est le moins nocif, de se faire suivre et de ne pas le faire dans certains cas. Si c'est bien expliqué, argumenté, ça marche.

Mais être manichéen, et dire:
1. le dopage c'est mal
2. vous êtes des délinquants
3. on vous prendra haut et court

Ça, ça ne marche pas...
Le gars voudra essayer, et comme pour la drogue, il fera n'importe quoi et n'importe comment.

@Grand Sachem aux sages commentaires

D'après Imhoff, c'est pour soigner un rhume.
La seule fois de ma vie où j'ai eu besoin de corticoïdes pour me remettre d'une maladie, j'étais au pieu pendant 2 semaines, et "rhume" n'était pas un terme assez fort pour décrire ce que je subissais. Imhoff, lui, joue des phases finales de rugby, dont une 1/2 aux prolongations.
Quel homme, vraiment! Ou quel menteur, au choix.

@marco_c

Il ne s'agissait pas d'un rhume mais d'une sinusite chronique, et les corticoïdes en sont un bon traitement.
Moi même pour une rhinite chronique je suis en ce moment sous cortisone, cela ne m’empêche pas par ailleurs d'être sur les terrains. Je suis sur que vous l'avez déjà été aussi plus souvent que vous ne le dîtes. Nombreux médicaments sont à base de cortisones et facilement prescrit par les médecins en cas de gros rhumes par exemple comme le béclorhino, car cela reste le meilleur remède pour lutter contre les inflammations.
Je ne sais pas si imhoff ment, mais merci de ne pas diffamer quelqu'un par simple méconnaissance du sujet

  • straits
    19227 points
  • il y a 3 ans
@Grand Sachem aux sages commentaires

Mais le dopage c'est pour passer un palier à la musculation ! Cela n'en reste pas moins du dopage...

Déjà bravo à Stade 2, le reportage est béton et intelligemment fait ! Ils soulèvent des trucs intéressants sans pour autant avoir une conclusion hâtive, chose que l'on voit régulièrement dans les médias.
Cela pousse à bien réfléchir sur les vices de notre sport...

  • Dich67
    19641 points
  • il y a 3 ans

Très bon reportage et très édifiant.

🙁

Je pense que le témoignage de ce jeune espoir explique a lui seul l'ensemble du problème... Dès le plus jeune âge ils y sont confrontés...

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
News
News