On a revu Irlande vs All Blacks 2018 : quelles sont les clés de l'exploit ? [VIDÉO]
En 2018, Jacob Stockdale avait marqué un essai décisif face aux All Blacks.
Retour sur la victoire historique de l'Irlande sur la Nouvelle-Zélande en 2018 avant le quart de finale de Coupe du monde.

Ce samedi, l'Irlande va tenter pour la première fois de son histoire de se qualifier pour les quarts de finale de la Coupe du monde. Face à elle, se dresse une montagne noire : les All Blacks, doubles champions du monde en titre, invaincus dans cette compétition depuis 2007, et meilleure équipe du monde...selon le classement de World Rugby. Car la première place mondiale a récemment changé de propriétaire ces dernières semaines. Le Pays de Galles et l'Irlande passant devant la Nouvelle-Zélande à la faveur des matchs de préparation au Mondial et leur très belle saison. En 2019, ce sont les Gallois qui ont été les plus impressionnants en remportant notamment le 6 Nations. Mais en 2018, l'équipe en vue, c'était l'Irlande avec un succès dans le Tournoi et pour clôturer le tout, une victoire historique à Dublin sur les All Blacks, 16 à 9. 

45
...minutes et cinq secondes de temps de jeu effectif lors du match en 2018. Le score ne reflète pas du tout la physionomie et l'engagement vus dans cette partie. Les deux camps ont produit du jeu de la première à la dernière seconde. A titre indicatif, la moyenne de temps de jeu dans le 6 Nations était de 39'17 en 2017.

Un contexte différent

À un mois près, cela fera un an jour pour jour que l'Irlande a battu la Nouvelle-Zélande. Un succès qui est encore frais dans les mémoires des hommes de Joe Schmidt. S'ils veulent voir les demies, ils vont devoir rééditer la performance voire même être meilleurs, car le contexte est différent. L'an dernier, les Blacks, vainqueurs du Rugby Championship avaient bataillé avec l'Australie (20-37), le Japon et l'Angleterre (15-16) avant d'enchaîner avec les Irlandais. Cette année, ce match intervient en milieu de Coupe du monde. Ils ont débuté dans le dur face aux Boks puis ont déroulé face à la Namibie et le Canada. De plus, ils bénéficient d'une semaine supplémentaire de repos suite à l'annulation du match face à l'Italie. Pendant ce temps, les Irlandais ont été battus par le Japon et ont joué un match important face au Samoa sans pour autant impressionner comme en 2018.

Une défense de fer

Néanmoins, il y a des points sur lesquels ils peuvent s'appuyer pour espérer faire tomber les Blacks. Face à des Néo-Zélandais classés premiers au nombre de mètres parcourus et de franchissements, les joueurs du Trèfle n'ont qu'une option : enfiler le bleu de chauffe ! Et ça tombe bien, ils n'ont concédé que deux essais lors des matchs de poules et affichent le meilleur pourcentage aux plaquages (90%). La défense irlandaise, c'est du solide puisqu'ils n'ont été franchis que trois fois en moyenne. D'aucuns diront qu'ils n'ont pas joué les All Blacks mais en termes de volume de jeu, le Japon a montré qu'il n'avait pas grand chose à envier aux champions du monde.

188
C'est le nombre de plaquages des Irlandais en 2018, dont 20 pour Ryan, contre 198 pour les Blacks. Notez que chaque nation en avait manqué 24.

En 2018, l'Irlande avait réussi une performance rare : empêcher les Néo-Zélandais de dépasser les 10 points et les priver d'un essai. Ce qui n'était pas arrivé depuis 20 ans lors d'un test-match ! Derrière cette résistance héroïque, un homme : l'Anglais Andy Farrell, futur sélectionneur de l'Irlande, et coach de la défense. C'est également lui qui était en place lorsque que les Lions ont battu les Blacks 24 à 21 en 2017 sans encaisser un essai. Aura-t-il une fois de plus la solution samedi ?

Ces passes qui ont fait la différence

Une grosse défense peut vous faire gagner un match, et les Bleus en savent quelque chose. Mais en 2018, c'est un essai qui avait fait la différence. A la 48e, l'Irlande avait surpris les Blacks sur une touche en inversant totalement le sens du jeu. D'abord envoyé au large, le ballon avait été passé par Sexton à Aki puis Jacob Stockdale petit côté. L'ailier avait ensuite fait parler son talent et ses cannes avec un petit par-dessus magistral. L'enchaînement de passes avait été parfait, sur cette action, mais pas seulement, de la part des 3/4 comme des avants irlandais. Si leurs homologues sont connus pour leur dextérité du 1 au 15, en novembre 2018, le pack irlandais avait montré qu'il n'était pas seulement bon à porter le cuir pour péter dans la défense. Crédit photo : the42.ie

Le pilier Tadhg Furlong avait particulièrement été en vue en position de premier attaquant derrière les touches de manière à fixer les premiers défenseurs. Avec deux coéquipiers à ses côtés et Sexton derrière lui, dans une position en diamant, il avait ainsi de multiples options. 

17%
Cela peut paraître peu mais en 2018, les avants irlandais avaient contribué à 17% du total des passes de l'équipe, soit 35 passes. En face, les avants kiwis n'avaient passé le cuir qu'à 21 reprises soit 10 % seulement du total de passes de la Nouvelle-Zélande selon The42.ie. Battant ainsi les All Blacks à leur propre jeu.

De l'importance des détails...

Nul doute que le staff néo-zélandais a revu le match et identifié que ne s'était pas bien passé en défense comme attaque. On se rappellera que les Blacks avaient été particulièrement maladroits en 2018 avec 17 turnovers et 11 pénalités contre 5 pour l'Irlande avec l'Anglais Wayne Barnes en charge. Ce samedi, c'est Nigel Owens qui officiera. Chiffre intéressant relevé par The42 : sous les ordres de Nigel Owens, les Blacks ont un taux de succès de 87 % tandis que l'Irlande a remporté 10 de ses 19 matchs avec le Gallois au sifflet. Il s'agira également de s'adapter à son arbitrage. Au Japon, les Néo-zélandais sont plus disciplinés avec 6,3 pénalités concédées en moyenne contre 6,8 pour les Irlandais, ce qui les place aux deuxièmes et troisièmes rangs dans ce domaine. Avec Sexton d'un côté et la paire Mo'unga/Barrett de l'autre, on sait parfaitement que chaque pénalité à portée de tir fera mouche

En 2018, l'Irlande avait joué 30 fois au pied par Marmion, Sexton et Luke McGrath contre 23 fois pour la Nouvelle-Zélande. Quand bien même les Blacks récupéraient la possession, ils étaient privés de la force d'attaque de Barrett et McKenzie, pris dans le ruck, sans parler de la dépense d'énergie pour couvrir le terrain.
30

....et du jeu au pied

Ces trois hommes seront aussi déterminants dans le jeu au pied d'occupation et d'attaque. Mais il ne faut pas oublier Conor Murray. Absent en 2018, le demi de mêlée est reconnu pour son kicking game. Avec des ailiers néo-zélandais (George Bridge et Sevu Reece) qui cumulent seulement 12 des 1075 sélections des Blacks sur la feuille de match, on peut clairement s'attendre à voir un déluge de ballons sur le stade. Si le temps est humide comme cela a été le cas dans ce Mondial, cela pourrait être à l'avantage de l'Irlande qui n'hésitera pas à mettre la pression sur eux et l'arrière Barrett. La Coupe du monde 2019 est-elle vraiment celle du jeu au pied ?!La Coupe du monde 2019 est-elle vraiment celle du jeu au pied ?!Attention cependant aux relances : en 2018, l'Irlande n'avait pas hésité à attaquer dans son camp sur les ballons perdus adverses face à des Néo-Zélandais qui excellent dans ce domaine. A trop donner de ballons au triangle d'attaque Bridge/Reece/Barrett, l'Irlande pourrait s'exposer à un premier essai face aux Blacks depuis 2016 ! 

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Je pense qu'il y a une dimension technique qui est occultée et qui constitue une des qualités principales du jeu Irlandais, ce sont les passages au sol. Les Irlandais sont peut-ètre la meilleure nation mondiale sur la capacité à conserver (quasi jamais de ballon qui vole conséquence d'un plaquage) et à produire un travail individuel labellisé HQ lors des passages au sol qui rend le plus souvent inopérant le travail du 1er contest. (c'est je pense l'exact inverse pour ce qui concerne notre XV National = C'est notre faiblesse principale !)
Considérant que c'est la qualité principale des AB que de rendre décisif le moindre ballon de turn-over, l'Irlande n'offre que peu de fenêtres de tir à son adversaire.
Sur ce 1/4 la donne à peut-ètre un peu changé par rapport à 2018 dans le sens où, cette fois ce sont les Verts qui semblent un peu à bout de souffle. Les AB devraient s'en sortir.

Merci pour cet article bien détaillé et très instructif . Pourrait-on en avoir un sur la stratégie galloise ? Merci!

La clé pour battre les Blacks c'est de marquer plus de points qu'eux.

Les demi-finales, sioûplait, un peu d'attention que diantre !!!!

Derniers articles

News
News
News
News
Transferts
News
News
News
News
News
News