Champions Cup - 2e journée. Montpellier vs Exeter. Le M+30 du Rugbynistère
Une nouvelle défaite en Challenge Cup pour les Montpelliérains face à Exeter.
Nouvelle saison, nouveau rendez-vous : trente minutes après une rencontre, l’équipe du Rugbynistère vous offre une séance de rattrapage.

Les 5 minutes les plus marquantes :

  • 7e - Ouverture du score de Tomane. Après arbitrage vidéo, Joe Tomane inscrit le premier essai héraultais après une action litigieuse. Suite à un petit coup de pied tenté par Pienaar, Tomane récupérait la gonfle et profitait d’un léger cafouillage pour ouvrir le score.
  • 18e - Essai d’Armand. Exeter répliquait une douzaine de minutes plus tard grâce à ses avants. Exploitant son jeu au ras cette fois, les Anglais aplatissaient sous les poteaux par l’intermédiaire du flanker Armand et sa jolie coupe mulet.
  • 39e - Essai de Nadolo. L’ailier fidjien concluait une occasion montpelliéraine à une main, en l’air et avec deux défenseurs sur le dos. Un finisseur hors pair.
  • 46e - Doublé de Nadolo. Une nouvelle séance de pick and go héraultaise permettait à Sanga d’envoyer son ailier fidjien derrière la ligne, celui-ci s’offrant par ailleurs, de quoi admirer sa polyvalence dans la conclusion des actions.
  • 71e - Pénalité de Steenson. Camara sorti sur blessure, Steenson en profitait pour offrir 3 points à son équipe. La pénalité de la gagne.

Le Top 3 du rédacteur :

  • Benoît Paillaugue : replacé en demi d’ouverture, le Français a superbement répondu au défi anglais. Ciblé par les joueurs d’Exeter, celui-ci ne s’est jamais échappé et à rendu une très belle copie offensive, ponctuée par un essai. Seul point noir : son utilisation trop peu fréquente du jeu au pied.
  • Don Armand : très actif ballon en main, le flanker anglais s’est aussi distingué par son abattement défensif. Malgré une coupe de cheveux discutable, une performance majuscule avec en point d’orgue, un doublé.
  • Nemani Nadolo : 3 offloads magnifiques, des courses tranchantes, des percussions explosives, l’ailier fidjien a su trouver des espaces là où il n’y en avait pas. Monstrueux comme à son habitude, malgré quelques trous d'airs défensivement. Mention spéciale pour Ruffenach, très disponible dans le jeu courant et costaud dans les impacts.

Le bilan :

Ce samedi après-midi, on aura eu la chance d'assister à une opposition de styles, avec à la clé une défaite montpelliéraine. D'un côté, les joueurs de Vern Cotter désireux d'imposer leur densité physique. De l'autre, les hommes de Rob Baxter, plutôt à l'aise dans un jeu de mouvement rappellent les belles années du Stade Toulousain. C'est de ce duel de registre qu'est née la défaite héraultaise due à un manque d'alternance dans le jeu et à une faillite évidente en conquête. Chahutés en touche et en mêlées, le MHR parvient quand même à prendre le bonus offensif malgré un bilan compliqué en Champions Cup cette saison : 2 défaites en matches.

Les compositions :

Montpellier : Mogg ; Fall, Tomane, Steyn, Nadolo ; Paillaugue (o), Pienaar (m) ; Camara, Picamoles, Galletier ; Janse Van Rensburg, Du Plessis ; Guillamon, Ruffenach, Nariashvili.

Exeter : Dollman ; Turner, Slade, Whitten, Woodburn ; Steenson (o), White (m) ; Salvi, Waldrom, Armand ; Hill, Lees ; Francis, Yeandle, Moon.

La fiche de la rencontre :

Montpellier 24 vs 27 Exeter (MT 17-10)

Evolution du score : 5-0 ; 5-7 ; 5-10 ; 10-10 ; 17-10 ; 17-17 ; 24-17 ; 24-24 ; 24-27

Montpellier :

4E Tomane (7e), Paillaugue (25e), Nadolo (39e, 46e), 2T Paillaugue (40e, 47e)

Carton jaune : Mogg (20e)

Exeter :

3E Armand (18e, 64e), Whitten (43e), 2T Steenson (19e, 43e), 2P Steenson (21e, 71e)

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Encore une boulette...
J'ai été étonné par le mhr, qui nous a gratifié d'un match vraiment quelconque, et vu l'effectif c'est absolument pas normal.
J'ai bien regardé Guillamon suite à l'article récent lui étant consacré et faut avouer qu'il ne participe pas à grand chose dans le jeu courant, n'avance pas spécialement à l'impact et n'est pas au dessus en mêlée. Bref rien à faire chez les bleus.
Rufenach (qui est talon je le concède) a été bien plus virulent sur tout le terrain.

Et pis le MHR est mortellement dépendant de Nadolo, il est dans tous les bons coups, que ce soit à l'aile pour finir l'action ou au milieu du terrain pour enfoncer la ligne de défense. Monstrueux.

Derniers articles

Vidéos
News
News
News
News
News
News
News
News
Vidéos
News