Ecrit par vous !
6 Nations - Les 5 points à retenir de la victoire du Pays de Galles sur l'Ecosse
6 Nations - Leigh Halfpenny a marqué 24 points face à l'Ecosse.

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien
Ce qu'il faut retenir à chaud du premier match du Tournoi des 6 Nations 2018 entre le Pays de Galles et l'Ecosse ce samedi à Cardiff.

Le Pays de Galles en contre

Avec un fort contingent des Scarlets (10 joueurs), récemment qualifiés pour les quarts de finale de la Champions Cup, Warren Gatland a fait le pari de la cohésion de club pour pallier aux nombreux forfaits. En fait, aux absences de Sam Warburton, Jonathan Davies, Dan Lydiate, Dan Biggard, Rhys Priestland, Rhys Webb, George North et Taulupe Faletau, etc. S’est ajouté celui de Scott Baldwin, inamovible talonneur du Poireau. Mais les filières de formation galloises ont de la ressource. Patchell, Navidi, Owen au talon et surtout Evans à l’aile ont tous mérité leur sélection et ils offrent une vraie alternative au plus niveau en cas de défaillance des cadres habituels.

Les Gallois sous pression dès le début avec notamment une belle percée de Johnny Gray. Il faut un contre-ruck héroïque sur la ligne des cinq mètres pour que les Gallois s’extirpent de leur camp. Le début de match est écossais, bien organisés avec et sans le ballon et il faut une interception un peu miraculeuse et surtout contre le court du jeu pour que les Gallois passent la tête hors de l’eau. Coup sur la tête pour les bleus qui dans l’action du coup d’envoi se trouent complètement en défense. Avertissement sans frais, en-avant à quelques mètres de la ligne. Mais ce n’est que partie remise puisque les Gallois passent à nouveau la ligne après trois temps de jeu.

14-0 après 13 minutes de jeu, les Écossais qui dominaient pourtant le début de match ont été surpris pour l’ultra-réalisme gallois. A la limite parfois du houra-rugby des deux côtés, les Ecossais ont proposé un jeu trop lisible pour inquiéter réellement les défenses rouges. Plus de vitesse côté gallois, seuls quelques erreurs de leurs jeunes pousses ont maintenu la tête des Écossais hors de l’eau. Russell, capable du meilleur comme ces inspirations géniales mais trop souvent capable du pire comme ces touches non trouvées et des choses trop compliquées mal exécutées dans la ligne d’attaque.

Des Ecossais dépassés et malmenés

La seconde mi-temps a démarré sur les mêmes bases : certes l’occupation a été rééquilibrée, mais le réalisme n’a pas changé de camp. Après deux pénalités de Leigh Halfpenny, les deux équipes ont accusé le coup physiquement vers la 50e . Les Écossais ont insisté mais lorsque les ballons ne sont pas tombés (12 en-avant à la 55e), ils se sont heurtés sur le mur rouge, qui avait manifestement bien appréhendé les velléités offensives de leur adversaire du jour. C’est justement peu avant l’heure de jeu que les Gallois ont décidé d’enclencher la surmultipliée. Occupation galloise, les Écossais ont semblé dépassés et l’essai de l’incontournable Leigh Halfpenny qui a provoqué la chute du mur d’Hadrien. Jusqu’alors solides sur les fondamentaux, la mêlée des Highlands s’est faite marcher dessus pour le quatrième essai rouge. Il a fallu un sursaut d’orgueil en toute fin de match pour que l’Écosse évite la bulle au tableau d’affichage.

Halfpenny brille, les jeunes ont fait l’affaire

Grosse activité du remplaçant de Sam Warburton, Josh Navidi qui a été très bon. Pour sa huitième sélection, le joueur des Cardiff Blues a sorti le troisième poumon lorsqu’il a fallu porter le ballon ou défendre. Il termine meilleur plaqueur du match avec 17 unités et aurait certainement mérité le titre de meilleur joueur du match au détriment de son homologue de l’aile de la troisième ligne. S’il n’a peu maintenir un tel niveau sur un match entier, l’accumulation de match à ce niveau devrait lui garantir quelques titularisations méritées. Warren Gatland a eu le nez creux en plaçant Justin Tipuric sur le banc en faveur de celui qui, s’il réitère cette performance devrait être du voyage au Japon.

Même remarque pour Steph Evans. Les places dans triangle arrière gallois sont chères et les dernières années ont vu l’éclosion de joueurs hors-normes. Avec Steph Evans, la relève est là et peut pousser sur le banc les cadres habituels. Il signe sa performance et le premier bonus offensif gallois dans le tournoi d’un essai bien mérité. Probablement l’un des meilleurs, sinon tout meilleur deuxième ligne du monde, Alun Wyn Jones n’a pas déçu. Des courses, infranchissables en défense, il a juste, intelligent et a mis son équipe dans l’avancée au bon moment.

Enfin, comment ne pas mentionner la performance majuscule de Leigh Halfpenny. Dans son duel de « meilleurs 15 du monde » avec Stuart Hogg, il marque presque tous les points de son équipe (24 points sur 34). Propre et juste dans le jeu, il signe un 100% au pied. Rien à dire de plus.

Finn Russell, baromètre du XV du Chardon

Côté écossais, le capitaine Barclay est toujours une valeur sûre. Johnny Grey s’est lentement éteint, probablement lorsqu’il a fallu combler les défaillances de la première ligne expérimentale du chardon. Hogg n’a pas pesé comme à son habitude, trop seul pour sauver la patrie. La performance de Finn Russell mérite à elle seule un article entier. Le poste demande trop de stabilité et n’est pas Quade Cooper ou Frédéric Michalack qui veut. Ses précipitations et autres imprécisions ont coûté cher à l’Écosse. Lorsqu’il a voulu (trop) alterné le jeu, il n’a pas beaucoup été aidé par ses compères au centre, qui ont souffert de la comparaison avec leur vis-à- vis. L’Ecosse s’exporte mal et la non-titularisation de Greig Laidlaw au profit d'Ali Rice à mettre au discrédit de Gregor Townsend. Un pari qui aurait certainement réussi à Murrefiled, mais à l’extérieur, l’expérience de Greig Laidlaw aurait pu peser davantage dans la balance. Son entrée tardive n’a rien changé, le mal était fait.

Le Pays de Galles outsider 

Après un match plaisant, les deux équipes ont néanmoins peiné à jouer juste. La faute à l’expérience galloise et un manque d’implication et d’automatisme surprenant côté écossais. Les Gallois s’en sortent malgré tout, en confiance après un essai en contre et ce malgré une domination territoriale écossaise. Au fil du match, les espoirs écossais se sont envolés et les Gallois ont pu glaner un point de bonus offensif, plutôt inespéré avant le coup d’envoi. Les Gallois peuvent envisager la suite du tournoi sereinement s’ils continuent avec le même état d’esprit. Avec plus de sérieux dans la gestion du match sous la conduite d’un Patchell plus altruiste, ils peuvent nourrir des espoirs pour une troisième voire deuxième place dans ce tournoi version 2018.

Malgré le départ Vern Cotter, l’Écosse a gardé ses ambitions dans le jeu dit “total”. La nouveauté, c’est la stagnation des progrès entrevu à l’automne de l’équipe désormais sous la houlette de Gregor Townsend. Les Écossais ont rendu aujourd’hui une copie insipide contre toute attente. Il faudrait donc être précis dans une semaine à Murrayfield et notre nouveau sélectionneur Jacques est prévenu et devra se méfier de la bande à Russell.

Auteur Non Référencé
Auteur Non Référencé
Cet article est rédigé par Auteur Non Référencé, un grand merci pour sa contribution ! Vous pouvez proposer des textes de deux manières :
  • Racontez-nous la vie de votre club en devenant référent Rugbynistère pour votre équipe : cliquez ici.
  • Ecrivez sur le sujet de votre choix en devenant contributeur au Rugbynistère, pour ce faire contactez-nous !
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • AKA
    53308 points
  • il y a 3 ans

La "copie" des Écossais n' était pas si insipide que çà, mais les Gallois ont mis tant de volume, de rythme et de justesse (çà me rappelle une autre équipe) que les gars des Highlands ont étés dépassés!

  • spir
    17561 points
  • il y a 3 ans
@AKA

Oui, j'aurais plutôt dit : assez inefficace de bout en bout, et dans tous les secteurs de jeu. Mais c'était un chouette match à regarder, du moins en comparaison de ceux de l'EdF ou de 9/10 des matchs de daube14. Si ça, c'est une équipe insipide, alors comment qualifier les nôtres ?

  • AKA
    53308 points
  • il y a 3 ans
@spir

Ton post est plus radical que le mien mais c' est tout à fait çà 😉

Sacré réservoir de Joueurs au Pays de Galles....

@MARCFANXV

C'est juste une impression. Une fois que tu réalises que leurs 10 Jones, leurs 13 Davies et leurs 23 Williams ne sont en fait que 3 joueurs d'un seul coup leur réservoir est moins impressionnant.

@Team Viscères

Mais il faut savoir que tous les Gallois ne s'appellent pas Jones , Davies ou Williams. J'en ai connu un qui s'appelait Evans.

  • Ahma
    100092 points
  • il y a 3 ans
@MARCFANXV

Le nôtre est plus grand, c'est juste qu'on a paumé les clés des cadenas.

Une prestation écossaise qui va rendre un peu d'espoir au moustachu, mais veut-il toujours gagner le Tournoi ?

Gros match, agréable à voir. Déçu pour les Ecossais, mais face à ces Gallois, il faut être à 100%: ils sont plus précis qu'un chirurgien ces diables rouges! Quelle mécanique redoutable! L'Ecosse a été trop brouillonne, surtout dans la finition pour espérer mieux que d'avoir été un sparring-partner. S'ils jouent à ce niveau la semaine prochaine, l'EdF a un espoir de ne pas finir 5ème.

  • spir
    17561 points
  • il y a 3 ans
@potemkine09

"l'EdF a un espoir de ne pas finir"... dans les 2 derniers du tournoi.

Mais l'espoir est mince de toute façon, et d'autant plus mince après ce match, car ils vont mettre l'accent sur tous les points faibles faciles à identifier là. Sans parler de la motivation, et collective en plus. En fait, toutes choses égales, l'espoir aurait été sinon plus gros, du moins moins mince après une super prestation des écossais qui ne leur aurait pas offert une telle source de points à améliorer ; et de motivation.

  • jlr974
    13237 points
  • il y a 3 ans

Si Gaüzere avait sanctionné normalement les fautes des Gallois ( placages hauts , placages sans ballon , hors-jeux dans les rucks ... ) , les Gallois n'auraient pas gagné avec tant d"écart , même si leur victoire n'est pas contestable .

@jlr974

C'est la faute de l'arbitre.

Il me semblait bien que Laidlaw n'est pas dans les petits papiers de Townsend.

Bel article, j'avais même pas vu que c'est écrit par un poireau (quel humour Lapinou...)

  • spir
    17561 points
  • il y a 3 ans
@Marc Lièvre Entremont

Laidlaw a si peu joué avec l'ASM avec sa blessure.

  • Compte supprimé
  • il y a 3 ans
@Marc Lièvre Entremont

Même pas un commentaire sur la pseudo blague "Lartotesque" en fin d'article !! Je suis déçu...

@NicoG39

J'en laisse un peu aux aut'.

  • Ahma
    100092 points
  • il y a 3 ans

Publier un article aussi complet et pas mal foutu si vite après le match : chapeau, grosse performance.

  • Compte supprimé
  • il y a 3 ans
@Ahma

Merci. Ca donne envie de recommencer 😉

@NicoG39

Fais gaffe, si tu regardes les matchs avant de les commenter et qu'en plus tu parles vraiment de ce qu'il s'est passé sur le terrain tu ne pourras jamais écrire pour l'Équipe ou Rugbyrama.

  • Bagnar
    7002 points
  • il y a 3 ans

Point n°6:
Le score aurait pu être bien pire si les dernières passes avaient été mieux reçues. (La passe était excellente, mais le receveur n'était pas bon)

Et c'est surtout ça, il y a 3 essais "cadeaux" de perdus ...

  • AKA
    53308 points
  • il y a 3 ans

Mettre Michoko et Q Cooper comme modèles de régularité il fallait l' oser!

  • Compte supprimé
  • il y a 3 ans
@AKA

Je voulais plus les classifier parmis les génies imprévisibles mais efficaces 😉

  • mimi12
    87914 points
  • il y a 3 ans

C'est dommage que le XV du Chardon retombe dans ses travers ! Mais il propose toujours un joli jeu ! Je suis un peu inquiet pour la semaine prochaine car ils risquent d’être remonté comme des pendules !

Derniers articles

Vidéos
News
Vidéos
News
News
News
News
Vidéos
Vidéos
News
Vidéos