6 Nations - Irlande - France. Revue de presse : Picamoles surveillé, Fickou dézingué, la mêlée retrouvée
Le XV de France a pris ses marques à l'Aviva Stadium avant le match face à l'Irlande.

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien
Petit tour d'horizon de la presse britannique avant le match entre l'Irlande et la France dans le Tournoi des 6 Nations.

Newstalk : "Affronter les Bleus sera plus difficile qu'avant"

L'ancien ailier du Munster, Johne Murphy prédit un match bien plus dur qu'à l'accoutumée. Et en partie en raison de la nouvelle préparation du XV de France consécutive à la nouvelle convention. La majeure partie des Bleus n'a en effet pas joué en Top 14 avant cette 3e journée, "ce qui autrefois avait un impact physique et mental". Cette fois-ci, les Tricolores débarquent avec tous leurs moyens. D'où une certaine inquiétude dans les rangs irlandais. Et notamment devant où la mêlée française a été dominatrice depuis le début de la compétition. "Leur mêlée est une arme qu'ils ont lancée très efficacement l'an dernier. Si le temps reste comme il est, c'est un domaine qui pourrait avoir un impact énorme sur le résultat." Derrière, Murphy concède que le triangle d'attaque est dangereux. Mais la couverture défensive est son point faible car "seul Yoann Huget semble comprendre comment évoluer à trois derrière. Scott Spedding décroche souvent tandis que Noa Nakaitaci n'est pour ainsi dire jamais en couverture."

Independent : "La France ne fait pas se faire des passes sous pression"

Ce dernier en prend également pour son grade dans les colonnes d'Independent. L'ancien deuxième ligne du XV du Trèfle, Neil Francis, y évoque le quart de finale "calamiteux" de l'ailier face aux All Blacks, "il n'avait aucune idée de son rôle en défense". Il regrette également que Spedding soit le "meilleur footballeur, avec un cerveau de footballeur" dans l'équipe. De fait, "la France essaie mais ne peut toujours pas faire une passe précise sous pression". Le cas de Gaël Fickou semble particulièrement énerver Francis. Il estime que le centre Toulousain, "costaud mais fin et surtout rapide" au début de sa carrière, a perdu sa vitesse électrique au profit de kilos superflus. "Continuez les gars et faites-en un Mathieu Bastareaud ! Fickou sait faire une passe de sa main droite mais n'y parvient pas à gauche". Au passage, Rémi Lamerat se fait tailler un costard puisqu'il "ne sait faire une passe d'aucun des deux côtés".

Herald : "Louis Picamoles, l'arme principale du XV de France"

Finalement, les seuls qui s'en sortent avec les honneurs aux yeux de Francis sont Baptiste Serin, qui "possède une jolie passe fouettée", et Louis Picamoles, "injouable" s'il casse le premier plaquage. Il est LE joueur à neutraliser. Jamie Heaslip ne tarit d'ailleurs pas d'éloges à son sujet. "J'ai joué assez contre Louis et vu assez de vidéo sur lui pour savoir qu'il est un sacré bon joueur. Il est costaud mais étonnamment dynamique". Il estime que son talent n'est pas reconnu à sa juste valeur. "Il est capable d'évaluer le flux du jeu, la dynamique du jeu et où les opportunités se trouvent. De toute évidence, il a un grand éventail de compétences et d'atouts. C'est un homme très difficile à arrêter. Et quand bien même vous y parvenez, il réussit toujours à faire un offload."Crédit vidéo : FFR 

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • Pianto
    37016 points
  • il y a 3 ans

plus nombreux seront les irlandais à penser comme Francis, plus on aura de chances de gagner.

Par contre, il va falloir revoir la communication de la ffr. Puisque la blague du bol d'eire (ah ah ah on la connaissait pas cela) ne marche que les footeux.
Etant donné l'histoire compliqué qu'il existe entre les irlandais du sud et les irlandais du nord et le beau symbole que représente ce XV du Trèfle, je trouve ce jeu de mot, comme dire, déplacé.

je ne comprends pas cette focalisation sur la mêlée. D'accord, avoir une bonne mêlée c'est toujours mieux, mais peut-on vraiment penser que "c'est un domaine qui pourrait avoir un impact énorme sur le résultat." ? Combien y a-t-il de mêlées dans un match international ?

@Grand Sachem aux sages commentaires

Pourquoi une phase de jeu qui use ton adversaire physiquement et mentalement, permet d'avoir des ballons d'attaque (8 joueurs en moins sur la largeur du terrain), des pénalités (soit des opportunités de points soit gagner 40-50m en un coup de pied) ne serait pas un domaine qui peut avoir un impact énorme sur le résultat? Sans la domination en mêlée contre les Écossais, on perd probablement le match...

@Team Viscères

Elle use autant l'adversaire que ton propre pack..

@crazyrugby

Seulement si les 2 mêlées sont de niveau équivalent.
Sinon je peux t'assurer que ce n'est pas le cas. Tu laisses moins de forces à tordre ton adversaire qu'à te faire tordre, et emporter le pack adverse t'use moins que te faire enfoncer. Une fois que tu as réussi à faire sauter les appuis de tes adversaires, tu n'as plus qu'à utiliser la dynamique de 900kg de viande qui avance. C'est comme pour un maul, quand il progresse tu souffres plus en défense qu'en attaque.

Même si c'est parfois excessif, il y a du vrai dans ces propos. Avouons-le.
Le cas Fickou est assez révélateur de ce que nous tendons à "fabriquer" comme rugbymen dans le Top14...
Point positif, lorsque nos adversaires nous dézinguent, c'est qu'ils nous craignent.

On passe en gros pour une petite équipe à leurs yeux.

@Un riz savant scie

On l'est.

Derniers articles

Ecrit par vous !
News
News
News
Sponsorisé News
News
News
News
News
Sponsorisé Blog
News
News