Planete Rugby : Interview avec le premier site de rugby français

Le Rugbynistère a besoin de votre soutien !

-70% de revenus pour le Rugbynistère avec l'arrivée du Covid-19. Aidez-nous à faire face à la crise !
Planete Rugby : Interview avec le premier site de rugby français
Planete Rugby : Interview avec le premier site de rugby français

Aujourd'hui, nous remontons dans le temps et nous vous présentons un pionnier. Un peu d'histoire  rugbystique online en compagnie de notre ami Jacques, webmaster du premier site de rugby francophone sur la toile. En effet, Planete Rugby a été lancé en 1998, et Jacques fait en sorte qu'il soit toujours animé de manière régulière. Entretien avec un aîné du Rugbynistère.

Le Rugbynistère : Bonjour Jacques, tu es l'un des créateurs de Planete Rugby, l'un des sites de rugby les plus anciens sur la toile. Peux-tu présenter le site et son concept en quelques mots ?

Jacques Foury : Planète Rugby est né début 1998 de la volonté de J-Ph. Madelaine, qui l'a hébergé comme une page perso. Né avec le tournoi, le site a grandi grâce à sa lettre hebdomadaire "rugbynews", qui était publiée dès le dimanche soir, c'est à dire avant les journaux papier, et bien sûr il n'y avait presque aucun site francophone à l'époque. C'était le début du Super 12 aussi, en tous cas télévisé, et c'est en animant cette rubrique que je suis entré dans l'équipe 2 mois après sa création.

Le site se veut un site d'infos et parfois de coups de gueule, ou simplement d'analyses. Les articles sont tous rédigés bénévolement par des passionnés, qui deviennent spécialistes au cours du temps, s'ils ne l'étaient pas déjà.

Le site et l'équipe n'ont jamais perçu le moindre centime. Nous payons le domaine et l'hébergement sur nos fonds propres. Les pubs qu'on peut voir sur la page d'accueil résultent de partenariats symboliques, et ne rapportent rien au site.

LR : D'où t'es venue l'idée de lancer un site ? Qu'est-ce qui t'a motivé à te lancer dans l'aventure ?

JF : La passion du rugby est toujours présente, et la migration sur un nom de domaine dédié et sur un serveur s'est faite en 1999, avant la Coupe du Monde.

LR : Est-ce que Planete Rugby était le premier site de Rugby en français sur la toile ? Si non, qui l'a précédé ?

JF : Il y a toujours eu des sites "perso", mais les seules sources de l'époque étaient anglophones. Je n'ai pas connaissance de site amateur qui ait précédé Planète Rugby, et il n'y avait aucun site dédié au rugby en 1998.

LR : Quelle a été l'évolution du site depuis ses débuts et quels sont les projets futurs pour Planete Rugby ?

JF : La page perso en 1998 est devenu un site dédié en 1999, soutenu par plus d'une dizaine de rédacteurs. Chacun a toujours trouvé sa place pour participer au site.
Depuis 2007, les contributeurs se détachent du site, la vie transformant les jeunes en quadragénaires, papas, mamans, et les jeunes cadres en responsables surbookés... et puis certains ont des examens à passer, travaillent et ne reviennent pas. Notre Nicolas préféré, qui se chargeait avec une grosse énergie de tout ce qui concerne l'hémisphère Sud, est parti s'installer en Afrique... et là...
Nous avons même un ancien rédacteur, étudiant en journalisme, est même parti de chez nous pour travailler pour le Midol, puis l'Équipe et Rugby Mag, la défunte revue.

Les projets, vue la baisse des participants, sont de s'associer avec d'autres sites qui montent, pour que Planète Rugby continue à exister. Mais chacun prêche pour sa paroisse, et rapidement les associations s'essouflent et s'arrêtent, comme avec le site de Bernard Laporte, qui a fermé quand il est devenu ministre, ou Club XV, qui n'a pas désiré pousser l'association. On a un peu l'impression que les sites partenaires se lancent en s'associant au nôtre, profitent du référencement puis une fois lancés, nous laissent tomber pour vivre leur vie.

LR : As-tu joué au Rugby toi-même ? Si oui, pour quel(s) club(s) ? A quel(s) poste(s) ?

JF : J'ai joué, oui, depuis l'âge de 17 ans, à Limoges, puis en région Rouennaise, et en région bordelaise, à Pessac Alouette. J'ai débuté à l'aile, pendant 1 saison... J'ai fait une carrière de 3e ligne aile, pour finir 2nde ligne, la trentaine aidant (eh, oui, quand on est plus âgé, on court moins vite).

LR : Quels sont tes meilleurs souvenirs de rugby ?

JF : J'ai fait une merveilleuse saison universitaire avec l'Université de Rouen, champion de Normandie, et éliminé en 8e de finale de Championnat de France. Une bande de copains fabuleuse. Ensuite, bien sûr, être allé en finale de Championnat de France de 3e série avec Pessac Alouette !

Aujourd'hui j'entraîne des jeunes, et là aussi, on passe d'excellents moments.

LR : Quel club soutiens-tu aujourd'hui en Top 14 ?

JF : Mon coeur limousin est un peu montagnard. Brive et Clermont sont mes préférés. Mais j'aime tous les clubs et j'adore voir monter des "petits" clubs comme Montpellier. Et puis ma femme étant Lot-et-Garonnaise, je vais voir jouer Agen assez souvent.

LR : As-tu une anecdote rugby que tu veux partager avec les lecteurs du Rugbynistère ?

JF : Il y en a tellement... mais ma seconde saison, jouée avec les Juniors Reichel de Limoges, où nous avons vécu une galère sans nom (tous les joueurs de la Une sont partis, il a fallu les remplacer sous peine de sanction pour le club). Lorsque nous avons joué à Bègles, nous avons pris une marée énorme. Mais quand les spectateurs sont entrés dans le stade Musard pour voir le match de Groupe A, nous avions pris plus de 106 points... avec un affichage à 2 chiffres, ils ont cru qu'on perdait 6-0... Bègles venait d'être champion de France, et on est tous allés toucher le Bout de Bois.

LR : Vous couvrez beaucoup de championnats sur Planete Rugby, quel est celui que tu attends avec le plus d'impatience ?

JF : Le Tournoi. C'est une valeur sûre, bien sûr, mais on y est toujours aussi attaché. Le Super 14 fut notre cheval de bataille, et il reste un gros atout de notre site. Et puis les Coupes du Monde, où nous trouvons toujours des volontaires pour monter un site dédié le temps qu'elle dure !

LR : Quels sont tes conseils de webmaster expérimenté au Rugbynistère ?

JF : Durer, c'est le plus difficile. Humblement, je pense qu'il ne faut se lancer dans des projets que s'ils tiennent. Nous avons sorti plus de 200 numéros de notre newsletter RugbyNews... c'est une belle réussite, pratiquement évanouie. Ça n'a pu réussir que parce que nous étions nombreux.
Nico
Nico
Cet article est rédigé par Nico, un grand merci pour sa contribution ! Vous pouvez proposer des textes de deux manières :
  • Racontez-nous la vie de votre club en devenant référent Rugbynistère pour votre équipe : cliquez ici.
  • Ecrivez sur le sujet de votre choix en devenant contributeur au Rugbynistère, pour ce faire contactez-nous !
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
Cet article ne contient aucun commentaire, soyez le premier à en poster un !

Derniers articles

Transferts
News
News
News
News
News
News
News
News
News
News