XV de France - Que pensent les prochains adversaires de nos Bleus ?

XV de France - Que pensent les prochains adversaires de nos Bleus ?
Les Bleus dans la tourmente au coup de sifflet final.
Dans notre revue de presse de cette semaine, nous nous sommes intéressé à la vision de la presse étrangère des prochaines confrontations des Bleus.

Les choix de Jacques Brunel

La presse étrangère est unanime sur les choix que le sélectionneur a fait dans sa composition d'équipe. Vous l'avez entendu en France, mais mettre deux centres de formation à l'aile et un ailier à l'arrière face à une équipe d'Angleterre qui use parfaitement du jeu au pied était un risque insensé, comme le dit l'Independent, qui qualifie ces choix de "bizarres" : "Il n’était donc pas surprenant que l’Angleterre ait délibérément ciblé le trio et récolté les fruits de cette victoire." Pour l'Evening Standard"la politique de sélection est notamment incohérente." Ils continuent par le choix de Mathieu Bastareaud au centre de l'attaque, considéré comme "encombrant". 

Malgré tout, ils espèrent que Jacques Brunel reviendra dans "une unité plus équilibrée et plus offensive pour la réception de l'Écosse, en particulier après que Romain Ntamack, Thomas Ramos et Antoine Dupont aient tous été brillants sur le banc de remplaçants à Twickenham." 

Le futur du sélectionneur 

Encore une fois, les médias étrangers sont tous d'accord pour mettre en cause le sélectionneur Jacques Brunel, notamment l'Independent qui rappelle le sort de Guy Novès : 

Le prédécesseur de Brunel, Guy Novès, a été remplacé pour beaucoup moins, et comme l’a écrit un grand écrivain français du rugby, dimanche, "Brunel est trop vieux pour le boulot". Ce n’est pas une atteinte à son âge, mais une observation précise car qu’il n’a absolument pas réussi à évoluer avec son temps et à s’adapter à ce que le rugby moderne est réellement."

Ce même journal remarque que le sélectionneur Français "n'inspire pas confiance", alors que "son temps est écoulé en montrant une réticence totale à accepter la responsabilité de la performance embarrassanteface à l'Angleterre. Ils estiment que si Brunel avait encore de la fierté, "il se sacrifierait pour le plus grand bien du pays (sans que cela veuille dire qu'il doit démissionner pour l'instant)." 

La Stampa, journal italien, l'incapacité à réagir de cette équipe est de l'ordre du terrain mais également "quelque chose qui ne fonctionne pas dans le cockpit, et on l'attribue à la vieillesse, au style paternaliste, un peu daté, de Jacques Brunel." 

L'avenir du XV de France 

L'Independent est le journal qui s'est le plus penché sur le cas du XV de France à l'étranger. Ils commencent leur article par une comparaison et un petit flashback sur le sort de l'Italie il y a quelques années, où "19 défaites consécutives ont, à juste titre, permis de voir la place de l’Italie parmi les Six Nations sous surveillance, alors que la menace de relégation menaçait, notamment lorsque World Rugby discutait à ce moment de la manière de réorganiser le sport au niveau international." Pour eux, Jacques Brunel doit préparer la France à l'avenir pour qu'elle revienne dans les meilleures nations mondiales.

Le journal Italien La Stampa parle de "derby pour la cuillère de bois", le 16 mars à Rome. Ils déclarent également que l'Italie est une "habituée", alors que les Français, eux, "beaucoup moins".

Alors, pourquoi Brunel ne regarde-t-il pas vers l’avenir ? Donnez à Romain Ntamack une longue course sur le côté. Mettez fin à la carrière internationale de Parra et laissez le prometteur Antoine Dupont avoir de la liberté sur le terrain. Faites commencer Thomas Ramos, un arrière de formation, à l'arrière. Formez l’un des plus formidables partenariats en première ligne avec Uini Atonio et Demba Bamba et, surtout, échappez au jeu unidimensionnel proposé par Bastareaud." - L'Independent

Toujours dans le même article, ils estiment que l'année 2019 doit être mise de côté pour la France afin de préparer l'avenir : "ils ont beaucoup trop de talents pour continuer à offrir des performances sous la normale, et avec un record de 16 défaites lors des 20 derniers matchs, il faut changer quelque chose. Cela commence par l'entraîneur principal et le moins que Brunel puisse faire est de préparer la France à l'avenir."

Quant au prochain match des Bleus, face à l'Écosse dans 15 jours, les Bleus ne font plus peur. Le talonneur Stuart McInally s'est exprimé dans le Herald Scotland en affirmant qu'il était "confiant que l'Écosse puisse relever ce défi, non pas par optimisme aveugle, mais parce que son équipe d'Édimbourg a déjà battu deux formations françaises cette saison en Coupe d'Europe." En effet, Édimbourg est venu à bout de Toulon et Montpellier, deux gros packs du Top 14.

La pression est donc très forte sur l’Écosse, qui s’apprête à se rendre en France dans les quinze jours qui suivent sa victoire sur l’Italie avec la défaite de 22-13 hier contre l’Irlande. - Herald Scotland

Derniers articles

News
News
News
Vidéos
News
Transferts
News
News
News
News