Top 14 - Demi-finales. La Rochelle est-elle si loin de la machine toulousaine ?
La première demi-finale du Top 14 opposera le Stade Toulousain au Stade Rochelais.
Découvrez les principales statistiques du Stade Toulousain et du Stade Rochelais avant la demi-finale du Top 14 samedi à Bordeaux.

Top 14 - Meilleures équipes, meilleurs joueurs, qui a brillé pendant 26 journées ?Top 14 - Meilleures équipes, meilleurs joueurs, qui a brillé pendant 26 journées ?Ce samedi, le Stade Rochelais défie le Stade Toulousain lors de la première demi-finale du Top 14 au Matmut Atlantique de Bordeaux. Après la phase régulière, on ne peut parler de belle entre les deux formations puisque Toulouse a remporté le match aller (33/26 lors de la 3e journée) comme le retour (19-23 lors la 20e journée). Mais on sait que les phases finales sont un nouveau championnat. Et sur un terrain neutre, chaque équipe possède autant de chances que l'autre de qualifier pour la finale au Stade de France.  

À première vue, le Stade Toulousain est favori à la faveur des stats après 26 journée. Mais, les Maritimes ont montré en barrage à Colombes face au Racing 92 qu'ils avaient du coeur. Si on regarde l'évolution de leur parcours respectif en Top 14, on remarque que les deux formations ont longtemps été dans le même wagon. Elles se sont séparées aux alentours de la 17e journée. À ce moment-là, La Rochelle a connu un passage à vide avec cinq revers de rang. Tandis que Toulouse n'a perdu qu'une fois à Toulon, mettant fin à sa série de 14 matchs sans défaite.

719
Avec 719 points, le Stade Rochelais fait partie des meilleures équipes du championnat en attaque (4e position). Cependant, c'est 101 points de moins que les Toulousains. Vincent Rattez est le meilleur marqueur d'essais rochelais avec 9 réalisations tandis qu'Ihaia West domine le classement des réalisateurs avec 235 points. Deux hommes qui auront un grand rôle à jouer samedi à Bordeaux.

Cinquième à l'issue de la phase régulière, La Rochelle pointe aussi quatrième rang du classement des essais marqués avec 86 réalisations. C'est quatre de moins que l'ASM. Mais Toulouse est loin devant avec 101 essais inscrits. Ce qui est un record en Top 14. En moyenne, les hommes d'Ugo Mola franchissent la ligne de craie adverse à 3,88 reprises contre 3,31 pour ceux de Xavier Garbajosa.

Si on a vu des Rochelais hermétiques contre le Racing 92 en barrage, la défense est aussi le fort de Toulousains avec seulement 2,12 essais encaissés pour un total de 508 points. Durant la saison, leur futur adversaire a concédé 616 unités à raison de 2,46 essais encaissés par match.
508

Ce qui fait la force du Stade Toulousain, c'est cette forme d'équilibre qu'il y a entre les anciens et les jeunes. Un équilibre que l'on retrouve aussi au tableau d'affichage. Toulouse est une équipe qui marque presque autant de points en première période (448) qu'en seconde (372). À l'inverse, le Stade Rochelais est une formation qui marque 62 % de ses points dans le premier acte et qui a tendance à subir lors des quarante dernières minutes (54 % de ses points encaissés en deuxième période). Les Maritimes doivent donc faire une grosse entame s'ils veulent déjouer les pronostics de cette demie. 

À ce stade de la compétition, le moindre détail peut avoir son importance. La moindre faute peut faire la pencher la balance d'un côté comme de l'autre. Durant toute la saison, Rochelais et Toulousains ont été parmi les plus disciplinés avec seulement 13 cartons jaunes reçus pour les uns et 15 pour les autres.
Yellow_card

Si l'enjeu venait à tuer le jeu, les buteurs de chaque équipe seront certainement déterminant dans le résultat finale. Contre le Racing 92, West a pesé sur le score avec quatre pénalités et une transformation. Après des débuts timides, le Néo-Zélandais a fait son trou à La Rochelle et il est devenu un élément important avec pas moins de 42 pénalités et 47 transformations réussies. En face, c'est Thomas Ramos qui régale face aux perches avec autant de transformations que l'ancien joueur des Blues. Le Toulousain a passé 32 pénalités sans oublier un drop. Une arme fatale en phases finales. Notez également que l'arrière tricolore n'est pas du genre à rester dans ses 22m puisqu'il a marqué 7 essais. West est un joueur qui porte aussi le ballon mais il ne compte que trois réalisations au compteur.

11
Avec Sofiane Guitoune (11 essais) et Arthur Bonnval (10 essais), le Stade Toulousain dispose de plusieurs armes offensives. On peut également oublier Cheslin Kolbe, qui, s'il ne marque pas beaucoup d'essais en Top 14, est le facteur X de cette formation.

Ces 10 fois où Cheslin Kolbe a humilié la défense avec des skills incroyables [VIDÉO]Ces 10 fois où Cheslin Kolbe a humilié la défense avec des skills incroyables [VIDÉO]

Merci à Philippe des Stats de Phil pour son travail sur les statistiques.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Ce qui est sûr, c'est que l'ASS, l'Association Sportive des Stats, ne touchera pas le Brennus... Les statistiques sont devenues l'émanation de l'hubris numérique des entreprises, dont le monde, le lexique, le fonctionnement, ont envahi le sport, comme la vie... Reste qu'un ERP, comme une AI, est conçu par des hommes... Que le ballon de rugby est ovale et qu'on chercherait longtemps l'intérêt de multiplier les schémas sur les probabilités directionnelles de chaque rebond...
On ne parle même pas de l'impossibilité absolue de quantifier la motivation de chaque joueur, qui plus est sur un match sec avec larmes divergentes à la fin...
Tant mieux, on va juste kiffer !...

Je viens de lire un article parlant du match sur La Dépêche et je ne peux résister à mettre une phrase :
"La route du Stade de France n'est jamais facile d'accès. Et aujourd'hui, la première place de Toulouse à la fin de la saison régulière ne lui apporte aucun point d'avance au coup d'envoi."

Le débat entre le "rationnel" et "l'irrationnel" a encore de beaux jours devant lui. C'est ce qui construit et motive le supporter. Le rugby donne de plus en plus de place aux statistiques qui sont régulièrement démenties. Ces statistiques font vivre les articles, ici et ailleurs, et leurs forums.
Il y a pourtant tellement d'autres éléments qui entrent en jeu, comme le désir du staff de surprendre, l'état d'esprit de l'équipe au jour J, sa cohésion, un joueur qui pètera les plombs, un autre qui trouvera des ressources insoupçonnées, le désir de voir un "beau match", etc ... (liste non exhaustive)
C'est ce qui fait la "glorieuse incertitude du sport", non ?
S'il n'y avait pas de "rationnel" et "d'irrationnel", de quoi parlerions-nous et qu'est-ce qui nous ferait rêver ?
Le désir de voir son équipe de cœur l'emporter ?
"Le cœur a ses raisons que la raison ignore" ...

C'est bien beau toutes ces analyses, mais est-ce que ça vaut quelque chose? Si la demie se jouait sur une série de matchs comme les playoffs US, j'aurais tendance à leur accorder de l'importance. Mais sur un match unique, c'est négligeable. Une faute grossière entrainant un carton, un joueur en feu, un buteur en échec ce jour là... toutes ces choses n'apparaissent pas dans les statistiques et pourtant elles auraient bien plus de poids que le reste des stats annuelles.
Alors oui sur le papier le Stade est largement favori. Mais sur le terrain ce sera une toute autre histoire, sur un match unique tout peut arriver (l'USAP a bien gagné 2 matchs cette année).

  • Mich52
    3469 points
  • il y a 3 mois
@Team Viscères

Merci de dire ce que je pense. Bonne analyse

@Team Viscères

Pas forcément si tu considères que ces statistique reflètent un rythme de croisière et que les équipes ne vont a priori pas tenter le diable mais plutôt s'appuyer sur leurs fondamentaux et dérouler le jeu qu'elles ont pratiqué toute l'année. Bien sur, si ça se joue sur un match les faits de jeu ont leur importance, mais statistiquement, on peut se dire qu'il y a plus de chances que les deux équipes sortent un match dans leurs standards plutôt qu'elles soient complétement hors sujet ou particulièrement exceptionnelles.
On aime croire aux situations extraordinaires parce que c'est aussi l'incertitude qui fait l'attrait du sport, mais en vrai, c'est quand même souvent la logique qui l'emporte. D'où le principe des cotes sur les paris sportifs... même si depuis quelques temps les situations extraordinaires se multiplient, à se demander si dans quelques années on ne découvrira pas que ce n'était pas un hasard/la beauté du sport...

@Laurine31

Les formations de top 14 intègrent un plan de jeu de façon à engranger le plus de points dans le championnat, là peu importe le résultat il faut juste gagner.

Je pense que les statistiques avec Clermont MRH étaient largement en faveur de Clermont et la dynamique aussi pourtant sur un match ...

@coupdecasque

Sans vouloir tourner le couteau dans la plaie (mais attention ça va faire mal), si les statistiques de phase régulière étaient si importantes et fiables alors Clermont aurait raflé la majorité des titres depuis 10-15 ans. Les supporters jaunards sont bien placés pour savoir que les matchs couperets sont des matchs à part.

  • Ahma
    78218 points
  • il y a 3 mois
@Team Viscères

Pour illustrer le caractère spécifique de ces matchs de phase finale, une statistique que j'aime bien (je ne sais plus si je l'ai déjà donnée) : de 1994 à 1997, le Stade toulousain enchaîne 4 titres. Sur les 14 matchs de phase finale disputés lors de ces 4 saisons, 8 sont gagnés par des écarts de 7 points ou moins.
On pourrait s'imaginer, en lisant le palmarès aujourd'hui, que le Stade écrasait tout pendant ces années. En fait l'équipe n'était pas particulièrement dominatrice en général, et ne se présentait pas en superfavorite au début de chaque saison, c'était une grosse équipe parmi d'autres. Mais elle possédait cette capacité très particulière à gagner tous les matchs serrés en phase éliminatoire : s'imposer plus d'une fois sur deux sur un écart inférieur ou égal à celui d'un essai transformé est tout à fait significatif, ça ne peut statistiquement pas être l'effet du hasard (évidemment il y a une autre explication possible, le complot - Castres Olympique pourrait sans doute nous en dire davantage à ce sujet).

@Team Viscères

Très bon argument, tu m’as coupé le sifflet ! Mais peut être que c’est juste la poisse 😉

@coupdecasque

Mais, y’a un truc qui m’echappe Dans vos arguments... vous n’allez quand même pas me dire que ces équipes vont tenter des choses totalement différentes de leurs schémas de jeu éprouvés et travaillés toute l’année et depuis des années ? Donc oui, le butteur peut ne pas être en forme, oui on peut prendre un rouge inattendu, mais à priori, on va défendre comme on sait le faire, mettre du mouvement comme on sait le faire, etc. Vous ne pouvez pas considérer que les équipes vont jouer totalement différemment. Et donc forcément on va retrouver les points forts et les faiblesses et donc les stats... évidemment que la vie c’est pas des statistiques, mais faut quand même être réaliste aussi, en un match aucune des deux équipes ne va révolutionner son rugby... je Comprends vos arguments mais je ne suis pas du tout d’accord.

@Laurine31

Le principe des statistiques et des probabilités, c'est qu'elles n'ont pas grande valeur sur un élément isolé. Si Toulouse avait statistiquement 90% de chances de gagner et jouait 10 rencontres consécutives contre la Rochelle, on aurait un résultat qui reflète cette idée avec peu de chances que La Rochelle remporte la série en gagnant plus de la moitié des matchs.
Mais sur une rencontre unique, avoir 90% de chances statistiquement n'indique pas grand chose. La Rochelle n'a besoin de gagner qu'un seul match pour se qualifier, et les stats disent justement que c'est de l'ordre du possible.

Et sur un match unique, tu gommes le poids de la "normalité" tout en augmentant le poids de l'imprévu. Une équipe ultra-disciplinée ne prendra jamais un carton rouge par match pendant 10 matchs consécutifs. Mais l'équipe la plus disciplinée du monde n'est pas à l'abri de prendre un rouge sur un seul match, et de se retrouver dans la merde sur ce march.

@Team Viscères

A supposer que tu considères ce match comme un événement isolé. Alors que certes c'est un match à élimination directe ce qui en fait un événement différent, mais il s'inscrit bien dans une continuité de matchs. Pour moi tu ne peux pas le décorréler de ce qui s'est joué dans l'année. Et pas avec des équipes comme celles qui restent qui, je crois, sont en capacité de l'aborder dans cette optique, que ce soit à l'échelle des staff comme des joueurs.

@Laurine31

Les stats de phase régulière ne valent pas grand chose en phase finale pour deux raisons.

La première c'est sur le contexte n'a rien à voir, en phase régulière les clubs s'économisent, font tourner, font des impasses, avec de objectifs différents (certains visent les 2 premières places, d'autres simplement la qualif). Le résultat brut sur un seul match importe beaucoup moins, l'important cest ton classement en fin d'année (le Stade peut aller prendre une dérouillée à Montpellier tout en roulant sur le championnat). Alors qu'en demie il n'y a aucun calcul : tu dois gagner, le match d'après n'existe pas avant le coup de sifflet final.

La deuxième raison c'est que tu réalises les statistiques de la saison sur l'ensemble des matchs et des adversaires. La capacité de Toulouse ou de La Rochelle a marquer à tel instant du match contre Agen ou Toulon importera peu demain, il n'y aura que Toulouse et La Rochelle sur le pré. Les seuls statistiques intéressantes sont celles des confrontations directes, mais il n'y en a eu que 2 et c'est insuffisant pour construire un modèle statistique fiable (si je lance 2 fois un dé et que j'obtiens 2 fois "6", cela ne signifie pas que le 6 est le résultat le plus probable).
Par exemple statistiquement sur la saison Clermont marque plus de points par match que Toulouse, or sur les confrontations directes Toulouse a l'avantage... et dans les faits les deux matchs ont tellement serrés qu'il serait bien prétentieux de prétendre savoir qui va gagner s'ils se rencontraient en finale.

Si les statistiques de phase régulière avaient un tel poids, le premier serait champion tous les ans. On en est loin.

on dirait que vous vous etes fait plaisir a sortir les fichiers excel et la panoplie de courbes, camembert et autres analyses statistico-projectives et extrapolatoires

perso, je zappe, mais que le meilleur gagne

Le seul doute que j'ai sur le Stade Toulousain, c est leur capacité à jouer un match de Phase finale. Ils ont parfaitement géré en quart de Coupe d'Europe au Racing mais La Rochelle également. Cette affiche est très intéressante tant les supporters Rochelais seront à bloc dans les tribunes. Avantage à Toulouse et Clermont mais ça ne sera pas une sinécure!

@beberarverne

Le seul doute...le problème c'est que c'est la seule chose qui compte maintenant.

J'ai pas lu l'article mais je voulais juste dire que ça y est, le stress est là. Ma copine va me détester demain donc j'ai une pensée pour toutes les compagnes et compagnons de supporters et supportrices.

Enfin ça va bien se terminer parce qu'on va gagner 😉

@Dhomochevsky

Pareil. Depuis que j'ai annoncé que c'était les phases finales ce weekend, on me regarde avec inquiétude à la maison.

@Dhomochevsky

Nous on sera 2 à stresser, dans des registres différents. Je serai la plus tendue, bien qu'étant une femme, et surtout la plus prudente, tandis que mon homme s'emballera comme s'il était évident que Toulouse allait tout exploser sur son chemin, me rendant complétement folle ! Ah j'ai hâte ! Et pas hâte en même temps !! J'espère que ce sera un beau match, plus ouvert que le match à La Rochelle du championnat régulier, et que les joueurs ne seront pas paralysés par l'enjeu, j'espère qu'on verra de belles envolées, des actions pleines de vitesse, et du réalisme, le Toulouse qui nous a fait plaisir toute la saison, tout simplement. Allez le stade !

@Dhomochevsky

Et c est pareil pour moi! Ma femme est habituée depuis le temps. Mais ce stresse des phases finales... "C est que du rugby" qu'elle ose me dire...

@beberarverne

Sacrilège! Qu'elle garde ta gorge toujours humide et fraîche pendant le match pour la peine.

@Dhomochevsky

Sinon, les progrès du féminisme, c'en est où ?

@Ahma de courtoisie

Le féminisme avance, maintenant les femmes peuvent bénéficier de cuisines ultramodernes, ce dont ne bénéficiaient pas leurs aînées !

  • Caesar
    481 points
  • il y a 3 mois
@Ahma de courtoisie

Ben il paraît qu'elles jouent au foot maintenant

@Caesar

Elles jouent au foot depuis un moment, et bien en plus. Très très sympa à regarder !

  • Caesar
    481 points
  • il y a 3 mois
@Laurine31

Je confirme vivement le prochain match

Derniers articles

News
News
News
Transferts
News
News
News
News
News
News
News