STADE TOULOUSAIN : à 36 ans, l'immense Thierry Dusautoir raccroche les crampons en fin de saison
Thierry Dusautoir prend sa retraite.

Le Rugbynistère a besoin de votre soutien !

-70% de revenus pour le Rugbynistère avec l'arrivée du Covid-19. Aidez-nous à faire face à la crise !
L'ancien capitaine du XV de France, meilleur joueur du monde en 2011, tire sa révérence. Il restera comme l'un des grands noms du rugby tricolore.

Un monument. Un joueur exceptionnel. Et un homme qui va - sans aucun doute possible - manquer au rugby français. Thierry Dusautoir va prendre sa retraite à la fin de saison et avec son départ, c'est une vraie page de l'ovalie tricolore qui se tourne. Né à Abidjan d'un père français et d'une mère ivoirienne, il arrive dans l'Hexagone à l'âge de dix ans et découvre le rugby du côté de Trélissac. Périgueux, Bordeaux-Bègles puis Colomiers lui feront confiance, avant une arrivée au Biarritz Olympique, où son nom commence à se faire connaître. De 2004 à 2006, il évolue en compagnie d'Imanol Harinordoquy et Serge Betsen au sein d'une 3e-ligne phare du championnat de France, soulève deux Brennus et impressionne Bernard Laporte au point de décrocher sa première sélection chez les Bleus.

Face à la Roumanie, à l'été 2006, puis face à l'Afrique du Sud, il porte pour la première fois le maillot du XV de France.

Stade Toulousain et Mondial 2007 accroché de peu

La suite de sa carrière l'emmène dans la Ville rose. À un an de la Coupe du monde, Dusautoir rejoint le Stade Toulousain. Et si le Mondial 2007 marque un tournant dans sa carrière, il n'est initialement pas retenu pour la compétition après une prestation en demi-teinte à l'automne, face aux Blacks (défaite 47 à 3 à Lyon). Une blessure d'Elvis Vermeulen lui permet pourtant d'y participer et The Dark Destroyer se révèle lors d'un quart de finale mythique contre ces mêmes All Blacks : ses 29 plaquages - 38 selon l'entraîneur de la défense, qui comptabilise les assistances au plaquage - forgeront sa légende.

Par la suite, le flanker s'impose comme une référence mondiale à son poste, devient capitaine du XV de France et mène les Bleus au Grand Chelem en 2010 et jusqu'en finale de la Coupe du monde en 2011. Ce jour-là, Dusautoir inscrit le seul essai tricolore mais n'évite pas la cruelle défaite (8 à 7) qui n'empêche pas l'IRB de l'élire meilleur joueur du monde.

Palmarès et fin de carrière

Avec le Stade Toulousain, Titi soulèvera trois nouveaux Brennus (2008, 2011, 2012) et une H Cup (2010), une équipe qui rentre dans les rangs depuis quelques années. Son départ marque la fin d'un cycle après ceux des Poitrenaud, Clerc, Bouilhou, Jauzion, Servat, sans oublier les Lamboley, Johnston et Albacete en fin de saison. En équipe de France, la fin de son aventure est une nouvelle fois liée aux Blacks avec cette lourde défaite en 1/4 de finale du Mondial 2015, son troisième et dernier. Il aura porté à 80 reprises le maillot tricolore.

Et si le Stade Toulousain ne participera pas aux phases finales cette saison, nul doute que ses coéquipiers voudront lui offrir deux dernières victoires.

VIDÉO. Stade Toulousain : Thierry Dusautoir colle une énorme cartouche à Peter GrantJulien Bonnaire, Thibaut Privat, Mike Phillips, Marcos Ayerza, Kelly Brown, Nick Evans, Drew Mitchell... De grands noms vont raccrocher les crampons cet été.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Salut l'artiste bon vent pour la suite. Mais un grand merci pour tout ce que vous avez fait pour Toulouse et l'équipe de France . J aurais aimé vous voir plus titre et j'espère que le stade vous rendras l'hommage digne de votre carrière

Le joueur exemplaire, intelligent et simple !

A mon sens, le meilleur en 3eme ligne dans toutes ses équipes craint et respecté par ses adversaires, suivi et compris par les siens !

Quel dommage que ce grand capitaine pour l'EdF n'ait jamais eu un sélectionneur à la hauteur !

Merci pour tout Monsieur Dusautoir. Bon courage pour la suite et bon vent!

  • sorgina
    50004 points
  • il y a 3 ans

De Trelissac à Toulouse, quel chemin! Dommage pour cette saison mais merci pour les grands moments, que de souvenirs! Bonne reconversion et certainement à bientôt au ST dans un autre fauteuil. En tout cas je l'espère.

Un guerrier, humble et farouche, qui a aussi cultivé son esprit.

  • epa
    36700 points
  • il y a 3 ans

Merci Monsieur Dusautoir.

Juste au revoir l'Artiste et merci Monsieur.
Quoique l'inverse est vrai aussi.
En tout cas bonne chance à lui dans sa nouvelle vie.

  • Zejack
    16746 points
  • il y a 3 ans

Que dire qui n'a pas été dit ?
Une légende ni plus ni moins.

  • jose5
    19743 points
  • il y a 3 ans

Lui et Bonnaire... des monuments d'exemplarité et d’humilité. J'ai vraiment l'impression qu'une page de notre rugby se tourne. J'espère que de jeunes joueurs suivront leur exemple.

@jose5

On oublie trop souvent Bonnaire. Deux mecs absolument exemplaires dans la mentalité et le jeu.

Merci monsieur Dusautoir pour tout ce que vous avez apporté au rugby français. Un géant s'arrête.
J'avoue, j'ai eu des frissons qui m'ont parcouru le dos quand j'ai vu la news dans le film d'actu du Monde.
Je vais pas verser ma petite larme, mais pas loin quand même.

Merci et Bravo.
Un monument discret et humble, rien à dire pour cette magnifique carrière !

  • vevere
    50738 points
  • il y a 3 ans

Dommage qu'il ait fait l'année de trop...un grand joueur!!!

  • Pianto
    35841 points
  • il y a 3 ans
@vevere

Je déteste cette expression. On ne fait jamais l'année de trop, si tu as encore envie de jouer, joue. Il n'est pas là pour bâtir une légende mais pour rendre du plaisir à pratiquer une passion. Il y a juste des coachs qui parfois ne prennent pas leurs responsabilités.
Azema a mis Bonnaire en tribunes, c'est dur, c'est éventuellement discutable mais c'est juste.
Je pense que s'il joue autant cette année, c'est que ça arrange le ST, ce n'est pas une année de trop, même s'il est largement en-dessous de son meilleur niveau, le type a été élu meilleur joueur du monde il me semble. Après ça, tu ne peux pratiquement que régresser.

Qu'est-ce qu'il faut faire ? Arrêter à ce moment là pour ne pas écorner sa légende ?

@Pianto

Attention, tit cette année a fait 6 matchs en europe et 15 en Top 14.
Soit plus presqu'autant que l'an passé !

Les années précédentes, il avait en plus les matchs en EDF qui alourdissaient le compte

@Pianto

C'est clair, c'est un peu indélicat. Je suis d'accord avec Pianto. Dusautoir est assez grand et connaît suffisamment son corps pour décider quand il doit s'arrêter.

  • vevere
    50738 points
  • il y a 3 ans
@artillon

Donc, vous trouvez qu'il fait une bonne saison avec le ST?

Moi pas...et en plus il est du coup "associé" à la pire année du ST depuis 41 ans. On à déjà vu mieux comme sortie (ou pire aussi au MHR la saison dernière 😊 )

@vevere

@Vevere
cette année qui a fait une bonne saison au ST?
en capitaine, titi a essayé mais quand les ballons tombent, quand les poteaux renvoient, quand il y a toujours un élément qui déjoue, difficile pour le capitaine d'être au dessus du lot
il a subi comme tout le club cette année comme jamais.

  • vevere
    50738 points
  • il y a 3 ans
@noComment

On est bien d'accord 😉

Difficile à voir le leader de jeu lui-même déjouer assez souvent.

Est-ce qu'il a été trop utilisé par le club cette saison...pour ma part, j'en suis convaincu!!!

@vevere

Que l'on juge ses prestations en-deçà de son niveau passé, c'est notre problème... Le sien, c'est de savoir quand il tourne la page et c'est sa décision, pas la notre... Et au nom du super joueur qu'il a été, la moindre des choses, c'est de respecter cette décision, comme il nous la livre... Maaaximum respect !...

  • Pianto
    35841 points
  • il y a 3 ans
@vevere

je trouve que s'il n'est pas au niveau, c'est à son coach de ne pas le faire jouer, pas lui de s'arrêter s'il a encore envie de s'y filer.

Par ailleurs, la pire saison depuis 41 ans, c'est un raccourci journalistique. Si les modalités de qualifications étaient les mêmes qu'il y a 41 ans, ils seraient qualifiés et à l'aise...

C'est toujours triste mais il faut bien les crampons un jour raccroché

The dark destroyer is over ! Un immense joueur, un grand capitaine et un homme intelligent et posé ! Bravo pour cette carrière !

Un grand Bleu. 56 Capitanats sur 80 sélections, ça veut tout dire.
Vraiment déçu de le voir partir comme ça, j'espère que le Stade saura lui réserver un accueil digne de son parcours, joueurs comme supporters!
Bon vent à lui, il nous manquera!

  • oZbeck
    26149 points
  • il y a 3 ans

Immense joueur et carrière, dommage qu'elle se termine par la petite porte que se soit en EDF et avec le Stade.
J'espère que ses coéquipiers vont se sortir les doigts pour lui offrir une fin de saison un peu plus digne que ce que l'on peut voir actuellement!

  • Ahma
    93197 points
  • il y a 3 ans
@oZbeck

Faudra même sortir les bras , au point où ça en est .

  • oZbeck
    26149 points
  • il y a 3 ans
@Ahma

oui le mal est profond 😊

Le monumental Dusautoir. Un joueur d'une telle classe, d'un tel charisme. Tellement triste qu'il ait accompli la fin de sa carrière dans une équipe de France déliquescente et un Stade toulousain moribond. Lui, tout comme d'autres immenses joueurs n'ont pas forcément eu une fin de carrière à la hauteur de ce qu'ils ont apporté au rugby. Mais tout de même quel palmarès.

  • Pianto
    35841 points
  • il y a 3 ans
@Un riz savant scie

ce n'est pas forcément "charisme" qui me serait venu en premier à son sujet...
C'est dur de finir en haut de l'affiche. Damien Traille, Julien Pierre sont venus à Pau parce qu'ils n'avaient plus le niveau pour jouer dans les top teams et qu'ils avaient encore envie.
Soit tu t'arrêtes "tôt", soit tu acceptes de rendre service et de ne plus être le cador, c'est une petite mort, certes, mais c'est la dure réalité...
Bonnaire en tribunes avec Clermont, Imanol sorti à la mi-temps avec Toulouse. C'est rude mais c'est le collectif qui prime.
Le reste est une question d'humilité...

Sinon je suis d'accord, immense joueur, qui a réussi à faire presque oublier (sauf à Johnny Wilkinson) son compère biarrot Serge Betsen, c'est dire.

@Pianto

Je parlais non pas du déclin intrinsèque du joueur mais des équipes dans lesquelles il a joué : l'EDF piteuse, avec une humiliation historique pour finir, le ST décrépi avec une non-qualification historique pour finir. Il a fini sur deux désillusions, deux humiliations et deux déclins son immense carrière.
Quant au charisme, je persiste et signe, je me souviens de matches du tournoi et de coupe du monde où il rassemble les joueurs dans l'en-but alors qu'on est dans la difficulté, et 100 mètres plus loin essai. Ce mec a un charisme naturel, il en impose. C'est un vrai meneur. On lui colle une image de mou parce qu'il a la parole rare et précieuse, mais on confond charisme avec panache ou verbiage. Il n'a pas la mèche dans le vent en faisant la gazelle, il ne vocifère pas à tout-va contre les uns et les autres, mais c'est un chef de meute, un meneur d'hommes avec une tête bien faite et sur les épaules, un capitaine de combat.

  • Pianto
    35841 points
  • il y a 3 ans
@Un riz savant scie

ok au temps pour moi. Je suis d'accord sur les équipes.

je pense qu'il a été capitaine parce qu'il était indiscutable à son poste et qu'on n'en avait pas 40 des indiscutables, ensuite il était exemplaire dans le combat et l'intensité qu'il mettait dans les matchs, une grosse abnégation qui en impose.
Le rôle d'aboyeur rassembleur, il l'a appris sur le tas en forçant sa nature, je pense. Au départ, il ne le faisait pas.
Après, je suis d'accord qu'il y a plusieurs façons d'être un bon capitaine et qu'il n'a jamais démérité dans son rôle. Néanmoins je n'aurais pas mis ce rôle là en avant pour parler de sa carrière...

  • tom4995
    16780 points
  • il y a 3 ans

Triste de le voir partir pendant l'agonie du stade... Bonne chance dans ta future vie Capitaine !

Derniers articles

News
News
News
News
News
Transferts
Ecrit par vous !
News
News
News
News
News