PRO D2. Le Tarbes Pyrénées Rugby va se battre pour ne pas disparaître
Pro D2 : Tarbes Pyrénées Rugby en difficulté.

Soutenez le Rugbynistère pour le prix d'une pinte !

Le club du Tarbes Pyrénées Rugby va se battre pour ne pas disparaître du monde professionnelle après la lourde sanction de la DNACG.
Un véritable coup de massue. Mais pouvait-il en être autrement ? L'annonce de la décision de la DNACG concernant le Tarbes Pyrénées Rugby a fait grand bruit. Et pour cause. Le TPR sera relégué administrativement à la fin de la saison. Au mieux, c'est donc la Fédérale 1 qui attend les Bigourdans. Au pire, ce sera la Fédérale 2 avec le retrait de quinze points au classement qui handicape sérieusement la saison d'un club onzième du classement de la Pro D2 avant cette sanction. Qui sera combattu en appel.PRO D2. Le Tarbes Pyrénées Rugby va se battre pour ne pas disparaîtrePRO D2. La DNACG ordonne une sanction exemplaire contre le Tarbes Pyrénées RugbyDepuis l'annonce, le club est clairement en danger. Les joueurs, eux, sont "condamnés à l'exploit" comme l'explique La Dépêche. Les coéquipiers de l'international Jérôme Schuster se retrouvent à la dernière position du classement avec onze points de retard sur Aix, Carcassonne et Dax. Pour le journal, le coach Frédéric Garcia explique : "On a été prévenus en amont qu'on risquait gros et ces 15 points on en tient compte. On serait fous de ne pas le faire, d'ailleurs ! Cela se bat de partout chez les dirigeants pour sauver le club et on va en faire de même sur le terrain". Dans un autre article, le co-président Antoine Nunes précise : "On vient de se prendre un super uppercut dans le premier round. Mais on va faire le match jusqu'au bout". Premiers éléments de réponses ce week-end face à Narbonne.

Descendre... pour rebondir ?

L'histoire récente du rugby tricolore présente plusieurs cas de clubs lourdement sanctionnés par la DNACG. Tous se sont relevés, à l'image d'une équipe de Bourgoin passée en deux saisons du Top 14 à la Fédérale, avant de repartir sur des bases saines et de remonter en seconde division. La retour sera plus rapide que celui de Montauban, relégué administrativement en Fédérale 1 en 2010 et qui ne retrouvera l'antichambre de l'élite qu'en 2014.

Plus loin de nous, citons Grenoble (Fédérale 1 en 2005), Toulon (Pro D2 en 2000) ou Bordeaux (Fédérale 1 en 2004), tous acteurs majeurs en Top 14 depuis plusieurs saisons. Néanmoins, pour le cas de Bordeaux, c'est la fusion entre le Stade Bordelais et le CABBG qui permit à l'équipe de retrouver des couleurs. Or, depuis l'épisode avec Lannemazan, hors de question de reparler fusion avec le TPR...

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • AKA
    54805 points
  • il y a 5 ans

Se sauver? Mais pourquoi faire: repartir avec un déficit ou bien encore trafiquer les comptes? Surtout ne pas chercher la solution du club départemental La fusion ratée avec le CAL date d' une autre époque, le TPR n' a pas d' hymne comme le BO ou l' Aviron donc il n' a rien a y perdre (LOL)

En effet la relégation d'un étage est déjà très compliquée ...de 2 étages c'est dramatique
Il faut espérer qu'ils arrivent à se maintenir sur le pré pour au moins éviter la double peine

  • mimi12
    90324 points
  • il y a 5 ans

J'espère que le TPR arrivera à rebondir !

Quel est l'intérêt de contester la décision en appel ? Y a-t-il une chance que le club se maintienne avec un tel déficit ?

  • 6592
    31780 points
  • il y a 5 ans
@Grand Sachem aux sages commentaires

Probablement espèrent-ils une sanction allégée qui, d'une manière ou d'une autre, ne les condamnerais à descendre qu'un échelon ?

Remontée d'autant plus difficile avec la concurrence géographique de Pau qui semble être en plein développement.

Derniers articles

Transferts
Vidéos
Sponsorisé News
Transferts
Ecrit par vous !
News
News
Transferts
Vidéos
Vidéos
News
Sponsorisé News