Coupe du monde. L'Australie élimine l'Angleterre, les 5 points à retenir du match
Coupe du monde. Angleterre - Australie : les 5 points du match.
Coupe du monde : découvrez les 5 points à retenir du match Angleterre - Australie, remporté par les Wallabies. Qu'en avez-vous pensé ?
Coupe du monde - Angleterre vs Australie (16-33) - 03-10-2015

Le feu Foley

Quade Cooper qui ? Si le futur Toulonnais a beaucoup de fans, reconnaissons que son remplaçant n'est pas un peintre... loin de là ! Bernard Foley, le demi d'ouverture des Waratahs, est installé chez les Wallabies depuis quelques temps. Face à l'Angleterre, on a vu pourquoi puisque le n°10 a inscrit 28 points, dont deux essais. Le premier est un bijou d'individualisme, l'autre vient conclure une combinaison d'école. Magnifique ! La semaine passée, un Dan Biggar XXL avait précipité la victoire du Pays de Galles. Cette fois, c'est Foley qui s'est mué en véritable « man of the match ».

La défense des Wallabies a gagné le match

Foley a inscrit un doublé, avant que Matt Giteau ne clôt le festival, finissant d'humilier l'Angleterre. Mais si les Wallabies ont gagné le match, c'est grâce à leur défense. En symbole ? La paire Pocock / Hooper, lancée lors du dernier Rugby Championship. Les deux sont d'excellents plaqueurs-gratteurs et Cheika a choisi de les aligner ensemble, Pocock glissant en n°8. Une franche réussite, vu leur abattage dans les regroupements. Les extérieurs ont également été coupées avec la fameuse rush defense. On n'a pas vu Jonny May de la première période, ni Anthony Watson en dehors de son essai.

La fracture du mental anglaise

On a très vite vu venir le fiasco. Pourquoi ? Des Anglais, sous pression dans les médias, ont paru apathiques, face à des Wallabies mettant très vite la main sur le ballon. Mike Brown qui met le pied en touche sur une réception de coup de pied, beaucoup de plaquages manqués sur les essais de Foley, un carton jaune débile pour Owen Farrell... Autant de détails qui montrent la faillite des soldats de sa Majesté. Dans la tempête, aucun joueur n'a su tirer l'équipe vers le haut, ce qui s'explique par le manque d'expérience de cette équipe : 24 joueurs disputaient leur première coupe du monde.

Des choix anglais contestables

Depuis quatre ans, Stuart Lancaster a maintenu un capitaine contesté, Chris Robshaw. Le flanker des Harlequins ne lui aura donc jamais donné raison. Lancaster doit-il être désigné comme responsable ? Pas seulement. Mais difficile de ne pas pointer ses choix, à commencer par l'ouverture. Installé avant la compétition, George Ford a été devancé par Owen Farrell. Pourtant, le n°10 de Bath est entré dès la mi-temps contre les Wallabies. Triste désaveu... Le fait de laisser des talents comme Jack Nowell ou Danny Care en tribunes doit déjà faire jaser. Ne parlons pas du cas Danny Cipriani.

Une sortie historique

Honnêtement, qui pensait voir les Anglais être éliminés dès le 1er tour de « leur » mondial ? Poule de la mort ou pas, la sortie prématurée du XV de la Rose est une surprise. C'est la première fois qu'une équipe d'Angleterre ne passe pas le premier tour. C'est aussi la première fois qu'une nation organisatrice n'atteint pas les ¼ de finale. Bref, on aimerait pas être à la place de la bande de Lancaster, qui risque de se faire découper dans la presse pour les quelques semaines à venir.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • mounjet
    24725 points
  • il y a 8 ans

'tain!
j'aurais jamais pu dire ça y'a quelques années encore quand on se faisait systématiquement dilater les fondations par les hommes en blanc...
mais kesketuveux, je me régalais depuis quelques années à les voir jouer de partout, EUX, notamment les 3/4 formés à Bath. En fait, plus les boules qu'autre chose pour lé rrrrougggby.
Par contre, j'aimerais pas me les cogner dans 4 ans, vont avoir la bave aux lèvres...
Reste plus qu'à s'endormir devant le Biarrot-french flair. Mal à mon sport...

Derniers articles

News
Vidéos
News
News
News
News
News
News
News
News
News