6 Nations : que se passe-t-il chez nos adversaires du Tournoi ? #6
6 Nations - Irlande : 100e sélection pour Paul O'Connell. / Crédit Photo : Instagram : irishrugby
Un record, un cadre qui atteint les 100 sélections, des retours de blessures... Voici ce qu'il se passe chez nos adversaires avant la 4e journée du 6 Nations.
Un record, un cadre qui atteint les 100 sélections, des retours de blessures, des joueurs incertains finalement alignés, d'autres écartés... Voici ce qu'il se passe chez nos adversaires à quelques jours de la 4e journée du Tournoi des 6 Nations.

Italie (vs. France)

En Italie, la semaine a été marquée par la candidature du pays à l'organisation de la Coupe du monde 2023. Mais dimanche, la Squadra Azzurra n'aura pas la tête à ce Mondial, mais bien au Tournoi des 6 Nations avec une rencontre décisive face à la France. Après la victoire sur le fil en Écosse, les hommes de Jacques Brunel ont l'occasion de passer devant les Bleus au classement en cas de victoire sur les coéquipiers de Thierry Dusautoir. Une issue possible pour la Gazzetta dello sport, avec « une France en crise ».

Parisse ménagé

Au niveau de la composition d'équipe, celle-ci n'a pas encore été annoncée mais Sergio Parisse devrait en faire partie. Absent face à l'UBB lors de la victoire du Stade Français ce week-end, le capitaine italien a été ménagé depuis le début de la semaine. Absent face à l'Ecosse, Leonardo Sarto pourrait retrouver le squad et sa place de titulaire sur une aile. Avec qui de l'autre côté ? Auteur d'un essai opportuniste à Murrayfield, Venditti est favori.

Pour rappel, la France s'est inclinée lors de sa dernière visite chez ses voisins latins.

Angleterre (vs. Écosse)

Plusieurs changements dans la composition ?

Dépassé en Irlande, le XV de la Rose doit réagir face à l'Ecosse, et pourra compter sur le retour d'un joueur cadre : Courtney Lawes. Le 2e-ligne des Saints de Northampton est remis de sa blessure à une cheville et vient d'enchaîner deux rencontres de Premiership. Il devrait – sauf surprise – suppléer George Kruis (Saracens), en difficulté face à l'alignement irlandais. Au rayon des mauvaises nouvelles, Tom Croft et Brad Barritt en ont terminé avec le 6 Nations. Blessé depuis le début de la compétition, Barritt postulait pour un retour face à l’Écosse mais le centre des Saracens sera absent plusieurs semaines à cause d'une cheville touchée face aux Wasps. Il est remplacé dans le groupe par Henry Slade, champion du monde junior, maître à jouer d'Exeter cette saison. Stuart Lancaster a également appelé Sam Burgess (Bath) pour faire le nombre.

Écosse (vs. Angleterre)

Un ailier de Glasgow en chasse un autre... Touché face aux Zebre ce week-end en Pro 12, Sean Lamont est forfait pour le reste du 6 Nations ? Son remplaçant dans la formation des Highlands ? Sean Maitland. Le Néo-Zélandais d'origine, international avec les Lions, se remet doucement d'une blessure à l'épaule. Sera-t-il aligné pour la Calcutta Cup ? Autre renfort, celui du talonneur d’Édimbourg, Stuart McInally. L’Écossais vient en prévention d'un forfait de Ross Ford, le titulaire du poste. Capitaine dans toutes les sélections de jeunes, McInally (24 ans) est un ancien n°8, sélectionné sans entrer en jeu face à l'Afrique du Sud en 2012. Il évolue en 1ère-ligne depuis l'été 2013.

Laidlaw en danger ?

La semaine a été difficile pour les Ecossais, qui se dirigent tout droit vers la cuillère de bois. En conférence de presse, Greg Laidlaw a avoué que même lui n'avait pas sa place garantie dans le squad malgré son statut de capitaine. La défaite à domicile face à l'Italie, à quelques mois de la Coupe du monde, a été vécue comme une humiliation. Mais comme toujours, Vern Cotter ou pas Vern Cotter, le problème écossais vient du manque de profondeur de son réservoir de joueurs.

Irlande (vs. Pays de Galles)

Heaslip in, D'Arcy out

Le miraculé © est de retour ! Un coup de genou et trois vertèbres cassées plus tard, Jamie Heaslip est à nouveau prêt pour la compétition... Le n°8 du Leinster figure dans le groupe élargi de 36 joueurs convoqués par Joe Schmidt pour préparer le choc face au Pays de Galles. En revanche, un joueur, et pas des moindres, en sort : Gordon D'Arcy. Le vétéran, éternel partenaire de Brian O'Driscoll dans les années 2000, souffre de l'éclosion de Robbie Henshaw, associé à Jared Payne. En Irlande, beaucoup voit cet « oubli » de Joe Schmidt comme la fin de la carrière internationale de D'Arcy, âgé de 35 ans.

L'Irlande doit gagner à Cardiff pour croire au Grand Chelem, ce qu'elle n'avait pas réussi à faire l'an passé malgré sa victoire dans le Tournoi. Bonne nouvelle : elle pourra compter sur Jonathan Sexton, sorti au bout de 50 minutes face à l'Angleterre. « Il est à 100% » dévoile Richie Murphy, l'un des coachs assistants.

Paul O'Connell fêtera sa 100e sélection.

Pays de Galles (vs. Irlande)

« Conor Murray est une vraie menace. » Warren Gatland semble avoir ciblé le facteur X de l'Irlande, futur adversaire des Gallois dans le Tournoi. Le Néo-Zélandais en sait quelque chose : Murray était de la dernière tournée des Lions dont il était le sélectionneur. En conférence de presse, Gatland a aussi comparé la rivalité entre le XV du Trèfle et le XV du Poireau à une rivalité fraternelle : « Jouer face à l'Irlande, c'est comme jouer avec son frère au fond du jardin, tu veux le battre aussi souvent que possible. »

XV de départ inchangé

Pour affronter l'Irlande, Warren Gatland n'a changé aucun joueur de son XV de départ. Incertain, Sam Warburton tiendra bien sa place et deviendra le joueur le plus capé en tant que capitaine (34e fois) devant Ryan Jones. Sur le banc, Rob Evans et Jake Ball prennent la place de Paul James et Bradley Davies, blessés.

Leigh Halfpenny
George North Jonathan Davies Jamie Roberts Liam Williams
Dan Biggar Rhys Webb
Sam Warburton (cap) Taulupe Faletau Dan Lydiate
Alun-Wyn Jones Luke Charteris
Samson Lee Scott Baldwin Gethin Jenkins
RemplaçantsRichard Hibbard, Rob Evans, Aaron Jarvis, Jake Ball, Justin Tipuric, Mike Phillips, Rhys Priestland, Scott Williams

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Je lis qu'Heaslip serait apte à reprendre la compétition ?!?! WTF !!!

Je ne suis pas médecin, mais néanmoins je sais malheureusement par expérience qu'il faut environ 3 mois de consolidation d'un os suite à une fracture. Et lui en 15 jours il reprend la compet.!!!

On se moque de qui ?

Soit c'était une "fracture" de complaisance, soit le médecin qui l'a diagnostiqué était un peintre, soit Heaslip est un super héros qui fait partie des X-Men à l'image de Volverine...

Et on nous dit qu'il n'y a pas de dopage dans le rugby après ça...

  • 6592
    31756 points
  • il y a 4 ans

ça pique de le dire mais on en serait presque à le souhaiter, mon bon ToToNe...

  • ToToNe
    4001 points
  • il y a 4 ans

et si on ce fait méchamment piluler par l'Italie revue du staf en vue ou pas ?

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
News
News