6 nations 2018 - Angleterre : Alec Hepburn, le diamant à polir de Sa Majesté
Alec Hepburn la pépite d'Exeter et d'Eddie Jones.

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien !
Pilier d'Exeter, Alec Hepburn a été lancé en équipe nationale à l'occasion du tournoi. Un joueur de devoir, à suivre de près. Portrait.

Darren Garforth, Phil Vickery, Jason Leonard, Andrew Sheridan et désormais Joe Marler, Dan Cole, Mako Vunipola. Historiquement, la position de pilier a été occupée en équipe d'Angleterre par des références mondiales à leur poste. La relève est attendue et s'y faire une place se révèle tâche ardue. Alex Corbisiero a longtemps fait partie des plus grands espoirs anglais au poste ; Beno Obano, pilier de Bath et cousin de Maro Itoje, est attendu par le public comme la nouvelle bombe du rugby britannique. Plus discrètement, Alec Hepburn, 24 ans, est en train de se faire une place dans la hiérarchie des premières lignes d'Eddie Jones. Ses excellentes performances avec Exeter, la formation qui n'en finit plus de monter, a retenu l'attention du staff du XV de la Rose qui l'a lancé dans le grand bain face aux Italiens, en ouverture du tournoi.

Originaire de Perth en Australie, Alec Hepburn a découvert le rugby en Angleterre sous les couleurs des Henley Hawks, club créé en 1930, évoluant dans les divisions régionales du rugby de Sa Majesté. Passé par l'Académie des Wasps, il rejoint ensuite les London Welsh, où il est lancé en deuxième division à 19 ans, à l'occasion d'un déplacement sur la pelouse des Titans de Rotherham. Dès sa première saison, il s'impose comme un joueur régulier, souvent utilisé comme impact player, totalisant douze entrées en jeu et cinq titularisations au terme de la saison. Ses bonnes performances dans une division où le combat prime souvent sur les envolées lui valent une convocation à la Coupe du Monde U20, en France. Aux côtés de Jack Nowell, Anthony Watson ou encore Henry Slade, il est sacré champion du Monde, titularisé en finale face aux Gallois. Après une première saison chez les pros, couronnée d'un titre international, il fait partie des grands espoirs anglais.

Toutefois, au lieu de rempiler à Londres, il décide de retourner dans son pays natal où il rejoint les couleurs de Perth Spirit, équipe professionnelle, participant au National Rugby Championship, soit l'antichambre du Super Rugby. Cinq matchs plus tard et un bronzage austral, il fait son retour en terre anglaise, débarquant dans le comté de Devon pour défendre les couleurs d'Exeter. Rendez-vous en terre connue. Alec Hepburn y retrouve Rob Hunter, entraîneur des avants du club qu'il a côtoyé en sélection U20 et plusieurs autres ex-coéquipiers juniors comme Luke Cowan-Dickie et Sam Hill.

Rapidement, les supporters de Sandy Park vont tomber sous le charme de ce pilier très mobile, rugueux et excellent défenseur. Une nouvelle fois, il est utilisé comme impact player avec une vingtaine d'apparitions pour cinq titularisations. Il participe à la finale perdue face aux Sarries, et découvre en parallèle la Champions Cup. Sélectionné en équipe d'Angleterre Saxons (réserve de l'équipe A) en 2016, ce morceau de 108 kilos est freiné la saison suivante par des blessures au pouce puis au genou. Il travaille en silence et retrouve le groupe du technicien irlandais Rob Baxter, devenant un des piliers les plus sûrs du championnat.

Crédit vidéoPremiership Rugby

Neal Heatley, l'entraîneur de la mêlée du XV de la Rose soulignait au Daily Mail début février que le pilier ''fait partie d'un très bon pack à Exeter. Il a disputé de gros matchs cette saison et a été parmi les meilleurs''. Hepburn a donc été lancé dans le grand bain du rugby international pour la première journée du tournoi à Rome puis face aux Gallois, match au cours duquel il a réalisé six plaquages. Suivant une trajectoire logique. Deuxième division, sélection U20, première division, Angleterre B... puis le voilà à hurler le God Save The Queen non loin de Lawes, Hartley et Joseph au milieu du Stadio Olimpico. N'étant pas dans le groupe qui s'est incliné à Murrayfield, il n'a pas encore perdu sous le maillot de l'équipe nationale. Mais ne sera pas non plus sur la feuille de match face à l'Angleterre. Bonne ou mauvaise nouvelle pour les Bleus ?

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

La coupe mulet, ils veulent toujours que l'on ait quelque chose contre eux, les anglais.
Notons qu'il vient d'Australie et que cette irrégularité capillaire se retrouve plus souvent que dans le reste du monde.
Un petit jeune en MotoGp à également choisi d'être moche.

J'ai toujours une admiration pour audrey hepburn ...mais de là à faire un pilier ...

Le diamant à polir, vraiment ?
Les anglais ne sont pas polis. Jamais.

  • mounjet
    23190 points
  • il y a 2 ans

croisons-les: maxime médard et franck tournaire

@mounjet

Un peu tiré par les cheveux ton histoire.
D'autant que c'est le fils caché de sergio parisse (le tif osé) et sinead o'connor.
Ca vous les coupe?

Déjà il va falloir s'occuper de sa coupe de cheveux.

@Team Viscères

je croyais même qu'elle était illégale

@Flanquart St Lazare

Il me semble que c'est dépénalisé en Espagne.

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
News
News