ANGLETERRE. Entre 7s et 15, le Français Pierre Pérès s'éclate de l'autre côté de la Manche
La belle aventure de Pierre Pérès en Angleterre.
ANGLETERRE.Découvrez la belle aventure de Pierre Pérès qui s'éclate de l'autre côté de la Manche au sein du club de Bury St Edmunds.
Cet été, Louis Picamoles va traverser la Manche comme d'autres Frenchies avant lui, pour découvrir le championnat d'Angleterre avec Northampton. Et si le n°8 du XV de France devrait être le seul représentant tricolore en Premiership, les divisions inférieures regorgent d'expatriés. Parmi eux, Pierre Pérès, originaire de Toulouse. Demi de mêlée comme ses quatre frères, "parce qu'on est tous gaulés comme des chips", ce diplômé en Génie Civil à l'INSA de Toulouse évolue depuis le mois de janvier en Angleterre, après être passé par les Espoirs de Colomiers (champion de France 2012) et la Fédérale 1, à Castanet, sans oublier quelques perf' à 7 (médaille de bronze à la Coupe du Monde Universitaire de Brive en 2012, médaille d’argent aux Jeux Olympiques Universitaire de Kazan en 2013 et médaille de bronze lors de la coupe du monde universitaire au Brésil en 2014).

Hello Pierre, raconte-nous tout d'abord comment tu as atterri au pays de Sa Majesté la Reine ?

Au cours de l’été 2015, j’ai passé trois mois à Bath pour réaliser un stage dans le cadre de mes études. J’en ai profité pour rejoindre une des grosses équipes de rugby a 7 : les Samurai. J’ai donc enchaîné quelques tournois avec eux, et noué de bons contacts. Plus tard, quand il a fallu repartir en stage de fin d’étude, le propriétaire de l’équipe m’a proposé de rejoindre son club de 15, tout en réalisant mon stage pour une boite de construction sponsor du club. Voilà que je rejoins le club de Bury St Edmunds, à côté de Cambridge. C'est à 1h30 de Londres.

ANGLETERRE. Entre 7s et 15, le Français Pierre Pérès s'éclate de l'autre côté de la Manche

Qu'est-ce que tu peux nous dire sur le niveau ?

La division est l’équivalent de la Fedérale 1, même si le rugby pratiqué est très différent et loin de ce qu’on peut s’imaginer ! Globalement, les joueurs sont moins solides mais ça joue beaucoup plus. Les mecs veulent marquer de essais, pas des pénalités. On culmine à quatre coups de pied par match sur notre charnière, ça fait beaucoup de ballons à jouer plein gaz ! Et le plus beau, c’est que les coachs nous y encouragent. Du coup les matchs sont plus excitants à jouer.



Toi qui a connu le haut niveau amateur français, quelle est la différence avec celui qu'on pratique outre-Manche ?

J’ai l’impression qu’ils sont plus exigeants physiquement que nous. Par exemple, si le 9 emballe un peu trop, ce sont les gros qui se font insulter pour ne pas se bouger assez ! C’était plutôt le contraire en France. Ils en demandent plus aux joueurs. Dans leur fonctionnement - à 7 comme à 15 - ils ont une équipe titulaire, et très peu de rotation/remplacement. Tout ça en ayant plus de matchs (30 matchs contre les 18 de Fed 1 en phase de poule). Dans la préparation d’avant-match, j’ai remarqué que les joueurs et coachs sont beaucoup plus décontractés : musique à fond, ça chambre, ça rigole. Tu rentres vraiment dans le match cinq minutes avant le coup d’envoi, dans les vestiaires.

ANGLETERRE. Entre 7s et 15, le Français Pierre Pérès s'éclate de l'autre côté de la Manche

En termes d’étrangers, je dirais que c’est similaire à la France. Beaucoup de Kiwis, d’Australiens, d’Irlandais sont attirés ici car les clubs proposent des situations très intéressantes. Il faut dire que l’engouement autour du rugby est impressionnant, je le ressens d’autant plus étant dans une petite ville.

Parallèlement, tu étais l'an passé coach de l'équipe 7s de Launaguet, qui a terminé vice-championne de France. Comment t'es-tu embarqué dans ce projet ?

Je me suis retrouvé à coacher Launag’Sevens car je connaissais bien certains joueurs. Ils voulaient préparer leur championnat de France, du coup ils m’ont proposé de venir filer un coup de main. Chose que j’ai faite avec grand plaisir et ça a été une aventure exceptionnelle ! J’y ai trouvé des mecs motivés et enthousiastes à l’idée de découvrir un nouveau sport pour la plupart. Notre parcours a été épique même si c’est encore un peu tôt pour parler de cette finale perdue !

ANGLETERRE. Entre 7s et 15, le Français Pierre Pérès s'éclate de l'autre côté de la Manche

Justement, parlons un peu de la culture 7s en Angleterre. L'équipe nationale a du mal ces derniers temps.

Ce qui me plait beaucoup ici, c’est que le 7 a une part bien plus importante qu’en France. Les tournois de très bon niveau foisonnent, tout comme les équipes. Ça colle parfaitement avec leur philosophie de jeu où la dimension physique est importante, avec beaucoup de mouvement et de vitesse. C’est vrai que l’équipe nationale a eu plus de mal ces derniers temps. Je pense que le circuit a beaucoup augmenté de niveau aussi, avec un plus grand nombre d’équipes compétitives. Donc forcément, ça devient de plus en plus dur de sortir du lot. Mais ce qui est sûr, c’est qu’ils se structurent bien pour progresser. C’est facile pour les jeunes d’acquérir de l’expérience avec le grand nombre de tournois de haut niveau. Et puis les clubs de 15 ont compris que le 7 pouvait les servir et jouent le jeu en montant des équipes à l’intersaison. C’est d’ailleurs un très bon moyen de recrutement ici.

La suite, c'est quoi pour toi ?

La saison à 7 va très rapidement commencer avec un beau programme en perspective ! Les Samurai ont beaucoup de bons tournois prévus, sans oublier l’équipe de France Universitaire. J’espère participer au plus grand nombre possible ! Donc maintenant, il s’agit de ne pas laisser trop de plumes à 15 pour y arriver fringant. Je vais finir la saison à toucher 2 mains (Rires) ! Et concernant la saison prochaine, je compte rester chez les British... Je te le dis, il y a du bon dans le Roastbeef !

ANGLETERRE. Entre 7s et 15, le Français Pierre Pérès s'éclate de l'autre côté de la Manche
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

l'article est sympa
mais CLEMENT bordel fais toi relire et corriger ( il doit y avoir de bons endroits pour se faire corriger dans ton coin de france ...demande à tes amis !

4 coups de pieds ???? le demi n'en prend qu'un pour taper !

les coachs sont exigeant ???? mais pourquoi ils se mettent à plusieurs alors !!

tu entres dans le matchS



ON AURA TOUT VU
et pas en bien !
les coachs nous y encourage ????? MINCE plus de pluriel du verbe

@noComment

Merci pour le retour 😉

  • murnet
    0 points
  • il y a 3 ans

Je connais ce mec. Une belle tête de truffe me semble-t-il. Il ne parle pas un foutre mot d'anglais

Sympa, article interessant.
J'ai rencontré l'an dernier un francais qui jouait pour l'équipe de Ayr en Écosse, le club dont est sorti Stuart Hogg.
Il m'a expliqué à quel point il prenait plaisir à concilier rugby et boulot.

@Jaunard78

Je n'avais pas vérifié. Si Wikipedia ne dit pas de connerie, il a du confondre avec Bennet.
Merci pour ta vigilance.

@Jaunard78

Hogg a commencé à joué à Hawick, le club de Bill McLaren, dans les Borders.
Ayr est sur la côte au sud de Glasgow

il y une erreur dans votre article le dernier de la famille joue 15 !

Derniers articles

Transferts
News
News
News
News
Transferts
Ecrit par vous !
News
News
News
News
News