VIDEO. La réforme fédérale du rugby féminin inquiète les clubs, la FFR répond
La réforme du rugby inquiète les clubs, la FFR répond

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien
Une pétition a été lancée pour protester contre la réforme fédérale du rugby féminin. Mise en cause, la Fédération Française de Rugby répond.
« Vous n'aimez pas le rugby féminin. Vous n'aimez pas cette passion qui nous réunit les dimanches à 15 heures, qui nous fait parcourir des centaines de kilomètres, et jouer, par tous les temps, unies dans la victoire comme dans la défaite, dans l'effort et le plaisir. » Voilà comment démarre une pétition – adressée à la Fédération Française de Rugby – censée pointer du doigt les incohérences du rugby féminin tricolore. C'est tout un système qui se retrouve visé. Les mots sont durs. Forts. Lancée il y a quelques semaines, la pétition a récolté pour le moment plus de 8000 signatures. Logique ? Il faut dire que les réformes ont (beaucoup) de mal à passer auprès de nombreux clubs. Pèle-mêle : la fusion des trois divisions fédérales en un seul championnat composé de plusieurs poules mais aussi des trêves interminables durant le 6 Nations pour les équipes de Top 8 et du Challenge Armelle-Auclair, sans oublier l'obligation de posséder une équipe réserve et cadette... Le rugby féminin est en colère. Et se sent « sacrifié », accusant la FFR de « faire des économies ».

Pour faire simple, de nombreux clubs qui pratiquaient le XII ont rencontré des difficultés à pratiquer le XV, faute de joueuses disponibles. Résultat : de nombreux forfaits, ou des matchs à sens unique quand d'anciennes équipes de F3 affrontaient d'anciens pensionnaires de F1. La Fédé est également accusée de vouloir promouvoir coûte que coûte le rugby à 7. Elle répond, en clarifiant un point :

La réforme, et notamment le point 350-e-ter dont il est question dans cette pétition, prévoit que l’équipe « Une » évoluant en fédérale féminine puisse justifier, sur la saison 2016/2017, d’une équipe réserve association ou en rassemblement « 18 ans et plus » à XV ou en effectif réduit, c'est-à-dire à VII. Attention à ne pas faire l’amalgame avec la discipline du rugby à 7 : on parle bien ici d'un jeu à effectif réduit, sur ½ terrain. La réforme prévoit également que l’équipe ait une équipe cadette en rassemblement avec un effectif minimum de 7 licenciées.


Mais au fond, pourquoi faire cette réforme ? Est-ce une question d'argent comme beaucoup de clubs le suspectent ? Là aussi, la FFR répond :

Tout est fait pour assurer la pérennité de la pratique féminine. Supprimer les obligations pour permettre aux joueuses actuelles de pratiquer sans aucune contrainte ne permet pas d’assurer l’avenir du rugby féminin. Le rassemblement des équipes de fédérales en une seule compétition a pour objectif prioritaire celui d’éviter à certains clubs de faire de trop longs déplacements, qui peuvent être aussi cause de fatigue et pour certains, de forfaits. […] Les écarts des résultats sur certaines rencontres peuvent être importants, mais cela n’est pas plus flagrant qu’en Excellence B et pas plus qu’avant le réforme. L’intérêt de cette réforme pour le rugby français à moyen et long terme est qu’au fur et à mesure des années, le niveau de jeu se nivelle pour que cette compétition devienne de plus en plus attractive.

De plus en plus médiatisé, le rugby féminin connaît un grand boom au niveau des licenciées puisque le nombre de pratiquantes sur la saison 2014/2015 a augmenté de 15% par rapport à la saison précédente, avec une hausse de 5% chez les seniors, 24% chez les 15-18 ans et 26% en école de rugby. C'est justement sur les jeunes que cette réforme porte, puisqu'elle permet aux licenciées FFR et UNSS de pratiquer ensemble : « la mise en place d’une équipe cadette servirait également à fidéliser les jeunes filles quittant l’école de rugby, qui ne peuvent encore accéder à une équipe senior. Il faut encourager des jeunes filles à pratiquer le rugby pour que dans 10 ans, le rugby féminin soit toujours autant représenté en termes de pratiquantes. » On espère que ce sera le cas ! En attendant, nos Ministres du rugby, dont deux joueuses du TCMS concernées par la réforme, débattent. Et non, elles ne se contentent pas de nous régaler avec leur calendrier...

Si vous souhaitez vous amuser, (re)découvrir la joie du ballon ovale et/où faire la fête en 3ème mi-temps, laissez-vous tenter par l'aventure !

La chaleur estivale impose une trêve. Le TCMS rugby féminin part en vacances !On vous retrouve à la rentrée en...

Posted by TCMS Rugby Féminin - officiel on mardi 30 juin 2015

Merci à Thibault Perrin pour l'interview.

Le lien pour la pétition ici.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

La fédé s'essouffle! C'est de leur âge!!
Les filles nous ont prouvé que le rugby est pour tout le monde et qu'en plus elles savent manier la gonfle, pratiquer les évitements et prennent du plaisir sur le terrain.
Ne changeons pas les règles fédérales en ce qui concerne le rugby féminin
CHANGEONS la Fédé !!
Quant à la LNR, allez, M.Goze, un petit effort vers ces filles trop longtemps prises de haut..
Elles nous montrent du beau jeu, se qualifient pour les JO et le vivier s'agrandit.
Haut les cœurs ! et TOUS avec ces perles tricolores!!

Encore une fois, les vieux chnocks se remuent les méninges pour mettre la grouille là où elle y est pas...

Je dis que si tu veux plus de pognon façon top 14 tu prends ton destin en main et tu te débrouilles tout seul pour te vendre, sauf qu'actuellement le rugby féminin n'apporte pas ce fric donc elles dépendent de la fédé qui doit tout gérer et ne peut pas leur donner ce qu'elles veulent sans sucrer ailleurs (amateurs hommes, écoles de rugby etc).

Donc si elles veulent plus il faut trouver plus en partenariats ou se contenter de la même chose que tout le monde.

  • jumisao
    21406 points
  • il y a 5 ans

@l'ovale lie: dans ce cas, faisons la même chose avec les hommes amateurs. Parce qu'on ne me fera pas croire que l'argent du rugby en france provient en majorité du rugby amateur. Et puis faisons avec tous les sports pareils, parce que le pognon, il vient en majorité du sport pro. Et quand on aura tué tout sport amateur, on viendra pleurer.

  • ced
    100447 points
  • il y a 5 ans

@Chiefs il y a longtemps que la famille ne mange plus à la même table, ni même dans la même maison et encore moins la même chose.
il y a des décalages dans toutes les Fédé, à part celle de lutte ou de curling.
ça me choque pas que certains se sentent laissés pour compte et le disent.

  • Chiefs
    5978 points
  • il y a 5 ans

@ L'ovale lie: Le rugby n'est plus une grande famille ? On ne partage plus toute la même passions, quelques soit notre sexe ou notre age ?

Nan mais répond moi, car si le rugby ne véhicule plus ces valeurs alors autant ce mettre au foot.

"Et se sent « sacrifié », accusant la FFR de « faire des économies ». "

Sinon elles peuvent créer une fédé de rugby féminin, qui n'aura pas les revenus des hommes de versés et vivra uniquement de ses propres revenus, des centaines de joueuses seront sur le carreau faute d'économie viable et elles seront sans doute contentes, c'est peut être ce qu'il faudrait pour se rendre compte de leur discours décalé de la réalité.

Derniers articles

News
Ecrit par vous !
News
News
Sponsorisé News
News
Vidéos
News
News
News
News
Ecrit par vous !
News