Ecrit par vous !
Rugby amateur. Interview. Beaux frères et adversaires sur le terrain, ils abordent le prochain derby entre Morlaas et Orthez
Loïc à gauche et Lorenzo à droite lors du dernier derby entre les deux clubs.

Le Rugbynistère a besoin de votre soutien !

-70% de revenus pour le Rugbynistère avec l'arrivée du Covid-19. Aidez-nous à faire face à la crise !

Loïc, 27 ans, joue à Morlaas, le club qui l’a vu grandir. Marié à sa soeur, Lorenzo, 26 ans, arbore quant à lui les couleurs d’Orthez. Respectivement 3e et 5e de la poule 8, Orthez et Morlaas sont plus que jamais en course pour la qualification pour les phases finales. À quinze jours du derby qui se jouera entre les deux clubs au stade des Cordeliers, nous sommes allés prendre la température entre les deux hommes.

Salut les beaux-frères, parlez-nous de votre carrière, pourquoi le rugby ?

Loïc : J’ai fait mes premiers pas à Morlaas à l’âge de quatre ans, puis trois saisons en juniors-espoirs à la Section Paloise avant de revenir à Morlaas jusqu’à aujourd’hui. Chez nous c’est ancré dans la famille, tout le monde joue ou a joué au rugby.

Lorenzo : j’ai commencé le rugby à Alicante en Espagne à l’âge de 14 ans, je venais du judo à la base. Si j’ai choisi le rugby c’est avant tout pour ses valeurs, des valeurs qui m’ont permis d’être sélectionné avec l’équipe d’Espagne -20 et de jouer deux saisons avec les Espoirs de Pau. J’ai fait une autre saison à Carcassonne et puis me voilà à Orthez depuis 2014.


Quels sont vos pires et meilleurs moments sur le terrain ?

Loïc : Mon pire moment ça a été la descente de Morlaas en Fédérale 2, c’était vraiment dur. Le meilleur reste pour moi mes années en cadets, avec un quart de finale à la clé, on était une vrai bande de copains.

LorenzoMoi c’était une hernie discale quand j’étais à Carcassonne, j’avais le bras tout endormi, une belle frayeur ! Le meilleur restera mon aventure avec les soldats lorsque j’étais capitaine de l’équipe militaire.


Ça fait maintenant quatre ans que vous vous connaissez, Lorenzo tu te sens bien intégré dans ta belle famille ?

Lorenzo : Plutôt bien, c’est très bien parti dès le départ ! Lors du premier repas de famille avec Loïc, j’ai subi le test du vin rouge… bref je n’en dirai pas plus. Toujours est-il que j’ai fini par tout vomir, je pense que j’ai passé le test avec les honneurs.


Loïc tu joues arrière, toi Lorenzo t’es seconde barre, C’est qui le plus lourd sur le terrain ?

Loïc : Lui sans aucune hésitation !

Lorenzo : euh c’est moi je crois...


Et pendant les repas de famille ?

Loïc : Lui aussi, il n’en reste jamais pour le chien !


Sinon, vous jouez à 50 bornes et l’un contre l’autre parce que vous pouvez pas vous supporter ou parce que ça serait trop compliqué pour l’un d’aller aux entraînements de l’autre ?

Loïc : Tout ça c’est parce qu’il veut prendre du pognon. Ici à Morlaas on joue pour l’amour du maillot !

Lorenzo : Croyez-moi, on se voit bien assez aux repas de famille...


Loïc tu t’es bien fait recevoir par ton beau frère à l’aller (27-18 pour Orthez à domicile) comment comptes-tu l’accueillir lors du retour (19 mars prochain) ?

Loïc : Je compte le recevoir comme il l’a fait chez lui. À Morlaas on est invaincus à domicile cette saison et on compte bien le rester.


Qu’est-ce que vous craignez le plus chez l’autre sur le terrain ?

Loïc : Qu’il me marche sur les pieds avec son 50 et ses 18 millimètres.

Lorenzo : Ses percées légendaires. C’est pas pour rien que je l’appelle « lolo la foudre ».


Si vous vous retrouvez ensemble dans un ruck, plutôt bisous ou marrons ?

Loïc : Un bon gros marron !

Lorenzo : Plein de bisous, j’aurais trop peur que Josy, ma belle-mère ne me tombe dessus !


Si Loïc tu arrives lancé comme un frelon avec le ballon sur Lorenzo, qu’est ce que tu fais ? et toi Lorenzo comment tu défends ?

Loïc : Je le déborde. Je pense courir un peu plus vite que lui…

Lorenzo :  Au match aller j’ai fais le torero, mais au retour je ne le louperai pas !


Et dans la situation inverse ?

Loïc : Je baisserai la tête et je ne m’échapperai pas. Je sais qu’il me rentrera droit dedans. Il ne sait faire que ça de toute façon !

Lorenzo : Je préfère ne rien dire.


Et la soeur/femme dans l’histoire elle supporte qui ?

Loïc : Son frère et Morlaas bien sûr !

Lorenzo : Moi de toute évidence ! Elle me supporte déjà tous les jours a la maison.


Du coup qui va gagner lors du prochain Morlaas - Orthez ? Un pronostic ?

Loïc : Nous ! On ne lâchera rien, on fera tout ce qu’il faut pour gagner chez nous !

Lorenzo : Ça sera un match serré, c’est sûr ! Mais Orthez va ramener les quatre points !


Une anecdote / histoire drôle sur l’autre ?

Loïc : Son intégration ne vous a pas suffi ? Franchement, c'est pas tous les jours qu'un nouvel arrivant dans une famille force sur l’apéro dès le premier grand repas et file faire la sieste aprés avoir lâché un belle flaque de vomi ! 

Lorenzo :  Indéniablement son déguisement de vache lors de son enterrement de vie de jeune garçon, un grand moment !


Celui qui gagne lors du prochain match, c’est celui qui organise le barbecue du dimanche lors de la prochaine trêve ? Si oui, on veut une photo !

Loïc : Evidemment, il peut déjà commencer à faire chauffer le charbon !

Lorenzo : Je ne pense pas, on a bien assez de repas de famille comme ça !

arthurdelongevialle
arthurdelongevialle
Cet article est rédigé par arthurdelongevialle, un grand merci pour sa contribution ! Vous pouvez proposer des textes de deux manières :
  • Racontez-nous la vie de votre club en devenant référent Rugbynistère pour votre équipe : cliquez ici.
  • Ecrivez sur le sujet de votre choix en devenant contributeur au Rugbynistère, pour ce faire contactez-nous !
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

" Vous voyez le 2nd latte là-bas ??? il couche avec ma soeur !
- OK, on a compris..." 🙂

Derniers articles

Ecrit par vous !
News
News
Transferts
News
News
News
News
News
News
News
News