Que sont devenus les champions du monde anglais de 2003 ?
Il y a quinze ans, l'Angleterre remportait la Coupe du monde.

Le Rugbynistère a besoin de votre soutien !

-70% de revenus pour le Rugbynistère avec l'arrivée du Covid-19. Aidez-nous à faire face à la crise !
Il y a quinze ans, l'Angleterre devenait la première nation européenne à être sacrée championne du monde de rugby. Mais qu'en est-il aujourd'hui des titulaires de la finale ?

Trevor Woodman (pilier)

Il est sûrement le moins connu de tous, mais Trevor Woodman reste encore aujourd'hui une figure marquante du rugby mondial. Après 22 sélections avec l'équipe d'Angleterre, le pilier arrêtera sa carrière internationale en 2004, puis déchaussera définitivement les crampons en 2005. Il ne quitte pas le monde du rugby pour autant, car il bascule immédiatement dans l'entraînement et va s'occuper de l'Université de Sydney. Une ville symbolique pour lui, puisqu'il y sera, comme ses coéquipiers, sacré champion du monde en 2003. Il quitte l'Australie en 2009 pour revenir dans son Angleterre natale. Après s'être occupé des London Wasps de 2009 à 2013, il officie depuis 2014 auprès de l'équipe de Gloucester en Premiership. Un club où il a évolué pendant neuf ans en tant que joueur.


Steve Thompson (talonneur)

Nominé au titre de meilleur joueur du monde en 2003, le talonneur Steve Thompson a été l'un des hommes emblématiques du sacre en Australie. Mais il a ensuite connu de nombreux problèmes aux cervicales, qui l'ont poussés à s'interroger sur la suite de sa carrière. Après s'être relancé du côté de Brive en 2007, Thompson s'est lancé un nouveau défi : celui de participer de nouveau à une Coupe du monde. Ce qu'il fait en 2011, puisque le talonneur dispute l'ensemble des matchs du XV de la Rose en Nouvelle-Zélande. Il mettra fin à sa carrière cette même année. Depuis sa retraite, Thompson vit à Dubaï et a agi en tant qu’ambassadeur pour la Fondation pour l’enfance de Christina Noble. Il a également été nommé ambassadeur sportif de la société de services de sécurité et de gestion des installations Transguard et a travaillé dans les médias en tant qu'analyste de rugby pour OSN et ESPN au Royaume-Uni.


Phil Vickery (pilier)

Autre membre de cette première ligne anglaise, Phil Vickery. Un vétéran du rugby anglais, puisqu'il a connu 73 sélections avec le XV de la Rose. Troisième pilier le plus capé de cette sélection derrière Jason Leonard (joueur ayant obtenu le plus de sélections avec l'équipe d'Angleterre, puisqu'il est apparu à 114 reprises sous le maillot du XV de la Rose) et Dan Cole (82). Retraité en 2010, il va devenir commentateur pour la Coupe du monde 2011 auprès de la chaîne anglaise ITV. Puis en 2015, Phil Vickery est nommé « deputy lieutenant » du Gloucestershire.


Martin Johnson (deuxième ligne et capitaine)

Capitaine de cette sélection lors du sacre en 2003, Martin Johnson a forcément marqué l'histoire du rugby de son empreinte. Joueur emblématique des Leicester Tigers, Martin Johnson aura porté le maillot anglais à 84 reprises. Une sélection qu'il admire et qu'il va même entraîner, puisqu'il va en être le sélectionneur de 2008 à 2011. Martin Johnson a été également beaucoup honoré pendant et après sa carrière. Pour avoir mené l'Angleterre au titre en 2003, il est désigné commandeur de l'empire Britannique en 2004. Puis, en 2010, il reçoit le diplôme de « Doctor of Law » à l'Université de Leicester. Il va également être demandé par plusieurs marques après la Coupe du monde 2003 et va travailler, entre autre, avec Adidas, Qantas et HSBC. Il sera notamment ambassadeur officiel d'Orange pendant la Coupe du monde 2007.


Ben Kay (deuxième ligne)

Il est l'homme qui aurait pu faire faire basculer la finale bien plus tôt en faveur de l'équipe d'Angleterre. Mais alors qu'il s'élançait vers la ligne d'en-but, le deuxième ligne Ben Kay commit un en-avant qui aurait couter cher à l'Angleterre. Malgré tout, le titre obtenu cette année-là fera en quelque sorte oublier sa « boulette ». Il reviendra même en sélection anglaise à plusieurs reprises, jusqu'à connaître 62 sélections au total jusqu'à sa retraite en 2010. Membre du conseil d'administration des Leicester Tigers, il travaille également pour les médias britanniques et est récemment apparu pour faire la publicité de la Coupe du monde 2019 au Japon, en invitant une comédienne japonaise à participer à une mêlée.


Richard Hill (troisième ligne aile)

À ne pas confondre avec Richard John Hill, entraîneur de Rouen en Fédérale 1. Richard Anthony Hill, lui, n'entraîne pas. Autre grand capé du rugby anglais avec 71 sélections, il prend sa retraite en 2008 après quinze ans de loyaux services aux Saracens. Après être devenu directeur de la Saracens Sports Fondation, il est élu en 2008 au conseil d'administration de la Rugby Football Union (RFU).


Neil Back (troisième ligne aile)


À 34 ans, Neil Back fait partie des anciens de la génération championne du monde en 2003. Sa carrière, il la stoppe donc peu de temps après, en 2005. Il s'empare alors immédiatement du poste d'entraîneur et prend en charge la défense des Leicester Tigers, son club de cœur. Il passe ensuite par Leeds et par les Lions Britanniques avant de finir à Édimbourg de 2012 à 2013.


Lawrence Dallaglio (troisième ligne centre)

Un poison sur le terrain, mais un joueur extraordinaire avant tout. Lawrence Dallaglio complète la « Holy Trinity », surnom donné par les médias anglais à cette troisième ligne anglaise titrée en 2003. Un joueur d'expérience qui aura connu au total 85 sélections avec le XV de la Rose. Retraité depuis 2008, il est extrêmement engagé dans les œuvres de charité. Ses actions envers l'Angleterre ont fait de lui un officier de l'Empire Britannique en 2008. Il lancera notamment la Dallaglio Foundation en 2009, suite au décès de sa mère, pour lutter contre le cancer.


Matt Dawson (demi de mêlée)

Compère de Jonny Wilkinson durant cette Coupe du monde, Matt Dawnson a également connu une carrière bien remplie. 77 sélections avec le XV de la Rose, champion du monde de rugby à VII et de rugby à XV (tout comme Dallaglio), il fait partie des légendes la sélection anglaise. Il met fin à sa carrière en 2006 chez les London Wasps et est désormais consultant pour la BBC Sport. Il intervient également dans l'émission « A Question of Sport ».


Jonny Wilkinson (demi d'ouverture)

Que dire de Jonny Wilkinson...Les mots ne peuvent pas décrire l'homme qu'il était sur et en dehors du terrain. Un joueur respectueux et respecté partout dans le monde du rugby et principalement en Angleterre. Sir Jonny, comme il a été nommé par la reine Elisabeth à la suite de sa finale resplendissante en 2003, où le minot de 24 ans a offert la Coupe du monde à l'Angleterre d'un coup de pied magique. Sa carrière, il l'aura poursuivi tard malgré plusieurs soucis physiques. Il s'arrête à la fin de saison 2013-2014 avec Toulon. Un club qui l'a marqué, puisqu'il y a remporté deux titres de champion d'Europe et un championnat de France. En parallèle, si Jonny Wilkinson est l'un des joueurs de rugby qui a été le mieux payé au monde grâce aux contrats qu'ils possèdent avec de nombreuses marques, il est également très demandé par les médias. Il rédige notamment régulièrement des articles pour The Times. Jonny Wilkinson aura par ailleurs publié trois ouvrages sur sa carrière sportive. Il intervient aujourd'hui auprès de la sélection anglaise pour le jeu au pied, à la demande d'Eddie Jones.


Ben Cohen (ailier)

Tout comme Steve Thompson, Ben Cohen est passé par la France et le CA Brive. Ailier réputé, très rapide, il s'illustre dans cette Coupe du monde à seulement 25 ans et est titulaire pour la finale. Il s'arrête en 2011 à Sale et est depuis très engagé pour la société. Il lance notamment la Ben Cohen StandUp Foundation, qui lutte contre les violences scolaires et sportives et s'y consacre entièrement depuis 2011. Il est également connu en Angleterre pour avoir participé à un concours de danse en 2013 : Stricly Come Dancing.


Mike Tindall (centre)

17 ans de carrière au plus haut niveau ! Depuis ses débuts en professionnel à Bath en 1997, Mike Tindall aura foulé à de multiples reprises les pelouses des terrains de rugby. Que ça soit avec Bath, Gloucester ou l'Angleterre, Tindall a faim de jeu. Il a notamment rechaussé les crampons récemment pour un match commémoratif à Compiègne entre son association Rugby for heroes et les Flocklowns, une équipe composée de vétérans français comme Damien Traille ou encore Fabrice Estebanez. Sa fin de carrière en sélection s'était terminée d'une malheureuse façon puisque, suite à ses agissements hors des terrains durant la Coupe du monde 2011, il avait été exclu à vie de la sélection nationale. Après avoir entraîné Gloucester de 2012 à 2014, il consacre aujourd'hui une grande partie de son temps à son association Rugby for heroes. Il est par ailleurs marié depuis 2010 avec la cavalière Zara Phillips, fille de la princesse Anne.


Will Greenwood (centre)

Will Greenwood vient compléter la paire de centres de cette équipe légendaire avec Mike Tindall. Deux joueurs qui se trouvent parfaitement et qui deviennent l'association parfaite pour Clive Woodward. Sa carrière, il l'arrête beaucoup plus tôt que son compatriote, en 2006. Aujourd'hui, Will Greenwood est consultant pour Sky Sports, la célèbre chaîne britannique.


Jason Robinson (ailier)

Il est considéré comme l'un des joueurs les plus rapides de l'histoire du rugby. Petit gabarit, très explosif, Robinson aura illuminé cette Coupe du monde 2003 de sa vitesse et de ses appuis. Il inscrira notamment le seul essai anglais de cette finale sur un service impeccable de son demi d'ouverture Jonny Wilkinson. La Coupe du monde, il y reviendra en 2007 avant de définitivement mettre fin à sa carrière du côté de Fylde. Il commencera même une carrière d'entraîneur par la suite, puisqu'il officiera à Sale de 2009 à 2011. Jason Robinson est aujourd'hui très engagé pour le rugby à XIII, sport où il a débuté.


Josh Lewsey (arrière)

Lui aussi est entré dans l'histoire de la Coupe de monde lors de cette édition 2003. Non seulement parce qu'il l'a remportée, mais aussi parce qu'il fût l'un des rares joueurs à inscrire cinq essais dans un match durant cette compétition. Josh Lewsey inscrit en effet un quintuplé lors de la victoire des Anglais face à l'Uruguay 111 à 13 en clôture des matchs de poule. Il participera également à la Coupe du monde 2007 et crucifiera la France en demi-finale d'un essai marqué en tout début de rencontre. Il prendra finalement sa retraite en 2009. Comme certains de ses anciens coéquipiers, Josh Lewsey collecte des fonds pour des œuvres de charité. Il a notamment tenté de gravir l'Everest, mais a échoué pour quelques centaines de mètres.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Quelle équipe, quelle épopée! 12 tests victorieux en autant de joués contre les 3 ogres sudistes entre 2000 et 2003, 3 tournois remportés sur 4 avec tous les records de pts et d'essais pulvérisés, 1 pack de oufs, des papas sans pareils Johnson, Dallaglio, etc, tant de trois quarts à plus de 20 essais jouant dans la même période dont les 2 monstres Cohen (31) et Robinson (30), des demis, centres et arrières polyvalents et intelligents, ceux qu'on appelait alors (pas les pisse-froid bien entendu qui ont éludé de leur mémoire le fantastique 48 à 19 encaissé par les bleus à Twickenham lors de l'édition 2001 😉 les All White m'ont fait dès 2000 adorer le rugby anglais et je n'en démords plus même s'il a baissé de pied depuis, en premiership comme en sélection il donne tellement plus à voir en vitesse et technique que son homologue français, moisi par son tournant sumo à XV pris au même moment, progressivement au début des 2000's.

Narquois lorsqu'ils croisent un joueur Français ?

On a bien vu votre petit stratagème. Vous essayez de rendre l'anglais sympathique.

Ca ne prendra pas.

2003, c’est bien l’année où Laporte avait un plan infaillible pour battre l’Angleterre mais qui ne fonctionnait pas s’il pleuvait ?

@Grand Sachem aux sages commentaires

Dur pour ce pauvre BL de sortir les cadavres du placard...
(excellent rappel toutefois)

@Jak3192

Surtout qu'avec cette pluie ils ont pris l'humidité et ont moisi...

Ils ont vieilli de 15 ans, mais malheureusement pour eux sont toujours anglais.

@Team Viscères

Elle était plus complexe cette question.

J'avais beaucoup d'admiration pour le blond Neil Back, copie conforme de Jean Salut et J-P Rives par son comportement et son talent... et sa taille

On dira ce qu'on voudra mais c'etait quand meme une sacree equipe. Quand on voit la liste des joeuurs qui ont compose les equipes championnes du monde on a vraiment l'impression d'etre dans une autre division. Australie 1999 me plait beaucoup aussi, les noms font pas rire les mouettes.

@Silkerin

Un pouce pour l'histoire des mouettes.
Chouette équipe c'est vrai, mais jeu restrictif. Comme quoi...

Ah c'est malin !
Venir reparler de Dallaglio, Johnson et consorts me déclenche une crise d'anglophobie. L'évocation de Wilko peine à calmer mes aigreurs d'estomac.

@breiz93

Jason Robinson. Le tout premier Anglais que j'ai apprécié, tellement joueur et classe sur le terrain qu'il aurait mérité de ne pas être anglais.

@breiz93

Autant je te rejoins sur Johnson autant je ne suis pas d'accord concernant Dallaglio.
OK un vrai pénible sur le terrain.
Mais en 1999, il avait été un des Anglais à avoir enregistré une vidéo pour soutenir les Français pour la finale contre les Australiens (si quelqu'un retrouve ça...).
Bon d'accord ça n'a pas suffit. Mais quand même.

@Flanquart St Lazare

J'ai oublié cet épisode..., j'ai peut être une mémoire sélective concernant les Anglais.
Ça doit être dû à mes racines Celtes.

Derniers articles

Ecrit par vous !
News
News
Transferts
News
News
News
News
News
News
News
News