INTERVIEW. Pierre Salviac balance sur le rugby français avant le crunch

Ecrit par vous !
INTERVIEW. Pierre Salviac balance sur le rugby français avant le crunch
L'ancien commentateur est connu pour son franc-parler.
Pierre Salviac, l’ancien commentateur des matchs de rugby sur France 2 connu pour son franc-parler, analyse la défaite du XV de France contre le Pays de Galles (19-24) et fait un bilan du rugby français actuel.

Quels enseignements tirez-vous du match France-Galles ?

Le seul espoir que j’avais pour la France, c’est que le match soit arbitré par Wayne Barnes. Et l’histoire me rappelait que lors du quart de finale de la Coupe du Monde 2007, contre les All-Blacks, Wayne Barnes n’avait pas vu ou voulu voir un en-avant français. Ce qui nous avait permis de nous qualifier. Ce même arbitre il y a deux ans, grâce à vingt-minutes au-delà du temps réglementaire, avait fait gagner la France. Donc je me disais que la seule chance que le XV de France avait de gagner dans le contexte actuel et, au vue des résultats, était l’arbitre. Et la France n’a pas eu besoin de l’arbitre car elle a offert la victoire aux Gallois.

Avez vous été surpris par la première mi-temps des Français ?

Je ne peux pas être surpris. J’ai commenté le rugby pendant quarante ans. Et des matchs gagnés par la France à la mi-temps j’en ai vu quelques-uns et perdus à la fin j’en ai vu beaucoup. C’est dans l’ADN du XV de France. Un match dure quatre-vingts minutes. Et pour le gagner, il faut avoir du talent, du physique et de la chance. En regardant le match et plus particulièrement la deuxième période, j’ai eu l’impression que les joueurs de l’équipe de France avaient fait leur apprentissage du rugby en lisant le rugby pour les nuls. Donc je n’ai pas été surpris. Puis même Brunel et Ibanez le disaient, la deuxième allait être compliquée. Tout le monde le savait. Et si je regarde les résultats des bleus et des Gallois, je ne pouvais pas me dire qu’ils allaient rester à ce niveau-là.

Selon vous, que s’est-il passé pour que la France passe d’ultra-dominatrice à dominée ?

Il s’est passé qu’à la fin c’est le Pays de Galles qui gagne. Ou plutôt la France qui perd. Quand une équipe est meilleure que l’autre, elle gagne. Le Pays de Galles est passé d’une charnière banale, du niveau de l’équipe de France, à une charnière bien supérieure. La problématique des Français, et je ne vois pas de progrès de ce côté-là, c’est la charnière. On a une charnière qui n’est pas du niveau international quand les autres l’ont. J’ai discuté avec plusieurs internationaux, j’ai discuté avec Jean-Pierre Elissalde, avec Xavier Garbajosa avant l’interview. Il y a des choses évidentes. Les Gallois font en sorte lorsqu’ils jouent au pied, ils s’arrangent toujours pour laisser le ballon en jeu, pour que ce soit l’adversaire qui le mette en touche. Comme ça ils récupèrent une touche dans le camp adverse. Ils ont la tactique du jeu au pied. Ce que les Français n’ont pas. C’est très important dans le rugby à XV, qui est « le rugby-football », ce qu’on a oublié en France. Donc à partir du moment où ils ont la possession dans la moitié de terrain française, ils sont dominateurs. Et ça nos techniciens ne l’ont pas remarqué. Donc nous sommes des hémiplégiques du rugby. Et les conséquences sont ce qu’on a vu vendredi dernier.

Quelle est l’origine du problème du rugby français ?

Le problème ce sont les centres formations. Tous les centres de formations font des formations polyvalentes. Alors que dans la merde dans laquelle nous nous trouvons, on devrait au moins avoir une académie de formation d’ouvreurs. Si on accepte l’idée que le rugby à XV tourne autour du demi d’ouverture. Actuellement en France, au poste d’ouvreur, nous n’avons que des seconds couteaux. Et personne n’en parle.

Donc la spécialisation de Romain Ntamack au centre est une mauvaise idée ?

Le problème est plus profond que la spécialisation de Ntamack. Puis sur le match France-Galles, on savait qu’on l’envoyait à l'abattoir. On n’a pas en France un joueur autant doué au pied qu’à la main. Et dieu sait à quel point c’est essentiel dans le « rugby-football ». Je suis un supporter du Stade Rochelais, j’ai vu successivement passer Zack Holmes et Iaia West, qui ne sont malheureusement pas Français, mais eux sont des ouvreurs de haut niveau. Ils ont le pied du pianiste. Et ça ne sert à rien de faire des procès à Brunel, à Novès ou à Saint-André. Tant qu’on n’a pas de joueurs comme cela. Les All-Blacks sont les meilleurs avant tout car ils ont les meilleurs ouvreurs. Puis, pour revenir à Ntamack, si on le met, autant faire les choses jusqu’au bout et mettre cinq voire sept internationaux U20.

Quels sont selon vous, les autres points à améliorer ?

On va commencer par le capitaine. Guirado n’a jamais été un leader et n’en sera jamais un. Il y a une erreur de casting. Et c’est un gros problème, on n'a pas de leader dans notre équipe. Puis, on sélectionne Picamoles et Fofana qui annoncent avant même le début du tournoi leur retraite internationale. Après, on va chercher un deuxième ligne sud-africain qu’on met titulaire pour le premier match, alors que Lambey, joueur issu de la formation française à fait la démonstration comme Thomas Jolmes, qu’on a de bons deuxièmes lignes français.

Quelles sont vos solutions pour retrouver le sommet ?

Il faut que les amateurs du rugby, s’inspirent du mouvement des « gilets jaunes », et qu’ils aillent enfiler un gilet jaune et manifester. Puis que Bernard Laporte organise un grand débat, dans lequel il convierait les amateurs de rugby, les techniciens professionnels, les entraîneurs et les joueurs pour que chacun donne son point de vue et amène des solutions. Et on se baserait sur certaines solutions pour grandir.

Le XV de France peut-il créer la surprise et s’imposer en Angleterre ?

Créer la surprise oui, car dans le sport quand tu crées la surprise tu peux battre tout le monde. Mais qu’une fois. Il faudrait un fait de jeu important et heureux pour que ce soit possible. Aujourd’hui on n’est pas armé pour gagner. La logique dit qu’on va perdre. Surtout quand on joue comme on le fait depuis quelques années.

BaptistePiquel
BaptistePiquel
Cet article est rédigé par BaptistePiquel, Merci à lui ! Vous pouvez proposer des textes de deux manières :
  • Racontez-nous la vie de votre club en devenant référent Rugbynistère pour votre équipe : cliquez ici.
  • Ecrivez sur le sujet de votre choix en devenant contributeur au Rugbynistère, pour ce faire contactez-nous !

Derniers articles

News
Vidéos
Vidéos
Vidéos
News
Transferts
Vidéos
News
Transferts
News