INTERVIEW. Jean-Baptiste Gobelet se confie sur son aventure avec France 7 et ses projets d'avenir
France 7 : Jean-Baptiste Gobelet parle de son expérience et de son avenir. / Crédit Photo : Instagram : jamba_jamba

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien !
Le désormais ex-international avec France 7 revient avec sincérité sur son aventure avec France 7 et nous raconte ses projets d'avenir.
Pendant dix ans, il aura foulé les pelouses du Top 16 puis du Top 14. Soulevé deux Brennus, échoué deux fois en finale de la H Cup. Passé par les équipes de jeunes de l'ASM, c'est au Biarritz Olympique qu'il explose au plus haut niveau et fait exploser les défenses. Jean-Baptiste Gobelet fait surtout partie de la première génération de rugbymen sous contrat avec la FFR, amenés à défendre les couleurs de l'équipe nationale sur le circuit Seven. Lui qui n'aura jamais revêtu le maillot du XV de France portera un maillot bleu pendant cinq saisons, avec un objectif : la qualification pour les JO. À un an de la compétition, son contrat, arrivé à son terme, n'a pourtant pas été renouvelé. Que retient-il de cette aventure ? Regrette-t-il de ne pas aller à Rio ? De quoi sera fait son avenir ? Il s'exprime sans détour mais prévient : « Ce n'est pas une analyse à charge de la politique du groupe pro à 7, mais mon analyse et celle de mes coéquipiers sur cette expérience. Je n'ai jamais voulu parler à chaud pendant les crises dans les journaux car cela desservait ma performance comme celle de l'équipe. »

Jean-Baptiste, comment as-tu vécu le fait de te faire sortir du squad ?

Il y a beaucoup de frustration de sortir du programme olympique 7 à un an des Jeux Olympiques, sans pouvoir aller au bout de notre mission de qualifier l'équipe de France via le championnat d'Europe. Il y avait quand même des prémices qui me faisait penser que l'avenir du groupe se conjuguerait en Top14 d'ici les JO. Ce ne fut pas une décision sportive mais uniquement une décision personnelle de Jean-Claude Skrela (manager de France 7, ndlr).

On a été la première génération de rugbymen sous contrat avec la FFR, et beaucoup de personnes (joueurs, staff..) ont ainsi connu le monde professionnel du rugby à travers ce programme 7s, ce qui a forcément conduit à des dysfonctionnements dus à ce manque d'expérience. Certains joueurs ont pointé ces dysfonctionnements tout le long de ce programme afin que l'équipe soit la plus performante sur la scène mondiale, sans réelle écoute de la part du staff. Les joueurs qui ont connu le monde du rugby professionnel en Top14 pouvait facilement constater qu'il y avait un décalage entre le nouveau monde pro du 7 et le monde pro à XV, et ils n'ont pas été consultés. Les choses sont en train de se résoudre petit à petit mais on a perdu cinq ans. Par exemple, il a fallu attendre autant d'années pour qu'un préparateur physique spécifique athlé puisse intervenir régulièrement avec le groupe. Pareil pour l'arrivée d'un coach adjoint. INTERVIEW. Jean-Baptiste Gobelet se confie sur son aventure avec France 7 et ses projets d'avenirVIDEO. Dubaï Seven : Le festival offensif de Julien Candelon et la grosse percussion de Jean-Baptiste Gobelet Comment le Seven va-t-il être désormais gérer en France ? Prendre des mecs du XV, c'est la bonne option ?

Nous pouvons dire que le fait d'appeler des joueurs confirmés du Top14 est un aveu d'échec du programme pro 7s. Cela veut dire que nous n'avons pas réussi à former une équipe compétitive sur la scène mondiale et surtout européenne en cinq ans, avec le plus gros budget mondial (soit 5 Millions d'€ /an). Nous savons tous depuis le début que notre ticket olympique se jouerait sur les Qualifs Europe. En étant champion d'Europe 2014 en titre et sans la menace de la Grande Bretagne (déjà qualifiée), la qualification serait quasiment actée. Il faut voir ce que les joueurs du Top14 peuvent apporter sur le circuit World Series, la confrontation face aux nations majeures est un révélateur. Le circuit européen est trop faible pour juger, même si on a vu de belles performances de certains joueurs comme Rémy Grosso. À mon avis, ceci est plus un outil de communication en vue des JO qu'autre chose. Pour donner un exemple, l'apport de joueurs confirmés de Top 14 dans l'équipe des Fidji n'a pas été à la hauteur des espérances pendant la Coupe du monde. La spécificité de ce sport demande une habitude à jouer à 7 et encaisser les charges physiques. Ne prendre que des joueurs de XV serait aller à l'encontre de cette spécificité.

Quelles solutions peut-on envisager pour faire progresser France 7 ?

Le Seven français a beaucoup plus besoin d'un apport de compétences dans le staff. Le fait d'écarter de notre groupe, Thierry Janeczek, le meilleur spéciliste du 7, nous a coûté cher sportivement et humainement. Il n'existe pas beaucoup de spécialistes mais on préfère se passer de leurs services pour des raisons personnelles avec notre manager. Certains ont un œil très avisé sur le développement du 7 comme Franck Corrihons, Michel Marfaing, Didier Faugeron... D'autres ont même choisi de s'exiler comme Nicolas Leroux, qui réalise un travail exceptionnel avec la Belgique depuis de nombreuses années.
L'ouverture sur des compétences étrangères est aussi une piste qui mérite d'être étudiée quand on voit les progrès de certaines équipes comme les USA.

La suite de l'entretien, p. 2
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Je pense qu'il devrait trouver un poste à l'étranger. Encore une fois, on ne garde pas les spécialistes d'une discipline pour des raisons inconnues...

  • ced
    100335 points
  • il y a 5 ans

il faut qu'il positive, mieux vaut voir le verre à moitié plein qu'à moitié vide

  • benny
    15373 points
  • il y a 5 ans

Il se retrouve donc au chômage ?!
Pas un club interessé ? pas facile la fin de carrière...
Bonne chance à lui

@Nardoliv: magique

j ai l impression que pour gobelet, la coupe est pleine....ok, je sors...vite

Derniers articles

Vidéos
Vidéos
Vidéos
News
Vidéos
News
Vidéos
News
Vidéos
News
News