Fédérale 1 - Fleurance : ''On sait que la deuxième année est toujours très compliquée''
Fleurance compte bien se maintenir en Fédérale 1. (crédit : Florent Gimbert)
Objectif atteint au terme de la saison, Fleurance vise modestement le maintien pour la saison à venir. Changement de manager et d'entraîneurs, 15 recrues

La saison dernière, Fleurance termine 10e de sa poule avec 13 points d’avance sur le premier relégable Graulhet. L’objectif est atteint pour l’AS Fleurantine, promue de Fédérale 2. Le départ des deux entraîneurs pour Marmande a quelque peu bouleversé les plans du club. Deux nouveaux coachs, une quinzaine de nouveaux joueurs, Fleurance vise le maintien. Entretien avec son nouveau manager, Nicolas Dupouy.

Pouvez-vous vous présenter ? Votre parcours de joueur et de manager ?

Nicolas Dupouy 31 ans, j’ai commencé le rugby à l'âge de 6 ans à Fleurance, j’ai ensuite rejoint les équipes de jeunes du SU Agen jusqu’en espoir avant un retour en senior à Fleurance. Je me suis exilé 2 ans, une saison à Marmande et une dans un super club de la banlieue agenaise, Bon Encontre, où je pensais finir ma carrière de joueur mais la montée en F1 de mon club de cœur a fait mon retour à Fleurance, pour terminer là où j’ai commencé 25 ans plus tôt. Le parcours de manager est vite résumé, car je viens d’endosser ce rôle il y a 3/4 mois juste à la fin de ma carrière de joueur. C’est une bonne transition et c’est très épanouissant de passer de l’autre côté. C’est autre chose !  

Le départ pour Marmande des entraîneurs (Narjissi et Tarozzi) et de 2 joueurs, change-t-il le système de jeu que vous allez mettre en place ?

Tout changement entraîne des nouveautés et donc un nouveau système de jeu. Nous allons garder les choses qui fonctionnaient l’an passé en les améliorant encore et modifier certains systèmes qui fonctionnaient moins, comme par exemple la défense pour arriver à un système de jeu le plus complet possible. 

Les deux nouveaux entraîneurs, qui sont-ils ? Comment les avez-vous convaincu d’exercer à Fleurance ? 

Les deux nouveaux entraîneurs sont deux anciens columérins Bernard De Guisti (entraîneur des avants) et Michaël Carré (entraîneur des 3/4). Anciens joueurs et entraîneurs de Colomiers, ils ont connus les belles années de la colombe. Les connaissances de notre président Michel Courtes nous ont mis en relation et le courant est rapidement passé entre les deux parties. Notre projet les a séduits et l'envie d’entraîner ensemble a fait le reste. Nous avons rencontré pas loin de 15 entraîneurs, mais notre choix a vite été fait à la suite de notre RDV avec Michaël et Bernard qui collent parfaitement à l’ADN du club. 

Votre recrutement puise dans le local aussi bien que chez les joueurs étrangers (Vepkhadze, Van Kampen, Du Preez), quels étaient les grands axes de cette campagne de recrutement ?

Nous avions deux objectifs. Le premier, renforcer notre équipe espoir, qui l’an dernier avait un groupe réduit, en ne faisant venir que des jeunes joueurs gersois pour finir leur apprentissage et jouer demain en équipe une. Le deuxième, avoir un vrai groupe de Fédérale 1 plus étoffé en nombre que la saison précédente. L’an passé le recrutement avait été occulté par les phases finales, du coup nous l’avons mieux préparé cette année en ciblant nos besoins. Nous avons dans un 1er temps essayé de garder un maximum de joueurs. Notre but était de doubler les postes devant et de remplacer les partants derrière avec une recrue supplémentaire. À ce jour il nous manque encore un 3e ligne pour avoir un effectif correct et viser le maintien. Fleurance est une petite ville et il est donc compliqué d’attirer du monde. Nous avons tenté de recruter localement mais c’est très compliqué, car les clubs verrouillent leurs joueurs. Nous avons donc travaillé avec des connaissances pour faire venir des joueurs étrangers qui devront apporter à notre groupe. 

Au téléphone vous m’avez parlé d’une dernière recrue ? Vous pouvez révéler de qui il s’agit ?

Oui, nous avons un deuxième ligne sud-africain qui nous rejoindra fin Août. Il joue actuellement la Curie Cup avec la Eastern Province. Il s’agit de Wandile Putuma. Seul un troisième ligne nous manquera pour compléter notre effectif.  

Quels sont les objectifs à court et moyen terme de l’AS Fleurance ?

L’objectif principal est de se maintenir en Fédérale 1 le plus longtemps possible et grappiller petit à petit des places au classement. On sait que la deuxième année est toujours très compliquée. Nous travaillons dur en coulisse avec les dirigeants et les bénévoles ainsi que sur le terrain pour y arriver. 

L’autre objectif à moyen terme est de finaliser notre centre de perfectionnement qui nous permettra de faire progresser plus de jeunes joueurs et de les voir jouer en équipe première à la sortie des juniors. L’ASF doit rester en F1 et cela passera par la formation. 

Auch retrouvera sûrement tôt ou tard la Fédérale 1. Deux clubs gersois à ce niveau c’est une émulation ? Un encombrement ? 

C'est certain, Auch retrouvera la F1 et il faut qu'ils retrouvent leur rang qui était le leur dans le rugby gersois. Je le prends plus comme une émulation car le rugby gersois est énormément représenté dans le niveau fédéral, je dirais même joliment avec des clubs comme Miélan ou Lombez-Samatan qui font tous les ans parler d’eux.  

Avec Lombez-Samatan, Miélan et Fleurance derrière la locomotive remarquablement formatrice d’Auch, le rugby gersois se prépare des jours heureux ?

Aujourd’hui, la locomotive doit pour moi se reconstruire gentiment et demain redevenir le club formateur qu’il était. Cela permettra aux autres clubs comme nous d’avoir un vivier qui n’existe plus à ce jour. Les clubs comme Lombez-Samatan, Miélan ou Fleurance sont des exemples de formations avec de belles écoles de rugby. Aidés par Auch, les jours ne pourront qu'être heureux pour les clubs gersois. 

Que pensez-vous de la poule dans laquelle vous êtes versé ?

C’est une très bonne chose pour nous, il y a des derbys, des clubs historiques du rugby français et surtout pas de gros déplacements. L'an passé, nous avons rongé notre frein en traversant le sud de la France et la meilleure réponse a été de se maintenir. Aujourd’hui nous avons été quelques peu récompensés.


Composition de la poule 3  

  • Mauléon
  • Lavaur
  • Pamiers
  • Oloron
  • Albi
  • Bagnères
  • Graulhet
  • Tarbes
  • St Sulpice sur Lèze
  • Lannemezan
  • Blagnac
  • Fleurance

Recrutement 2019/2020

Arrivées :

Giorgi Vepkhadze (pilier, Aurillac) Brice Cassagnabère (pilier, Marmande) Alexis Lopez (Pau) Pierre Poles (2ème-ligne, Auch) Ruan Eckhardt du Preez (2ème-ligne, St Sulpice) Ronan Leon (3ème-ligne, Auch) Antoine Vidal (3ème-ligne, Bon-Encontre) Hugo Pailhe (demi de mêlée, Lannemezan) Nicolas Gabriel (ouvreur, La Seyne) Morgan Bouisset (ouvreur, Isle Jourdain) François Loison (ailier, Dijon) Jasey Van Kampen (arrière, Aurillac) Pottier Morgan (pilier,Bon encontre) Yolan Gabriel (centre, La Seyne) Putuma Wandile (2ieme ligne, Eastern Province) Bernard de Giusti (entraîneur, Colomiers) Mickaël Carré (entraîneur, Colomiers)

Départs :

Meddih Ahaouche (pilier, Marmande) Thomas Paquier (talonneur, Auch) Maxime Ferré (ouvreur, Anglet) Andre Potgieter (centre, Marmande) Yannick Villamot (arrière, Auch) Jalil Narjissi (entraîneur, Marmande) Baptiste Bedout (1/2 mêlée, Gimont) Tarrozzi (entraîneur, Marmande)

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
Cet article ne contient aucun commentaire, soyez le premier à en poster un !

Derniers articles

Transferts
Transferts
News
Transferts
News
News
News
Amateur
News
News