COMMOTION - Jamie Cudmore porte plainte contre le professeur Chazal, lui parle de buzz
Jamie Cudmore mène un combat contre les commotions.
L'ancien deuxième ligne de Clermont Jamie Cudmore reproche au professeur Chazal d'être revenu sur ses conclusions. Ce qu'il dément.

Top 14 - Oyonnax : Jamie Cudmore quitte l'USO, le Canadien expertisé dans l'affaire qui l'oppose à l'ASMBien qu'il ait décidé de quitter son poste d'entraîneur au sein du club d'Oyonnax en Top 14, Jamie Cudmore n'est pas inactif pour autant. Désormais engagé dans la prévention des commotions, le Canadien a assigné son ancien club, Clemont, en justice suite à la manière dont il a été traité après avoir subi plusieurs chocs à la tête lorsqu'il était joueur. Récemment expertisé par un cabinet d'un neurologue parisien, il a constaté que l'ASM était représenté par le professeur Jean Chazal. Pour rappel, c'est lui qui avait examiné Cudmore après ces commotions en avril et mail 2015 et "affirmé par écrit", selon La Montagne, qu'elles étaient "parfaitement identifiées". 

Aujourd'hui, le professeur Chazal se retrouve contre l'ancien joueur. Pour Jamie Cudmore, le praticien clermontois, qui l'a suivi pendant dix ans, opéré et conseillé de mettre un terme à sa carrière, "a manqué à ses obligations les plus élémentaires en tant que médecin". Pour étayer ses dires, le Canadien s'appuie sur une note destinée à l'expert judiciaire dans laquelle il a écrit "que a posteriori, la commotion déclarée probable restait très incertaine". Aussi, il a décidé de porter plainte contre le professeur Jean Chazal auprès du conseil de l'Ordre des Médecins du Puy-de-Dôme.

Toujours selon La Montagne, ce dernier a répondu qu'il avait agi au nom du principe de précaution. "A l'époque, afin de le protéger et de l'empêcher de reprendre la compétition trop vite, j'ai déclaré qu'il y avait eu commotion." Une décision, qui d'après lui, a été validée par un expert indépendant et extérieur au club. Pour lui, c'est "le monde à l'envers" dans cette affaire. Reconnu mondialement pour son travail sur les commotions, Jean Chazal rappelle qu'on ne peut être sûr qu'il y a eu commotion que s'il y a eu une perte de connaissance. Or, Cudmore n'aurait pas subi de KO. "Je trouve donc pour le moins paradoxal d'être attaqué aujourd'hui pour avoir cherché à préserver la santé du joueur." Il estime que cette plainte vise seulement à faire le buzz et à salir sa réputation.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

J'ai aimé ce qu'a dit Cudmore dans le Midol..."Il faut supprimer le protocole commotion !"
WR ne le pratique pas ,pourquoi le Top 14 le pratique..??
Ensuite, Dal Maso qui souffre de Parkinson à son âge ,quelque part,ça devrait alerter les instances médicales de ce sport car ce ne doit pas être le seul parmi les anciens joueurs a avoir cette maladie...des études sont en cours je crois...on verra bien

  • Ahma
    87961 points
  • il y a 2 ans
@pascalbulroland

Pour ceux qui n'ont pas lu l'interview, cette proposition peut sembler incompréhensible : il faut préciser que Cudmore demande à ce qu'un joueur présentant des signes de commotion quitte le match définitivement, alors que le protocole permet éventuellement de revenir.

Dans cette affaire, je comprends pas tout........

Sans entrer dans le fond du débat je trouve un peu amusant de voir le bûcheron dénoncer le traitement des commotions. L'a dû en infliger pas mal lui-même, qui n'est sans doute pas loin d'avoir le record des citations et gauffrettes jaunes et rouges...

  • Ahma
    87961 points
  • il y a 2 ans
@lelinzhou

Les meilleurs gendarmes sont les anciens voleurs.

  • AKA
    46989 points
  • il y a 2 ans

Peut être que Jammie pense que le docteur a faillit sur son cas personnel mais on ne sait pas tout. Par contre c' est vrai qu' il vaudrai mieux faire converger les énergies pour combattre ce fléau, quand je vois l' article sur Dal Maso je pense que son vécu sportif n' est pas étranger à son état. Je n' ai jamais posé mon cul dans un amphithéâtre de médecine mais bon "je dis çà mais je ne dis rien"....

@AKA

Pitêt qu'on peut rapprocher le cas de DalMaso de celui de boxeurs :
""Un certain nombre d'études épidémiologiques semblent montrer qu'il y a une augmentation de l'incidence de Parkinson chez des personnes qui ont eu des traumas répétés. Mais je ne pense pas que ce soit le facteur fondamental dans tous les cas."
https://www.allodocteurs.fr/maladies/cerveau-et-neurologie/maladie-de-parkinson/la-pratique-de-la-boxe-predispose-t-elle-a-la-maladie-de-parkinson_12810.html

  • SebPBN
    9852 points
  • il y a 2 ans

Triste rugby, si il y a bien un problème de fond avec des matchs de plus en plus violents à regarder sur les 3 premières divisions, je trouve aussi triste qu'en plus de se barbariser, notre sport devient de plus en plus mauvais médiatiquement, il ne se passe pas une semaine sans un scandale...

Tes explications ne sont pas claires Chazal !?!

Cela aura au moins le mérite de parler du problème inquiétant de la commotion.

  • breiz93
    50146 points
  • il y a 2 ans

Surprenant, j'avais écouté sur France Info l'interview du Dr Chazal à propos du Ko du môme de Clermont, son discours est très clair sur les commotions en disant que le rugby se rapproche du foot US.

Son explication semble tenir la route, quel est l'intérêt de Cudmore de faire monter la mayonnaise?

Bizarre!

@breiz93

Dans la version de Cudmore, Chazal est le médecin qui l'a diagnostiqué commotionné lors d'un match puis l'a autorisé à reprendre le jeu lorsque Vahaa s'était blessé juste après.
On ne sait pas ce qui est vrai ou non, mais dans la position de Cudmore forcément la posture publique de Chazal ressemble à du pipeau : quand tu as un micro tu fais de beaux discours sur les commotions et leurs risques, mais quand tu as un joueur qui présente des signes de commotion tu le renvoies sur le pré...

  • Ahma
    87961 points
  • il y a 2 ans
@breiz93

Chazal tient un certain discours en public, on ne sait pas si ses actes en coulisse sont en accord avec ce discours.

  • Bagnar
    7002 points
  • il y a 2 ans

Le Dr Chazal et Cudmore poursuivent le même but. Faire entendre que le rugby moderne est un véritable jeu de massacre pour le cerveau des joueurs (et leur corps de manière générale).

Comment en arrivent-ils à s'étriper sur fond de différent judiciaire alors que l'un est le meilleur exemple des ravages tandis que l'autre est là pour assurer la légitimité scientifique du problème ?

J'ai peur que dans le buzz, on finisse par oublier le coeur du problème. La santé des joueurs que l'on voit sur le pré tous les week-end.

@Bagnar

Dans l'affaire en jugement, ils sont opposés. Cudmore accuse Chazal de l'avoir renvoyé sur le terrain alors qu'il n'avait pas réussi le protocole commotion et Chazal affirme que Cudmore ment. L'un pense que l'autre a mis sa vie en danger, l'autre pense que le premier veut flinguer sa crédibilité pour obtenir du fric... forcément tu t'étripes.

  • vevere
    49158 points
  • il y a 2 ans
@Bagnar

Le problème, c'est que Chazal défends (aussi) dans l'affaire les intérêts de l'ASM 😉

  • breiz93
    50146 points
  • il y a 2 ans
@Bagnar

Juste, ce que je peux dire c'est que je suis inquiet pour les mômes.
Il y'a quelques années je prêchais pour que mon neveu qui a un physiqye prometteur se mette au rugby, mon discours serait plus réservé aujourd'hui.

Je ne sais pas par qui Cudmore est conseillé mais il y va fort. Porter plainte contre son club pour l'avoir forcé a jouer et porter plainte contre un medecin qui voulait lui eviter de jouer... pffffiou il s'imagine face à Le corvec non?

@beberarverne

Dans la version de Cudmore, Chazal l'a renvoyé sur le pré alors qu'il avait diagnostiqué une commotion (match contre les Sarries) puis autorisé à jouer contre Toulon deux semaines plus tard.
Si la version de Cudmore est vraie alors Chazal a gravement foiré. Si Cudmore ment, cela n'empêche pas que les explications de Chazal restent bizarres : il n'y avait pas de commotion mais il a déclaré qu'il y avait une commotion mais le joueur a rejoué... les 3 éléments ne vont pas vraiment ensemble. Soit il n'y a pas de commotion et tu peux rejouer, soit on déclare une commotion (réelle, supposée ou même imaginaire) mais le joueur ne rejoue pas.

  • Ahma
    87961 points
  • il y a 2 ans
@beberarverne

Il ne lui reproche pas d'avoir voulu le protéger, mais d'avoir écrit à l'époque que les commotions étaient " parfaitement identifiées " et d'affirmer aujourd'hui qu'elles étaient " très incertaines ". Ce qui pose effectivement question, les explications avancées par Chazal me semblant franchement vaseuses.

Derniers articles

News
Transferts
Transferts
News
News
News
News
News
News
Vidéos
Ecrit par vous !
News