Champions Cup - On a revu Leinster vs Toulouse, voilà ce qu'il faut retenir
Champions Cup - Le Leinster reste sur une victoire sur Toulouse à domicile.
Dimanche, Toulouse défie le Leinster en demi-finale de la Champions Cup. En janvier dernier, ce sont les Irlandais qui l'avaient emporté à Dublin.

La défense de Toulouse peut mettre le Leinster en défaut

38
C'est le nombre de temps de jeu produits entre la 15e et la 19e par le Leinster pour tenter de percer la défense de Toulouse. Une très longue séquence qui se terminera par une tentative de grattage payante de Julien Marchand.

Tout est parti d'une mauvaise entente entre Ramos et Huget à la 15e minute de jeu, le Leinster récupère le ballon par Byrne, qui s'échappe en bord de touche. Un peu plus tard, Larmour fait l'amour à Ramos et Kaino mais oublie Van der Flier à sa droite. Les temps de jeu se succèdent et les Irlandais, qui se heurtent au rideau défensif toulousain, commencent à manquer de vitesse et d'idées. Les hommes d'Ugo Mola ne lâchent rien avec un bon replacement et une bonne structure qui permet de rattraper les coups en glissant. Ainsi, le Leinster a été maintenu aux abords de la ligne des 22m. Une débauche d'énergie que les Toulousains, malgré une très bonne condition physique, ont payé en deuxième période.Le Stade Toulousain met les barbelés pendant 38 temps de jeu face au Leinster [VIDÉO]Le Stade Toulousain met les barbelés pendant 38 temps de jeu face au Leinster [VIDÉO]

Le Leinster sait vous punir

A l'image de la sélection irlandaise, le Leinster sait enchaîner les longues séquences pour mettre son adversaire dans le dur afin d'en profiter. L'exemple parfait c'est cette passe de 20m de Gibson-Park à la 75e pour son ailier Byrne. Le demi de mêlée remplaçant avait senti le turnover venir après un ballon mal négocié par Placines au sol. Il a jailli pour jouer rapidement la pénalité et offrir l'essai à son coéquipier. Plus tôt dans le match, c'est l'autre Byrne, l'ouvreur, qui a lui aussi parfaitement senti le coup au large en adressant une merveille de passe au pied à l'autre ailier Kearney. Sur les deux essais, la défense est en retard. Cela vient du fait qu'elle a été resserrée auparavant par les avants sous l'impulsion de Ruddock et Conan (40 courses à deux) ou encore Furlong et Cronin.

Si le deuxième essai irlandais a été marqué grâce à un jeu au pied, celui-ci a été très peu utilisé par les deux formations. La faute notamment au vent qui a soufflé sur la RDS Arena ce jour-là. L'EPCR a dénombré 13 jeux au pied tactique pour les locaux et 8 pour Toulouse seulement. Il avait surtout été question de chandelle de la part des demis de mêlée et quelques tentatives de coup de pied derrière la défense. Au jeu du gagne-terrain, ce sont les locaux qui ont le mieux réussi avec 228m gagnés à partir de coup de pied contre 196 pour Toulouse. 
Transformation-2

Un large-large pas forcément payant

C'est principalement à la main que les deux équipes ont joué avec 180 ballons joués à la main pour le Leinster et 154 pour Toulouse. Le vent a en effet poussé les deux équipes à ne pas se trop se séparer du ballon dans les airs. Une chance pour Toulouse dont les 3/4 n'ont pas été très performants sous le peu de ballons hauts qu'ils ont eu à disputer. Les Toulousains, comme à leur habitude, ont été joueurs et n'ont pas hésité à attaquer depuis leurs 22 mètres. Mais face au Leinster, ils n'ont jamais vraiment su trouver la bonne formule avec un manque d'alternance.Comment Toulouse a concédé sa première défaite en Champions Cup face au Leinster ?Comment Toulouse a concédé sa première défaite en Champions Cup face au Leinster ?Guitoune a souvent été le dynamiteur de la ligne de 3/4 avec 57m parcourus en quinze courses. Mais derrière lui, on n'a pas réussi à construire avec de trop nombreuses fautes de main (16 turnovers). En bout de ligne, Chelsin Kolbe a fait tout ce qu'il pouvait (13 courses, 122m parcourus, 13 défenseurs battus) mais n'a pas souvent été servi dans les bonnes conditions. La faute incombe aussi à la bonne défense irlandaise. Alors que les 3/4 irlandais ont des statistiques presque équivalentes, Huget, Ntamack ou encore Ramos ont eux été transparents ce jour-là : 12 courses et 20m parcourus à 3. 

Une excellente conquête toulousaine pas récompensée

Le point positif dans cette rencontre aura été la conquête. Les Toulousains ont gagné tous leurs ballons en mêlée. Seul un coup franc a été sifflé contre Faumuina à la 22e. Et Toulouse a récupéré le ballon sur la touche. A la 14e, une bonne poussée leur a permis de marquer leurs trois premiers points. Cependant, ils n'ont pas su capitaliser sur cette rampe de lancement tout comme sur la touche. Pourtant, Toulouse a été impérial dans les airs (11/11) avec notamment un Richie Arnold en mode tour de contrôle. L'Australien n'a pas beaucoup porté le ballon mais il a été précieux dans ce domaine comme en défense avec 19 plaquages. Si ce dernier sera bien présent dimanche, Julien Marchand, qui avait été excellent au lancer, est absent suite à sa blessure au genou avec les Bleus.

87%
Comme le pourcentage de réussite au plaquage des Toulousains. Les hommes d'Ugo Mola ont retroussé leurs manches avec 192 réussis sur 220 tentés. Le Leinster a été moins efficace (82%) mais sa défense a été moins franchie que celle de son adversaire. On dénombre 15 franchissements au crédit des Irlandais contre seulement 7 pour les visiteurs.
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Tout est possible, tout est réalisable, parce que j'y crois, c'est le jeu de la vie.

Bonne analyse. Je pense que le Leinster est une classe au-dessus du ST, mais il y a une chance comme dans tous les matchs à élimination directe. Deux atouts pour le ST une défense efficace et un talent à utilliser les balles de récupération ... s'il y en a !

Merci pour l'analyse.
Je lis que c'est le vent qui a empêché les Irlandais de jouer à leur jeu favori : les chandelles.Et on connaît la qualité de leurs arrières sur ce type de ballon.
Du coup s'il n'y a pas trop de vent, il faut s'attendre à ce qu'ils s'appuient là dessus.
Je suis évidemment à fond derrière le ST mais j'ai du mal à juger de leurs qualités dans ce domaine.
Un avis les amis ?

J'ai revu aussi ce match...Je pense que le salut Toulousain ne passera pas nécessairement par chercher à déborder les Irlandais sur les extérieurs. J'imagine plutôt une stratégie consistant à les agresser dans l'axe des rucks et axe terrain pour resserrer leur 1er rideau, chercher à les contrer dans un premier temps sur les touches pour chercher à ètre dans la possession, tout faire pour rester dans le match à l'amorce de la dernière 1/2 heure et proposer un gros combat sur la fin de match pour capitaliser là-dessus..
.C'est pour ça que j'irais sur FDM à 6 avants sur le banc en pariant sur grossse densité athlétique sur dernière demi-heure....Mon équipe ressemlerait à Castets-Mauvaka-Van Dyk Gray-Arnold/Cros-Kaino-Elstadt-Bezy/Dupont-Akhi/Guitoune-Kolbe*Ramos-Médard-. Banc Baille-Marchand-Faumuina-Tekori-Galan-Tolofua-N'Tamack-Tauzin. (ou charnière Dupont-Homes si ce dernier est correctement remis).

Rien à perdre, envoyez tout les toulousains. Gagner au Leinster est tellement improbable pour le ST qu'il ne faut pas trop se poser de questions et surtout pas les laisser respirer.
Il y a matière à y croire car le Stade ne joue pas du tout de la même manière que les irlandais, et si ça tourne du bon côté dès le début du match on peut espérer que les arrières foutent le bordel chez les rouquins.

Merci pour cette très belle analyse ! Je suis à fond derrière le ST bien sur, mais j'ai moi aussi peur que l'on se rende compte qu'il y ait encore une classe d'écart entre les deux formations... Le pragmatisme et l'efficacité des irlandais impressionne et le "jeu de mains, jeu de toulousains" retrouvé ne suffira pas contre eux (et la bonne défense aussi). Mais rien n'est impossible, tout peut arriver lors d'un match (le ST nous l'a bien montré cette saison !) GO ST

peur d'une grosse désillusion ce Dimanche. Sur ce match là, on s'est tous tout de suite rappelé l'écart qu'il y avait entre les deux équipes. Sans être révisionniste, le Stade est invaincu jusqu'à ce dernier weekend de pool certes mais ils commencent cette série sur un miracle à Bath et un contre improbable pour battre les Irlandais à domicile. Je ne dis pas qu'ils ne font pas une très belle saison globalement, je dis juste que ce n'est pas non plus un cador Européen, et pour aller gagner à Dublin ces jours ci... j'espère vraiment qu'ils y arriveront mais j'ai peur de cette grosse désillusion assommante.

  • FRLab
    38438 points
  • il y a 4 mois
@Rémi teLamettra

En effet, le moment de vérité est arrivé. La saison est très belle pour le moment, mais maintenant il faut concrétiser. Et si l'exploit n'est pas réalisé ce we, la suite pourrait être très compliquée. On a beau dire que le Stade a tout à gagner et rien à perdre, il faut pouvoir rebondir si la désillusion est importante. Et une belle saison sans titre c'est tout de suite plus frustrant. Demandez à l'ASM 😁

@FRLab

Je suis d'accord. Je trouve cet adage terriblement nocif, "rien à perdre". C'est pas Zebre, c'est le Stade Toulousain, et dire par ex. qu'il n'y a qu'un an ils étaient en Challenge Cup etc... est fortement négatif. Ils font une très bonne saison, *cette* saison, et c'est tout ce qui compte. Ils sont arrivés en demi-finale de la Champions Cup, chose très difficile donc pas accidentelle, et sont donc forcément grandement attendus, ne faisons pas semblant.

@Rémi teLamettra

Tu peux pas passer en si peu de temps de la challenge à champion d'Europe, faut pas non plus exagérer.
Le ST a fait un beau parcours mais il ne faut pas oublié que cela s'est fait aussi avec un peu de chance en poule, à l'inverse du Leinster qui a totalement maîtrisé.
On peut dire aujourd'hui que 2 équipes sortent vraiment du lot en Europe, le Leinster et les Sarries, et que les battre méritera plus qu'un coup du sort.
Évidemment qu'il faut y croire, mais rester lucide sur la force de l'adversaire, surtout lorsqu'on en a déjà eu un aperçu il y a pas si longtemps.

@Rémi teLamettra

Arriver en demie signifie quelque chose c'est sûr mais on parle du Leinster à la maison, pas Zebre. Le Stade n'a pas rien à perdre, ils ont une demie à jouer et elle sera forcément gagnée ou perdue. Mais cela ne change rien au fait qu'ils s'attaquent à ce qu'il se fait probablement de mieux en Europe sur les 10 dernières années et un des deux poids lourds actuels, et que malgré sa belle saison le Stade n'est pas un cador européen comme tu le dis. Si aller jouer là-bas en étant convaincu que c'est faisable est indispensable pour exister sur un match, être conscient de la force de l'adversaire l'est tout autant pour exister dans la continuité. Une défaite au Leinster ne signifie pas que la saison est foirée ou que le projet ne va pas dans le bon sens, même si on prenait 40 pions. L'échec serait de ne pas être capable de se relever en cas de défaite là-bas, ou de ne pas reproduire l'année prochaine ce qui a été produit cette année.

@FRLab

Wo wo wo ^ ^

@FRLab

Pour moi le moment de vérité ce sera lors des phases finales en Top 14, si on va au bout c'est que le Stade a vraiment franchit un cap important. Taper le Leinster en Irlande alors qu'on jouait le Challenge l'année dernière, ce n'est pas passer un cap mais faire un incroyable exploit.

Derniers articles

News
News
Transferts
Transferts
News
News
News
News
News
Ecrit par vous !
News
News