Januarie, coup de gueule et descente : le club de Châteauroux se reconstruit
Châteauroux, un club qui souhaite être à sa place.
Le club centenaire de Châteauroux se reconstruit autour de sa formation et l'apport de joueurs cadres. Mais le président se confie sur les difficultés rencontrées.

Le club de Châteauroux est en pleine reconstruction. Après une saison 2017/2018 de rêve en Fédérale 3 avec une accession à l’échelon supérieur, la saison a été compliquée en Fédérale 2 cette année. Perte de joueurs, blessures, sanctions et signature de Ricky Januarie, le président Alain Grollaud se confie.

Ce fut une saison compliquée ?

En 2018, on a été en 1/4 de finale du championnat de France et on est monté. On avait fait une super saison. L’année d’avant aussi, même si on avait perdu le dernier match pour la montée. Malheureusement, l’année dernière on s’est fait piller 3 - 4 joueurs majeurs dans ce monde impitoyable de la Fédérale 2 où il y a beaucoup de clubs qui vivent au-dessus de leurs moyens. La preuve, dans la poule, on a eu 3 clubs qui se sont fait épingler par la DNACG : Limoges, Périgueux et Vichy. Et qui avec les faveurs de la fédération qui leur a dit "bon vous ne pouvez pas faire les phases finales, mais vous continuez". C’est quand même fantastique, et ce n’est pas des ragots que je vous dis, c’est ce qui s’est passé l’année dernière. On s’est donc retrouvé en début d’année avec des joueurs en moins, associé à une myriade de blessés. Ce qui a fait qu’on avait une équipe moins forte en Fédérale 2 qu’en Fédérale 3. On a vécu une année très difficile, donc on redescend en fédérale 3.

On a toujours maintenu le club et un cap avec un budget équilibré, des finances saines et un club sain. L’arrivée de Januarie ne changera rien dans la gestion du club. 

Vous avez l’air remonté contre la Fédération ?

Je pense qu’il ne faut pas tout mettre sur le compte de la fédé, je n’ai rien contre le président. Mais je pense qu’il y a surtout une administration omniprésente, un peu à l’image de l’Europe. Vous avez la Commission européenne et le Parlement. Même si aujourd’hui, on peut reprocher des choses à la présidence, il n’a pas tous les tords. Il a surtout une administration toute-puissante avec des administratifs qui jouent les régisseurs dans le règlement. Et quand on est un petit club comme le nôtre, on devient la vache à lait de la Fédération. On est bon qu'à payer les sanctions. Après, on nous fait tout un tas de leçons, mais à côté de ça, on ne fait pas respecter les règles. Mais en aucun cas je veux incriminer les clubs qui tentent de s'en sortir.

Cette saison, il n’y a eu que 3 victoires. Ça a été galère, on va essayer de l’oublier. Parler de l’avenir.

Qu’est-ce qui a été proposé à ces joueurs partants ?

Des surenchères de salaire qu’on ne peut pas suivre. Nous avons un petit budget et un club sain avec des comptes équilibrés. On ne fait pas n’importe quoi.

Et à Januarie ?

Il a eu des blessures, mais il a tout de même fait la fin de saison, il allait mieux. Il arrive en fin de carrière professionnelle et il ne peut plus assumer cette charge de travail. Il prépare donc cette reconversion en tant que formateur et entraîneur. C’est pour ça que ça a pu marcher et qu’on a pu trouver des solutions pour assurer sa reconversion. Il aura une formation d’éducateur/entraîneur et puis le reste ça reste entre nous. Mais je vous rassure ce ne sont que des solutions pour sa reconversion, il n’y a pas d’histoires d’argent. 

Ils ont tous fait des recours. On peut parler d’arrangements entre amis avec la fédé. C’est souvent comme ça, mais ce n’est pas bien. Nous aussi, on aurait pu dépenser l’argent qu’on n'avait pas et puis dire "on est en Fédérale 2" et dépenser des centaines de milliers d’euros. Parce que ce n’est pas par dizaines, mais par centaines. 

C’est une pige d’un an ?

Le but pour lui est d’assurer pendant deux ans. Est-ce qu’il continuera à jouer ? Il se fixe deux ans pour jouer avant d’être atteint par la limite d’âge et l’envie surtout. Il avisera ensuite.

Quelles sont les solutions qui se présentent à vous ?

On est à 2h de Paris, on est un peu isolé malheureusement et on n’a pas un gros vivier de joueurs. On tablera toujours sur la formation. On n’est pas une ville universitaire et les jeunes formés partent dans une grande ville. On a tout de même un bon vivier de cadets/juniors, qui, comme j’ai dit, partent pour les études à Paris ou Tours. Châteauroux est plutôt une ville de ballon rond puisque la Berrichonne est un club historique de la Ligue 2. On se trouve entre Nevers et Tours. Sur les jeunes, on est en partenariat avec la chambre de commerce et le campus universitaire qui commence à se développer, mais c’est souvent dans des filières BTS. À Châteauroux, on n'a pas beaucoup d’études au-delà de la licence pour les gens qui veulent faire des études poussées.

L'objectif est de bien rebâtir, mais si on a la chance d’avoir quelques bons joueurs en plus avec la signature de Januarie, on sera ambitieux. Mais à l’heure qu’il est, je ne peux pas vous dire. Je n’ai pas enregistré 10 signatures depuis samedi !

J’imagine que les ambitions sont réévaluées ?

Oui bien évidemment, mais comme on dit "ce n’est pas un magicien et il ne va pas traverser le terrain". C’est un sport collectif avant tout. Nous devons rebâtir une équipe, trouver d’autres joueurs. On s’en occupe et on espère que sa signature va décider les indécis qui ne savaient pas s’ils allaient reprendre avec les années difficiles qu’on vient de passer. Et puis j’espère pouvoir recruter 2/3 bons joueurs pour l’épauler, car, encore une fois, il ne pourra pas jouer tout seul ! (rires)

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Arrangement entre amis à la fédé ? Non sans blague ça existe vraiment? Je croyais que c'était une légende!!!

Derniers articles

News
News
News
News
Vidéos
Vidéos
Vidéos
Transferts
News
News
News