Que sont devenus les champions olympique de la jeunesse de rugby à 7 en 2014 ?

Que sont devenus les champions olympique de la jeunesse de rugby à 7 en 2014 ?
Que sont devenus les champions olympique de la jeunesse de rugby à 7 en 2014 ?
Si certains brillent en Top 14 ou sous le maillot de France 7, d'autres tentent encore de lancer leurs carrières respectives.

Les JO, c'est dans deux ans. Mais avant de s'envoler pour le Japon - et de songer à se qualifier, tout de même - la France vient d'envoyer deux équipes à Buenos Aires pour y disputer les Jeux Olympiques de la Jeunesse, réservés aux athlètes âgés de 14 à 18 ans. Comme chez les adultes, cette compétition a lieu tous les quatre ans. Au rugby, c'est de nouveau le VII qui a été choisi au moment de taquiner l'ovale. Certains des Bleuets présents en Argentine seront-ils présents à Tokyo ? S'il est trop tôt pour y répondre, la performance de l'équipe masculine sera suivie de près. Parce que les résultats se font attendre dans la catégorie du dessus. Et parce que la France est championne olympique en titre...

Alors, Baptiste Germain, Calum Randle ou Joachim Trouabal décrocheront-ils aussi l'or ? Voyons d'abord ce qu'est devenue la précédente génération, sacrée à Nankin, en Chine.

Martin Laveau

Formé à Bayonne, passé par les équipes de France de jeunes, l'ailier a accumulé beaucoup de temps de jeu sur la côté basque, en comparaison de certains joueurs de sa génération. Et ça paie, puisqu'en trois saisons (dont deux de Pro D2), il a inscrit 21 essais sous le maillot de l'Aviron. De quoi se faire remarquer à l'étage supérieur : Laveau a signé cet été au Castres Olympique, où il compte déjà quatre titularisations.

VIDEO. France 7. Martin Laveau punit la défense du Portugal sur 90 mètresEn parallèle, il a également disputé plusieurs tournois avec l'équipe de France de rugby à 7.

Mathieu Voisin

C'est le destin de (beaucoup) de jeunes joueurs : la blessure. Le 3ème-ligne du Racing 92 a été freiné dans sa progression. Champion de France Espoirs, apparu à six reprises chez les pros et membre des U20 tricolores, Voisin a vécu une saison 2017/2018 blanche, la faute à une rupture des ligaments croisés du genou. Dans le même temps, Palu se révèle, le club francilien recrute Sanconnie et Joseph, et envoie donc son jeune s'aguerrir en Pro D2. Prêté à Brive depuis cet été, il a joué deux rencontres pour le moment.

Alexandre Lagarde

Un talent en devenir, identifié par la Fédération pour son potentiel à 7. En 2014, Lagarde évoluait à Brive. Passé ensuite par Perpignan, il y décroche le titre de champion de France Espoirs. Mais la porte de la première reste bloquée, avec seulement deux rencontres de Pro D2. 

VIDEO. Espoirs - USAP : Alexandre Lagarde fait l'amour à la défense de Narbonne

Apparu avec France Développement, sélectionné pour les championnats d'Europe à 7 dès 2015/2016, Lagarde compte déjà sept tournois des World Series, et sera un membre régulier des Bleus cette saison. Jusqu'aux JO 2020 ?

Arthur Retière

Sans doute le nom le plus connu de ce groupe. Encore au Racing 92 lors du sacre olympique, Retière évolue depuis trois ans à La Rochelle où sa polyvalence (n°9, arrière, ailier) et sa vitesse font des ravages. Cette saison encore, il est un cadre de Xavier Garbajosa (six matchs sur sept ; 3 essais).

VIDEO. Challenge Cup - Arthur Retière allie appuis, vitesse et puissance pour un sublime essai face à TreviseSélectionné avec les U20, mais aussi avec France 7 où son potentiel saute aux yeux, il semble privilégier le XV pour le moment. Appelé avec les Barbarians l'été dernier.

Sacha Valleau

Lui a préféré le VII au XV, en signant très tôt un contrat avec la FFR. Passé par le Stade Toulousain, Valleau est devenu un cadre des Tricolores, avec qui il dispute les Jeux Olympiques de Rio, et la dernière Coupe du monde, à San Francisco. Il vient d'avoir 22 ans, et sera encore avec France 7s cette saison.

Atila Septar

Parti de Brive pour aller à Clermont, Septar a subi la concurrence forte à son poste, où Damian Penaud - de la même génération - s'est imposé, contrairement à lui. Résultat ? Seulement six matchs en Auvergne, dont une titularisation, malgré plusieurs sélections en Juniors jusqu'aux U20. Encore barré, il est allé chercher du temps de jeu à Pau (1 match cette saison), en espérant que sa carrière décolle.

Alexandre Gracbling

Comme Valleau, Gracbling a accepté la proposition de la FFR et fut le deuxième membre de cette génération à signer un contrat fédéral. Bilan ? Onze tournois des World Series pour l'ancien d'Oyonnax, mais pas de JO, ni de Coupe du monde. Gracbling est d'ailleurs repassé à XV : à Narbonne l'an passé, l'ailier évolue désormais en Fédérale 2, au CS Nuiton.

Alex Arrate

Il est l'une des recrues à fort potentiel du Stade Français Paris, mais patiente après une blessure au genou. Formé à Biarritz, il a profité de jouer en Pro D2 pour accumuler du temps de jeu avec trente-cinq rencontres avec le club basque. Le 3/4 centre a aussi disputé deux Tournois des 6 Nations U20, et une Coupe du monde de la catégorie. Ses débuts en Top 14 seront scrutés, mais la concurrence (Fickou, Danty, Delbouis...) est rude.

Faraj Fartass

Touché par les blessures, il n'a pas pu confirmer son potentiel entrevu avec les U20. Et Faraj Fartass n'aura finalement joué qu'un petit bout de match avec les pros du Stade Français, en Challenge Cup. Pour un essai, tout de même.

RESUME VIDEO. 6 Nations U20 - Faraj Fartass laisse quatre Écossais sur le carreau lors de la victoire bonifiée des BleuetsCette saison, il tente de lancer sa carrière en Pro D2, avec le RC Vannes. Un essai et deux titularisations pour le moment avec le club breton.

Alexandre Nicoue

Récent champion de France avec Clermont, Nicoue est parti en Pro D2 pour lancer (lui aussi !) sa carrière. En Auvergne, il n'a jamais eu sa chance (23 minutes de temps de jeu), mais pour le moment, il n'est pas apparu avec les Rouge et Blanc du BOPB. En revanche, il a disputé un tournoi avec France 7 (en Pologne), et porté plusieurs fois le maillot de France Développement.

Alexandre Roumat

Sept, c'est le nombre de matchs disputés par Roumat cette saison. Rory Teague a donc couché son nom sur chaque feuille de match en Top 14, preuve de son importance à l'UBB, où il joue depuis 2017, en provenance du BOPB. Le 3ème-ligne de 21 ans semble promis à un très bel avenir.

Nathan Torest

Jamais apparu chez les pros, et freiné par les blessures, le joueur formé au Stade Toulousain a choisi de quitter le monde professionnel cet été, et de prendre la direction de la Fédérale 1, du côté de Blagnac. Il n'a pas encore joué avec sa nouvelle formation, placée dans la poule 3.

Fédérale 1 - Blagnac. L'idée insolite de Frédéric Michalak pour rajeunir le club