Un Perpignan - Bourgoin électrique

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien !
Découvrez les plaquages destructeurs et l'expulsion de Julien Frier lors d'un Perpignan Bourgoin particulièrement électrique
Après une victoire remarquable à Brive la semaine dernière, Perpignan n’a pas fait preuve de relâchement ce week-end en collant 40 points à des Bergaliens aux aboies. Ce score large s’explique notamment par un des 3 faits marquants du match, et plus particulièrement l’expulsion de Julien Frier en première période.

Le premier fait est un plaquage de Coetzee sur Burger, l’arrière de Perpignan. Sur une belle offensive catalane, Burger, intercalé, prend un tampon monstrueux de la part de Coetzee. Si les commentateurs anglophones crient au scandale, estimant que le plaquage est totalement légal, les avis peuvent diverger. Le corps arbitral fait respecter la règle qui stipule que le plaquage doit être fait avec les bras, et pas uniquement avec l’épaule. Si le carton jaune est peut-être sévère, la pénalité ne l’est certainement pas.

Sur un enchaînement des avants Perpignanais, M.Matteu sanctionne les Bergalliens et provoque les ires du bouillant et valeureux capitaine de Bourgoin. En effet, Julien Frier, peu content des décisions de l’arbitre, contestait sans cesse ses moindres faits et gestes au point de récolter un carton jaune. Carton jaune transformé en rouge après le comportement inacceptable de Frier, qui à la manière d’un footballeur s’est collé à l’arbitre, à la limite de le bousculer…une véritable honte dans le monde du rugby, sanctionnée à juste titre.

Le dernier fait marquant du match est le plaquage cathédrale du Sud-Africain Meyer. Une bagarre éclate après ce vilain geste qui valait peut-être un peu plus que ce carton jaune… Ces plaquages sont de plus en plus monnaie courante dans notre championnat et Bourgoin est souvent dans le camp des victimes comme peut l’attester la cathédrale de Michalak sur Forest . Bourgoin devra se battre jusqu’au bout pour se sauver…

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • mat19
  • il y a 9 ans

pareil d'ou vient cet biscotte

  • Mr Oizo
  • il y a 10 ans

je ne vois pas la faute sur le premier plaquage

  • Maxime Rouquié (Le Rugbynistere)
  • il y a 11 ans

Merci Beaucoup Beber, la rectification est faite, je m'excuse de cette erreur de Sud Africain!

  • Beber
  • il y a 11 ans

"Le dernier fait marquant du match est le plaquage cathédrale du revanchard Burger. Le joueur maltraité dans le premier plaquage de la vidéo, devient le bourreau à travers ce geste extrêmement dangereux."

C'est faux 😉
Le plaquage cathédrale est signé Meyer 😉

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
News
Vidéos