Fédérale 1. Rouen - Enzo Mondon : ''Je suis persuadé qu'on est capable de monter en Pro D2"
Le Rouen Normandie Rugby ne cesse d'être ambitieux.
Pro D2
  • Matchs joués
  • Victoires
  • Classement
  • Points marqués
  • Points encaissés
Retour sur le parcours et les ambitions d'un joueur parti d'un club professionnel pour s'épanouir en Fédérale 1.

Tu as rejoint le Rouen Normandie Rugby il y a deux ans. Peux-tu nous expliquer ton parcours jusque-là ?

Je suis arrivé à Rouen il y a donc deux ans, après avoir passé 17 ans au Stade Rochelais. Depuis l’âge de 5 ans j’ai évolué à La Rochelle, de mini-poussins jusqu’aux Espoirs. J’ai eu la chance de connaître des sélections en régions et en secteur Grand Ouest. Le Stade Rochelais m’a apporté toute ma formation rugbystique, et c’est d’ailleurs ce club qui m’a fait évoluer du poste de troisième ligne centre à celui de talonneur.

Après avoir connu toutes les catégories jeunes au Stade Rochelais, tu as donc opté pour la Fédérale 1 et le club de Rouen. Qu’est-ce qui a motivé ce choix ? 

C’est l’envie de jouer et de progresser encore qui m’ont poussé à aller en Fédérale 1. Et si j’ai choisi Rouen c’est par ce que j’ai vraiment senti que Richard Hill (entraineur principal) souhaitait m’avoir dans son équipe. Et puis le Rouen Normandie Rugby est un club ambitieux donc c’était très intéressant pour moi de le rejoindre.

Cette saison vous vous présentiez comme une équipe solide en Fédérale 1 Elite. Après cette malheureuse finale perdue contre Bourg-en-Bresse, quel bilan fais-tu de votre saison ?

Nous avons été en finale, et c’est déjà très bien même si, bien-sûr, et comme tout vrai compétiteur, j’aurais préféré gagner. Mais cette saison a été très formatrice sur le plan rugbystique et humain. J’ai beaucoup appris sur le haut niveau et le rugby professionnel et ses attentes.

Te concernant, pensais-tu réussir à t’installer aussi vite dans l’équipe ? Es-tu satisfait de ta saison ?

Ma première année avait été très compliquée à cause d’une blessure au pied qui m’a écarté des terrains pendant plusieurs mois. J’en ai profité pour travailler physiquement, et analyser le jeu et ses complexités. Mais surtout je n’ai jamais cessé d’avoir une attitude positive. Cette saison j’ai enfin pu m’exprimer pleinement avec la confiance du staff. Mais je veux bien évidemment faire encore mieux.

Après une première saison terminée aux portes de la Pro D2, quelles sont vos ambitions pour la saison 2018-2019 ?

Les ambitions du RNR et du président, Jean-Louis Louvel, sont de monter dès cette année en Pro D2. Le recrutement qui a été fait va d’ailleurs complètement dans ce sens. Je suis persuadé qu’on en est capable.

Fédérale 1 Elite - Bourg-en-Bresse bat Rouen et accède à la Pro D2

À titre personnel, comment vois-tu la saison à venir ? Quelles sont tes objectifs à court comme à moyen ou long terme ?

Personnellement, je vois cette saison avec beaucoup d’envie, de motivation, et de détermination. De toute façon, nous n’avons pas le droit à l’erreur ! Mes objectifs à court terme sont de pouvoir confirmer à minima ma saison passée, à moyen terme de pouvoir goûter à la Pro D2, et enfin à long terme, de pouvoir évoluer au plus haut niveau possible.

Même si le Sud-Ouest reste la zone où le rugby de haut niveau est le plus présent, le rugby du Nord-Ouest se développe de plus en plus. Rouen peut-il s’installer comme le grand club de cette région ?

Un grand OUI ! Compte tenu du projet emmené par le président, les coachs, le staff, et la ferveur du public, on peut clairement dire que le RNR est un grand club, soutenu par toute une ville et sa région. Les demi-finales et finales ont montré tout cet engouement avec plus de 7 000 personnes à chaque match. Il y avait même un écran géant en plein centre de Rouen ! Le public est là au rendez-vous ! 

VIDEO. Fédérale 1 - La marche en avant de Rouen vers la Pro D2

La réforme de la Fédérale 1 a abouti à la suppression de la Poule Elite. Désormais, Rouen sera dans une des quatre poules de 12 clubs. Comment vois-tu ce changement de fonctionnement ?

La poule Elite était une sorte d’antichambre de la Pro D2 que je trouvais intéressante. Désormais, avec le nouveau fonctionnement, on observera peut-être de plus grandes disparités entre les clubs car ils n’auront pas tous les mêmes ambitions, ni les mêmes budgets. Mais ma place est sur le terrain, et je laisse aux instances de la FFR le soin de l’organisation du championnat.Fédérale 1 - Les poules pour la saison 2018-2019


INTERVIEW. Wilfrid Hounkpatin, futur Castrais : ''J'ai l'impression de vivre un rêve''

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
Cet article ne contient aucun commentaire, soyez le premier à en poster un !

Derniers articles

Transferts
News
News
Sponsorisé Guides
News
Vidéos
News
News
News
News
News