Ecrit par vous !
Ces Coupes du monde qui n’ont jamais existé : 1955
La finale de la 1ère Coupe du monde a lieu à l'Arms Park de Cardiff en 1955.
Jusqu’à septembre prochain et la vraie Coupe du monde 2019, découvrez les récits de ces huit Coupes du monde uchroniques…

L’uchronie est un genre littéraire où l’auteur réécrit l’Histoire, où il invente une trame alternative à celle qu’on connaît. L’idée est ici de mêler l'uchronie et le rugby, de faire comme si la première Coupe du Monde avait eu lieu en 1955 - et non en 1987 - puis d'écrire ce qu’auraient pu être ces compétitions en tenant compte des vrais résultats de l’époque.


1ere Coupe du Monde (1955)

Après moult discussions et négociations, l’IRFB décide d’organiser la première Coupe du Monde en Europe. Huit équipes participent à la fête : les sept nations affiliées au Board et la France qui est cordialement invitée à se mêler à la lutte. Ainsi, s’alignent lors du premier Mondial : les cinq équipes du Tournoi (Pays de Galles, Angleterre, Ecosse, Irlande et France) et les trois nations du Sud (Afrique du Sud, Nouvelle Zélande et Australie).

La compétition ressemble à une véritable coupe avec des matchs couperets à élimination directe. Les quatre nations britanniques sont regroupées dans la première moitié de tableau et les quatre autres composent l'autre partie : ce sont les Home Nations contre le reste du monde ! Aucun tirage au sort n’a eu lieu. Ces quarts-de-finale (participants, lieux,…) ont été décidées par le Board en fonction des résultats de l’année.

La France s'offre les Blacks

Le vendredi 4 novembre 1955, une cérémonie est organisée à la Rugby School là où William Webb Ellis aurait inventé ce sport plus d’un siècle auparavant. Ces festivités lancent officiellement la première Coupe du monde de rugby. Dès le lendemain, le premier match oppose le Pays de Galles à l’Irlande à l’Arms Park de Cardiff. Vainqueur du Tournoi quelques mois plus tôt (à égalité avec la France), les Diables Rouges ne font qu’une bouchée des Irlandais (24-6).

A Murrayfield, l’Ecosse accueille l’Angleterre pour un remake de la Calcutta Cup. Comme lors du Tournoi, le match est très serré et se résume à un duel de buteur au terme duquel le XV du Chardon parvient à écarter la perfide Albion (12-9).

Au Stade Yves-du-Manoir à Colombes, la France reçoit la visite des All Blacks qu’elle a battus l’année dernière pour la première fois de son histoire (3-0). Cette nouvelle rencontre est très accrochée et au bout du suspense, les hommes de Jean Prat réitèrent leur exploit en battant de nouveau la Nouvelle Zélande sur le score de 6-3.

Enfin, au stade de Lansdowne Road à Dublin, les Springboks sont intraitables face à l’Australie dont ils triomphent aisément (21-3). L’ Afrique du Sud — qui sort d’une série de tests victorieux face aux Lions en août-septembre dernier — s’affirment comme les favoris de la compétition.

Place aux premières demi-finales mondiales

Les quatre premiers matchs se sont joués devant des stades pleins et des ambiances fantastiques, prouvant que cette nouvelle compétition est d’ores et déjà une réussite. Les équipes profitent d’une semaine de repos avant d’aborder la suite de la compétition. Londres et son stade de Twickenham accueille la première demi-finale le 12 novembre 1955. Il s’agit d’un duel de Celtes entre Gallois et Ecossais. Les deux équipes font jeu égal pendant une mi-temps mais en seconde période, le XV du Poireau prend le large et s’impose sur le score de 15-6, grâce notamment à un essai de leur capitaine, Rees Stephens.

Le jour suivant, Colombes et son stade Yves-de-Manoir reçoit la seconde demi-finale. Les Bleus y affrontent les Springboks, une équipe qu’ils n’ont jamais battue en deux rencontres. Malgré une belle résistance, les Français finissent par craquer devant la puissance des Sud-Africains qui l’emportent sans trembler : 16-3. Jean Prat tire sa révérence et prend sa retraite internationale.

Le titre pour les Boks

La finale de la première Coupe du Monde oppose donc l’Afrique du Sud au Pays de Galles le samedi 19 novembre 1955. Dans les quatre rencontres précédentes entre les deux nations, les Diables Rouges n’ont jamais réussi à battre les Springboks. Le match se déroule à l’Arms Park de Cardiff, devant une foule totalement acquise aux joueurs gallois. Mais les encouragements du public n’y font rien et cette finale confirme la tendance entre les deux nations : l’Afrique du Sud gagne le match 12-6 et est sacrée première championne du monde ! Capitaine des Springboks, Stephen Fry brandit le trophée sous les applaudissements du public.

Le rendez-vous est pris pour dans quatre ans : en 1959, la deuxième Coupe du monde se déroulera en Afrique du Sud, chez les tenants du titre.

Doc Geopolitik
Doc Geopolitik
Cet article est rédigé par Doc Geopolitik, un grand merci pour sa contribution ! Vous pouvez proposer des textes de deux manières :
  • Racontez-nous la vie de votre club en devenant référent Rugbynistère pour votre équipe : cliquez ici.
  • Ecrivez sur le sujet de votre choix en devenant contributeur au Rugbynistère, pour ce faire contactez-nous !
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

J'aime bien le principe. Il me tarde la CDM 1975 époque bénie de notre jeu...

  • Ahma
    74734 points
  • il y a 6 mois
@MARCFANXV

Comme ça on sait quel âge tu as.

Cet article aurait été beaucoup plus sympa si vous aviez cité les compositions probables des équipes.
bien sûr, cela n'aurait parlé qu'à ceux qui de plus (x ans) ne peuvent pas connaître, mais cela aurait eu de la gueule.
Les quatre ou cinq noms que vous balancez, font un peu pitié( ou prouve votre jeunesse, ce qui n'est pas un défaut)

  • ced
    96119 points
  • il y a 6 mois

vous avez bien fait de donner la définition d'uchronie, j'allais aller sur le site de Jackie et Michel pour voir en quoi ça consiste

@ced

Si tu utilises ce site dès que tu as une lacune, tu dois avoir mal au zizi.

  • Ahma
    74734 points
  • il y a 6 mois
@Marc Lièvre Entremont

Tu n'as pas expliqué "lacune"...
Allez hop.

  • breiz93
    35703 points
  • il y a 6 mois
@ced

Ça vaut peut être le coup d'aller voir quand même, mais juste par curiosité.

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
News
News