2ème série. Quand le club de Chamalières fait griller son Bouclier au barbecue...
2ème série. Chamalières fait griller son Bouclier au barbecue...
Sacrés champions d'Auvergne de 2ème Série, les joueurs du club de Chamalières ont fêté leur titre en passant le Bouclier en barbecue...
On connaissait déjà le barbecue « à la rochelaise », qui consiste à faire griller quelques saucisses autour d'un tas de vélos en flammes. Mais hier soir, le club de Chamalières a frappé encore plus fort…

Après avoir remporté le titre de titre de champion d'Auvergne de 2ème Série en s'imposant contre Cisternes (23-6) à Gerzat, les Chamaliérois ont carrément fait passer leur Bouclier de champion au barbecue. Des photos ont d'abord été postées sur Snapchat, qui n'ont pas tardé à se retrouver sur d'autres réseaux sociaux hier soir.

2ème série. Quand le club de Chamalières fait griller son Bouclier au barbecue...

Alors certes, malmener un Bouclier de champion est une grande tradition de 3ème mi-temps, en particulier en Auvergne où on n'a pas l'habitude d'en voir souvent. Mais là, cela va peut-être un peu loin... en tout cas, cela n'a pas fait rire Jean-Yves Dijol, membre du comité directeur du Comité territorial d'Auvergne de rugby, qui a réagi sur un post Facebook.

Sur le site officiel du Stade Chamalièrois, le président du club, Michel Lafarge, a tenu à présenter ses excuses et à faire part de son indignation. Il s'est également engagé à prendre en charge la création d'un nouveau bouclier.

En quelques heures, l'acte de quelques inconscients a plongé tout le club dans un désarroi total, dans un sentiment d'impuissance et d'incrédulité, d'incompréhension et de honte. Rien ne sert aujourd'hui de garder le silence sur ce que tant de monde sait désormais, de tenter de camoufler ou de masquer la vérité. Depuis deux ans, je travaille d'arrache-pied, chaque jour, avec la quinzaine de bénévoles du Stade Chamalièrois Rugby pour entretenir l'image d'un club formateur, respectueux des autres et des valeurs du rugby. Aujourd'hui, tout ce travail a été balayé en un rien de temps, et notre club fait figure de symbole de l'irrévérence. Je suis profondément désolé de cette situation et tiens à présenter mes excuses aux amis du rugby chamalièrois qui fête cette année son cinquantenaire, à nos anciens, à nos éducateurs et entraîneurs, à nos dirigeants, à nos licenciés et leurs familles. J'ai commis l'erreur de vouloir laisser aux joueurs le symbole de leur victoire, sans penser que, non contents de l'avoir profané comme tant d'autres clubs l'ont fait (y compris hier parait-il, mais dans l'intimité d'un groupe), ils prendraient plaisir à partager leurs dégradations sur les réseaux sociaux. »

« Ce bouclier, que nous avions nous même fabriqué en 2013, sera bien évidemment remplacé par un autre, sans que les finances du club ne soient impactées. Mais la symbolique restera, et au moment où nous, bénévoles, pensions pourvoir enfin profiter des fruits de notre travail avec cette réussite sportive, nous allons devoir remettre les mains dans le cambouis, essuyer et encaisser les critiques, les reproches, les propos dégradants et dédaigneux, y compris au sein de notre propre maison, sacrifier une nouvelle fois notre vie personnelle durant l'été prochain pour tenter de continuer à faire vivre le rugby à Chamalières. Samedi, j'ai connu pour la troisième fois la très grande joie d’un titre régional avec Chamalières, mon club de toujours. Ce matin, ma tristesse est infinie et je ne sais pas quel sera l'avenir du club. Dans le rugby comme dans la vie, les choses basculent vite... »

Contacté par le Rugbynistère, un joueur de Chamalières, Antoine, a lui aussi tenu à réagir à la polémique et à s'expliquer, non sans une pointe d'humour.

Je ne suis qu’un simple joueur de rugby amateur, amoureux de ce sport comme tant d’autres en France, jouant tous les dimanches avec une bande de copains, dans le froid, la boue, la neige, sur des terrains qui penchent ou dénués d’herbe. Bref, tous les petits détails qui font la joie de ce sport, et qui rassemblent, dans un même état d’esprit, tous les joueurs amateurs de France et de Navarre. Samedi, avec mes coéquipiers du Stade Chamalièrois, club évoluant en 2ème série du Comité d’Auvergne, nous avons eu l’immense bonheur de gagner notre championnat, et de soulever tous ensemble le bouclier tant convoité, un Graal venant saluer une belle saison, et saluer le travail formidable que fait notre club au quotidien dans la formation des jeunes pousses.

Je ne vais pas vous mentir, la fête fut arrosée, comme il se doit. Alalala les amis, quelle nuit ! Des chants à n’en plus finir, des embrassades, des calins, des déclarations d’amour plus ou moins intelligibles en fonction de l’heure, une bringue d’anthologie comme on aimerait en vivre plus souvent, qui s’est prolongée pour les plus résistants lors d’un dimanche ensoleillé propice à la pétanque et au rosé d’Anjou.

Et là, le drame. Un sms arrive : « Putain, connecte toi sur Facebook, vous êtes en train de vous faire lyncher à propos du bouclier ». Ah oui, le bouclier. Comme souvent lorsqu’on balade un bout de bois à 50 dans une ville et pendant toute une nuit, le trophée n’avait pas fière allure au petit jour. On peut être maladroit quand on est fatigué. Nous savions déjà à ce moment là qu’il nous faudrait faire refaire le tout, à nos frais, dans la semaine, afin de présenter le bouclier à l’ensemble du club qui fête par ailleurs cette année ses 50 ans. Bouclier cassé, bouclier réparé. L’histoire aurait pu s’en arrêter là. Et, quitte à remplacer l’objet, les joueurs présents ont décidé d’offrir une « belle mort » à ce bout de bois, qui a fini sa première vie dans un barbecue. Jamais les saucisses n’ont eu meilleur goût. Ce n’est pas très intelligent, surement très con, mais ça se voulait potache avant tout. Tellement potache que certains n’ont pas résisté à l’idée de publier une photo sur leurs réseaux sociaux respectifs.

Et là, ça a été le déferlement. Le président du Comité d’Auvergne a lancé les hostilités, #valeursdurugbybafouées à l’appui. Depuis ce matin, on est des stars. On a même eu le droit à un article dans Sport Auvergne, La Montagne, Rugbyrama, Le Rugbynistère et L'Équipe (mes parents sont en larmes, ils pensent que j’ai enfin réussi ma vie). Je remercie d’ailleurs la Boucherie Ovalie pour leur petit tweet de soutien, ça fait chaud au coeur. Nous n’avons qu’une hâte maintenant, c’est d’allumer la télé à 13h pour voir si Jean-Pierre Pernaut nous fait un petit retour sur l’événement en mode « partons désormais découvrir une tradition auvergnate, qui n’utilise pas le même mode de cuisson que la potée ».

Plaisanteries à part, ça va un peu trop loin cette histoire. Certes, ce n’était pas l’action la plus intelligente de l’année, pas difficile d’en convenir. Mais cela a pris des proportions qui dépassent l’entendement (magie des réseaux sociaux) et qui mettent le club en difficulté. Un « scandale ». sur fond de mauvaise foi. Tout le monde du rugby sait ce qu’endurent les boucliers après une victoire. Les histoires se racontent, d’années en années, et tous les clubs sont aujourd’hui en mesure de contribuer au prochain « comment péter un bouclard pour les nuls ». Très amusant de voir d’ailleurs ce matin que bon nombre de photos prises par différents clubs ont comme par magie disparues de la toile. Nous comprenons très bien que beaucoup de personnes puissent être choquées, mais tout de même, de là à en faire une affaire d’Etat ?

Dans tous les cas, ça n’enlève en rien l’exceptionnel travail que fournit le club et tous les bénévoles, qui pâtissent aujourd’hui de cette malheureuse surmédiatisation.
Saucisses et merguez, bonne journée à tous.

PS : aucun bouclier n’a été dégradé dans la rédaction de cet article »

Source de l'article original : Sports Auvergne

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

en 2005 on a partagé le notre... eh bien on l'a recollé comme on a pu, balladé tel quel tout l'été et avant de le rendre on a refait une planche identique en chêne, remis écusson et plaques, et mazères n'y a rien vu en le levant dimanche aprés-midi!!! alors attention, je cautionne pas forcément "la grillade' des auvergnats, mais y'a 30 ans ça partait aussi en couille sans forcément être rattrapé au vol... mais y'avait qu'un seul appareil photo avec le correspondant local pour le journal, et les histoires des ces soirées là relèvent des légendes et du folklore local!!!

ils ont surtout qu'à faire des boucliers territorriaux plus gros et plus épais qu'un ordinateur portable. en languedoc ou pays catalan les boucliers sont en majorité beaucoup plus proche des dimensions du brennus que des "standards 50cm sur30cm" (environ...)

  • AKA
    44273 points
  • il y a 3 ans
@fousègue

Si j' ai bien compris c' est le "😜lanchot" territorial, que feront ils s'ils gagnent le national???

Puisque c'est une tradition de cogner les boucliers, autant l'officialiser. Sur le bouclier retapé, à côté du nom du club et de l'année, ils devraient faire inscrire le traitement du bouclier :
Chamalières (2016, Barbecue)
Cisternes (2017, Scie à bois)
Aigueperse (2018, Rotavator)

Ca aurait de la gueule

  • AKA
    44273 points
  • il y a 3 ans

Puisque la grande majorité approuve ce geste au nom d' une vulgaire "😜otacherie", je ne m' étendrai pas... Mais maintenant que la machine des "réseaux sociaux" est lancée, que vont faire les prochains?

Je ne comprends pas la réaction du président de Chamalières : lui-même dit que le bouclier avait été fait en 2013. On est donc loin de la relique historique transmise de génération en génération depuis 300 ans. Et bien sûr, on a droit partout aux couplets sur le monde d'aujourd'hui qui ne respecte plus rien ma bonne dame.

  • AKA
    44273 points
  • il y a 3 ans
@Grand Sachem aux sages commentaires

Le problème ce n' est pas la fabrication du trophée qui compte il y en a eu d' autres avant...

  • Plouf
    3432 points
  • il y a 3 ans

Moi ça me fait marrer, et le pire c'est que j'ai pas picolé.

Du moment qu'ils remplacent à leur frais....

Les valeurs du rugby se perdent... Put***, ce qui passe au rugby reste au rugby. Et surtout les troisièmes mi-temps les gamins !

J'espère que les petits malins qui ont partagé la photo sur les réseaux sociaux seront "😜unis" comme il se doit par le groupe. On attend les photos des sanctions au Rugbynistère pour ce non-respect des règles élémentaires de notre sport exemplaire.

  • nath
    39192 points
  • il y a 3 ans

Le coup de com' du siècle ! Boudjellal doit être jaloux...

Je les connais bien les gars de Cham (je joue contre eux et j'ai eu un paquet de foi l'occasion de prendre l'apéro avec eux !) et sincèrement je suis persuadé qu'il ne voulait pas manquer de respect à quoi que soit ou qui que se soit ! Se sont juste de gros déconneurs et celle-là restera dans les annales à mon avis.

A titre personnel ils m'ont fait rire et je pense que ça ne valait pas la peine de monter au créneau comme ceci... La Plaine il y a pas si longtemps l'avait mis dans un état encore pire et personne en avait entendu parlé !

En tout cas je suis content pour eux qu'ils aient connu une telle médiatisation même la Boucherie s'y est mis ! 😛

Félicitation à Antoine pour sa réponse et il fallait les c.....es pour le faire.
J'ai tâté du ballon durant quelques années, mais je n'ai jamais touché le "😜lanchot" en tant que joueur. Il n'y a que ceux qui n'y connaissent rien qui critiquent cette bande gamin euphorique après un tel résultat qui se concrétise pendant plusieurs mois.
P....n de réseaux sociaux car maintenant tout se sait. Si tout ce qu'ont subit les différents "bout de bois" était connu aujourd’hui du plus modeste au plus grand il y aurait la révolution.
Mais chut il faut que ça reste la petite histoire du rugby pour ceux qui ont la chance de vivre ces moments.

@ocvernia

Perso on avait fait du surf sur le bouclier, et malgré seulement quelques rayures sur le dos, ils nous l'avaient fait refaire en entier. Alors le cramer ou y mettre un coup de canif, y'a qu'à faire le plus rigolo.

Oui. À quand Dan Carter en direct sur périscope chiant dans la coupe Webb-Ellis?

  • Kadova
    31045 points
  • il y a 3 ans
@Wolfhound

Ah non. le bouclier on te dit. La tradition, toussa, quoi...
A partir du moment ou ce bouclier etait deja fichu et devait deja etre remplace, ils ont voulu lui donner "une belle mort" 🙂

Si je me souviens bien, il y a quelques années de ça sur Bordeaux, le club du BEC pour fêter un titre avait défilé à poil à vélo dans la ville et le bouclier avait fini dans la Garonne jeté depuis le Pont de Pierre.
Les joueurs avaient fait refaire le bouclier et l'avaient ramené au comité déguisés en plongeur !!!

Et sinon, Messieurs du Rugbynistère, vous avez pensé à recruter cet Antoine ? Sa lettre d'excuses est le truc le plus poilant que j'ai lu depuis le dernier article de la Boucherie (c'est dire si ça fait longtemps...)

@franchute

Ahah tu as tellement raison Franchute. J'ai déjà rencontré Antoine dans un Apéro Rugby à Clermont et j'aimerais beaucoup l'embaucher sur LeRugbynistère. On a assez de bois pour faire chauffer le barbecue ici, mais Antoine s'est déjà fait remarquer pour avoir refuser un ASADO il y a quelques mois 😉

@franchute

@Nique, Ken et Die

😀

@franchute

Petit bug de commentaire, qui devait revenir au gentleman plus bas. Pardonne moi.

@franchute

Il faut lire l'article mon ami.

Les gars ont fracassé le bouclier pendant leur 3ème mi-temps. Comme ça a du arriver en pro surement. On a vu Toulouse surfer dessus dans les vestiaires, c'est sport.
Ils étaient conscient qu'ils devraient en payer un nouveau de leur poche, comme c'est fait régulièrement, à cause justement de cette tradition de faire souffrir la planche durement gagnée.
Ils l'ont cramé pour faire cuire les saucisses, un peu pétés.
On aurait tous pu faire la même. Moi ça m'fait marrer.

La seule connerie c'est d'avoir publié une photo sur les réseaux. Mais y'a pas mort d'homme.

Le mec s'étonne VRAIMENT que d'avoir brûlé le trophée que par définition tout le monde veut ait agacé le comité et mis son président en difficulté?

Ah.

Il joue quoi le gonze?

Ben ils ont tous simplement faire une grosse troisieme mi temps lol bientot le ministre des sports vont prendre la paroles et meme flamby , ils l'auront bien fetes bravo eux , les pros sont pires tres souvent:!!!!!!!!!

Du coup, est-ce que quelqu'un sait si Salviac va vouloir instaurer le bouclier ignifugé pour protéger les valeurs du Rugby ?

Si s'amuser consiste à brûler le bout de bois, j'envie ceux qui brûlent les voitures au Nouvel An.

  • Bantry
    6380 points
  • il y a 3 ans

Moi qui m'étais fais à l'idée que cette journée serait belle et bien pourri, j'ai vite changé d'avis en lisant l'article.

Merci Chamalières pour ce beau moment d'intelligence 😆

Très belle réponse qui replace bien le débat là d'où il n'aurait jamais dû sortir, c'est à dire la rigolade. Ce bouclard, c'est juste un bout de bois (qui d'après l'article date de 2013), pas le support de toutes les Valeurs Intemporelles du Rugby et de la France Éternelle. Il a fini en réchauffant des saucisses, personne n'en mourra et tout le monde a bien rigolé (et à mal aux cheveux).
Personne n'est discrédité, sauf les gens qui se prennent un peu trop au sérieux...

@Trainduc

Ah, que j'aimerais que Fufu puisse offrir un tel barbecue à ses coéquipiers le 24 juin prochain !

  • ositia
    12280 points
  • il y a 3 ans

Ils se sont pris un peu trop de coups sur la tête...
s'il est vrai que le bouclier prend souvent cher le soir de la finale (le Brenus par exemple est retapé chaque année), je pense que le passage au barbuc est une grande première....

"Alors certes, malmener un Bouclier de champion est une grande tradition de 3ème mi-temps
en particulier en Auvergne où on n'a pas l'habitude d'en voir souvent".

Ok j'ai bien rigolé... mais attention l'Auvergnat est susceptible.

@artillon

C'est clair, ce genre de commentaires limite déplacé ça donne envie de foutre le feu ! 😉

Encore un drame du barbecue... quand la pénurie d'allume-feu se fait sentir !

Bon, sans blague ça déconne fort à Cham... 🙁

  • POB
    1698 points
  • il y a 3 ans

Entre brûler au barbec et dormir dans les bras de David Marty ivre mort en slip, si j'étais bouclier, je choisirai la chaleur de la flamme !!

Les boucliers sont refait régulièrement au frais des clubs, ce n'est pas un drame et ça fait parti du titre. Le drame d'aujourd'hui c'est que ces jeunes ne soient pas capable de s'amuser et de faire leur connerie sans sortir leur téléphone pour filmer, prendre en photo et poster ça sur les réseaux sociaux, ça c'est malheureux. Lâchez un peu vos téléphones en soirée, ça n'empêche pas d'être con, mais ça évite les justifications publiques foireuses !

Tout est dit dans le texte de leurs président, que l’excitation soit présente lors d'une victoire finale soit, mais qu'elle décrédibilise tout le club en allant trop loin c'est vraiment dommage...

Derniers articles

News
News
News
Sponsorisé News
News
News
Ecrit par vous !
News
News
News
News
News