Et si le Top 14 passait à un système de conférence ?

Et si le Top 14 passait à un système de conférence ?
Et si le Top 14 passait à un système de conférence ?
En plein débat sur la surcharge du calendrier, et face aux enjeux toujours plus importants de sécurité des joueurs, des aménagements du championnat sont possibles pour limiter le nombre de matchs.

Dans un contexte d'augmentation du nombre de graves blessures dans le rugby, au premier rang desquelles les commotions, et après le décès de quatre jeunes joueurs ces derniers mois, la sécurité des joueurs se trouve légitimement au centre des débats. Prenant le sujet à-bras le corps, les instances dirigeantes semblent décidées à mettre en place de nouvelles mesures visant à protéger la santé des joueurs. Après la mise en place récente du protocole commotion et du carton bleu, ainsi que l'augmentation du nombre de remplacements autorisés dans un match de 8 à 12, d'autres mesures sont à l'étude comme l'abaissement de la ligne de plaquage, l'interdiction du plaquage à deux, ou encore la promotion d'un rugby d'évitement chez les jeunes.

Pour autant, une problématique reste non abordée dans le cadre de ces nouvelles mesures : celle du calendrier surchargé de l'élite du rugby français.

50 matchs par an

Au total, et dans le cas d'une année de coupe du monde, le calendrier compte 50 dates - hors matchs de préparation et matchs amicaux - sur une année civile comprenant 52 semaines. Ce calendrier surchargé et ce rythme effréné des matchs sollicitent de plus en plus le corps des joueurs et mettent en danger leur santé. "Les joueurs sont inquiets. Ils se posent vraiment des questions par rapport à leur santé, au rythme effréné, aux cadences et à l’augmentation des blessures. Le corps ne suit plus" résumait déjà en 2016 Robins Tchale-Watchou, président de Provale.

Au-delà des risques sur la santé des joueurs, ce calendrier pose question vis-à-vis des "doublons" (au nombre de 3 lors de la saison 2018-2019, sans compter les doublons "officieux" liés aux journées programmées durant des rassemblements du XV de France), ainsi que les "impasses" auxquelles sont forcées ponctuellement certaines équipes du fait de manque de profondeur d'effectif, posant question vis-à-vis de la régularité du championnat.

La convention, solution ou pas ?

La convention passée entre la Fédération et la Ligue Nationale de Rugby a bien permis des avancées, avec la mise en place de périodes de récupération pour les joueurs de la liste élite du XV de France, avec l'introduction notamment d'une intersaison élargie. Cette mesure ne concerne néanmoins qu'une infime partie du contingent de joueurs professionnels, au nombre de 484 en Top 14, rapporte all rugby. La solution évoquée d'une réduction de l'élite à 12 clubs, permettant d'alléger le calendrier de 4 dates, semble devoir se heurter à la fronde des présidents de clubs (baisse du nombre de matchs et des recettes billetteries liées, compétition accrue pour se maintenir ou accéder à l'élite) et des diffuseurs (diminution du nombre de matchs à diffuser).

Une autre solution permettant d'alléger le calendrier, tout en maintenant le nombre de clubs dans l'élite, serait toutefois possible, à travers l'introduction d'un système de conférence, sur le modèle d'autres compétitions comme le Pro 14 (ex-Ligue celtique) et le Super Rugby, ou encore du sport américain (NBA, NFL). Ce système pourrait être applicable au Top 14 dans son format actuel à 14 clubs, ou encore permettre un élargissement de l'élite à 16 clubs.

Système de conférence appliqué au Top 14 

Deux conférences de 7 équipes sont créées, les équipes étant réparties sur le base de leur classement de l'année précédente, la composition des deux conférences évoluant chaque année en fonction du classement de la fonction écoulée. En appliquant ce principe au Top 14 à l'issue de la saison 2017- 2018, les deux conférences pourraient être constituées comme suit :

Conférence A Conférence B
Castres (champion) Montpellier (finaliste)
Lyon (demi-finaliste) Racing 92 (demi-finaliste)
Toulouse (barragiste) Toulon (barragiste)
Pau (8ème) La Rochelle (7ème)
Clermont (9ème) Bordeaux-Bègles (10ème)
Stade Français (12ème) Agen (11ème)
Perpignan (vainqueur de la finale d'accession) Grenoble (vainqueur du barrage Top14 - Pro D2)

Chaque équipe jouerait alors 19 matchs de saison régulière :

  • 12 rencontres aller-retour au sein de chaque conférence
  • 7 matchs à domicile ou à l'extérieur contre une équipe de l'autre groupe

Les trois meilleures équipes de chaque conférence se qualifieraient ensuite pour les phases finales, sur le même modèle que le système actuel du Top 14, les deux premiers de chaque conférence accédant directement aux demi-finales, les équipes classées deuxièmes et troisièmes s'affrontant en barrages.

Pour la relégation en Pro D2, les équipes classées dernières de chaque conférence pourraient être toutes les deux reléguées ou, dans le cadre d'un maintien du système actuel d'accession-relégation, pourraient s'affronter afin de déterminer laquelle serait directement reléguée et laquelle pourrait prendre part au barrage avec le perdant de la finale d'accession en Pro D2.

Système de conférence appliqué à un Top 16

Conférence A Conférence B
Castres (champion) Montpellier (finaliste)
Lyon (demi-finaliste) Racing 92 (demi-finaliste)
Toulouse (barragiste) Toulon (barragiste)
Pau (8ème) La Rochelle (7ème)
Clermont (9ème) Bordeaux-Bègles (10ème)
Stade Français (12ème) Agen (11ème)
Perpignan (vainqueur de la finale d'accession) Grenoble (vainqueur du barrage Top14 - Pro D2)
Brive (14ème) ou Montauban (demi-finaliste de Pro D2 Oyonnax (perdant du barrage Top 14 - Pro D2) ou Mont-de-Marsan (demi-finaliste de Pro D2)

Chaque équipe jouerait 22 matchs de saison régulière :

  • 14 rencontres aller-retour au sein de chaque conférence
  • 8 matchs à domicile ou à l'extérieur contre une équipe de l'autre groupe

Le système de qualification pour les phases finales et de relégation présenté plus haut s'appliquant de la même manière.

Les avantages et inconvénients du système de conférence

Avantages :

  • Calendrier allégé de 4/7 dates selon la solution choisie
  • Baisse du rythme des matchs pour les joueurs avec un impact positif sur leur santé
  • Baisse voire disparition des doublons
  • Maintien du nombre actuel de clubs dans l'élite, ou élargissement à 16 clubs permettant le retour de clubs historiques aujourd'hui dans les divisions inférieurs (Bayonne, Biarritz, Béziers, Brive...) ou arrivée de nouveaux clubs permettant le développement du rugby dans de nouvelles régions (Vannes, Nevers, Rouen,...)
  • Maintien de rencontres opposant l'ensemble des équipes du championnat (au contraire d'un système par poule)

Inconvénients :

  • Répartition de chaque conférence pouvant résulter en 2 poules aux niveaux hétérogènes et ne récompensant pas forcément les 6 meilleurs formations dans l'absolu
  • Baisse du nombre de matchs avec un impact sur les recettes billetteries des clubs et potentiellement sur le montant des droits TV, pouvant en partie être compensée par la réduction des effectifs rendue possible par l'allègement du calendrier.

Ce système de conférences possède ainsi de nombreux avantages par rapport à la formule actuelle du championnat. Il apporte une solution à la problématique de calendrier posée par la formule actuelle, tout en répondant à l'enjeu majeur de prise en compte de la sécurité des joueurs. A l'heure où le débat sur l'avenir du rugby français fait rage, la mise en place d'une telle réforme sur l'élite du championnat pourrait représenter une première avancée.