Top 14 – Le « Classico » a-t-il perdu de sa superbe ?
Le Stade Toulousain débarque en tant que leader au Stade Français.
Match tendance des années 2000, l'opposition entre le Stade Français et le Stade Toulousain ne semble plus avoir la même saveur aujourd'hui.

Finale de la Coupe d'Europe 2005, demi-finale du championnat de France 2000, 2005, 2006 et 2008. L'affiche entre le Stade Français Paris et le Stade Toulousain a souvent fait l'objet de rencontres particulièrement alléchantes. Que ça soit en phases finales, ou en championnat. Mais aujourd'hui, l'essor d'autres noms dans le rugby français a quelque peu bousculé la tradition du « Classico », qui ne semble plus être aussi attendu auparavant. D'autant plus cette saison, à l'heure d'un Stade Toulousain (1er) qui pétille et d'un Stade Français (6eme) qui oscille.

Top 14 - Hans-Peter Wild fait le point sur l'avenir du Stade Français et le sien [VIDÉO]

Le poids des aînés

Avant toute chose, il ne faut pas oublier que les deux clubs sont de véritables bastions du rugby français. Le Stade Français ayant été créé en 1892 et le Stade Toulousain en 1907. Dans les années 2000, Parisiens et Toulousains ont toujours joué les premiers rôles dans le rugby hexagonal. Et pour cause, ce sont les deux clubs français les plus titrés aujourd'hui. De 2000 à 2009, ils ont notamment raflé une grande partie des trophées nationaux et européens.

  • Stade Français : Champion de France 2000, 2003, 2004 et 2007.
  • Stade Toulousain : Champion de France 2001 et 2008, Champion d'Europe 2003, 2005 et 2010.

Crédit vidéo : FloStrummer TV

Si leurs équipes ont brillé, c'est surtout parce que les deux formations ont toujours produit une majorité de joueurs français qui ont alimenté les équipes de France pendant de nombreuses années. Et elles continuent de le faire aujourd'hui (même si le Stade Français ne compte actuellement que deux représentants avec le XV de France : Gaël Fickou et Paul Gabrillagues).

XV de France : le groupe pour l'Irlande et l'Italie avec un seul changement

De plus, du stade Ernest-Wallon en passant par le Stade de France et le stade Jean-Bouin, les confrontations entre ces deux clubs ont toujours été source de jeu, à en voir le 49-17 imposé par le Stade Français en play-off du Top 16 2003-2004, ou encore le 42-16 infligé par le Stade Toulousain en quart de finale de la Coupe d'Europe 2010. Alors pourquoi le « Classico » manque-t-il de saveur actuellement ?

Avant 2009 :

11
Le nombre de victoires du Stade Français sur le Stade Toulousain de 2000 à 2009. Toulouse de son côté n'en compte que 10. Parmi les plus gros succès des Parisiens, on note le 30 à 13 en demi-finale du Championnat 1999-2000, le 32-18 en finale du Top 16 2002-2003 et le 49-17 en play-off du Top 16 2003-2004.

Depuis 2010 :

3
Et oui trois. C'est le faible score des Parisiens face aux hommes du sud-ouest depuis 2010. Et parmi ces oppositions, deux victoires à l'arraché en 2012 (28-24) et 2016 (18-17). Le Stade Toulousain, lui, s'est imposé à 15 reprises lors des neufs dernières saisons ! Quasiment à chaque fois lors de la saison régulière, excepté le quart de finale de la Coupe d'Europe 2010, remporté 42 à 16 par les joueurs de Guy Novès à l'époque.

De ce fait, la rivalité entre les deux équipes semble s'estomper aujourd'hui. La raison ? Un Stade Français sur courant alternatif depuis 2010. En effet, si l'on enlève le titre remporté contre tout attente en 2015, que reste-t-il ? Et bien, au mieux une septième place et au pire, une douzième place que le Stade Français a tout de même atteint deux fois lors de ces quatre dernières années (saison 2015-16 et 2017-2018). Sans parler de la dixième place obtenue à l'issue de la saison 2012-2013, et de la onzième en 2010-2011. Toulouse de son côté n'a connu qu'une seule année difficile, lors de la deuxième saison d'Ugo Mola à la tête des Rouge et Noir. Les Toulousains ont toujours atteint les six premières places et ont su gérer l'émergence de nouvelles têtes en haut de l'affiche du rugby français comme Toulon, Montpellier ou le Racing 92. Et pour cause, ils sont aujourd'hui plus que jamais en course pour remporter leur vingtième titre de champion de France.

Saison 2018-2019 : Avantage net pour Toulouse !

(Statistiques en Top 14)

La situation actuelle des deux équipes confirme cet état de fait :

465
Le Stade Toulousain est actuellement la deuxième meilleure attaque du championnat avec 465 points marqués. Une équipe qui score beaucoup, que ça soit au pied avec Thomas Ramos (129 points) ou à la main avec des franchisseurs hors-pairs comme Cheslin Kolbe (19) et Sofiane Guitoune (17), et des finisseurs toujours présents comme Arthur Bonneval (7 essais) et Yoann Huget (6 essais). Le Stade Français n'est de son côté que la huitième attaque du championnat (380 points inscrits).
321
Toulouse est aussi une équipe qui défend. Seulement 321 points encaissés depuis le début de la saison, soit la troisième meilleure équipe du Top 14. De ce côté, le Stade Français a peut-être une chance de rivaliser puisque les Parisiens sont justes derrière avec 343 points pris.

Toulouse : un ogre à l'extérieur

  • 5 victoires (Grenoble, Perpignan, Agen, Pau, Racing 92)
  • 2 matchs nuls (Lyon, Clermont)
  • 1 défaite (Montpellier)

Stade Français : un faible à domicile

  • 4 victoires (Bordeaux-Bègles, Toulon, Montpellier, Grenoble)
  • 3 défaites (Racing 92, La Rochelle, Lyon)

Bilan :

Le Stade Toulousain part évidemment grand favori pour ce match. Il reste sur six victoires d'affilée face au Stade Français et sa saison quasi-parfaite ne peut que jouer en sa faveur. Même sans les nombreux internationaux partis rejoindre les rangs du XV de France (Aldegheri, Dupont, Ntamack, Médard, Huget et Ramos), puisque les hommes d'Ugo Mola ont su démontré qu'ils pouvaient se passer de leurs cadres en battant successivement le Racing 92, puis Montpellier.

Top 14 : sans ses internationaux, le Stade Toulousain assure le spectacle face au Racing 92En face, le Stade Français ne semble plus aussi conquérant qu'en début de saison. Il sera notamment privé de deux cadres majeurs dans son effectif : son meilleur marqueur Gaël Fickou (retenu avec l'équipe de France) et son capitaine Sergio Parisse (actuellement blessé). Malgré tout, la victoire à la Rochelle a redonné du baume au cœur à cette équipe qui restait sur deux revers consécutifs en championnat (Toulon et Lyon). Mais à l'heure d'affronter la bête noire toulousaine qui aura à cœur de « remettre le capitole dans la capitale », les Parisiens d'Heyneke Meyer auront-ils les épaules pour réduire l'écart qui sépare aujourd'hui les deux entités ? Réponse dimanche du côté du Stade Jean-Bouin.

D'un tacle inspiré, Sanchez sauve la patrie et le Stade Français bat La Rochelle [VIDÉO]

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • Chrom63
    1081 points
  • il y a 2 mois

je trouve que le mot classico, c'est pour vendre du papier... un classico c'est censé être un match historique, il y a eu des stade toulousain/stade français avant 1998?? un classico ça serait plutôt un ASM/Toulouse ou Castres

@Chrom63

Complètement d'accord. Je bondis à chaque fois que j'entends ça. Quelle histoire derrière ce soi-disant classico ? Quelle rivalité entre ces deux clubs ?

@Chrom63

Oui c’est le truc inventé par Canal qui à une époque mettait du classico à toutes les sauces pour faire du sensationnel.

@Chrom63

Si le terme "classico" est en effet une ineptie inventée par Canal+ (comme les derbys à tout va ou le Boxing Day) pour vendre ce qui était un des gros chocs des années 2000, l'histoire et les tensions mettent quand même les ST-SF dans une autre dimension que les ST-ASM.

Le Stade Français est un des premiers clubs de rugby en France (1892 pour la partie SF, 1903 pour la partie CASG) et a eu une histoire très riche avant 1998. Pour ce qui est des confrontations entre les deux Stades, la première a eu lieu en 1916 et ils s'affrontaient pour la première fois en finale du championnat en 1927. Le Stade Français et le Stade Toulousain comptabilisent respectivement 8 et 7 Brennus avant la première relégations du SF en 1947. C'est sur ces éléments que Canal s'est appuyé pour créer son "classico" quand les clubs ont lutté ensemble au sommet (8 rencontres en phases finales entre 1998 et 2008, ça et la très grande tension sur le pré et en dehors qui offrait le parallèle avec le "classico" PSG-Om (inventé de toutes pièces aussi).
De l'autre côté ASM et ST sont juste deux gros clubs de l'ère moderne, mais il n'y a ni la dimension choc historique ni l'affrontement passionné qu'ont connu les deux Stades pendant la décennie 98-2008. Pas faute d'avoir eu des rencontres décisives (il y a quand même son lot de finales et de demies), mais les deux clubs ont toujours eu des relations assez bonnes.

  • breiz93
    32093 points
  • il y a 2 mois
@Team Viscères

Je pense que les relations sont bonnes, car elles sont faites de respect mutuel.
Pourtant c'est quelques fois chaud sur le terrain .

Les classico dépendent aussi du charisme des présidents et des entraineurs et de leurs capacités à faire ronfler les médias.
On a maintenant des coachs qui n'utilisent plus tellement ce ressort et des présidents, pour la majorité, assez éloignés du sportif. Regardez même Mourad n'arrive plus à allumer les mèches.
Après les enjeux sont plus sur la globalité du championnat que sur un ou deux matchs contre "l'ennemi juré".

  • Seyfr
    2801 points
  • il y a 2 mois
@Droitdevant

En effet, il préfère allumer ses joueurs !

  • Seyfr
    2801 points
  • il y a 2 mois

Le terme "clasico" en tous cas n'en a jamais eu.

C'est super con de poser cette question maintenant ...
Ça parait évident ces dernières années que le classico ne valait plus grand chose sauf que justement cette année ça ressemble à nouveau à un choc du top 14 ... Donc il est bien moins légitime de se poser cette question aujourd'hui.

C'est comme si on se demandait maintenant si Clermont était sur la pente descendante à cause de sa saison 2017-2018 pourrie.

Les deux clubs ont perdu de leur superbe pendant une période (même si l'article parle d'une seule année "dure" pour le ST, il y a eu des années faibles en contenu même si sauvées par des barrages/demies), forcément cela nuit à la dimension de choc. Canal a beau fait son opération de comm' autour du "classico" (terme débile au passage), quand cela opposait deux équipes qui ne jouait pas le titre et que le match était pauvre en spectacle le public ne s'y trompait pas.

Il y a aussi l'érosion du rugby de clocher correspondant à l'installation du rugby pro. Il y a de moins en moins de joueurs qui ne connaissent qu'un seul club dans toute leur carrière, les joueurs passent plus facilement d'un club à l'autre sans regarder les histoires de rivalités (Skrela ou Beauxis ont fait le trajet Paris-Toulouse, Fickou ou Maestri le trajet contraire). Peu importe ce que l'on pense de cette mutation, elle est bien réelle. Il y a 10-15 ans, il aurait paru inconcevable à tous de filer le brassard de capitaine à un joueur fraîchement débarqué du club rival. Aujourd'hui Maestri peut récupérer le brassard dès sa première saison parce que les critères pris en compte sont dépassionnés : le staff regarde l'expérience du joueur, sa capacité à fédérer le groupe, son intégration, mais pas son origine ou l'avis des supporters. La rivalité entre les deux clubs tient plus du mythe entretenu par les supporters que de la rivalité entre les clubs ou entre les joueurs.

Sinon je vois bien une victoire du SF. Avec les absents internationaux on est en train de tirer sur la corde du groupe restant et on est en avance sur le tableau de marche, de l'autre côté le SF est dans une phase positive de son fonctionnement en courant alternatif et aime ces situations où ils sont donnés perdants.

  • breiz93
    32093 points
  • il y a 2 mois
@Team Viscères

Kolbe peut être votre facteur déterminant, nous avons pas mal de pièces maîtresses absentes.
La pelouse va être bien détrempée, peut-être une accalmie pluvieuse pour le match. Espérons voir du jeu.

  • Ahma
    71179 points
  • il y a 2 mois
@breiz93

C'est pas vous qui jouez en salle ?
Je confonds toujours.

@Ahma

Il y a bien eu la période "fourchettes" où ils jouaient en sale.

  • breiz93
    32093 points
  • il y a 2 mois
@Ahma

Le "gymnaze" c'est le Racing.
Nous, nous sommes voisins du Parc des Princes.

@breiz93

Ben moi j'aime bien mon gymnase, na !
Bon c'est vrai que le nouveau Jean Bouin est très beau aussi !

@breiz93

La classe parisienne contre les mécréants de banlieue quoi

  • breiz93
    32093 points
  • il y a 2 mois
@Le Haut Landais

Aucune volonté de blesser, juste un remplacement géographique, étant moi-même un mécréant integriste, de banlieue. D'ailleurs le stade Jean Bouin est situé juste à la limite de Paris.
En ce qui concerne la classe, je ne sais pas, mais notre vestiaire visiteurs n'est pas un placard...

forcément. Il n'y a plus le monopole d'antan. Plusieurs équipes différentes ont gagné le Brennus sur les 5-6 dernières années, Castres, Clermont, Toulon, Racing, Paris... et des clubs pas traditionnellement dominants ont été en haut de tableau: La Rochelle, Montpellier, Lyon.

Je ne sais pas si ce "classico" a perdu de sa superbe,mais vu la pelouse et la météo prévue pour demain,je doute beaucoup d'un match "emballant"...J'espère me tromper

  • breiz93
    32093 points
  • il y a 2 mois
@pascalbulroland

Nous sommes au moins d'accord sur ce point.
J'espère une belle motivation parisienne demain, après que le meilleur gagne.
On aura notre Toulousain avec nous demain à Jean Bouin, comme c'est une grande gue.... il va falloir que je m'égosille pour couvrir sa voix.

Derniers articles

News
News
Transferts
News
News
Transferts
Sponsorisé News
News
News
News
Transferts