Champions Cup - Comment les Saracens ont battu les ogres du Leinster ?
Les Sarries tout heureux après une finale engagée.
Les Saracens sacrés champion d'europe, mais comment ? Statistiques, performances, hommes du match, c'est ici !

L’avancée

Les Sarries ont gagné la bataille propre au rugby : avancer. Ils ont avancé de 437 mètres au total contre 366 côté Leinster. À l’image de Alex Lozowski et ses 63 mètres parcourus, autant que Billy Vunipola, le numéro 8 décrié ces derniers temps pour ses prises de position et qui a marqué l’essai de la victoire pour les Sarries. Liam Williams a lui avancé de 55 mètres sur son aile. Côté Leinster, c’est Rob Kearney qui a été le meilleur de son équipe et du match balle en main, avec 71 mètres parcourus.

7
Rob Kearney a battu 7 défenseurs samedi, il est le meilleur dans ce domaine là où les Anglais n’ont pas gagné beaucoup de duels. Seuls Liam Williams, Billy Vunipola et Alex Lozowski ont battu 4 défenseurs.

La continuité du jeu

Les champions d’Europe ont mis un jeu en place qui leur permettait d’être constamment dans l’avancée, notamment grâce à des passes après contact tout le long de la partie. 10 offloads contre seulement 3 côté irlandais.

Sans surprise, c’est le nombre de passes effectuées par le Leinster avec un jeu de possession de balles qui leur est cher. Les Sarries n’ont fait que 175 passes et n’ont tapé que 14 fois au pied, contre 18 pour le Leinster.
215

La discipline

Si on prend les fautes commises, les Anglais sont bien derrière leurs adversaires du St James Park avec 10 fautes commises contre seulement 6. Cependant, ils n’ont jamais été à la faute proche de leur base, s’évitant le pied millimétré de Jonathan Sexton.


La défense 

Les Sarries ont énormément défendu avec un taux de réussite au plaquage de 86%, autant que le Leinster (87%). Mais c’est bien au nombre de plaquages que l’on s’aperçoit que les Anglais ont été plus qu’actifs avec 241 plaquages au total et seulement 36 manqués. Côté Leinster, ce sont 166 plaquages réussis sur les 191 tentés.

Brad Barritt et ses 28 plaquages (pour 2 manqués) ont permis aux Sarries de tenir bon, il a été bien suivi par George Kruis (27 plaquages) et Maro Itoje (26), replacé en troisième-ligne aile. Côté Leinster, c’est le numéro 8, Conan, et ses 28 plaquages qui a été le meilleur à Newcastle. Mais la bonne performance est celle d’Owen Farrell, au four, au moulin et au plaquage avec 18 réalisations pour aucun joueur échappé, contrairement à son adversaire du jour, Sexton qui a manqué 3 plaquages sur les 16 tentés.
28

La guerre du terrain 

Ce sont les Irlandais qui ont dominé sur le terrain avec 56% de possession de balle durant tout le match. 57% en première mi-temps et 55% en deuxième mi-temps. Cependant, leur possession ne leur a pas forcement permise d’avancer puisque les deux équipes se sont neutraliser avec une égalité parfaite de territoire. 

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

c'est simple à part sur les lancements de jeu le Leinster n'a fait que reculer quand il avait le ballon. Au final le jeu au pied n'a été que peu utilisé.

  • oli 30
    5011 points
  • il y a 1 semaine

ça ne s'est pas joué à grand chose non plus... Les Sarries ont eu beaucoup de difficultés en 1ère mi-temps et sans quelques hors jeux et autres gestes déloyales, l'addition aurait pu être plus lourde. Les 2 équipes se valent.

à mon avis, les Saracens battent le Leinster car ils sont suffisamment forts sur les fondamentaux sur 80min pour les contenir, puis ont ensuite une chose en plus que le Leinster n'a pas - beaucoup de talent individuel. Les Irlandais, c'est pas terrible au duel, toute leur force réside dans le plan de jeu collectif étudié et répété à mort. Les Anglais avaient Vunipola par ex., mais d'autres citeraient Lozowski ou George, voire Goode le joueur Euro de l'année. Là où une équipe comme Toulouse s'est effondré sous la pression et la régularité des Irlandais, ces Sarries ont su tenir, dominés dans la possession, et ont su apporter leur talent individuel en plus, qui a fait la différence (l'essai monstrueux de Vunipola).

Donc fitness+grosse cohésion+talent. Tu appliques ça sur 80min, tu bats le Leinster. Toulouse n'avait que le dernier, et ça n'a pas été même proche de suffire.

  • spir
    13122 points
  • il y a 1 semaine

Cet article n'explique rien : sur les stats les sarries ont été plus mauvais partout, c'est ça ?

En marquant plus de point qu'eux.

@Babalonis

Je suis un peu jaloux de ne pas être arrivé plus tôt sur l'article...

@Team Viscères

Laisses-en pour les autres !

Derniers articles

News
Vidéos
Vidéos
Vidéos
Vidéos
Transferts
Sponsorisé News
Chroniques
Quel type de Rugbyx es-tu ?

26 mai 2019 à 01:47

News
News
News