Rugby à 7 - Du côté de Vancouver, la France s'est aussi inclinée face à l'Ecosse
L'essai de Parez n'a malheureusement pas permis à la France de l'emporter...

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien !
Les septistes de France 7 avaient l'occasion de venger le XV à Vancouver, mais ça ne s'est pas passé comme prévu...

Tournée américaine compliquée pour nos Bleus. Après une septième place obtenue à Los Angeles et leur éviction du podium, les joueurs de France 7 n'ont pas su redresser la barre au Canada. Battus d'entrée par les locaux, ils n'ont ensuite pas réussi à faire mieux qu'une dixième place. Une position qui laisse des conséquences sur le classement général...Un classement aujourd'hui survolé par les Blacks Sevens qui ont remporté leur troisième tournoi de la saison (en six étapes) et qui semblent voguer vers un nouveau titre sur le circuit, le premier depuis 2014 pour l'équipe au plus grand palmarès. Canadiens, Australiens et Espagnols ont également été de la fête, on revient pour vous sur les moments forts du Vancouver Sevens. 

Les tops

Et de 3 pour la Nouvelle-Zélande !

Les Blacks Sevens remportent le duel de l'hémisphère sud ! Pourtant malmenés 14 à 0 par l'Australie, les Néo-Zélandais, portés par un Joe Ravouvou des grands soirs, auteur d'un doublé, ont réussi à renverser la tendance pour s'imposer 17-14 à Vancouver. Ils obtiennent ainsi leur troisième victoire de la saison sur un tournoi et sont désormais plus que jamais en tête avec 11 points d'avance sur l'Afrique du Sud. Une étape lors de laquelle les jeunes pépites comme Andrew Knewstubb ou encore Vilimoni Koroi ont encore fait des étincelles, tout comme Caleb Clarke (5 essais), un nouveau monstre de la formation néo-zélandaise (20 ans, 1m88, 100 kilos) qui découvre le circuit cette saison. Le futur Bayonnais Joe Ravouvou a également été resplendissant, comme à son habitude, jouant sur sa vitesse et ses qualités techniques.

TRANSFERT - Un futur champion olympique à l'Aviron Bayonnais ?TRANSFERT - Un futur champion olympique à l'Aviron Bayonnais ?

Crédit vidéo : World Rugby.

L'Australie monte en puissance

Après un début de saison timide, l'Australie s'est réveillée depuis le tournoi d'Hamilton. Elle repart de la tournée américaine avec deux places dans le top 4 obtenue ce qui lui permet de s'installer dans le top 4...du classement général ! S'ils n'avaient pas eu de chance en tombant face aux Fidjiens en demies du côté de Los Angeles, malgré leur très bon début de tournoi, les Australiens se sont cette fois-ci hissés jusqu'en finale. Un tournoi maîtrisé, même s'ils se font fait peur face au Canada en demi-finales (victoire 19-14), sous une pression d'enfer exercée par le public. La chance ne leur a ensuite malheureusement pas souri en finale face à leurs rivaux néo-zélandais.

Crédit vidéo : World Rugby.

Des Canadiens portés par leurs supporters 

Si l'on avait pris l'habitude de les voir réaliser des performances ces dernières années, cette habitude s'était perdue la saison précédente. En effet, les Canadiens ne s'étaient qualifiés que deux fois en Cup et n'avaient pas réussi à aller plus loin que les quarts de finale. Mais cette année, à Vancouver, hors de question de laisser passer l'occasion. Ce sont d'ailleurs les Français qui en ont fait les frais dès leur premier match, dominés dans l'agressivité et finalement battus 31 à 21. Même les champions olympiques fidjiens sont également tombés face à cette virevoltante équipe canadienne (26-21) ! Qualifiés ensuite en quarts grâce à une victoire facile face aux Gallois (29-7), les Canucks ont voulu poursuivre le rêve plus loin et ils l'ont fait en disposant de l'Espagne 21 à 0. Il leur a ensuite manqué peu de choses pour atteindre le Graal et disputer une finale dans leur antre du BC Place Stadium, même s'ils se sont consolés avec une très belle victoire face à l'Afrique du Sud lors du match pour la troisième place (26-19).

Crédit vidéo : World Rugby.

Les Espagnols se libèrent

Dans une saison compliquée, à la lutte avec le Pays de Galles pour le maintien dans le circuit mondial, les Espagnols ont fait un vrai pas vers le renouvellement dans l'élite du rugby à 7. À Vancouver, ils se sont en effet qualifiés pour la première fois de la saison en Cup après avoir battu le Kenya (17-14) et l'Irlande (28-26) dans des matchs très engagés. Ils n'ont ensuite pas pu rivaliser face à une magnifique équipe canadienne, mais cette performance leur permet aujourd'hui de distancer les Gallois de 20 points. Pas négligeable...

Les flops

Les Bleus coulent...

Privé de ses cadres, à l'image de Jean-Pascal Barraque et Sacha Valleau (blessés à Los Angeles), ou encore de Pierre-Gilles Lakafia et Manoël Dall'Igna restés en France, Jérôme Daret a dû composer avec une équipe jeune, sans trop d'expérience sur le circuit. Si les Ethan Dumortier, Teiva Jacquelain ou encore Pierre Mignot n'ont pas démérité, cela n'a pas suffi pour se qualifier en Cup. Défaits trois fois lors des phases de poule par le Canada (21-31), les Fidji (26-17) et même le Pays de Galles (21-19), les Tricolores ont été reversés en Trophy, pour la deuxième fois de la saison seulement. Cette équipe a malgré tout montré qu'elle avait du caractère, puisqu'elle a redressé la tête en battant l'Irlande (22-21) et les Samoa (19-0) pour aller chercher une place en finale du Trophy. Malheureusement, à l'image du XV, ce dimanche 8 mars était pour les Écossais. Défaite 12 à 7 pour les Tricolores après avoir pourtant mené à la mi-temps grâce à ce superbe essai de Stephen Parez. Un résultat qui n'arrange pas les affaires des Bleus qui chutent de deux places au classement et se retrouvent aujourd'hui sixièmes.

Les Samoans ne rivalisent plus

Saison compliquée pour les joueurs du Pacifique, menés pourtant par le tant renommé Sir Gordon Tietjens. Depuis leur quatrième place obtenue à Dubaï, les Samoans ne se sont plus qualifiés en Cup et pointent aujourd'hui à la treizième place du classement général. Alors qu'ils ont terminé sixièmes la saison passée ! Bilan une nouvelle fois catastrophique à Vancouver : 1 victoire (face au Japon, équipe invitée), 1 nul, 3 défaites. Une explication qui se trouve peut-être dans l'absence d'un certain nombre de joueurs cadres, qui tenaient l'équipe ces dernières années comme Alamanda Motuga et John Vaili (seulement deux tournois cette saison), ou encore Siaosi Asofolau (120 matchs, désormais chez les Rebels) et Tila Mealoi (229 matchs). 

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Y'a un probleme d'effectif, devant on est bons mais derriere... en 5 et 6 derriere riva et barraque on a rien

Perdre contre l'Écosse, c'est y possible ? C'est pas à XV que ça arriverait.

Pourquoi l'EdF était privée de ses cadres, blessés, suspendus ?

Derniers articles

News
Vidéos
Vidéos
News
News
News
News
News
News
News
News