Barraque et les Bleus héroïques, le doublé pour la Nouvelle-Zélande : ce qu'il faut retenir du Cape Town Sevens
Actuel meilleur marqueur du circuit mondial, Jean-Pascal Barraque est l'homme fort côté français en ce début de saison.

Le Rugbynistère a besoin de votre soutien !

-70% de revenus pour le Rugbynistère avec l'arrivée du Covid-19. Aidez-nous à faire face à la crise !
Les équipes néo-zélandaises ont surpris tout le monde en Afrique du Sud, tandis que les Français ont réalisé un exploit face aux Fidji.

Le circuit mondial poursuit sa route. Après Dubaï, les différentes sélections nationales ont posé leurs valises à Cape Town. Une étape particulière cette année, puisque la ville a accueilli pour la première fois de l'histoire les tournois féminins et masculins simultanément. À travers la conquête néo-zélandaise, les bonnes performances tricolores ou autres surprises, revenons ensemble sur les moments forts du week-end.

Les tops

La Nouvelle-Zélande voit double

Les équipes néo-zélandaises aiment bien voyager ensemble. Et pour cause, elles remportent souvent leurs tournois respectifs lorsque ceux-ci se déroulent en même temps sur une étape. Ce fut le cas à Dubaï et à Sydney la saison dernière. Si elles ont échoué cette année aux Émirats Arabes Unis, elles n'ont pas tardé à montrer que cette théorie était toujours d'actualité. Victorieuses à Dubaï (malgré une défaite contre la France en poules), les Black Ferns ont récidivé au Cap, en venant à bout de leurs rivales australiennes en finale 17 à 7. Battus par l'Afrique du Sud à Dubaï 15 à 0, les Néo-Zélandais ont eux cette fois-ci pris leur revanche en créant la surprise dans un stade acquis à la cause des Blitzboks. Dans une finale cadenassée, à l'image de ce score nul et vierge à la mi-temps (ce qui est très rare pour du 7), les All Blacks Sevens ont finalement trouvé la faille pour l'emporter face une valeureuse équipe sud-africaine : 7 à 5. 

Le seul essai néo-zélandais a été inscrit pas Ngarohi McGarvey-Black, 23 ans, l'une des jeunes pépites de la sélection avec Knewstubb, Ng Shiu ou encore Ratasi. Tant de talents qui viennent compléter les joueurs d'expérience déjà présents depuis longtemps au sein de cette équipe (Mikkelson, Baker, Collier). Ce qui promet une belle saison pour la Nouvelle-Zélande, pour ses deux sélections. Quitte à l'amener à un doublé olympique l'été prochain ?

Crédit vidéo : World Rugby.

Nouveau 100% des Tricolores en poules

Début grandiose pour les équipes de France en World Series. Déjà vainqueures de l'ensemble de leurs matchs de poule à Dubaï, les sélections tricolores ont de nouveau assuré leur qualification en quarts de finale au Cap en terminant premières. Les filles de David Courteix se sont notamment sorties du piège canadien au bout du suspens 14 à 12. Les garçons de leur côté ont réalisé un 3/3 dans la poule 100% européenne composée de l'Angleterre, de l'Écosse et de l'Espagne. 

À l'étape des quarts de finale, la chance a cette fois-ci souri à nos Bleus et Bleues, ce qui n'avait pas été le cas à Dubaï. Les filles ayant été éliminées par le Canada et les garçons par l'Angleterre. Mais au Cap, les coéquipières de Fanny Horta ont dominé de la tête et des épaules leurs adversaires russes : 31 à 0 ! Jean-Pascal Barraque et ses troupes ont imité l'équipe féminine en venant à bout, plus difficilement, d'une valeureuse équipe d'Argentine (19-10). Les deux équipes ont ensuite livré un sacré combat en demi-finales, mais ont échoué de peu. Les Françaises contre l'Australie, championne olympique en titre, 19 à 24, et les Français contre les locaux, les Blitzboks, dans ce qui semble être aujourd'hui peut-être l'un de leurs meilleurs matchs de ces dernières saisons. Défaite 21 à 14.

Crédit vidéo :World Rugby.

Crédit vidéo : World Rugby.

L'exploit des Bleus face aux Fidji pour le bronze

Malgré tout, ce tournoi à Cape Town va rester dans toutes les têtes. En effet, pour la première fois depuis la nomination de Jérôme Daret, les Bleus ont dominé les Fidji en World Series. La dernière fois qu'ils avaient réussi un tel exploit, c'était en 2015 (17-14) et c'était déjà au Cap ! Une équipe fidjienne tourmentée en ce début de saison, qui s'est laissée dominer par une équipe française et son sélectionneur Jérôme Daret, qui avait fait le pari de la jeunesse pour cette rencontre. Résultat ? Mignot, Mazzoleni, Zeghdar ou encore Iraguha titulaires, et 17-5 à la pause ! Les Fidjiens sont tout de même revenus dans la partie, mais les Tricolores les ont poussés aux prolongations. 24-24 à la fin du temps réglementaire. Grâce au mental et à la persévérance, les Bleus n'ont pas laissé durer le suspens trop longtemps et après seulement 1 minute 30 de jeu, Veredamu a trouvé le chemin de la ligne, face à ses anciens compatriotes.

Sevens : Veredamu offre la médaille de bronze à France 7 face aux Fidji ! [Vidéo]Sevens : Veredamu offre la médaille de bronze à France 7 face aux Fidji ! [Vidéo]Les filles n'ont elles malheureusement pas eu le même succès puisqu'elles ont subi la revanche canadienne lors de ce match pour la troisième place. Score final : 17 à 22.

Les surprises kényanes et irlandaises

Absents du circuit mondial avant cette saison 2019-2020, les Irlandais nous avaient habitués à de belles surprises en tant qu'équipe invitée sur les tournois européens. À l'image de cette troisième place obtenue au London Sevens 2018 et cette sixième place l'édition suivante. On était donc impatients de les voir à nouveau à leur avantage sur les World Series. En difficulté à Dubaï, ils ont relevé la tête au Cap en dominant en poule l'Australie et les Samoa pour se qualifier en quarts. Tenue en échec ensuite par le Kenya (24-24), l'Irlande a malgré tout assuré la première place, avant de tomber face à plus forte qu'elle : les Fidji (12-31). Elle termine finalement sixième, de quoi présager de bonnes choses pour la suite.

Le Kenya de son côté semble lui retrouver la voie du succès. En difficulté la saison dernière en raison de difficultés financières qui ont poussé certains cadres à abandonner la sélection, l'équipe africaine peut aujourd'hui de nouveau bénéficier de ses hommes forts. Et cela s'est vu au Cap, puisqu'elle s'est qualifiée pour les quarts de finale. Ce qui lui était arrivé seulement à Paris la saison dernière.

Rugby à 7 - Pourquoi le Kenya est-il en crise ?Rugby à 7 - Pourquoi le Kenya est-il en crise ?Barraque à l'honneur

Après Terry Bouhraoua à Dubaï, c'est Jean-Pascal Barraque qui a crevé l'écran à Cape Town. Le capitaine de France 7 a démontré tout son talent pour pousser l'équipe de France vers les sommets. Des efforts récompensés puisque l'ancien joueur de la Rochelle, de Toulouse, de Bordeaux-Bègles ou encore de Biarritz, termine meilleur marqueur d'essais et de points du tournoi sud-africain. 54 points et 6 essais. Il est d'ailleurs aujourd'hui tout simplement le meilleur marqueur du circuit avec 73 points ! Pour parachever le tout, le Français a été nommé dans l'équipe du tournoi.

Les flops

Les Samoa et l'Australie à la trappe

Un seul être vous manque et tout est dépeuplé. Privée de son meneur de jeu Maurice Longbotttom pour ce tournoi, l'Australie a été méconnaissable. Elle termine à une triste douzième place. 

Les Samoa ont imité leurs voisins australiens. Après avoir été sensationnels à Dubaï, ils n'ont pas réussi à enchaîner. Défaits à trois reprises en poule par l'Irlande, le Kenya et l'Australie, ils se sont consolés avec une large victoire contre l'Espagne 38 à 7 pour atteindre la treizième place. Bien loin des ambitions de leur mentor Gordon Tietjens. 

L'Angleterre perd sa domination européenne

Vainqueure du tournoi de qualification olympique à Colomiers, l'Angleterre (même si elle sera représentée par la Grande-Bretagne) est pour l'instant le seul représentant européen aux Jeux olympiques. Un statut qu'elle souhaite assumer sur le circuit mondial. Mais si les Anglais ont été redoutables à Dubaï avec une troisième place obtenue, ils ont cette fois-ci baissé d'un cran leur niveau au Cap. Défaits par la France et par l'Écosse, ils ont loupé le train pour les quarts de finale. Poussés à jouer la neuvième place, ils ont également perdu cette rencontre face aux Américains (17-12). Résultat, c'est aujourd'hui la France qui prend les devants et devient la première nation européenne sur le circuit mondial, puisqu'elle est actuellement troisième après deux étapes.

Crédit vidéo : World Rugby.

Perry Baker en difficulté

Le meilleur joueur du monde des saisons 2016-2017 et 2017-2018 a aujourd'hui du mal à revenir à son meilleur niveau. Blessé durant quasiment toute la saison dernière, il reprend progressivement, mais se montre beaucoup trop discret lors de ses apparitions. Si bien qu'il a perdu sa place de titulaire au profit de...Carlin Isles. Seulement quatre essais en deux tournois seulement. Bien loin de ses standards habituels. On espère qu'il retrouvera très vite ses jambes de feu pour nous faire vivre à nouveau ses courses endiablées.

Hamilton 7s - Perry Baker victime d'une fracture de la mâchoire !Hamilton 7s - Perry Baker victime d'une fracture de la mâchoire !

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • Ahma
    93093 points
  • il y a 6 mois

Des équipes néo-zélandaises qui gagnent des tournois de rugby ? Voilà en effet de quoi surprendre tout le monde.

  • AKA
    48696 points
  • il y a 6 mois
@Ahma

Héroïques, exploit on met même ce genre de superlatif aux autres, les Blacks eux c' est: surprise! Pour eux ce n'en est est pas une et ils comptent renouveler la "surprise" aux autres tournois! Quand arrêterons nous de nous m.......r sur nos "exploits" (quand je vois que l' on nous rabâche le France v Blacks de 1999) ; c' est çà le rugby Français aller d"exploit en exploit" en étant "héroïques"...

Derniers articles

News
News
Vidéos
News
News
Vidéos
News
Saracens - Biarritz au Cap !

02 juillet 2020 à 15:12