Le Top 5 / Flop 5 du premier week-end du Tournoi (01/02 au 03/02)
Le meilleur et le pire du Tournoi des VI nations !

Le Rugbynistère a besoin de votre soutien !

-70% de revenus pour le Rugbynistère avec l'arrivée du Covid-19. Aidez-nous à faire face à la crise !
Ce premier week-end de Tournoi des VI nations a été riche en évènement. De la performance italienne, aux ratés français, écossais et gallois, du pain bénit pour le Top/Flop.
La première journée du Tournoi des VI nations a donné de nombreux Top cette semaine, notamment avec la victoire de l'Italie. L'Angleterre tient aussi son rang, également en Seven, alors que l'Ecosse ou encore la France, à XV et à VII, font partie des Flop avec la Belgique.

Les TOPS

Luciano Orquera

A l’instar du Gallois Shane Williams, l’ouvreur d’origine argentine de la Squadra Azzura a prouvé que la taille avait peu d’importance lorsque talent il y avait. Face aux Français, Orquera a sans doute réalisé son plus beau match sous le maillot italien. De sa belle inspiration dans la défense française est venu le premier essai des Italiens. Orquera a aussi été précieux au pied, que ce soit dans le jeu de déplacement ou au moment de buter. Une partition parfaite.

Sergio Parisse

Comment passer à côté du Capitaine des Azzuri. Auteur du premier essai, le joueur du Stade Français a une nouvelle fois été omniprésent lors de la rencontre. Ses statistiques feront pâlir plus d’un joueur tricolore : 11 courses pour 84 mètres parcourus. A trois reprises, Parisse est aussi parvenu à se défaire d’un défenseur. Présent en attaque, Sergio le fut aussi en défense avec 10 plaquages réussis pour zéro manqué. Sa présence dans l’alignement a, de plus, énormément perturbé la touche française. Chapeau.

Farrell – Twelvetrees

D’autres ont également brillé lors de cette première journée du VI nations à commencer par le nouveau chouchou des Anglais, Owen Farrell. Comme à son habitude, l’ouvreur des Saracens a été d’une extrême précision au pied avec pas moins de quatre pénalités réussies et seulement un échec sur quatre transformations. Quant à Billy Twelvetrees, il n’a pas manqué sa première titularisation dans le tournoi avec un premier essai mérité face à l’Ecosse.

Kenya et Angleterre Seven

On pensait l’Angleterre dans la tourmente après ses piètres performances en Australie (défaite en finale du Bowl), son reversement en Shield à Dubai et son parcours chaotique en Afrique du Sud (défaite en demi-finale du Bowl). Mais les Anglais ont relevé la tête le week-end dernier en allant décrocher leur deuxième trophée à Wellington devant une surprenante équipe kényane, tombeuse de l’Afrique du Sud puis du tenant du titre néo-zélandais en demi-finale.

La Roumanie qui est allé gagner au Portugal

Belle opération des Roumains dans le Championnat d’Europe des Nations (également appelé le 6 Nations B) qui sont allés s’imposer à Lisbonne contre le Portugal. Une victoire 19 à 13, grâce à quatre pénalités du centre Vlaicu, qui permet à la Roumanie de prendre la tête du classement devant la Géorgie, triple tenante du titre. Les Roumains espèrent continuer sur ce rythme afin de remettre la main sur un trophée qu’ils n’ont pas vu depuis 2006. Ce week-end, ils reçoivent la Russie vainqueur de l’Espagne (13-9).

Les FLOPS

Jonathan Davies

Lui aurait sans doute préféré prendre la place de son homologue irlandais. Coupable notamment de deux magnifiques passes à la touche lors de belles attaques galloise contre l’Irlande, Davies est passé à côté de son match. Lui si performant l’an passé face au Trèfle avec deux essais n’a cette fois-ci pas existé. A l’image d’une ligne d’attaque galloise active mais incapable de prendre le dessus sur la défense adverse.

David Denton

Le troisième ligne écossais d’origine zimbabwéenne se souviendra longtemps de sa dixième sélection sous le maillot flanqué du chardon. Annoncé parmi les joueurs à suivre dans les prochaines années en Ecosse, il est surtout devenu celui à qui il ne faut pas confier le poste de demi-de-mêlée en cas d’absence du titulaire. Bien sûr ce n’est pas ce qu’on lui demande, mais de là à envoyer une passe, entre le lob et la pizza derrière ses coéquipiers, il ne faut pas abuser.

Les absences des cadres Bleus

Pour mener les Bleus face aux Italiens, on attendait évidemment Pascal Papé, Dimitri Szarzewski ou encore Mermoz chez les arrières. Finalement pas grand-chose à se mettre sous la dent. Le premier bien, qu’actif au plaquage, a peu pesé en attaque. Le second s’est illustré par ses lancés ratés en touche et une incapacité avec la première ligne à prendre le dessus sur l’homologue italien. Quant au dernier, c’est surtout par son absence qu’il a brillé avec seulement six pauvres mètres parcourus ballon en main. C’est très peu pour un centre. Mais où sont les cadres dirait Patrick Juvet !

La bagarre entre la Géorgie et la Belgique

Participant pour la première fois au Championnat d’Europe des Nations après sa victoire dans le Tournoi C l'année dernière, la Belgique s’est illustrée le week-end dernier en participant à une énorme bagarre générale face à la Géorgie, triple tenante du titre. Un pugilat ponctué de plusieurs cartons rouges. On peut dire qu’il y a mieux pour débuter dans une compétition lorsque l’on est un promu.

France à VII

Grosse déception pour France Seven au tournoi de Wellington le week-end dernier. Venus avec de belles intentions suivant leur très beau parcours en Afrique du Sud (finale de la Cup), les Français ont rapidement déchanté lors des phases de poules en s’inclinant deux fois en trois rencontres. Reversés en Bowl, ils ont ensuite échoué en demi-finale face aux iles Fidji. Deuxièmes avant l’étape néo-zélandaise, les Bleus sont désormais quatrièmes ex-aequo.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
Cet article ne contient aucun commentaire, soyez le premier à en poster un !

Derniers articles

News
Ecrit par vous !
News
Ecrit par vous !
Vidéos
News
News
Vidéos
News
News
Vidéos
News
News