VIDEO. Super Rugby. Retour gagnant pour Chiliboy Ralepelle avec les Sharks après sa suspension pour dopage
Super Rugby. Retour gagnant pour Chiliboy Ralepelle avec les Sharks.

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien
Retrouver son meilleur niveau après une longue suspension pour dopage, n'est pas chose aisée. Mais Chiliboy Ralepelle revient en force avec les Sharks.
Retrouver son meilleur niveau après une longue suspension pour dopage, n'est pas chose aisée. Il faut en effet produire deux fois plus de travail pour d'une part ne pas être distancé par ses adversaires, mais surtout pour montrer que l'on peut aussi performer sans l'aide de produits interdits. Le sprinter américain Justin Gatlin en est un parfait exemple. Suspendu 8 ans (ramené à 4) suite à un contrôle positif à la testostérone, il a fait douter Usain Bolt aux JO de Londres en 2012 puis l'année suivante aux championnats du monde. Preuve que si l'envie est là, tout est possible.

Cette dernière n'a sans doute jamais quitté Chiliboy Ralepelle durant les deux années qu'il a passées au frigo pour un contrôle positif aux stéroïdes anabolisants en 2014. À 29 ans, l'ancien international et joueur du Stade Toulousain vient tout juste de reprendre la compétition en Super Rugby avec les Sharks. La province sud-africaine l'a en effet recruté en septembre dernier, et ce, alors que sa suspension pour dopage venait d'être confirmée. L'ayant déjà purgée à titre provisoire, il était, en effet, libre de jouer à partir du 10 avril dernier.

Comme prévu, celui qui a été le premier joueur de couleur a porté le brassard de capitaine des Springboks - c'était en 2006 face à une sélection mondiale - a donc pu rejouer au rugby. Remplaçant face aux Highlanders le 22 avril, il a fait une très bonne entrée en jeu, notamment en mêlée aux côtés de Tendai Mtawarira, et ainsi aidé les Sharks à battre les Néo-Zélandais chez eux (14-15).

Ce vendredi, il s'est également illustré en marquant un essai contre les Chiefs alors qu'il était une fois de plus remplaçant. Une réalisation à la 72e après un bon travail des avants qui a bien failli faire la différence face aux leaders du Super Rugby, finalement victorieux 24-22.

Crédit vidéo : Super Rugby

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Il ne faut pas se leurrer, Chiliboy Ralepelle s'est fait sanctionné mais c n'est certainement pas le seul à se doper que ce soit dans l'hémisphère sud ou nord. Avec une bonne connaissance des règles et technologies utilisées en dépistage et un dosage intelligent, on peut passer à travers les mailles du filet.
Surtout quand on sait que beaucoup d'institutions sont complaisantes pour ne pas tuer la poule aux œufs d'or, il ne faut pas croire qu'il n'y a du dopage que dans le cyclisme et l'athlétisme.
Évidemment, les joueurs acceptent de jouer avec leur santé.
D'ailleurs, dans un rapport publié cette semaine, le rugby est dans les 10 sports avec le plus de cas de dopage et la France était 4e au rang des pays avec le plus de cas avérés de dopage (ce qui ne veut pas dire que la France et le rugby se dopent plus, juste qu'il y a eu plus de mecs qui se sont fait attrapés).

@Le Haut Landais

Que beaucoup en prennent et que l'on ferme les yeux surtout pour les plus connus (les arrêts déguisés en maladies virales ,infections etc qui se multiplient peuvent cacher des choses moins avouables ...),c'est très probable ...Il n' y a pas de hasard non plus ,et si lui se fait attraper et en plus récidive, c'est aussi qu'il doit en en prendre encore plus et plus souvent que les autres ...

  • Team Viscères
  • il y a 4 ans
@Le Haut Landais

Il suffit de voir, en 2014 World Rugby annonçait fièrement un nombre record de contrôles pour un résultat de 2 joueurs positifs. Rien que ce nombre fait sourire quand on voit le développement musculaire des joueurs sur les 15 dernières années. Mais cela va plus loin (accrochez-vous bien, à la World Company... euh Rugby ce sont de sacrés boute-en-train): il s'agissait d'un joueur moldave et d'un joueur sri-lankais.

Le rugby n'a de leçons à donner à personne sur le sujet du dopage, que ce soit sur son usage par les joueurs ou sur la "lutte" antidopage. Comme vous le dites, il ne faut surtout pas tuer la poule aux oeufs d'or. Alors on réalise un joli grand-écart entre ce qu'on prétend faire et ce que l'on fait réellement, pour pouvoir à la fois se targuer de lutter contre le dopage et d'avoir un sport propre (lol). Et tant pis pour les Moldaves, de toute façon la Moldavie c'est comme Oyonnax personne ne sait les placer sur une carte.

  • sorgina
    50004 points
  • il y a 4 ans

Cette histoire denote la différence de politique antidopage entre l'hémisphère Nord et Sud. On ne joue pas dans la même cour même si chez nous tout n'est pas très clair.

@sorgina

Chez nous, tout n'est pas clair? Pour sûr, quand on voit le comportement du Stade Toulousain: engager un mec qui avait déjà eu des soucis avec le dopage, et quand celui-ci se fait prendre de nouveau, le garder au lieu de le dégager aussi sec.
Je parle de Toulouse car l'article est sur un ex-toulousain, mais il y a peu, c'est le Racing qui recrutait un dopé (Grobler). Le mec n'a même pas encore fini de purger sa peine! C'est beau comme exemple de propreté dans le rugby français.
En même temps, quoi d'étonnant, quand au lieu d'écouter un mec qui parle du dopage dans le rugby français, on lui crache dessus dans la seconde?

  • ced
    100447 points
  • il y a 4 ans

le mec je lui colle une prise de sang par semaine et interdiction de prendre un quelconque médicament, même pas un doliprane pour la tête

  • AKA
    50477 points
  • il y a 4 ans

Ces gars là sont vraiment des abrutis! Pourquoi se doper?Y laisser beaucoup d' argent,la santé et des risques de sanction, alors qu' il suffit de travailler dur... Vraiment trop bêtes.... (LOL)

Sans s'occuper de ses erreurs passées, c'est bien qu'il retrouve des sensations pour monter en puissance au fil des matchs. J'imagine que si son niveau suit, il devrait redevenir un cadre des boks dans les prochaines années car les 50% de non-blancs d'ici 2019 sera très difficile à atteindre.
En tout cas, c'était un mec très sympa en dehors des terrains.

  • Team Viscères
  • il y a 4 ans

Des fois que certains ne le sachent pas ou l'aient oublié, Ralepelle subissait là sa 2ème sanction pour dopage. En 2010 il s'était sorti d'un contrôle positif à un stimulant par la pirouette de la "😜ossible contamination de compléments agréés" (genre le type a pris des produits autorisés mais oh lala pas de chance ils étaient contaminés par des produits non autorisés...), puis en mars 2014 il est contrôlé positif à un stéroïde anabolisant et condamné en septembre 2015 (18 mois pour sanctionner un dopé).

Alors je veux bien que l'on parle de son retour à la compétition et même que l'on dise qu'il a été bon, c'est de l'info sportive. Par contre il serait peut-être de bon ton de ne pas s'extasier sur les performances d'un tricheur récidiviste couvert par des instances complaisantes (que n'aurait-on pas entendu si c'était un cycliste!) et d'éviter de trop s'avancer en parlant de sportif qui peut "😜erformer sans l'aide de produits interdits".

  • AKA
    50477 points
  • il y a 4 ans

je te rejoint! Surtout en citant J Gatling en exemple, MDR!!!

" si l'envie est là, tout est possible ..."

la déclaration la plus ....... du site !


DSK likes it !

  • vevere
    53692 points
  • il y a 4 ans

Sans déconner, vous croyez vraiment en ce que vous écrivez? Oo

"montrer que l'on peut aussi performer sans l'aide de produits interdits. Le sprinter américain Justin Gatlin en est un parfait exemple"

@vevere

@Le Rugbynistère : Au delà de ce qui est écrit dans l'article, un petit point grammaire : plutôt que "le premier joueur de couleur a porté le brassard de capitaine" mieux vaudrait écrire "à porter"... 😉

Désolé pour le côté Bescherelle, mais ça prouve qu'on vous lit... 😉

@vevere

L'article le plus WTF du rugbynistère !

@vevere

c'est du comique de boulevard !

Derniers articles

News
News
Transferts
News
News
News
Ecrit par vous !
News
News
News
News
News