XV de France. Quels enseignements tirer des premiers jours du rassemblement en vue de l’Argentine ?
Melvyn Jaminet devrait porter le numéro 15 durant la tournée. Screenshot : TF1
Le premier entraînement à haute-intensité a donné quelques idées sur ce qui pourrait se tramer face à la Roumanie. Même s’il est trop tôt pour imaginer une composition contre l’Argentine.
Vous connaissez désormais la chanson : lors de chaque rassemblement des Bleus, ceux-ci se prêtent - généralement le mercredi - au fameux exercice de l’entraînement "à haute intensité". Une séance qui, bien souvent, parmi de s’éclairer un peu les idées concernant les partants du week-end où non, grâce aux couleurs de chasubles. 
 
En somme, les blanches représentants habituellement ceux des titulaires, tandis que les bleues, la tunique des remplaçants ou réservistes. Naturellement, à une grosse quinzaine de jours du premier test de l’été à Mendoza, il est trop tôt pour envisager une quelconque composition d’équipe. D’autant qu’il a été acté que ce groupe France n’est pas définitif et qu’il sera bientôt renforcé par certains des demi-finalistes perdants du Top 14
Néanmoins, cette séance intensive donnera probablement quelques leçons sur ce qui pourrait se tramer pour l’opposition face à la Roumanie, prévue ce week-end au CNR. Le Midi Olympique et son habituel envoyé spécial dans l’Essonne, Marc Duzan, nous donne les indications du jour. 
Fabien Galthié a ainsi pu voir en condition réelle certains joueurs qu’il ne connaît pas ou peu, et tester d’autres associations. En l’occurrence, paraît-il que Melvyn Jaminet a tenu le numéro 15 l’essentiel du temps, alors que Jordan Joseph semblait avoir la pole pour le numéro 8. 
Idem pour Théo Attisogbe sur une aile, ce qui semblerait somme toute logique à en voir la saison XXL et les qualités de dingue de la pépite paloise, 19 ans à peine. Alors que son compère béarnais Hugo Auradou aurait également peu tourné, tout comme le Toulonnais J-B Gros. 
Ailleurs, tout le monde a pu toucher quelques ballons et prendre la température de Marcoussis, que de nombreux jeunes n’avaient jamais côtoyé avec les grands Bleus, ou tout court (Joris Jurand ou Tevita Tatafu par exemple).
Une tendance que les autres entraînements de la semaine pourraient confirmer, ou infirmer. Au bon vouloir de Fabien Galthié et de son staff.
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • alan75
    7876 points
  • il y a 3 semaines

C'est traduit de quelle langue ?

Derniers articles

News
News
News
News
News
Vidéos
News
News
Vidéos
News
News