Ecrit par vous !
Top 14 . Stade Toulousain : les dessous d'une saison catastrophique
Qu'elle est loin l'époque où la bande à Novès régnait sur l'Europe...

Le Rugbynistère a besoin de votre soutien !

-70% de revenus pour le Rugbynistère avec l'arrivée du Covid-19. Aidez-nous à faire face à la crise !
Le Stade n’est plus. Plus qu’un constat, on assiste à une confirmation de la lente descente aux enfers du club haut-garonnais. Quoique, l’expression est peut être exagérée, mais loin d’être dénuée de sens.

Il y a 5 ans, les hommes de Guy Novès remportaient deux titres de champions de France consécutifs contre Montpellier puis Toulon. Une époque qui semble peu-à-peu se transformer en un lointain souvenir pour les cadres partants du club. “Quand une équipe entre dans une spirale négative, il faut savoir créer un électrochoc pour que ça reparte. Ça n'a jamais été fait” déclarait Patricio Albacete dans un entretien récemment accordé à L’Equipe. Un ancien du club qui prend la parole pour critiquer son club ET son coach, un événement particulièrement significatif là où les joueurs furent assez rares à oser critiquer l’échelon supérieur ces derniers temps. Et contrairement à ce que la majorité persiste à penser, la défaite du club se joue d’abord sur le terrain.

Où sont passés les anciens ?

Il était clair que les historiques du club allaient finir par céder aux sirènes de la retraite ou du départ. Rares sont ceux qui font leur carrière dans une seule structure et on peut sans conteste l’expliquer. Besoin de changement, de nouveaux horizons, Clément Poitrenaud a été l’un des premiers à quitter le navire en cours de route. L’international français aux 16 saisons passées sous le maillot rouge et noir décidant de s’exiler en Afrique du Sud, chez les Sharks de Durban. Perturbé par les blessures durant sa dernière saison au bercail, le Tarnais n’a fait qu’enclencher une dynamique de re-modélisation de l’effectif. Une situation presque semblable à celle de Vincent Clerc : ”Oui, je pensais finir à Toulouse mais voilà la vie en a décidé autrement”, avouait-il en conférence de presse lors de son départ dans le Var. 67 sélections et ancien recordman d’essais en Coupe d’Europe et l’impression d’avoir été jeté par son club de toujours. Les supporters n’en reviennent d’ailleurs toujours pas de l’avoir laissé partir, là où les recrues au poste d’ailier déçoivent (Palisson, Guitoune, Pérez). Un pur finisseur, un mordu de la ligne, un obsédé de l’essai, un profil particulièrement défaillant au sein d’une équipe qui peine à la finition. Et ce n’est pas (encore) Arthur Bonneval qui se pose en digne héritier de son aîné, même si celui-ci pourrait être en passe de le devenir.

Et que dire de Thierry Dusautoir ? “Titi” est l’un des seuls à être resté exemplaire sur le terrain jusqu’au bout de sa carrière. Neuf ans passés au club et un niveau de jeu irréprochable sur le long terme. On ne peut presque rien reprocher au capitaine courage qu’il a été, si ce n’est que le poids des années commençait à se faire ressentir sur les épaules du “Dark Destroyer”. Cela méritait bien une telle ovation pour sa dernière à Ernest-Wallon. Mais chaque joueur n’a pas su maintenir un tel niveau de performance sur la durée, et c’est peut être ce qui a posé problème au Stade Toulousain ces dernières années. On pense notamment à des hommes comme Grégory Lamboley, Census Johnston ou Patricio Albacete qui ne sont plus que l’ombre d’eux-mêmes. Sans rien enlever à ce qu’ils ont apporté à l’écusson, leur présence dans l’effectif a de quoi interroger au vu de leurs prestations ces derniers temps.

Census Johnston qui se distingue plus par son indiscipline que par sa participation défensive. Patricio Albacete qui voit encore moins le terrain que Yohann Gourcuff ou encore Grégory Lamboley qui fait plus de la figuration qu’autre chose. Ils ne sont plus les joueurs qui vont permettre à Toulouse de re-franchir un cap. Même constat pour Florian Fritz. Un pied qui peut offrir des pénalités de 50 mètres dans les moments cruciaux, direz-vous. On peut répondre que si Ugo Mola choisit de prendre une pénalité à cette distance, c’est qu’il sait ses joueurs trop friables techniquement pour jouer la pénaltouche et ainsi repartir sur une nouvelle phase de jeu. Il n’y a plus de jeu de mains, jeu de Toulousains. Ou du moins celui-ci ne resurgit que par intermittence. Et Fritz en est l’une des illustrations notables : un perce-muraille que l’on envoie en première main, chercher des brèches dans le premier rideau adverse. Impossible, ou en tout cas difficile de jouer derrière soi dans ce rôle précis. Il est donc temps pour les vieux briscards de laisser la place aux jeunes et de sortir la tête haute, après des années de bons et loyaux services.

La jeunesse doit reprendre le pouvoir

Deux clans vont s’opposer symboliquement la saison prochaine. D’un côté, les jeunes pousses du centre de formation qui éclosent peu à peu. Et de l’autre les recrues qui vont, ou qui sont déjà arrivées. La formation toulousaine est la base de ce qui a fait la colline devenir une montagne. Un ciment sur lequel s’est appuyé le club pour remporter 19 titres de champions de France et 4 Coupes d’Europe. Une bien belle machine, en somme, qui ne peut pas fonctionner sans ses rouages : les jeunes formés au club. Emile N’Tamack, Xavier Garbajosa, Jean Bouilhou, William Servat, autant de jeunes sortis du centre qui ont participé à la moisson de titres nationaux et européens depuis une vingtaine d’années. Entre 2016 et 2017, c’est une autre génération qui a commencé à prendre ses marques dans l’effectif toulousain. En commençant par la première ligne ultra-prometteuse Baille-Marchand-Aldegheri, le premier étant déjà plébiscité par les observateurs et couronné par 8 sélections en équipe de France depuis novembre 2016. Costaud en mêlée et mobile dans le jeu déployé, le joueur de 23 ans semble vraisemblablement s’imposer en club comme en sélection.
Du côté de ses compères en première ligne, tout n’est pas aussi rose. Aldegheri n’a toujours pas été appelé chez les Bleus, alors que Julien Marchand fait face à la concurrence de Ghiraldini en club et Guirado, Chat ou même Maynadier en sélection. Mais les deux hommes ont quand même une poignée de matches en pro dans les pattes et ne devraient pas tarder à découvrir la sélection d’ici quelques années, voire quelques mois. Derrière eux, Florian Verhaeghe, récent capitaine des U20 français deuxièmes au tournoi des 6 Nations 2017, devrait continuer à grappiller du temps de jeu la saison prochaine avec les départs de Lamboley et Albacete. Alors que Louis Picamoles a lui décampé à Northampton, Gillian Galan n’a pas su s’imposer, malgré quelques performances notables. Ce beau bébé de 1,93 mètres et 120 kg s’est rapidement vu devancer par François Cros. Inconnu en début de saison, l’ex-capitaine des Espoirs du Stade Toulousain a été propulsé capitaine de l’équipe A par son coach lorsque les blessures l’exigeaient. Une des révélations de la saison sans aucun doute.
Derrière, la liste est un peu moins exhaustive mais tout aussi qualitative. A commencer par Antoine Dupont. Seulement 20 ans et propulsé comme LA tête d’affiche du recrutement toulousain version 2017-2018. Doté d’appuis de feu, technique et surtout extrêmement solide pour son petit gabarit (1m 74), le jeune demi de mêlée est sûrement promis à un avenir incroyable au sein de la maison rouge et noire. Annoncé comme le futur du XV de France, le Lannemezannais va devoir batailler pour imposer son nouveau statut à Sébastien Bézy, actuel titulaire au poste.

On attend beaucoup du feu-follet castrais, et encore plus du fait qu’il doive s’imposer en tant que leader de jeu. Bézy ayant baissé de pied depuis sa non-sélection avec les Bleus pour le Tournoi des 6 Nations, Antoine Dupont doit prendre le relais. Et imposer son grain de folie au sein d’une équipe qui en a cruellement besoin. Tout comme Arthur Bonneval, frère d’Hugo et fils d’Erik. Le petit ailier a montré de belles dispositions tout au long de la saison (7 essais en 18 matches joués), grâce notamment à la blessure de Yoann Huget qui peine à revenir à son meilleur niveau. Pourquoi ne pas l’installer et lui faire confiance sur le long terme ? A seulement 21 ans, voilà un autre espoir qui pourrait contribuer au renouvellement de l’effectif. Digne héritier de Gaël Fickou à son propre poste ? Pas encore.

L’ancien Toulonnais est maintenant l’option numéro 1 en club, de quoi lui insuffler une confiance monstrueuse pour les prochaines saisons. Et celui-ci correspond parfaitement au projet de jeu qui sera mis en place par le staff durant les prochaines saisons. Un jeu aéré, offensif et fait de contres assassins de 80 mètres. Sans oublier le retour de Thomas Ramos. Le polyvalent trois-quarts formé au club revient d’un prêt extrêmement concluant à Colomiers où il a terminé meilleur réalisateur de Pro D2. Un buteur chirurgical, autre rouage manquant à la machine toulousaine et dont le retour ne pourrait faire que du bien.

Le recrutement : ange ou démon ?

Comme chaque année, la liste de noms apposée dans la rubrique “Transferts” du club haut-garonnais a de quoi nous faire saliver. Mais dans le rugby moderne, un nom ronflant n’est plus synonyme de réussite sportive et médiatique. Piri Weepu, Quade Cooper, nombreux sont les ex-internationaux à être venus s’enterrer en Top 14, bien malgré eux parfois. Depuis les deux titres consécutifs de 2011 et 2012, la cellule de recrutement stadiste n’a clairement pas été au niveau de ses concurrents européens. Chiliboy Ralepelle, Antoine Guillamon, Jean-Pascal Barraque, Neemia Tialata, des noms qui hantent les supporters toulousains plus encore que le spectre des phases finales.

Malgré cela, cette année semble plutôt prometteuse en terme d’arrivées. Mis à part Antoine Dupont, la signature de Cheslin Kolbe a d’ores et déjà été annoncée par le club. La bombe sud-africaine de 23 ans devrait vraisemblablement poser ses valises à Ernest-Wallon l’été prochain, avec un profil qui n’est pas sans rappeler celui de Gio Aplon, certainement le meilleur arrière du championnat de France en ce moment. Espérons seulement qu’il ne soit pas qu’un joueur de “highlights” à l’instar de Quade Cooper chez le rival toulonnais.TRANSFERT. Top 14 - Le Stade Toulousain s'offre l'explosif Cheslin Kolbe et ses appuis de feuCertainement moins connu que les autres, Louis-Benoît Madaule pourrait ressembler à la bonne pioche de ce “mercato” d’été : “ un joueur complet sur le plan du jeu et un leader naturel comme le prouvent les différents capitanats qu'il a assurés tout au long de sa carrière [...] Excellent en touche, rugueux offensivement, il possède la capacité à jouer debout si importante dans notre club.” Impossible de parler mieux du talent du joueur que ne l’a fait Fabien Pelous il y a quelques mois.
Attendu comme l’un des matelots aptes à redresser le navire, Zack Holmes ne devrait pas mettre beaucoup de temps à se mettre le public toulousain dans la poche. Polyvalent, doté d’une bonne vision du jeu et excellent buteur, l’Australien devrait pallier à plusieurs manques au sein de l’effectif rouge et noir. D’autant plus que l’actuel Rochelais a été beaucoup blessé cette saison et devrait arriver en parfaite forme physique dans la Ville Rose. Au niveau de la première ligne, ce sont deux renforts de poids qui débarquent : Lucas Pointud et Charlie Faumuina, 252 kilos à eux deux sur la balance. Des piliers d’expérience qui ne pourront qu’apporter à leurs jeunes futurs coéquipiers évoqués précédemment. Ceux-ci devraient donc partager leur temps de jeu respectifs afin de stabiliser la mêlée toulousaine de la meilleure des manières. Une sévère plus-value dans une phase de jeu où les Johnston et Van Dyks ne donnent plus satisfaction.

Bilan

A l’aube de l’été 2017, aucun successeur au président partant René Bouscatel n’a été désigné. Si ce n’est Didier Lacroix qui a été évoqué par les médias, l’avenir sportif du Stade Toulousain est toujours entre les mains de fonctionnaires ultra-médiatisés. Et ce n’est pas forcément une bonne chose vu les performances du groupe sur le terrain. Disons que c’est plus un facteur aggravant qu’explicatif à la non-qualification de l’équipe pour le dernier carré de la Coupe d’Europe et du championnat de France. “Mola sera encore là l’année prochaine” proclamait Fabien Pelous au Parisien en avril dernier. On sait donc que l’entraîneur va être conserver, reste à changer certains joueurs. Des paroles aux actes, des mesures doivent être prises pour éradiquer le mal-être constant qui gangrène le club depuis de longs mois. A Ugo Mola de trouver la bonne alchimie entre jeunes et expérimentés pour remonter la pente. Une ascension qui s’annonce rude et escarpée.

Arthur Jean
Arthur Jean
Cet article est rédigé par Arthur Jean, un grand merci pour sa contribution ! Vous pouvez proposer des textes de deux manières :
  • Racontez-nous la vie de votre club en devenant référent Rugbynistère pour votre équipe : cliquez ici.
  • Ecrivez sur le sujet de votre choix en devenant contributeur au Rugbynistère, pour ce faire contactez-nous !
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • Jak3192
    56623 points
  • il y a 3 ans

L'article ne parle que des joueurs,
et quasiment pas du staff technique.

Un joueur n'est rien s'il n'a pas un bon entraîneur.
Un joueur tout aussi bon qu'il soit ne peut exprimer son potentiel que par un coach efficace.
Et l'article occulte ce côté des choses.

Je suis beaucoup plus curieux de savoir pourquoi le niveau de jeu du ST a périclité depuis déjà plusieurs saisons.
Il faudrait peut être un jour obtenir des infos des "gens de l'intérieur" des années 2012 - 2016
Novès en tête... Pourquoi ce gars là (éminemment respecté et respectable, dont je fais parti) n'a pas réussi cette mutation dans le jeu.

Cet article n'enfonce qu'une série de portes ouvertes.
Sans grand intérêt.

  • Aurel
    3008 points
  • il y a 3 ans

Le déclin du stade toulousain n'est pas nouveau, on y assistait déjà sous l'aire Novès. Mola n'a pas été bon mais Novès sur la fin avait renoncé à chercher des solutions.

J'ai l'impression que le jeu de Toulouse s'est arrêté avec le départ de Jauzion. Le dernier centre à Toulouse à savoir passer les bras dans la ligne d'attaque.

Les causes du déclin, on les connait tous :
- Des anciens payés très chers, avec des contrats de longue durée, mais un rendement sur le terrain en baisse.

- Un recrutement calamiteux on se souvient tous des différents 2 et 9 qui n'ont pas réussi à Toulouse.

- Quelques mauvais paris. Doussain, Galan, Bezy par exemple qui sont des joueurs limités. Très bons parfois, moyen souvent, à côté de leur pompes parfois. Refuser de faire jouer des mecs comme Nyanga qui ont toujours tenu la barraque et les faire partir.

- Un héritage lourd en terme de projet de jeu, mais pas les joueurs pour le mettre en place. Peut être que Toulouse aurait du s'adapter à ses joueurs.

- Le manque de travail de certains joueurs. Tolofua n'a progressé que cette année, Galan et Doussain sont au même niveau qu'il y a 4 ans, Maestri présenté comme le futur crack n'a pas pris cette dimension.

- Des coachs avants et 3/4 manquant pas mal d'expérience.

Avec beaucoup de départ dans l'effectif, Toulouse va pouvoir reconstruire une équipe avec un recrutement de qualité cette année, en se basant sur des jeunes promis à un bel avenir. ça ne sera pas immédiat mais Toulouse a les moyens de le faire pour peu que Mola soit à la hauteur, ce qui n'est pas certain.

L'article, en évoquant les "jeunes formés au club", oublient Camara et Tolufua, qui se barrent... D'où souci avec la formation et/ou le passage formation-titularisation... De toute façon, en annonçant si tôt que Mola sera en place la saison prochaine, c'est refuser le seul choc potentiellement salvateur pour le Stade : une révolution...

  • MILIOUZ
    10838 points
  • il y a 3 ans

Le problème est global :

-L'après NOvès mal géré, avec une triplette de coachs pas au niveau.
-La course à l'armement des autres équipes à nivelé le niveau par le haut. Et en embauchant du sudiste, on perd moins de joueurs durant le Tournoi.
-Pendant ce temps là, Toulouse a gardé ses noms ronflants. Mais vieillissants.
-Une formation en panne. Ou un staff qui n'a pas fait confiance à ses jeunes (le cas Ramos par exemple).
-Une direction qui a laissé le navire ronronner, en se tapant sur le ventre de satisfaction, sans chercher à trouver des relais de croissance économiques, en laissant une équipe se scléroser sans possibilité de se régénérer. Typique de la gestion française, à la Camou ou Hollande: on ne fait rien, avec un peu de chance, ça va repartir.

  • AKA
    48752 points
  • il y a 3 ans
@MILIOUZ

une formation en panne????

  • MILIOUZ
    10838 points
  • il y a 3 ans
@AKA

Qui est sorti derriere depuis Doussain/Bezy? Devant oui 'tas Cros et la premiere ligne, c'est vrai.
Mais t'as sorti de bon jouers, pas de grands, hormis Baille.

  • AKA
    48752 points
  • il y a 3 ans
@MILIOUZ

Je pense que l' on peut reprocher beaucoup de chose au ST cette saison mais certainement pas de ne pas faire confiance à sa formation et à ses jeunes....

pourquoi l'article n'évoque t-il pas le cas McAllister ?

  • sorgina
    50004 points
  • il y a 3 ans
@tropico31

Parce qu'il est sur le départ et qu'il faut vite l'oublier.

  • Ahma
    93213 points
  • il y a 3 ans
@tropico31

Peut-être parce qu'il ne joue plus vraiment à Toulouse depuis quelques années .

  • Khris
    19611 points
  • il y a 3 ans

D'après moi il y a surtout un gros probleme d'état d'esprit dans ce club, on ne sent plus de combativité, il manque une prise de conscience et une grosse remise en question aux joueurs et au staff pour remettre tout ça dans le bon sens. Le rugby c'est avant tout une histoire d'hommes, ces mecs sont capable de déplacer des montagnes si l'envie et la rage de vaincre est présente. Mais la clairement à part quelques sursaut on voit une bête malade qui n'a plus envie de vivre.

  • sorgina
    50004 points
  • il y a 3 ans
@Khris

Le bon état d'esprit ne semble plus y être c''est pour cette raison qu'il faut vite un nouveau coach capable de dynamiser l'équipe. Pour l'instant il n'y a pas grand chose qui transpire et je croise les doigts très fortement pour que ce soit quelqu'un à la hauteur.

  • sorgina
    50004 points
  • il y a 3 ans

Je trouve que la nouvelle équipe a de l'allure, mais voilà, on ne sait toujours pas qui va piloter la navire,( je parle du manager général). Paraît-il que Hugo, Mola deviendrait entraîneur des arrières là je suis sceptique quant aux résultats mais pourquoi pas s'il fait preuve d'un peu plus d'autorité. Alors qui prendrait sa place? Comme beaucoup j'ai entendu parler de "DARRICARRERE" et là, s'il vous plaît rassurez moi, car le Stade a les ingrédients mais il lui faut un coach digne de ce nom quelqu'un capable de diriger d'inculquer des plans et des formes de jeu mais aussi créer l’osmose qui est l'élément fondamental d'une équipe. Je ne pense pas que ce dernier soit le personnage idéal. Peut-être que la saison qui arrive sera la "saison charnière" et si Garbajosa revenait faire un tour dans la maison rouge et noir? ( Je sais je suis un grand rêveur )

  • Ahma
    93213 points
  • il y a 3 ans

Beaucoup de choses très discutables , pour être poli .
Les départs de Clerc et Poitrenaud ne se sont peut-être pas passés correctement , mais ils n'étaient de toute façon plus des options à long terme .
Regard injuste sur Lamboley , qui maintient son niveau avec constance .
Un passage pas très clair sur Marchand et Aldegheri , qu'on semble déjà remettre plus ou moins en cause ... tout en estimant qu'ils finiront en sélection ?

  • galgu
    791 points
  • il y a 3 ans

Bon l'article est fait par quelqu'un qui regarde le ST à travers les media, et pas une analyse en fait. Titi dusautoir au niveau jusqu'au bout ? Non, inexistant depuis 2 ans sur le terrain. Ce qui a plombé le ST c'est les prolongations de vieux joueurs faites sous l'ère Novès, et qui étaient déjà en chute et ont continué à chuter. Je vois que l'article ne le cite pas mais McAlister est vraiment le pire sur ces 3 dernières années. Le problème du ST il est à tous les niveaux : mauvaise gestion salariale, entraineur pas très "entrainant" , et mauvais choix de recrutement. Après est-ce qu'on pouvait y échapper ? Pas vraiment, mais on pouvait ralentir la chute : je comprends que le club finance Médard à prix d'or, car son profil (FR/formé au club) est un bon vecteur de comm, mais Médard c'est casper le fantome depuis 2 ans, de même pour Maestri complètement à côté de la plaque et un de nos plus gros salaires. Et en fait le problème c'est qu'on a quasiment aucun joueur au niveau espéré, a part Baille qui a crevé l'écran.

En conclusion, le ST a cédé à son "coeur" dans un milieu de professionnels, ça ne pardonne pas dans un sport pro. En espérant qu'ils aient retenus la leçon pour la suite.

@galgu

Je me suis fait la même réflexion. Analyse sympa, mais assez superficielle finalement. No offense.
Il y avait eu par contre un article dans un canard local très bien fait, très complet, mais je ne le retrouve pas. Certains ici l'avait partagé.

  • Khris
    19611 points
  • il y a 3 ans
@Marc Lièvre Entremont

Tu parles de lui ? https://www.coq14.com/single-post/2017/03/07/Les-mystères-du-Sud-Ouest---Comment-le-Stade-Toulousain-en-est-arrivé-là-

Je l'ai mis dans mes favoris à l'époque où le gars à mis le lien dans un com.

@Khris

Merci Khris, c'est bien celui-ci !

  • vevere
    50738 points
  • il y a 3 ans
@galgu

Heureusement que c'est un supporter du ST qui écrit cela car sinon on se serait fait agonir de "pouces rouges" 😊 en moins de 2

  • Ahma
    93213 points
  • il y a 3 ans
@vevere

Exact , j'ai juste critiqué un peu Médard il y a quelques semaines , j'en ai pris plein la tête .

Article intéressant !

Sans revenir sur les raisons du déclin (manque d'anticipation, recrutements ratés, montée de la concurrence...), je voudrai plutôt m'attarder sur l'avenir.

C'est vrai que le recrutement a l'air assez intéressant. Il y aussi toute cette génération qui frappe à la porte. On pourrait ajouter Ntamack qui, si tout se passe bien, est amené à rapidement évoluer avec les pros. On ne peut pas occulter non plus que dans cette opération reconstruction avec les jeunes, les départs de Tolofua et Camara font quand même très mal !
Quand on regarde cet effectif pour l'an prochain, je reste quand même mitigé. Sur le papier, ça semble intéressant avec des gros noms, des valeurs sûres et des jeunes prometteurs. Mais ça semble quand même largement insuffisant pour jouer les premiers rôles. Certains anciens n'ont plus le niveau qui était le leur et les jeunes restent des jeunes. Voir comment vont s'en sortir les recrues car ces dernières années beaucoup semblaient très intéressantes sur le papier et ça a fait un fiasco. En plus, le tout a l'air assez déséquilibré entre des postes très bien fournis et d'autres beaucoup moins.

Puis, il y a évidemment la question du staff. C'était très ambitieux le pari Mola mais je pense après tout ce qu'a apporté Novès en terme de palmarès et de par son charisme, il aurait fallu miser sur un top entraîneur.

Bref, cette nouvelle génération est porteuse d'espoirs pour le Stade Toulousain qui selon moi peut largement redresser la barre mais ça risque de prendre un peu de temps. Encore faut-il qu'ils réussissent à conserver leurs meilleurs éléments dans leur futur projet car les pertes de Picamoles, Camara ou Tolofua n'incitent pas forcément à l'optimisme.

Derniers articles

News
News
News
News
News
Transferts
Ecrit par vous !
News
News
News
News
News