Le dopage dans le rugby, quelques preuves, beaucoup de soupçons, mais pas d'argent
Le dopage dans le rugby, une réalité.

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien
Le dopage dans le rugby est une réalité pour Christian Bagate, ancien dirigeant de Bègles, biologiste et médecin du sport ainsi que membre du comité directeur de la FFR.
Laurent Benezech n'est du genre à abandonner. En avril 2013, l'ancien pilier international comparait la situation du rugby français à celle du cyclisme avant l'affaire Festina, sans pour autant apporter de preuves. Moins d'un an après ses déclarations, et par l'intermédiaire d'un livre intitulé « Rugby, où sont tes valeurs ? », il entend « briser l'omerta » sans pour parler de dopage mais d'« un accompagnement de la performance » par divers procédés parfois illégaux et surtout dangereux pour la santé des joueurs. Benezech a cette fois-ci étayé ses dires grâce à des observations, des enquêtes et des chiffres et certainement entraîné une prise de conscience chez certains supporters. Mais pour les professionnels comme Christian Bagate, ancien dirigeant du grand club de Bègles dans les années 80-90, biologiste et médecin du sport ainsi que membre du comité directeur de la fédération française de rugby, c'est bien plus compliqué qu'il n'y parait.

Le dopage, une réalité

Pour ce dernier, le dopage est bel est bien présent dans le rugby. Une discipline à risque compte-tenu de ses exigences. « Je vois des choses qui me troublent. Je n'ai pas attendu [ce] livre pour dénoncer les pratiques à risque, parler des épidémies d'anomalies thyroïdiennes, des prises de corticoïdes, des limites du suivi longitudinal. » Il précise dans une interview accordée au Nouvel Observateur ce dimanche dans un article intitulé Peut-on encore croire au rugby (français) ?, que « cette réalité s'exprime d'abord en chiffres. C'est 12 dossiers instruits en 2013, 22 en 2012, le plus souvent pour consommation de cannabis. » Accusé par Benezech d'avoir caché le recours par certains joueurs à des mélanges de corticoïdes et de cocaïne au début des années 2000 pour repousser les limites de la douleur, il répond également qu'ils savaient, à l'Agence française de lutte contre le dopage ou à l'Agence mondiale antidopage, « que ces pratiques existaient, qu'elles avaient été expérimentées en Angleterre et dans l'hémisphère sud. »

Sans parler des AUT ou Autorisations à usage thérapeutique qui ont fleuri à cette même période avec des joueurs qui évoluaient sous corticoïdes (anti-inflammatoire) et ventoline. « Il y avait plus d'AUT que de joueurs sur le terrain ! » se souvient-il. Désormais, les AUT sont en baisse, mais l'AMA a déréglementé la prise de ces produits à l'entraînement ce qui complique la situation : « On se retrouve avec des trucs abominables. Des corticoïdes peu ou prou autorisés, avec des risques majeurs d'insuffisances surrénales et donc de décès en cas de chute ou de traumatisme. Et la ventoline en libre accès. C'est inadmissible. Car, non seulement, ça ne sert à rien, mais c'est dangereux. » À l'heure actuelle, si un joueur participe à un match alors qu'il est sous corticoïdes, c'est qu'il est sous ordonnance. « Mais il peut y avoir un laxisme et je le dénonce. » Aux médecins de clubs de faire les contrôles nécessaires : « Alors ils le font tous, ou ils ne le font pas tous ? Je ne peux pas l'affirmer, mais je pense qu'ils le font tous, car sinon il y a un trop grand risque; les médecins ne sont pas sots à ce point-là. »

Responsabilité personnelle ou collective ?

Laurent Benezech avance lui-aussi des chiffres et plus seulement des observations comme il l'avait fait avec les mâchoires carrées. Ceux des kilos pris en très peu de temps par de nombreux joueurs. « J'ai fait ma propre petite étude, en essayant de recroiser les données de taille et de poids des joueurs du Top 14, puisque bizarrement ces données ne sont compilées nulle part. Et j'ai constaté des prises de poids de 10 à 20 kilos. » Il évoque une forme d'«industrialisation » de la discipline. L'homme de science, n'appelle cependant pas cela des preuves et parle de la professionnalisation du rugby et du recours à la musculation à haute dose. De quoi expliquer les 12 kilos en plus de Sébastien Tillous-Borde entre 2007 et 2008 et les 10 de Benjamin Kayser entre 2011 et 2012. L'ancien joueur est lui plus sceptique : « Mais ces joueurs ont explosé physiquement alors qu'ils étaient professionnels depuis des années ! » Ces derniers, comprenez les pros, ne sont d'ailleurs pas ceux qui se laissent le plus facilement séduire par le côté obscur. Les jeunes, de par un certain manque d'informations et un phénomène d'imitation, ont plus de risques de consommer des produits illégaux. « Beaucoup par exemple prennent des poudres hyper protéinées parce que les copains en prennent. »

La suite en page 2 Pour Christian Bagate, le problème se situe également du côté de préparateurs physiques peu scrupuleux qui n'hésitent pas à donner des substances interdites aux joueurs, et ce, en dépit des risques pour leur santé. Et à ce niveau-là, même les pros peuvent tomber dans le panneau. Mais cette « chasse aux pseudo- «préparateurs physiques» qui viennent polluer notre sport » n'est pas des plus aisée. Suite à des soupçons autour de l'un d'entre eux, et à sa condamnation, Christian Bagate a été étonné de le voir sévir à nouveau en Pro D2 quelques années plus tard. Après plusieurs coups de fil, « la personne en question est partie du club. D'ailleurs, elle ne travaillait pas au sein du club, mais dans une salle de musculation indépendante. Preuve qu'il n'y pas de dopage organisé, comme le raconte Benezech, mais des initiatives individuelles concernant un ou plusieurs joueurs, s'agrégeant autour d'un préparateur-pollueur. » Le biologiste regrette ce manque de mémoire. Avant tout le monde se connaissait. « Aujourd'hui, vous avez un chef d'entreprise, qui arrive ; il n'est pas au courant, il se laisse embobiner par truc ou machin. »

Quelques preuves, beaucoup de soupçons, mais pas d'argent

Christian Bagate, qui est responsable de la lutte antidopage à la FFR, avoue travailler « avec les moyens du bord ». Il évoque également un contexte légal et financier qui ne permet pas de tout faire. « Nous ne sommes pas seuls à intervenir sur ces affaires. Nous travaillons avec des services de l'Etat qui peinent à se coordonner et ont des moyens limités. » L'AFLD est dans la même situation. De fait, les choses avancent, mais pas aussi rapidement que certains, comme Laurent Benezech et Christian Bagate, le voudraient. En 2006-2007, plusieurs joueurs professionnels (Dont plusieurs internationaux évoluant à l'époque dans la même région : Harinordoquy, Traille, Thion, Tillous-Borde, Barcella,) ont en effet présenté des taux d'hormones thyroïdiennes anormales, lequel peut-être associé à une prise d'hormones de croissance, comme note le Nouvel Observateur, et un préparateur physique a été condamné. Par la suite, ces 150 joueurs pros ont été mis en arrêt de travail jusqu'à normalisation de choses. Mais cela n'a pas engendré de bouleversements au sein du rugby français.

Plusieurs années après, Christian Bagate « les soupçonne encore » et ils sont toujours la cible de contrôles. Mais ces derniers « sont-ils assez pertinents ? » Il se le demande. « Notre moyen de dissuasion le plus sûr, aujourd'hui, c'est ce que j'appelle le déshonneur a posteriori. La possibilité de conserver les échantillons huit ans. Et de confondre les contrevenants, lorsque la science nous le permettra. »

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Autant on ne peut qu'être d'accord sur le fond avec L. Benezech, c'est à dire faire du sport et en particulier le rugby des activités "😜ropres" où les pratiquants ne se chargent pas de produits licites ou non au mépris de leur santé, autant je désapprouve la méthode qui consiste à stigmatiser, le plus souvent sans preuves factuelles, certains joueurs en activité... Non seulement c'est déstabilisant pour les joueurs qui jusqu'à preuve du contraire sont suivis médicalement par leurs clubs respectifs et ça ne fait qu'entretenir le soupçon sans amener d'arguments recevables...

Je crois qu'il y beaucoup plus de questions à se poser autour du dopage quand on voit aujourd'hui l'état physique des Boks champions du monde en 95 : scléroses en plaque, maladie de Charcot, etc. Ils ne carburaient pas qu'à l'eau claire !

  • Harry
  • il y a 6 ans

@Glas:tu tombes dans le piège à pieds joints...sinon les mêmes médecins du sport et autres ont-ils constaté aussi que les sujets qui consomment le plus de boissons alcoolisées sont ceux qui ont le moins de problème de santé ensuite ?Là ils ont pourtant le recul qui prouve que c'est exactement le contraire ,alors c'est aussi la faute aux anglosaxons si ce n'est pas interdit en France?

Pour moi il faut arrêter avec l'argument de l'équité sportive. Si on légalise tout on a l'équité sportive? Et l'éthique là-dedans?

L'éthique ça dit que même si les gens en costard légalisent n'importe quoi dans ce sport auquel ils ne jouent pas/plus, l'important c'est la santé des joueurs.

Donc pour conclure, on n'a pas encore un recul énorme sur la créatine (puisque c'est l'exemple dont on parle ici), mais par contre des médecins du sport ont noté semble-t'il une augmentation de problèmes cardiaques et rénaux chez ceux qui en prennent.

On nous dit que tout va bien si les dosages sont respectés, or plusieurs études dans les années 90 ont démontré dans plusieurs sports que l'usage de créatine est inefficace tant sur la puissance maximale développée, que sur les sensations de fatigue musculaire ou la récupération, puisqu'après une semaine la créatine serait évacuée dans les urines. Le dosage "efficace" serait donc une dose croissante semaines après semaine.

Bref c'est très anglo-saxon de sacrifier des générations de sportifs en leur laissant prendre des produits dont on ignore les effets à long terme. En France jusqu'à présent on était plus prudent que ça, et c'était pas plus mal à mon avis, mais bon on dirait qu'on a décidé de sacrifier ce principe pour concurrencer sportivement les nations les plus "libérales" (pour ne pas dire "irresponsables"😉 sur ce genre de sujets.

Déjà je suis bien content d'apprendre que la binouze n'est pas un produit dopant... C'est une bonne nouvelle vu que je veux rester propre dans ma pratique.

Je suis pour une législation beaucoup plus strict et tant pis si ce n'est qu'en France. On sera sûrement alors obligé de modifier notre façon de jouer en privilégiant l'évitement à l'affrontement, et ça ce serait une bonne nouvelle !

Au delà de ça, je suis vraiment surpris de la bêtise des consommateurs de produits dopants (légaux ou pas d'ailleurs). Les rugbymen à la base ne font pas forcément de beaux vieux, mais dopés en plus, ils se flinguent la fin de vie ! Et ils ont intérêts à faire des enfants très jeunes, parce qu'après ce sera bien plus dur !

Aucun spectacle, même un sport, ne mérite que des personnes se mettent en péril pour le faire !

  • Harry
  • il y a 6 ans

Le dopage en sport c'est comme la prostitution ,il a toujours existé et il existera toujours...c'est la forme du dopage et le nombre de dopés qui ont toujours évolué pas la pratique...et c'est idem pour la prostitution !
Mais il ne faut pas tout mélanger non plus et vouloir laver plus blanc que blanc
Ainsi par exemple pendant des années en France on a fait croire au public que la créatine était un produit interdit alors que ça n'a jamais été le cas...on disait même que cela avantageait les anglais et autres anglosaxons parce que c'était autorisé chez eux alors que a n'a jamais interdit nulle part

  • wanwan
    49 points
  • il y a 6 ans

La créatine, les poudres c'est du dopage ... c'est assez agaçant de voir que les années passent mais que les mentalités ne changent pas et qu'on voient les mêmes débats. L'immense majorité de ces produits ne présentent pas de risques pour la santé, ils évitent simplement de passer la journée à manger. Si les doses sont respectées bien entendu... Essayez de vous entrainer 3h-4h par jour minimum pendant quelques temps, vous verrez que vous serez bien vite dépassé notamment sur le plan de l'alimentation et que votre corps vous lâcheras. Les protéines ne sont pas indispensables mais apportent une supplémentation en protéines, acides aminés qui sont du pain béni pour les sportifs qui soumettent leurs corps à un rythme très élevé et cela au quotidien. Cela s'appelle des complément alimentaires. Après personnellement, je ne doute pas qu'il y a eu et qu'il y a du dopage dans le rugby, je n'ai pas les données pour exprimer mon avis sur ce sujet mais faut arrêter de dire des conneries. S'il vous plaît, arrêtez avec vos mentalités de grand-mère sur les protéines en poudre. On parle beaucoup de la créatine, mais celle-ci effectivement un écran en effet ses effets sont toujours exagérés par les gens qui ne connaissent pas les compléments alimentaires. la prise de créatine s'accompagne d'une prise de poids de quelques kilos puis le corps s'habitue et elle servira à la récupération post-entrainement rien de plus. Et oui les nageurs qui nous sortent des "je prends de la créatine rien de plus", ils se servent de l'ignorance de l'opinion publique en la matière pour montrer qu'ils sont clean. Prenons Florent Manaudou, il ne faut pas croire qu'il a simplement pris quelques grammes de créatine pour opérer la transformation physique qu'il a effectuée depuis quelques années ce n'est pas le produit miracle que l'on nous vend dans les médias. Bref ce n'est pas le sujet 😉 On veut tous du sport propre et que surtout les joueurs ne mettent pas leur vie en danger car ce n'est qu'un jeu finalement.

  • TamTamTam
  • il y a 6 ans

Autant pour moi ! Mais ce genre de commentaire me fait bondir, ce n'est plus comme dopant, il faut arrêter de maintenir les stéréotypes ... (les protéines en poudre c'est du doping, la créatine c'est du doping ...) tant que c'est légaliser, l'équité est conservée. Tout le monde peut en consommer sans rentrer dans l'illégalité.
En revanche, un produit non légalisé (stéroïdes), consommé par un sportif jouant contre d'autres sportifs qui n'en consomment pas (par manque d'argent, ou autres) qui respectant les légalisations, alors là, l'équité n'est pas conservée, et ça devient problématique.

  • ced
    100447 points
  • il y a 6 ans

tu ne m'apprends rien, on a légalisé un produit dopant, qu'on te vends comme complément alimentaire, à cause de la pression des sponsors qui recherchent des performances toutes les secondes.
ce produit sert également à masquer d'autres produits.
on pourrait faire de même pour le cannabis, beaucoup en consomme, après, une fois qu'on en aura pris l'habitude, on ira chercher d'autres sensations ... et d'autres produits pour être encore plus performant.
je trouve ça triste (et dangereux).

  • TamTamTam
  • il y a 6 ans

Je suis désolé de te l'apprendre, mais la créatine est légale, et n'est pas considérée comme dopante, sinon elle ne serait pas en vente libre sur internet, et en boutique. Il suffit de regarder la liste des produits dopants.
Souvent les athlètes de haut niveau se cache derrière la créatine, pour ne pas dévoiler les véritables produits dopants qu'ils prennent ... 😉.

  • ced
    100447 points
  • il y a 6 ans

quand on voie que les nageurs nous vendent la créatine comme complément alimentaire, je me dis qu'on est loin d'avoir régler le problème.
il y a de gros abus, il faut régler ça, c'est déjà bien d'ouvrir le débat.

La formation est l'une des solutions !
Il faut éduquer les jeunes et leur élargir l'esprit sur leur avenir. Même si il y aura toujours des cas de dopage, ça évitera peut-être que ça se généralise.

Les témoignages d'anciens joueurs ne manquent pas, il est temps de réagir dès maintenant et cela passe par les clubs. Je suis sûr qu'un peu d'ouverture donnerait de meilleurs joueurs. Mais bon, la Fédé et la Ligue ont d'autres priorités, il y a des droits TV à empocher...

Le rugby a aussi changé. Aujourd'hui, il faut du contact pour faire le spectacle. Il ne faut donc pas non plus s'étonner de voir des Nonu plutôt que des Smith sur le terrain.

  • CEVEN
    176237 points
  • il y a 6 ans

Merci Rugbynistère pour cette suite d'information à "l'affaire Bénézech".

J'avais salué l'initiative de L.Benezech, avec la réserve due à l'affaire pendante devant les tribunaux.
Depuis Benezech n'est plus le "mouton noir" & son propos débouche sur une réflexion, avant une prise de conscience ? (souhaitable & nécessaire)

J'avais écrit à ce moment là "Il s'agit bien de s'interroger sur le "😜lus haut, plus loin, plus fort"

Les propos de Christian BAGATE pointent également dans cette direction & il en va de l'éthique même de notre monde ovale ou du monde du sport en général.

Tous mes encouragements aux personnes de bonne volonté (& compétentes) qui jouent à ce titre leur devoir de "lanceur d'alerte"...

Le dopage fit rigoler tout le monde : il n’y a pas longtemps, Moscato et Laporte racontaient en se marrant comme des baleines qu’au Stade Français, un médecin conseillait aux joueurs de prendre de l’aspirine a haute dose... et qu’ils le faisaient.
Personne n’a conscience de se doper : on prend un truc pour ne pas avoir mal, pour passer un palier à la muscu, pour récupérer plus vite mais on ne le perçoit pas comme du dopage.
Peut-être que les choses bougeront le jour où un joueur portera plainte contre son médecin pour empoisonnement. En attendant, the show must go on.

  • kou2tronche
  • il y a 6 ans

Moi je les vois bien faire des cures de TRT et HRT, indécelables si bien faîtes.
Même si on peut supposer que c'est un must pour les joueurs qui subissent beaucoup de tests, je ne crois pas du tout aux hormones de croissance. C'est impossible à voir mais ça fait grandir tout le corps, surtout les organes. Le coeur devenant plus gros sans que la cage thoracique ne suive, le risque devient énorme pour le joueur, et le bénéfice assez limité au final. Car les kilos sont durs à déplacer et notre sport ne va pas en ralentissant.

Faut pas se voiler la face, on en a partout du doping, au rugby aussi, c'est tout.

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
News
News